Suite

Erreur lors de l'exécution des commandes dans GRASS GIS

Erreur lors de l'exécution des commandes dans GRASS GIS


J'utilise Grass 6.4.3RC2. J'ai un problème car lorsque j'exécute la commande :

r.radcov csv_file=cell_list_hataDEM_umts_amc_testTEST.csv [email protected] [email protected] out_map=dita_hataDEM_umts_amc_TEST fréquence=2500 --o

Il y a une erreur :

LIRE ET VERIFIER LE TABLEAU CSV SECTEUR RADIO…

ERREUR : Impossible d'ouvrir le fichier d'entrée de la cellule radio/du secteur

J'ai ajouté le fichier "antennamap" et le fichier "cell_list_hataDEM_umts_amc_testTEST, j'ai fait comme décrit dans GRASS-RaPlaT Radio Planning Tool for GRASS, User Manual, page 4 et page 8.

J'attends avec impatience toute solution.


Eh bien, c'est déroutant. Essayez d'utiliser des noms courts, car les noms longs peuvent parfois vous causer des problèmes. par exemple. "dem_map-AlbSRTMdem" n'utilise pas "-" dans les noms. Essayez "_" et raccourcissez les noms. C'est peut-être votre problème (d'après ce que je vois).


QGIS2 - impossible de charger le plug-in "processing" #203

J'ai installé qgis2 sur Sierra, et j'obtiens l'erreur suivante au démarrage :

La même chose se produit si Y démarre à partir du script wrapper.

Le texte a été mis à jour avec succès, mais ces erreurs se sont produites :

Nous ne sommes pas en mesure de convertir la tâche en problème pour le moment. Veuillez réessayer.

Le problème a été créé avec succès, mais nous ne sommes pas en mesure de mettre à jour le commentaire pour le moment.

Rkrug a commenté le 17 janv. 2017

Dakcarto a commenté le 17 janv. 2017 •

Salut @rkrug, merci pour le signalement. Est-ce que cela se produit lorsqu'il est lancé à partir du bundle QGIS.app et ne pas à partir du script shell wrapper ?

Rkrug a commenté le 18 janv. 2017

Salut @dakcarto, oui - la même erreur. J'ai installé qgis2 nouveau et supprimé le

/.qgis2 pour être sûr de ne pas avoir de restes d'anciennes versions et j'ai eu la même erreur lorsque je démarre à partir du bundle d'applications.

Et voici la sortie complète du début de la ligne de commande :

Dakcarto a commenté le 20 janv. 2017

@rkrug, j'ai mis à jour qgis2 vers 2.18.3. Veuillez réinstaller et réessayer. Merci!

Rkrug a commenté le 20 janv. 2017 •

Clancygreen a commenté le 22 janv. 2017

@dakcarto, j'ai une erreur presque identique, pour ce que ça vaut. À partir du bundle QGIS.app sur El Capitan. J'ai réinstallé sans succès. Faites-moi savoir s'il y a des informations supplémentaires que je peux fournir.

Pat-s a commenté le 24 janv. 2017

Nous aimerions utiliser / prendre en charge la bouteille qgis2 dans notre package R RQGIS mais face à la même erreur.
Pour le moment nous utilisons le binaire Kyngchaos via brew cask install qgis .
Faites-moi savoir si vous avez besoin d'aide pour les tests.

Dakcarto a commenté le 1 févr. 2017

Hmm. Cela peut être un problème d'analyse incorrecte d'une valeur QSetting obsolète pour macOS (c'est récemment arrivé).

  • Quittez tout QGIS.app en cours d'exécution
  • Déplacer temporairement

Veuillez signaler si cela fonctionne.

De plus, il semble que cela soit corrigé dans : qgis/[email protected]4923e46

Cependant, je pense que ce correctif masque le mauvais paramètre "reste" sur macOS. Si la solution de contournement fonctionne, l'application du correctif et l'ajout d'un autre devraient faire l'affaire.

Rkrug a commenté le 1 févr. 2017 •

  • après avoir supprimé le plist, l'erreur a disparu et QGIS a démarré normalement et a chargé le plugin Processing
  • après avoir remis le plist, l'erreur est de retour.

Dois-je alors supprimer le plist? Des effets indésirables ?

Concernant qgis/[email protected] : je ne sais pas si cela a quelque chose à voir avec le bug, mais j'ai installé saga (via osgeo4mac).

Pat-s a commenté le 1 févr. 2017

/Library/Preferences/org.qgis.QGIS2.plist et au démarrage de QGIS, org.qgis.QGIS2.plist est à nouveau créé au démarrage avec un contenu différent de celui du fichier qui a été déplacé sur le bureau.

Cependant, au démarrage, l'erreur persiste. Je lance via le lien dans /Applications créé par brew linkapps qgis2 .

Quitter QGIS et écraser avec la sauvegarde à partir du bureau ne résout pas non plus le problème. Je continue à recevoir l'erreur de plugin de traitement de chargement de beaucoup.

Rkrug a commenté le 1 févr. 2017

Il semble donc qu'il y ait des problèmes différents au travail.

Rkrug a commenté le 1 févr. 2017

@pat-s Mais cela ne résout pas le problème de regis. Je viens d'essayer, ça persiste.

Dakcarto a commenté le 1 févr. 2017

après avoir remis le plist, l'erreur est de retour.

Quitter QGIS et écraser avec la sauvegarde à partir du bureau ne résout pas non plus le problème. Je continue à recevoir l'erreur de plugin de traitement de chargement de beaucoup.

C'était juste une opération de restauration, donc vous n'avez pas perdu vos paramètres. Le retour de toute erreur est attendu, et rien n'est tenté d'être corrigé avec cela.

Pouvez-vous simplement tester le changement noté dans qgis/[email protected]4923e46 ? Modifier manuellement :

Je préférerais ne pas patcher les formules, sauf si nécessaire (ce qui semble être le cas maintenant). J'aimerais également savoir qu'un tel correctif résoudra réellement le problème.

Notez également : le dossier SAGA est désormais à nouveau une option définissable dans Traitement -> Options sur macOS.

Pat-s a commenté le 2 février 2017

Rkrug a commenté le 2 février 2017

@dakcarto @pat-s Nous avons certainement affaire à deux problèmes ici - le mien a été corrigé par ce correctif.

Pat-s a commenté le 2 février 2017 •

Pourriez-vous partager des exportations, etc. après votre installation (essentiellement tout ce que vous avez fait en détail après avoir appelé brew install qgis2 ) et votre liste de brew @rkrug ?

Rkrug a commenté le 2 février 2017 •

Je n'ai rien fait de spécial, à ma connaissance. exports : faites-vous référence à l'export dans le shell ? Comme je démarre GGIS via Alfred (qui démarre l'application Qgis.app), je ne pense pas que les exportations dans le shell aient un impact.
la liste des bières est une longue liste - soyez averti :

Rkrug a commenté le 2 février 2017

@pat-s @dakcarto Mais cela fonctionne aussi si je lance egis en utilisant

open -a /usr/local/Cellar/qgis2/2.18.3/QGIS.app

minerai en utilisant le script wrapper fourni.

Pour compléter à nouveau les résultats des premières lignes d'infos sur le brassage qgis2

Pat-s a commenté le 2 février 2017

@rkrug merci ! Je n'ai pas fait --with-saga-gis --with-grass --with-isolement .

Reconstitution et vérification. S'il s'agit du correctif, ces options de bâtiments doivent être définies par défaut. Voyons voir :)

Rkrug a commenté le 2 février 2017

@pat-s OK - maintenant je me souviens. Comme l'une des raisons de l'installer était le package rqgis, j'ai sélectionné grass et saga - --with-isolation était également un essai dans cette direction mais cela n'a fait aucune différence.

