Suite

Créer un DEM à partir de données ponctuelles à l'aide de QGIS ?

Créer un DEM à partir de données ponctuelles à l'aide de QGIS ?


Mon patron m'a donné un petit fichier de forme de point 3D et m'a demandé d'en faire un DEM, que je devrais assembler avec un ancien DEM du même site, qui a été réalisé avec Surfer.

J'ai créé une couche raster à partir du fichier de formes et utilisé l'outil de contour pour créer des contours de niveau. Malheureusement, ils semblent être des lignes au lieu de polygones. Lorsque j'utilise l'outil ligne à polygone, certains niveaux disparaissent. Je suis sûr qu'il existe un moyen de créer un DEM à partir de données ponctuelles, mais je n'ai aucune idée de ce que je fais mal.

J'utilise QGIS Valmiera.


Un DEM (modèle numérique d'élévation) est un raster et non des courbes de niveau ou des polylignes. Si les données ponctuelles sont une grille systématique de points (espacement égal), alors c'est aussi simple que de convertir directement en raster à l'aide d'un outil de rastérisation. Dans QGIS, vous pouvez utiliser "Raster > Conversion > Rasterize (Vector to raster)".

Cependant, si les points sont irréguliers, cela devient un problème d'interpolation. De nombreuses options sont disponibles. L'outil stock QGIS "Raster > Interpolation > Interpolation" ne dispose que de TIN et d'IDW. Je ne recommanderais pas vraiment l'une ou l'autre de ces méthodes, mais elles peuvent convenir à vos besoins. Grâce à la boîte à outils QGIS, SAGA GIS (à installer) fournit une interpolation de krigeage et de spline. Il existe également plusieurs options très robustes dans GRASS GIS (également disponibles dans la boîte à outils QGIS).

Options d'interpolation GRASS :

"r.surf.nnbathy" - Natural_neighbor

"v.surf.bspline" - B-splines

"v.surf.rst" et "v.vol.rst" - splines régularisées avec tension

"v.krige" - Krigeage (GRASS 7+)

Souvent, on essaie quelques méthodes, puis on sélectionne un modèle basé sur le RMSE (Root Mean Squared Error) ou l'erreur résiduelle pour évaluer l'ajustement du modèle.


Fusionner les DEM dans QGIS ?

Ce n'est pas le premier problème que j'ai eu avec les DEM dans QGIS 3.4. Essayer de fusionner 6 tuiles DEM en une seule. Le processus est simple : accédez à Raster –> Divers –> Fusionner. Une fois dans le menu, sélectionnez les fichiers d'entrée, puis sélectionnez un dossier de sortie de destination. J'obtiens une erreur qui se lit comme ceci :

J'ai alternativement essayé de le faire avec seulement deux des 6 DEM de mon dossier, pensant que peut-être 6 fichiers ensemble étaient trop volumineux.

2 réponses

Il est possible que vous ayez modifié le python par défaut du système en installant une autre distribution python comme Anaconda. Il semble que QGIS ne puisse pas trouver le programme gdal merge.py qui devrait se trouver dans le répertoire du programme QGIS. Essayez de voir si le fichier existe. Vous devrez peut-être réinitialiser vos chemins python ou QGIS par défaut.

Une autre façon de procéder consiste à créer un raster virtuel. Ensuite, chargez ce raster et enregistrez-le simplement un tiff.

Répondu il y a 1 mois par Nicolas Cadieux avec 1 vote positif

Cela pourrait être quelque chose avec votre installation python, puisque vous obtenez ce message :

Ce qui signifie qu'un utilitaire python de GDAL ne fonctionne pas correctement. Vous devez donc vérifier quel système d'exploitation vous avez et essayer de rechercher cette erreur à l'esprit.


2 Utilisation de QGIS pour manipuler des fichiers SIG

Avant de créer un modèle de terrain STL imprimable, vous devrez peut-être effectuer une série de transformations de fichiers.

De plus, vous devrez récupérer les fichiers DEM comme expliqué dans l'article principal sur l'impression 3D de modèles d'élévation numériques. Un bon début consiste à utiliser les fichiers CGIAR-CSI SRTM.

2.1 Obtenir et ouvrir un fichier DEM

A partir de la plupart des référentiels vous devrez télécharger un "carré" de la Terre puis extraire la partie que vous souhaitez modéliser. Parfois, vous devrez fusionner deux carrés. Si vous n'êtes pas familier avec les différents formats et référentiels, nous vous suggérons d'obtenir un fichier geoTIFF auprès de CGiar

  • Cliquez sur une ou plusieurs cases de la carte du monde puis cliquez sur "Rechercher"
  • Dans la page suivante affichée, vous verrez une sélection
  • Sélectionnez celui que vous voulez, téléchargez le fichier zip.
  • Il n'est pas nécessaire de décompresser le fichier zip
  • Dans le panneau du navigateur (à gauche), naviguez dans votre structure de répertoires jusqu'à ce que vous trouviez le fichier *.zip
  • cliquez sur le + pour l'ouvrir
  • Sélectionnez le fichier *.tif