@dakcarto que fait l'option --with-isolation ?

Pat-s a commenté le 2 février 2017

@rkrug @dakcarto Construire avec --with-saga-gis --with-grass --with-isolation puis appliquer qgis/[email protected]4923e46 ça ne marche toujours pas pour moi :/
J'essaye maintenant de reconstruire avec HEAD sans raison)

Rkrug a commenté le 2 février 2017 •

@pat-s @dakcarto C'est vraiment étrange. Je suppose que certains modules python ne sont pas à jour? Avez-vous qgis installé via cask? Peut-être des interférences ?

Pat-s a commenté le 2 février 2017

@rkrug @dakcarto J'ai enfin résolu mes problèmes. L'erreur était :

ImportError : dlopen(/Users/gwulfs/anaconda/lib/python2.7/site-packages/psycopg2/_psycopg.so, 2) : Bibliothèque non chargée : libssl.1.0.0.dylib

Causé par des interférences entre anaconda2 (installé via cask) et python (installé via brew). J'ai supprimé anaconda2 et réinstallé psycopg2 avec le python de brew

Je vais maintenant faire des vérifications avec la construction de QGIS sans --with-saga-gis --with-grass --with-isolation et faire un rapport.

Pat-s a commenté le 2 février 2017 •

Lors de la construction via les deux brew, installez qgis2 ET brew install qgis2 --with-saga-gis --with-grass , qgis/[email protected]4923e46 doit être appliqué pour charger le plugin de traitement. La dernière tentative me prend 8 minutes de plus.

Aucune différence d'utilisation n'est détectée si SAGA et GRASS ne sont pas définis comme options lors de la construction.

Suggérant d'ajouter une note selon laquelle plusieurs interpréteurs python peuvent interférer les uns avec les autres et causer des problèmes à QGIS. Je vais maintenant m'en tenir aux brassins python uniquement à partir de maintenant.

Dakcarto a commenté le 2 février 2017

@rkrug et @pat-s merci d'avoir creusé cela ! Content de voir que les choses fonctionnent. Je vais chercher à ajouter quelques patchs à la formule.

que fait l'option --with-isolation ?

Cette option garantit que seul Homebrew est utilisé, à l'exception du système MacOS Python et en contournant toute interaction d'installation de Kyngchaos.

Aucune différence d'utilisation n'est détectée si SAGA et GRASS ne sont pas définis comme options lors de la construction.

Les installations de traitement facultatives sont purement facultatives, à l'exception de GRASS7, qui, si elle est ajoutée, ou est déjà installé, alors le plugin QGIS core C++ GRASS7 est également construit lors de la compilation QGIS. Si vous installez GRASS7 plus tard, après QGIS, le plugin de base de GRASS7 n'aura pas été construit (bien que les algorithmes de traitement fonctionneront toujours).

Suggérant d'ajouter une note selon laquelle plusieurs interpréteurs python peuvent interférer les uns avec les autres et causer des problèmes à QGIS. Je vais maintenant m'en tenir aux brassins python uniquement à partir de maintenant.

Ce n'est pas spécifique à QGIS ou à ce robinet, en soi. Le mélange d'interpréteurs Python est susceptible de causer des problèmes avec n'importe quelle partie de Homebrew, mais plus encore avec les applications construites sur les en-têtes/librairies de base Python, comme QGIS.

Rkrug a commenté le 2 février 2017

@dakcarto --with-isolement intéressant, que cet isolement ne fonctionnait pas dans le cas de @pat-s. Cette option ne devrait-elle pas être par défaut ou ajoute-t-elle des complications ? J'ai eu plusieurs bogues dans R à cause des frameworks restants - une option comme celle-ci par défaut aurait pu être utile.

Rkrug a commenté le 2 février 2017

@pat-s Maintenant que vous l'avez exécuté, nous pourrions creuser le problème RQGIS, mais nous devrions déposer un nouveau problème pour cela.

Dakcarto a commenté le 2 février 2017

--with-isolement intéressant, que cet isolement ne fonctionnait pas dans le cas de @pat-s. Cette option ne devrait-elle pas être par défaut ou ajoute-t-elle des complications ? J'ai eu plusieurs bogues dans R à cause des frameworks restants - une option comme celle-ci par défaut aurait pu être utile.

Eh bien, la valeur par défaut dans Homebrew ne doit pas dépendre de son Python, donc avoir l'isolement activé irait à l'encontre de cela. Cela ne fonctionnera pas non plus pour les configurations où un utilisateur a des extensions Python C mixtes, construites par différentes installations Python de la même version (bien qu'elles devrait être compatible ABI), ou lorsque l'utilisateur a des remplacements Python dans l'espace utilisateur (qui ne sont pas supprimés pour l'isolement).

Isolation nettoie le PATH, le rendant spécifique à Homebrew, et nettoie le support Python en sautant PYTHON_PATH et en ignorant les packages Python du système. Même si cela est utile, pour certains cas, je pense que cela ne devrait pas être par défaut.


Erreur lors de l'exécution de open_app #69

J'ai une erreur avec RQGIS . Lorsque j'ai lancé open_app(), j'obtiens l'erreur suivante :

J'ai également essayé d'exécuter find_algorithms("slope(.+)?aspect") , et dans ce cas, j'ai eu l'erreur suivante :

J'utilise mac OSX et j'ai installé QGIS stable 2.14.14 via homebrew
Merci!

Le texte a été mis à jour avec succès, mais ces erreurs se sont produites :

Nous ne sommes pas en mesure de convertir la tâche en problème pour le moment. Veuillez réessayer.

Le problème a été créé avec succès, mais nous ne sommes pas en mesure de mettre à jour le commentaire pour le moment.

Pat-s a commenté le 26 mai 2017

As-tu installé gdal et gdal2 via homebrew ?

Veuillez également fournir des informations sur le brassage qgis2-ltr

Cmzambranat a commenté le 26 mai 2017

Oui, j'ai installé gdal et gdal2 via homebrew.
Voici la sortie de brew info qgis2-ltr

Pat-s a commenté le 26 mai 2017 •

Veuillez essayer de brasser le lien gdal2 --force . Exécuter 10.12.x ?

Assurez-vous également de redémarrer votre session R.

Cmzambranat a commenté le 26 mai 2017

Merci. J'ai lié gdal2 comme indiqué, redémarré R et j'ai toujours la même erreur. J'utilise 10.12.5.
Pour info, j'obtiens l'erreur lors de l'exécution de R sur le shell (iTerm2). Cependant, je ne pas j'ai des erreurs lorsque j'utilise RStudio et tout semble bien fonctionner.

Pat-s commenté le 28 mai 2017

Désolé pour la réponse tardive, j'étais sans accès internet ces derniers jours.

Pour info, j'obtiens l'erreur lors de l'exécution de R sur le shell (iTerm2). Cependant, je n'ai aucune erreur lorsque j'utilise RStudio et tout semble bien fonctionner.

C'est intéressant, je n'ai pas entendu parler de problèmes R dans le terminal mais pas dans RStudio (juste l'inverse). Essayez R --vanilla et voyez si cela fonctionne.

Je ne suis pas sûr non plus du trait de soulignement dans le message d'erreur suivant ( _gdal )


Hack 70. Importez vos waypoints et journaux de suivi GPS dans GRASS

Utilisez GRASS pour raconter l'histoire de vos voyages sur une carte personnalisée.

GRASS a la réputation d'être un programme compliqué qui peut tout faire, mais au prix d'une douleur ébouriffante. Voici un guide (relativement) simple pour amener GRASS à faire des choses intéressantes avec vos propres données GPS. En cours de route, nous convaincrons également GRASS de nous montrer des couches de fond de carte intéressantes comme moyen de fournir un contexte pour notre propre histoire. À ce stade, vous avez probablement chargé des waypoints et des traces de votre récepteur GPS sur votre ordinateur : maintenant, importons-les dans GRASS !

Avant la version 5.7, GRASS appelait les données ponctuelles des données "site", et il y avait l'art. commandes pour manipuler les données du site. Depuis la version 5.7, les points sont inclus dans le format "Vector" bien amélioré. Un point n'est que le vecteur le plus simple. Certains des anciens s. Les commandes sites fonctionnent désormais avec les données de points mais stockent les points dans le nouveau format vectoriel.

La commande s.in.ascii importe des données texte dans un fichier vectoriel. Vous pouvez spécifier une virgule comme séparateur de champ de saisie et importer des données qui ressemblent à ceci :

Les champs de données fournis à s.in.ascii peuvent également être séparés par des tabulations, des espaces ou un séparateur arbitraire de votre choix. En attendant, voici un exemple de ce avec quoi nous commençons, quelques lignes de données de suivi téléchargées via gpstrans.

Après la ligne d'en-tête, chaque ligne de données se compose de quatre champs séparés par des tabulations : un type de données (T, pour le journal de suivi), un horodatage et une paire latitude/longitude. Utilisez ce script Perl rapide pour convertir la sortie gpstrans en une forme pouvant être gérée par s.in.ascii.

Notez que la latitude et la longitude sont inversées dans la sortie, car "easting" ici est mesuré en degrés de longitude. Voici un extrait d'un tracklog qui a été nettoyé pour être importé dans GRASS.

Maintenant, nous importons le tracklog dans GRASS. Commencez par démarrer GRASS et chargez l'ensemble de données global avec les limites des états américains que nous avons assemblées dans [Hack #69] .

J'ai utilisé la commande d.zoom pour centrer la carte sur ma zone d'intérêt, produisant la figure 6-29.

Figure 6-29. Journal de bord sur l'île de Catalina

C'est le record d'un voyage de plongée d'une semaine autour de l'île de Catalina au large de la côte sud de la Californie. Ajoutons maintenant un peu de contexte.

Voici un petit fichier de waypoint.

Notez que maintenant il est délimité par des espaces, donc le séparateur de champs (fs) est maintenant défini sur espace. Nous pouvons importer cela dans GRASS et afficher les waypoints, ainsi que notre couche d'états, avec les commandes :

La figure 6-30 montre tous les composants de notre carte ensemble : le journal de bord, les points de cheminement à proximité et les frontières de l'État en dessous fournissent un contexte.

Figure 6-30. Tracklog Catalina avec waypoints et carte de base

Cette carte a un problème : les traces sont affichées sous forme de points discrets. Cela donne aux cartes résultantes une légère apparence de traçage de fée. Je trouve l'effet apaisant, car il laisse présager une ambiguïté dans le temps et dans l'espace. Le GPS semble me parler, me disant : « Bien sûr, je savais où vous étiez à ce moment-là, puis à ce moment-là, et tout au long de la journée, mais entre ces moments, je ne sais pas où vous étiez. » Il C'est comme si je voyageais à travers une série de sauts quantiques, sans tenir compte de l'espace intermédiaire (une astuce que ceux qui conduisent l'enclave du Nebraska voudront ajouter à leurs kits de voyage).

Voir le prochain hack, [Hack #71] pour un moyen de convertir les points discrets en lignes.


Comment utiliser

Notez que GRASS est utilisé dans une session temporaire interne (vous ne pouvez donc pas ouvrir les données GRASS mais travailler sur des fichiers GeoTIFF, SHAPE en utilisant GRASS via gvSIG/Sextante).

Obtenir des exemples de données

Un exemple de jeu de données (basé sur un jeu de données gratuit de Caroline du Nord, fourni par B. Ducke) est fourni avec le programme d'installation gvSIG-OADE. Sinon, si vous préférez, vous pouvez également le télécharger et le décompresser manuellement à partir d'ici.

Cet ensemble de données contient plusieurs fichiers de carte matricielle et vectorielle. La projection est (code EPSG 32119).

Exemple de session

  1. Démarrer un nouveau projet : "Fichier" -> "Nouveau projet" -> Cliquez sur le nouveau nom -> bouton "Ouvrir"
  2. Réglez la projection de la Vue : "Vue" -> "Propriétés" -> "Projection actuelle" -> "Type :" sélectionnez "EPSG" -> Entrez le code : "32119" -> Cliquez sur "Rechercher" -> Cliquez sur "OK" -> Accepter les propriétés avec "OK"

Interpolation de la carte des points vectoriels

  1. Ajoutez une carte de points vectoriels avec l'icône "Ajouter une couche" (menu du haut) : Fichier -> "Ajouter" -> Sélectionnez le fichier "geodetic_pts.shp" -> "OK"
  2. Zoom sur une partie de la carte
  3. Ouvrir la boîte de dialogue Sextante
  4. Allez dans "GRASS", déroulez "Vecteur (v.*)"
  5. Sélectionnez "v.surf.idw" (double clic)
    1. Le fichier SHAPE "geodetic_pts.shp" doit être présélectionné. Entrez comme nom de colonne "élévation".
    2. Accédez à l'onglet Région et sélectionnez "Utiliser l'étendue à partir de la vue".
    3. Entrez "Cell size": 1000 (c'est en unités de carte, ici: mètres)
    4. Cliquez sur "OK" pour lancer le calcul

    Analyse de carte matricielle : créer une carte d'index topographique à partir d'une carte d'altitude

    1. Ajoutez une carte d'altitude raster avec l'icône "Ajouter une couche" (menu du haut): Fichier -> "Ajouter" -> Sélectionnez le type de fichier "Raster" -> Sélectionnez le fichier "north_carolina/wake/wake_elevation.tif" -> "OK", Projection "Accepter".
    2. "Zoomer sur le calque" avec le bouton droit de la souris dans la légende
    3. Ouvrir la boîte de dialogue Sextante
    4. Allez dans "GRASS", développez "Raster (r.*)"
    5. Allez dans "r.topidx"
      1. Démarrez (double-clic) r.topidx, la carte "wake_elevation.tif" doit être prédéfinie, en sortie écrivez "wake_topidx.tif" (elle ira dans votre répertoire courant vérifier avec le bouton parcourir),
      2. Accédez à l'onglet Région et sélectionnez "Utiliser l'étendue à partir de la vue".
      3. Entrez "Cell size": 10 (c'est en unités de carte, ici: mètres)
      4. Cliquez sur "OK" pour lancer le calcul

      Carte vectorielle dissoute à l'aide d'une colonne d'attributs de chaîne (GRASS via Sextante dans QGIS)

      La carte de code postal de Raleigh, NC est utilisée dans cet exemple. La carte du polygone vectoriel peut être dissoute avec une colonne d'attributs (ici : en sélectionnant la colonne ZIPNAME) :


      GRASS Google Summer of Code 2018

      Si vous êtes étudiant, vous pouvez suggérer une nouvelle idée ou en reprendre une existante, en tout cas, écrire à ce sujet sur la liste de diffusion grass-dev.

      Vous êtes également invité à examiner de près (et à re-suggérer !) des idées des années précédentes ( ​ 2007, ​ 2008, ​ 2009, ​ 2010, ​ 2011, ​ 2012, ​ 2013, 2014, 2015, 2016, 2017) qui n'ont pas encore été mis en œuvre. Vous pouvez également consulter les projets GRASS GSoC acceptés des années précédentes pour avoir une idée de la portée.

      Incluez "GRASS GIS" dans le titre de notre idée pour distinguer facilement les idées et les projets au sein de l'OSGeo.

      Certaines idées plus importantes peuvent avoir leurs propres pages, vous pouvez donc les lier ici. Les pages peuvent être soit indépendantes si la page existe déjà (par exemple wxGUIDevelopment/SingleWindow ), soit plus préférablement des sous-pages de cette page si l'idée est (re-)développée pour ce GSoC. Dans ce dernier cas, utilisez le mot « idée » dans le nom de la page pour distinguer la page d'idées (par exemple GSoC/2017/CoolGRASSProjectIdea ) de la page de projet étudiant possible (par exemple GSoC/2017/CoolGRASSProject ).

      OSS-Fuzz - Fuzzing continu pour les logiciels Open Source pour GRASS GIS

      Pour vous débarrasser des bogues cryptiques, implémentez les tests Fuzz, une technique bien connue pour découvrir divers types d'erreurs de programmation dans les logiciels. Bon nombre de ces erreurs détectables (par exemple, un débordement de tampon) peuvent avoir de sérieuses implications en matière de sécurité.

      • Prérequis : C et/ou Python
      • Mentor : .
      • Note : moyenne
      • Résultats attendus : les tests Fuzz intégrés à GRASS fonctionnent de la même manière que GDAL
      • Test de compétences : comprendre les tests de fuzz dans GDAL

      Implémenter une série d'algorithmes de fusion d'images dans GRASS GIS

      GRASS GIS a actuellement le module G7:i.pansharpen dans le noyau et G7A:i.fusion.hpf comme addon. Il existe de nombreux autres algorithmes de fusion d'images et de pansharpening, et il serait très utile d'en avoir plusieurs disponibles dans GRASS GIS. Ceux-ci pourraient être mis en œuvre sous la forme d'une série de modules i.fusion.*. Vous trouverez plus d'informations sur l'application pratique sur : ​ Schulte to Bühne & Pettorelli 2017

      Exemples d'algorithmes de fusion existants :

      • Algorithmes de fusion bayésienne (par exemple ​ R-FUSE - voir aussi ​ code Matlab)
      • Prérequis : C et/ou Python
      • Mentor : Moritz Lennert
      • Note : moyenne
      • Résultats attendus:
      • Test de compétences : terminez le patch présent dans #3186 en fonction du commentaire dans le ticket, ou fournissez un patch pour #3110, #3431 ou #2984.

      Améliorer les capacités de rendu 3D dans GRASS GIS

      Les capacités de rendu 3D actuelles de GRASS GIS (appelées NVIZ) sont assez puissantes, mais de nombreuses fonctionnalités importantes manquent. La mise en œuvre actuelle est plutôt ancienne et doit être mise à jour avec des technologies plus récentes. Les points suivants (correctifs et nouvelles fonctionnalités) doivent être traités :

      • réimplémenter le rendu hors écran (voir m.nviz.image) en utilisant les technologies OpenGL actuelles (par exemple, les framebuffers) pour fonctionner de manière fiable sur toutes les plates-formes/matériels
      • correction des données raster et vectorielles de rendu avec transparence
      • rendu plus rapide des nuages ​​de points
      • implémenter le rendu de texte (pour les barres d'échelle par exemple)
      • examiner et résoudre les problèmes avec le rendu actuel des vecteurs 3D
      • les nouvelles fonctionnalités possibles incluraient le rendu de volume (ray casting par exemple), jusqu'à présent nous ne pouvons visualiser que des isosurfaces ou des tranches de rasters 3D
      • ajout d'axes
      • Exigences : C, OpenGL
      • Mentor : Anna Petrasova
      • Co-mentor : Vaclav Petras
      • Note : moyenne
      • Résultats attendus : rendu 3D fiable à l'écran et hors écran sur la plupart des plates-formes
      • Test de compétences : analyser le code m.nviz.image actuel et suggérer comment le rendu hors écran pourrait être mis en œuvre

      Fonctionnalité supplémentaire pour exécuter les modules GRASS GIS dans Jupyter Notebook

      • Le démarrage de GRASS GIS dans un script ou un notebook est actuellement trop lourd.
      • Les cartes ne permettent pas le panoramique et d'autres interactions.
      • Il manque des exemples d'utilisation de Jupyter Notebooks avec GRASS GIS. Ces exemples doivent être intégrés dans la documentation GRASS GIS, OSGeo (OSGeo-Live) et (interactive) Jupyer.
      • Exigences : Connaissance de base des scripts GRASS GIS et des blocs-notes IPython/Jupyter, Python, JavaScript
      • Mentor : Vaclav Petras
      • Co-mentor : Luca Delucchi
      • Co-mentors potentiels : Massimo Di Stefano, Pietro Zambelli
      • Note : facile
      • Résultats attendus : blocs-notes IPython/Jupyter liés à l'herbe quelques nouvelles fonctions dans la bibliothèque de l'herbe pour afficher les données/tableaux sur les blocs-notes IPython/Jupyter
      • Test de compétences : Ecrire une suite de tests pour une commande GRASS GIS, plus d'infos ici

      Intégration de PDAL dans GRASS GIS

      • Remplacez complètement LibLAS.
      • Exposez la riche fonctionnalité PDAL.
      • Partagez le code avec des modules tels que v.in.lidar (basé sur libLAS) et r.in.xyz pour une maintenance future facile.
      • Facultatif (selon le temps) ou en tant que sujet distinct : pseudo-mapset v.external et @PDAL pour les nuages ​​de points
      • Prérequis : C, C++
      • Mentor : Vaclav Petras
      • Co-mentors : Doug Newcomb (partie non codante), Martin Landa
      • Accepté : wiki:GSoC/2017/IntegrationOfPDALintoGRASSGIS
      • Note : moyenne
      • Résultats attendus:
      • Test de compétences :

      Cadre d'analyse comparative pour GRASS GIS

      • Un ensemble de fonctions/modules pour tester les performances des modules GRASS SIG en fonction de différentes entrées.
      • Exemples de tels repères.
      • Le partage de l'interface et du code avec le cadre de test existant doit être abordé.
      • Voir aussi https://github.com/jachym/grass-performace et wiki:GSoC/2014/TestingFrameworkForGRASS
      • Mentor : Vaclav Petras
      • Co-mentors potentiels : Soeren Gebbert, Jachym Cepicky
      • Note : moyenne
      • Résultats attendus:
      • Test de compétences :

      GRASS GIS en tant que partie de post-traitement de WebODM

      • Intégrez GRASS GIS dans WebODM pour le post-traitement des nuages ​​de points et des orthophotos.
      • Cela nécessitera le développement de l'interface de ligne de commande GRASS GIS (et/ou Python) pour les applications autonomes. Ces améliorations doivent être intégrées dans GRASS GIS à des fins de maintenance et de réutilisation.
      • Mentors potentiels : Vaclav Petras, Anna Petrasova
      • Note : moyenne
      • Résultats attendus:
      • Test de compétences :

      Outils GUI supplémentaires pour l'analyse d'images

      GRASS GIS dispose d'une série de modules qui fournissent les outils nécessaires à l'analyse d'images basée sur les pixels et sur les objets. Cependant, certaines étapes du processus nécessitent encore des manœuvres assez compliquées. Une série de nouveaux modules GUI serait très utile pour rendre l'expérience plus conviviale.

      • Une tâche serait le développement de modules GUI qui permettent d'attribuer des valeurs de classe à des polygones vectoriels ou à des zones raster.
        • Pour le cas vectoriel, il s'agirait d'une interface graphique généralisée pour mettre à jour les valeurs dans la table attributaire sans avoir à entrer en mode de numérisation vectorielle. Le module devrait permettre un mécanisme de définition des colonnes qui doivent être mises à jour pour ensuite créer un formulaire GUI contenant uniquement ces colonnes.
        • Pour le cas raster, cela signifierait un système où l'utilisateur peut cliquer sur un raster, obtenir la valeur de pixel, puis associer une valeur de classe à cette valeur de pixel. Le résultat doit être écrit dans un fichier texte.
        • Exigences linguistiques : Python, wxPython
        • Mentor : Moritz Lennert
        • Co-mentor : Vaclav Petras (partie codage)
        • Co-mentor :
        • Note : moyenne
        • Résultats attendus:
        • Test de compétences : résolvez au moins un ou deux des problèmes du #3310

        Module pour créer un carrelage quadtree

        • Module ou ensemble de modules comme v.mkgrid qui générerait des tuiles basées sur la division de l'espace en utilisant les informations 2D ou 3D des entités vectorielles en utilisant le quadtree et le k-tree (déjà dans la bibliothèque pour travailler avec des points).
        • Cette idée doit être étendue.
        • Mentor : .
        • Note : difficile
        • Résultats attendus:
        • Test de compétences :

        Outils pour générer des tests unitaires à partir d'exemples dans le manuel

        Pendant le GSoC 2014, GRASS a obtenu un cadre pour les tests unitaires. Afin d'augmenter l'application du framework (et donc la couverture des tests) et le rendre plus facilement accessible pour les développeurs moins expérimentés (par exemple les auteurs d'AddOn?), des outils qui permettent de générer automatiquement des tests unitaires (au moins basiques) à partir d'exemples d'utilisation du module dans la page de manuel serait très utile. De tels outils seraient également utiles pour ajouter une couverture de test pour la fonctionnalité générale des modules qui ont été écrits avant l'arrivée du cadre de test.

        • Exigences linguistiques : Python
        • Mentor : Vaclav Petras
        • Co-mentor : Soeren Gebbert
        • Note : facile
        • Résultats attendus:
        • Test de compétences :

        Moteur de rendu Mapnik pour GRASS GIS

        • Mapnik est un puissant moteur de rendu écrit en C++ avec des liaisons Python.
        • Le projet a tendance à ajouter le moteur Mapnik comme backend alternatif à WxGUI Cartographic Composer
        • La mise en œuvre aura la plupart des capacités du compositeur cartographique WxGUI réel
        • Le plugin pourra créer différents formats d'images (PNG, PDF, etc)
        • Le plugin pourra exporter le fichier XML Mapnik
        • Une implémentation similaire est quantumnik
        • Exigences linguistiques : Python
        • Mentor : Luca Delucchi
        • Co-mentor : Martin Landa
        • Note : moyenne
        • Résultats attendus:
        • Test de compétences :

        Code GUI généralisé pour GUI basé sur Qt

        • wxPython/wxWidgets utilise des bibliothèques système natives pour le rendu, mais il y a en fait beaucoup de comportement dépendant de la plate-forme et une grande instabilité de certaines fonctionnalités
        • Qt est de plus en plus utilisé, QGIS utilise Qt
        • le code graphique actuel (wxGUI) manque souvent de conception appropriée et est difficile à maintenir, l'ajout de nouvelles fonctionnalités nécessite des hacks ou une refactorisation
        • une nouvelle implémentation fraîche de l'interface graphique est nécessaire
        • cette nouvelle implémentation devrait utiliser une conception de code GUI appropriée afin que les parties pertinentes du code puissent être utilisées avec la nouvelle interface graphique Qt mais également avec l'interface graphique wxPython actuelle
          • cela est nécessaire pour éviter la duplication du code de l'interface graphique et dépenser les ressources pour maintenir deux bases de code (à l'exception des parties spécifiques à Qt et wxPython)
          • cela montrera également que la logique provient en fait de la représentation graphique
          • cela évite de laisser tomber wxGUI au moment où le nouveau n'a pas toutes les fonctionnalités du nouveau
          • dans ce cas, des parties de l'interface graphique peuvent être implémentées séparément dans Qt

          Module NVIZ de visualisation 3D GRASS GIS indépendant de l'interface graphique principale

          • GRASS GIS 6 a une interface Tcl/Tk vers NVIZ, une bibliothèque de visualisation 3D GRASS GIS, et l'interface est une application autonome dans l'environnement GRASS GIS. Cela a ses inconvénients et donc wxGUI dans GRASS GIS 6 et GRASS GIS 7 contient une vue 3D entièrement intégrée qui utilise la bibliothèque NVIZ comme backend. Cependant, cela a aussi ses inconvénients et la solution idéale est d'avoir les deux.
          • Les exemples existants sont g.gui.iclass , g.gui.animation et g.gui.vdigit qui est le plus proche de g.gui.nviz proposé car il est également intégré dans wxGUI Map Display.
          • L'implémentation doit utiliser/réutiliser/refactoriser le code existant et toutes les fonctionnalités actuelles doivent être préservées (les comparaisons avec la version originale doivent être effectuées tout au long de la période de développement).
          • L'interface de ligne de commande doit être similaire au module m.nviz.image mais doit également accepter le fichier d'espace de travail wxGUI.
          • Une refactorisation sera nécessaire pour découpler les contrôles GUI (maintenant partie de Layer Manager) et le rendu
            • La règle de base est que le nouveau code devrait fonctionner même sans contrôles GUI, par ex. en tant qu'API, et le rendu devrait être possible non seulement dans la fenêtre wxPython mais également en utilisant le module m.nviz.image
            • l'utilisation dans g.gui.animation pourrait également être envisagée
            • avoir une API Python peut être très avantageux pour les scripts (bien que m.nviz.image résolve la plupart des problèmes)

            Intégration de v.profile dans l'outil de profilage GUI

            L'outil de profil GUI actuel prend en charge la création de profils de cartes raster. Il sert d'interface de visualisation à r.profile. Parfois, il est nécessaire d'intégrer dans le profil des informations sur certains objets (rivière, route, point d'observation etc.) qui sont fournis sous forme d'objets vectoriels. Une telle fonctionnalité est fournie par le module v.profile, mais il manque encore un outil de visualisation. Ainsi, dans le cadre du SOC, l'outil de profilage existant pourrait être étendu pour inclure également des capacités de profilage vectoriel. Ce SOC nécessite des connaissances de base de Python et fournira une introduction au développement du programme wxPython.

            • L'intégration de v.profile doit prendre en charge :
              • afficher les points vectoriels sous forme de symboles par leur coordonnée Z / valeur d'attribut OU sur une ligne de profil raster sélectionnée
              • affichage des points de croisement de lignes vectorielles sous forme de lignes verticales
              • afficher des étiquettes à côté des symboles ou sur l'axe X

              Ajouter le système de construction CMake pour GRASS GIS

              Cette idée permettra d'avoir une construction multiplateforme de grass sur toutes les principales plateformes (GNU/Linux, *BSD, Windows et OSX) les étudiants doivent avoir une connaissance avancée de l'écriture de scripts cmake et devraient également avoir accès à d'autres systèmes d'exploitation : OSX, Linux et Windows (au moins une instance de VM pour effectuer des tests est requise)

              • Gardez autoconf jusqu'à ce que cmake build devienne stable (au moins deux versions ?)
              • Exigences : Cmake
              • Mentor : Rashad Kanavath
              • Co-mentors : ??

              Ajouter un module de masquage des nuages ​​pour les données sentinelles dans GRASS GIS

              L'idée est d'implémenter un module pour GRASS GIS pour faire le masquage des nuages ​​en utilisant une approche automatique qui n'utilise pas de bandes thermiques et de séries temporelles (Parmes et al. 2017). Un certain nombre de tests ont été effectués au cours du dernier mois en utilisant l'approche publiée dans l'article cité et en ajoutant une considération supplémentaire pour mieux supprimer l'ombre.

              Les étudiants doivent avoir une connaissance avancée de l'écriture de scripts python dans GRASS

              • Prérequis : Python/C/C++
              • Mentor : Markus Neteler, Roberto Marzocchi
              • Note : moyenne
              • Résultats attendus : un nouveau script python GRASS qui effectue le masquage du nuage
              • Test de compétences : bonne connaissance de la Télédétection et en particulier des données Sentinel-2
              • Accepté comme wiki:GSoC/2018/CloudsAndShadowsDetection

              Prise en charge complète de Python 3 dans GRASS GIS

              L'idée est de mettre à jour les composants de base de GRASS pour Python3. Cela consiste en:

              • trouver la meilleure solution pour gérer l'unicode
              • Bibliothèques Python (scripts, pygrass, temporal) - une partie du travail déjà effectué mais nécessite plus de travail, de tests et d'améliorations
              • Modules Python (script) dans le tronc SVN
              • wxGUI : mettre à jour les bibliothèques et les composants wxpython vers Python 3, wxGUI fonctionne déjà principalement avec wxPython Phoenix avec Python 2, doit être mis à jour vers Python 3
              • Exigences : Python, wxPython
              • Mentor : Martin Landa
              • Co-mentors : Anna Petrasova, Vaclav Petras
              • Note : moyenne
              • Résultats attendus : GRASS prêt pour Python3 (GRASS 7.6)
              • Test of skills: listing generally used solutions for migrating from Python 2 to 3 and listing possible solutions when dealing with unicode, tickets: #3510
              • Accepted as wiki:GSoC/2018/FullSupportPython3

              Improve GRASS integration in QGIS 3

              Currently GRASS integration in QGIS is hard to maintain. In QGIS Dev ML has been proposed to remove all external providers (namely OTB, GRASS, and SAGA) from Processing in QGIS2, see ​ https://lists.osgeo.org/pipermail/qgis-developer/2018-January/051701.html

              The idea is to improve GRASS integration in QGIS 3 in order to be maintainable in the future. It consists several parts:


              About GIS technology

              Geographic Information System (GIS) technology is the application of location-based analytics – using the science of geographical intelligence to analyse multiple, complex datasets layered over defined territories, revealing hidden trends and patterns.

              A geographic information system (GIS) is a framework for gathering, managing and analysing data using location information to reveal deeper insights to help users make smarter decisions.

              From the 1970s to today, explore the rich history of GIS technology and the origins of modern-day maps.

              Learn what location intelligence is - and why it's essential for successful modern enterprises.

              The human brain processes visual information 60,000 times faster than alphanumeric data - making location analytics an essential capability for decision-making.

              GIS technology quickly sorts and analyses large datasets, delivery unique and powerful insights that are unattainable through any other BI tool.

              Data sits at the heart of strategic decision-making - however unless data is properly managed and analysed, its benefits are limited.

              Discover how businesses, governments and industries are applying data science and location intelligence to drive digital transformation.

              Take a look at these GIS maps from around the world and see how information is being shared in colourful and unique ways.


              Conference News and Updates

              • Tuesday Dinner Shuttle. On Tuesday night, there will be an UNT sponsored shuttle bus running between Renaissance and Trinity Groves. Click for more details.
              • For dining options and local information, check the ACM SIGSPATIAL 2014 Locality Guide.
              • The conference is this week! For information on transportation from the airports to the conference hotel, see the venue and accommodations page. for ACM SIGSPATIAL 2014. Early registration is available until Oct. 14 Oct. 21.
              • This year's keynote speeches are:
                • Luc Vincent, Google - Mapping the World with Street View
                • Dinesh Manocha, University of North Carolina at Chapel Hill - Interactive Crowd Simulation for Spatial Analysis of Indoor and Outdoor Environments

                The ACM SIGSPATIAL International Conference on Advances in Geographic Information Systems 2014 (ACM SIGSPATIAL 2014) is the twenty-second event in a series of symposia and workshops that began in 1993 with the aim of bringing together researchers, developers, users, and practitioners in relation to novel systems based on geo-spatial data and knowledge, and fostering interdisciplinary discussions and research in all aspects of geographic information systems. The conference provides a forum for original research contributions covering all conceptual, design, and implementation aspects of geospatial data ranging from applications, user interfaces, and visualization to data storage and query processing and indexing. The conference is the premier annual event of the ACM Special Interest Group on Spatial Information (ACM SIGSPATIAL). Researchers, students, and practitioners are invited to submit their contributions to ACM SIGSPATIAL 2014.


                Error in executing commands in GRASS GIS - Geographic Information Systems

                Students Day
                * November 16 - 18, 2020 *


                Professionals Day
                Coming Spring 2021

                Houston TranStar
                6922 Old Katy Road
                Houston, TX 77024

                Houston's Largest GIS Event

                The Houston Area GIS Day is the largest showcase of its kind on how Geographic Information Systems are used in the City of Houston and surrounding areas. The first GIS Day was held on November 2001 at the University of Houston-Downtown campus.

                Business people, educators, students, and the general public will be given a free access pass to products and services that encompass the GIS program. Since its debut, this event has grown steadily to achieve a prominent position with public, private and governmental agencies in the GIS field. The Houston GIS Day has received national recognition at the Annual ESRI User Conference. Every year, the GIS Student's Day event alone brings in over 300 students and educators from the Houston Independent School District. We hope more schools will take part in this event. It is a good investment that gives students the opportunity and motivation to pick an area for their future career studies. Prizes will be awarded for school essay projects and GIS Mentorship Projects.

                2020 Houston Area GIS Day - COVID-19 Update
                To encourage the health and safety of the region, the Houston-Galveston Area Council’s Geographic Data Workgroup is planning an event to happen between November 16th and 18th, 2020. It will be a virtual event instead of an in-person one. Details will be posted mid to late October.

                November 16-18, 2020 (Monday to Wednesday) Houston Area GIS Students Day
                Virtual Event.
                For Students 9:00AM to 2:00PM.
                Admission : Assigned Schools and Teachers. Free lunch will be provided.

                Coming Spring 2021 Website: 2021 Houston Area GIS Expo
                Houston TranStar, 6922 Old Katy Road
                For Professionals

                © copyright, Houston Area GIS Day, Texas, USA &bull All Rights Reserved &bull HGAC &bull GDW


                Inhoud

                Een GIS is een operationeel, ondersteunend informatiesysteem (information support system) waarbij de data een geografische dimensie hebben, zodat deze gerelateerd kunnen worden naar een bepaalde plek op aarde. Het heeft 3 praktische functies:

                1. het omzetten van grote hoeveelheden topografische data in digitale vorm
                2. het ontwikkelen van relationele database management systemen
                3. het zorgt voor nieuwe vormen van uitvoer van computers zoals plattegronden, kaarten en grafieken

                Het wordt vooralsnog vooral gebruikt door geografen en de publieke sector, maar er is veel potentieel om relevante applicaties te ontwikkelen voor de private sector. [1]

                De kracht van een GIS ligt in het vastleggen, combineren, analyseren en presenteren van gegevens met een ruimtelijke component om zo informatie te verkrijgen. Veel gegevens en informatie bevatten een ruimtelijke component zodat die gegevens en informatie over objecten op een landkaart kunnen worden weergegeven (geocoderen) en vervolgens ruimtelijk met elkaar in verband kunnen worden gebracht. Het vastleggen waar zich iets bevindt, gebeurt in een referentiestelsel, in Nederland bijvoorbeeld in coördinaten van de Rijksdriehoeksmeting (RD).

                De term GIS wordt ook voor andere systemen genoemd of in combinatie met andere systemen gebruikt. Zo komt men termen als GIS tegen in combinatie met computer-aided design (CAD), remote sensing (RS), automated mapping (AM) en facility management (FM), land information systems (LIS), ruimtelijke informatiesystemen (RIS) en de populaire routeplanners.

                Met een GIS zijn deze relaties bovendien herkenbaar zichtbaar te maken: visualiseren of "in kaart brengen". Dit visualiseren is de grootste en bekendste toepassing van een GIS.

                • Voorbeelden (figuren) van met een GIS geproduceerde kaarten zijn o.a. in het artikel 'Thematische kaart' te zien hoe met een GIS 'goede' kaarten te maken zijn, is te lezen in het artikel 'Kaart (cartografie)'.

                Naast visualisatie van geografisch gebonden informatie is de analyse van geografisch gebonden informatie een belangrijke toepassing binnen een GIS. Door bewerkingen, berekeningen en analyses binnen een GIS, is het mogelijk om objecten waarvan hun ligging ruimtelijk bekend is beter te beheren. Zou alleen van administratieve databases gebruik worden gemaakt, dan moeten bepaalde geografische attributen handmatig worden ingevoerd. Stel bijvoorbeeld dat een beheerder van alle afzonderlijke zendmasten de gemeente moet kennen voor bepaalde calamiteiten of verlenging van de vergunning. De beheerder moet dan van alle zendmasten de gemeente invoeren. En dat moet hij dan nog wijzigen bij elke gemeentelijke herindeling. Wanneer de geografische puntlocaties van de zendmasten bekend zijn en ook de omtrekken en daarmee de ingesloten vlakken van de gemeenten ingevoerd zijn in een GIS-systeem, is 'met één druk op de knop' elke zendmast te koppelen aan de juiste gemeente.

                Een GIS heeft een grote meerwaarde voor het beheer van geografisch gebonden objecten en objecten die daarmee een relatie hebben. De meerwaarde is terug te vinden in actualiteit, consistentie, invoerefficiëntie en beschikbaarheid van extra attributen en extra functionaliteit.

                In een GIS worden gegevens en informatie over geografische locatiegebonden objecten vastgelegd. Het kan daarbij gaan om reële objecten, zoals wegen, woningen en leidingen, en het kan gaan om virtuele objecten zoals bestuurlijke gebiedsindeling, eigendomsverhoudingen, bestemming.

                De aanbieders van de voor GIS bruikbare basisgegevens vinden we bij: de overheid, de waterschappen, de universiteiten en profit- en non-profitorganisaties. Meestal moeten de gegevens eerst worden bewerkt om in een GIS gebruikt te kunnen worden. Gescande kaarten en luchtfoto moeten getransformeerd worden naar het gebruikte referentiesysteem (coördinatensysteem), we noemen dat registreren. Soms zijn de coördinaten al toegevoegd tijdens het meetproces met behulp van een global positioning system (GPS) of Location Based Services (LBS).

                Vaak moeten data of attribuutwaarden worden gekoppeld aan een geografische positie of aan een geografisch object. We noemen dat ook wel geocoderen. Stel we hebben een ledenbestand op postcode en we hebben daarnaast een postcodebestand met de coördinaat van het zwaartepunt van zo'n gebied. We kunnen dan van alle leden via de postcode bepalen waar ze met al hun eigenschappen op een kaart geplot, verwerkt, geteld, geanalyseerd enz. moeten worden.

                Voorbeelden van geografische gegevensbronnen zijn:

                • Digitale bestemmingsplannen
                • Digitale kaartbestanden van GIS Maatwerk en Advies/Afdeling GEO- informatie/Directie GEO/Kadaster (vestiging Zwolle) of Nutsbedrijven
                • Luchtfoto's en satellietopnamen (AHN) met behulp van laseraltimetrie (zie LIDAR)
                • Postcodebestand en de bestanden met alle postadressen.

                Voorbeelden van locatiegebonden data zijn:

                • Inventarisaties van flora en fauna per kilometervak
                • Adressenbestanden en bevolkingsgegevens gekoppeld aan postcode
                • Statistische gegevens van het Centraal Bureau voor Statistiek (CBS)
                • Automatische waarnemingsstations van luchtkwaliteit en temperatuur.

                Bij het combineren van gegevensbronnen dienen gebruiker en ontwerper van een GIS rekening te houden met het oorspronkelijke schaalniveau (dus ook: nauwkeurigheid) daarvan. Bij een goed GIS wordt niet elke gegevensbron met willekeurige schalen door elkaar gebruikt, omdat anders verkeerde conclusies over onderlinge ligging, afstand en relaties getrokken zouden kunnen worden. Dit geldt zowel voor (getalsmatige) analyses als voor kaartjes, producten die beiden door een GIS gefaciliteerd kunnen worden.

                Het is bij een GIS van belang te weten in welk referentiesysteem (coördinatenstelsel) er wordt gewerkt. GPS data wordt verzameld in het zogenaamde WGS84. Om deze data te combineren met data van bijvoorbeeld het Nederlandse Kadaster in RD/NAP moet een conversie of wel transformatie van de coördinaten worden uitgevoerd tussen WGS84 en het RD/NAP stelsel en het stelsel waar in men wil gaan werken in het GIS.

                In Nederland worden voor GIS-systemen op nationaal niveau veelal de coördinaten van het rijksdriehoeksstelsel gebruikt. Zo is de positie van alle Nederlandse postcodes en de meer dan 7,4 miljoen postadressen (2003) bekend in dit coördinatenstelsel. Met behulp van deze adrescoördinaten kunnen adresgebonden gegevens automatisch op een kaart worden geplaatst. In België wordt op nationaal niveau Lambert72 gebruikt en in Duitsland Gauss-Krüger.

                Een GIS is meer dan wat het op het eerste gezicht (een 'kaartengenerator') misschien zou zijn. [bron?]

                Doordat een gebruiker van een GIS toegang heeft tot het (digitale) geovisualisatiemodel en het landschapsmodel heeft hij invloed op:

                • de uitdrukkingsvorm (bijvoorbeeld kaartsoort, outputformaat)
                • het visuele model (bijvoorbeeld de classificatiegrenzen, kleuren en selecties)
                • het landschapsmodel / de data (bijvoorbeeld andere analyses, selecties, meetwaarden)

                De verschuiving van de invloed die een gebruiker op de kaart heeft, samen met het verbeterd ontsluiten van geo-informatie, wordt ook wel de democratisering van geo-informatie genoemd. Daar hoort in het ideale geval een verschuiving van de benodigde cartografische kennis van de cartograaf naar de gebruiker plaats te vinden. Dit is ook mogelijk door de stijgende GIS-kennis bij gebruikers (b.v. Google Earth) en verbeterde, gebruikersvriendelijkere GIS-ontsluitingsprogramma's. Was de gebruiker vroeger een GIS-expert, nu is dat een klant, scholier of gebruiker thuis.

                Voorbeelden van GIS-toepassingen voor consumenten zijn de routeplanners: op basis van de ligging van de postcode wordt automatisch de kortste of snelste route tussen twee locaties gezocht. Ook weerkaarten zijn een bekend voorbeeld van het gebruik van geografische informatie.

                Sinds Google in 2005 Google Maps en Google Earth heeft geïntroduceerd en door het succes van routenavigatiesystemen neemt de GIS-awareness toe bij het grote publiek.

                Dankzij de opkomst van open source software kunnen consumenten ook gemakkelijk gebruik maken van GIS. Veel sites hebben programma's waar de consument vele zaken mee kan weergeven.

                In de afgelopen jaren is GIS stevig ingeburgerd binnen allerlei professionele organisaties en het aantal bedrijven en instellingen dat gebruikmaakt van GIS is nog steeds stijgende. GIS wordt uiteraard gebruikt door bedrijven en instellingen die de activiteiten omtrent ruimtelijke gegevens als hun corebusiness zien. Daarnaast wordt GIS gebruikt binnen bedrijven en organisaties die hun kernactiviteiten hebben liggen binnen gerelateerde werkterreinen, oftewel binnen de vakgebieden waarbij de ruimtelijke component een belangrijke rol speelt. In die gevallen wordt GIS toegepast binnen de productieomgeving van een bedrijf of organisatie. Maar er zijn ook tal van bedrijven en organisaties die GIS gebruiken als hulpmiddel op strategisch en/of tactisch niveau om zodoende meer inzicht te genereren in de bedrijfsvoering. Dergelijke toepassing van GIS voor monitorings- en beslissingsdoeleinden wordt Location intelligence genoemd.

                Voorbeelden van professionele toepassingen Bewerken

                GIS wordt onder andere gebruikt in de planologie, de analyse van verkeer, vervoer, milieu en veiligheid, toepassingen in het vakgebieden van aardwetenschappen, defensie, economie en in marketing.

                Informatie over geografische objecten kunnen met elkaar in verband worden gebracht en geanalyseerd. Men kan bijvoorbeeld een analyse maken van de invloed van een milieufactor zoals geluid en de effecten daarvan op bijvoorbeeld gezondheid. De koppeling vindt plaats geografische objecten die vastgelegd liggen met coördinaten. Binnen bijvoorbeeld de berekende geluidscontouren kan het aantal personen worden bepaald die te maken hebben met een bepaalde maatregel. Nadere analyse kan dan leren of er een statistisch relevant verband bestaat tussen een contourwaarde en de klachten die zich voordoen.

                Veel organisaties hebben een adressenbestand, met daaraan gekoppeld allerlei gegevens. Bijvoorbeeld de leden van een vereniging, telefoonaansluitingen, te koop staande woningen, klanten met een klantenkaart et cetera. Door het afbeelden van de gegevens die bij de adressen horen kan interessante informatie worden zichtbaar gemaakt. Makelaars kunnen bijvoorbeeld het aanbod de ligging en de prijsontwikkelingen van koopwoningen zichtbaar maken.

                Overheidsinstellingen en nutsbedrijven gebruiken GIS onder meer om de ligging van verschillende nutsvoorzieningen bij te houden (rioleringen, gas- en elektriciteitsleidingen, drinkwaterleidingen. ). Een voorbeeld van het gebruik van een driedimensionaal GIS waarbij naast de plaats ook de hoogte van belang is, is de risicoanalyse in gebieden die gevaar lopen bij overstroming.

                Ook de pers en televisie maken steeds meer gebruik van GIS om informatie te presenteren waarbij de plaats waar iets gebeurt van belang is. Denk bijvoorbeeld aan de presentatie van de uitslag van verkiezingen en de kaarten die het stemgedrag per gemeente weergeven.

                GIS kan ook gebruikt worden om risico- en probleemgebieden op te sporen met bijvoorbeeld ongevallenkaarten of bereikbaarheidskaarten van het openbaar vervoer.

                Een specifieke toepassing van GIS systemen is het maken van digitale Zeekaarten of ENC (Electronic Navigation Chart) voor toepassing in ECDIS (Electronic Chart Display) systemen. Hierbij staat het GIS aan boord van zeeschepen en heeft de stuurman direct de beschikking over gedetailleerde informatie die voor hem van toepassing is. Zo kan hij alleen die gebieden laten zien die te ondiep zijn voor zijn schip om te varen. Verder kan de kaart gecombineerd worden met de radarmetingen, zodat hij andere schepen "ziet" varen op de zeekaart.

                Toepassingen voor commerciële bedrijven Bewerken

                Commerciële bedrijven kunnen hun klantgegevens combineren met sociodemografische gegevens en uitkomsten van consumentenonderzoek, om daar hun marktstrategie en marktbenadering op af te stemmen.

                De integratie van GIS in de informatiesystemen van een organisatie is van vitaal belang voor het maximaal benutten van de informatiebronnen. Veel door bedrijven gebruikte data bevatten een geografische ondertoon, zoals het adressenbestand van klanten. Omdat de toepassingen van GIS blijven groeien, met name in de private sector, wordt het ook gebruikt voor strategische doeleinden. Een voorbeeld van een toepassing is een Intelligent Transportation System (ITS). Deze worden ontwikkeld om de veiligheid en efficiency van snelwegverkeer te verbeteren. Ook de trend naar globalisatie brengt een hoop verschillende organisatie ontwerpen met zich mee die zowel business- als informatiemanagement uitdagingen creëren. Een GIS management strategie is daarbij vereist. [2]

                De componenten van een GIS management strategie zijn:

                • een gecentraliseerde en/of gecoördineerde business/technology strategie die een data communicatie architectuur en standaarden vestigt
                • een gecentraliseerde en/of gecoördineerde data management strategie voor de creatie van bedrijfsdatabases en
                • groepering van global business en GIS management strategie. [3]

                Voor een militair commandant is GIS een hulpmiddel bij de voorbereiding en de uitvoering van een militaire operatie. Een GIS geeft een commandant inzicht in het operatiegebied:

                • Hoe ziet het operatiegebied eruit: reliëf, bodemsamenstelling, begaanbaarheid, begroeiing.
                • Hoe is de infrastructuur: transport, bruggen, verbindingen.
                • Welke invloed heeft het terreinreliëf op de operatie?
                • Wat zie ik en wie kan mij zien op een bepaald punt: vuurcontact, radar, zendapparatuur
                • Waar zitten vriend en vijand?
                • Waar liggen de strategisch belangrijke doelen

                Afhankelijk van het doel kunnen geografische informatie selectief de benodigde informatie presenteren of gegevens analyseren. Geografische informatiesystemen zijn een hulpmiddel om militaire middelen efficiënt en effectief in te zetten.

                Rond GIS is een grote industrie ontstaan. Er zijn diverse GIS-leveranciers die gedurende de laatste jaren, in meer of mindere mate, het proces van file naar database georiënteerde GIS-producten hebben doorgemaakt. Ook binnen de opensourcegemeenschap wordt GIS-software ontwikkeld. Implementatie, configuratie, integraties, ondersteuning, maatwerkaanpassingen en hosting rond deze opensourceproducten worden door lokale dienstverleners in de markt opgepakt, net als bij de dienstverleners van gesloten systemen.

                Zowel de gesloten als de open GIS-producten hebben de mogelijkheid om geografische en administratieve data op te slaan in een database. Door de open specificaties van het Open Geospatial Consortium, Simple Feature Access, zijn meerdere databasefabrikanten in staat gebleken hun database op eenduidige wijze voor geografische toepassingen toegankelijk te maken middels zogenaamde ´spatial extensions´ zoals onder andere Oracle Spatial (gesloten) en PostgreSQL/PostGIS (open). De beschikbaarheid, mogelijkheden en daarmee integratie van GIS in de primaire processen, en hun ondersteunende systemen, van zowel openbare instanties als commerciële bedrijven hebben hiermee een hoge vlucht genomen.

                Ook neemt de publicatie van data een belangrijke plaats in denk daarbij aan de door de overheid verzamelde informatie zoals door het CBS, en door het Kadaster met Kadaster Geo-Informatie.

                Belangrijke gebruikers van GIS in Nederland zijn onder meer de Rijkswaterstaat, het Ministerie van LNV, het RIVM, het CBS, gemeentes, provincies, waterschappen, vele planologische diensten en adviesbureaus.


                Voir la vidéo: Edge detection