2.2 Traduire les fichiers

Parfois, vous pouvez obtenir un fichier dans un format qui ne convient pas. QGIS, c'est-à-dire la bibliothèque GDAL intégrée, peut lire et traduire plusieurs formats

Si vous avez installé GDAL, vous pouvez également utiliser une ligne de commande comme celle-ci :

gdal_translate peut traduire de nombreux formats, par ex. tous les formats de trame et de grille courants

2.3 Fusionner des images

Étant donné que les données d'élévation du terrain sont disponibles sous forme de carrés, vous devrez peut-être les fusionner afin d'extraire une zone située "entre les tuiles". La bibliothèque gdal_merge.py peut le faire. Mentionnons également que certains logiciels permettent également de travailler avec des rasters virtuels, c'est-à-dire qu'ils peuvent traiter plusieurs tuiles en même temps s'il s'agissait d'une image réelle. La fusion d'images dans QGIS se fait avec le menu raster :

QGIS : Menu Raster -> Divers -> Fusionner.

  • Sélectionnez tous les fichiers que vous envisagez de fusionner
  • Définir le fichier de sortie
  • Définir aucune valeur de données = 0 pour la sortie (mieux que -32676, voir ci-dessous)
  • Assurez-vous que "Charger dans le canevas une fois terminé" est coché.

Comme vous pouvez le voir, il semble y avoir des "trous" dans le résultat, mais c'est un autre problème. Si vous voyez de tels trous, cela peut signifier que vous n'avez pas de valeurs de données. Dans notre cas, le nombre -32767 utilisé pour ceux-ci s'avère être noir.

  • Pour voir la valeur nodata d'un fichier d'entrée, faites un clic droit sur le fichier dans le panneau du navigateur et regardez les propriétés.

En utilisant l'outil de ligne de commande (d'ailleurs, QGIS affichera toujours les lignes de commande et les arguments que vous utilisez) :

2.4 Traiter les valeurs sans données (données manquantes)

Les données manquantes (appelées "pas de données") sont déjà marquées comme telles. Ils peuvent apparaître comme des "trous" totalement noirs ou blancs et vous ne pouvez ni n'avez besoin de faire quoi que ce soit à ce sujet s'ils sont très petits. Les zones plus grandes doivent cependant être converties en valeurs réelles si vous envisagez d'imprimer en 3D.

Dans QGIS, chargez le fichier dans une couche raster si ce n'est déjà fait (voir la fusion ci-dessus).

Vous pouvez maintenant décider quelles valeurs sont des valeurs manquantes. Dans l'image ci-dessus (fusionner les images), nous avons une seule "bande" de couleur : gris. Plus sombre signifie régions inférieures, plus clair signifie régions supérieures. Le noir est probablement des données "bizarres", c'est-à-dire incroyablement hautes ou basses. Les points de données qui pointent profondément dans la terre, c'est-à-dire Min = -32767 sont des données « manquantes » et doivent être ignorés :

  • Faites un clic droit sur le nom du fichier dans le panneau des calques
  • Sélectionnez les propriétés
  • Voir s'il n'y a "aucune valeur de données". Dans notre cas, nous avions -32767 ce qui est correct.

Conversion des données manquantes en une autre valeur

Si vos données manquantes représentent le bas d'un modèle qui a été découpé dans la direction z, par ex. vous avez une île mais pas de mer, vous pouvez transformer les valeurs de données manquantes en 0. "Reclassifier" aucune valeur de données n'est nécessaire pour utiliser le plugin Demto3D, décrit ci-dessous.


Cette situation est très facile à repérer avant même d'essayer de produire la STL :

  • L'arrière-plan de votre raster est blanc (alors que les points les plus élevés sont également blancs)
  • De plus, dans la fenêtre contextuelle DEMto3D, vous verrez également le point le plus élevé comme 32767

Une bonne solution consiste donc à transformer la valeur 32767 (ou autre) en la valeur la plus basse de votre modèle, par ex. 0. Pour cela utilisez l'outil Reclassifier les valeurs qui fait partie des outils SAGA (un peu difficile à trouver) :

Maintenant, dans la fenêtre contextuelle, faites défiler vers le bas et décochez remplacer les autres valeurs . Si vous voulez une autre valeur que 0, vous pouvez la modifier. Le nouveau raster résultant doit maintenant avoir un fond noir.

Sinon, par ex. si vous avez des zones manquantes dans une montagne, vous devrez peut-être utiliser un algorithme qui interpolera les valeurs (je n'ai pas encore cherché comment faire cela, une simple substitution ne fonctionnera pas, à moins que vous ne puissiez les lisser plus tard avec Meshlab.).

2.5 Recadrer/extraire les tuiles

Nous vous suggérons de recadrer quelque peu une tuile avant d'utiliser l'extension DEMtoSTL. Étant donné que vous pouvez également découper l'extension DEMto3D, vous pouvez découper à une taille plus grande que nécessaire à ce stade.

Tout d'abord, nous suggérons d'identifier précisément ou grossièrement les coordonnées. Dans google, taper par exemple "coordinates el capitan" donnera ceci :

Vous pouvez ensuite saisir les valeurs suivantes dans la fenêtre contextuelle. Nous avons choisi d'extraire un carré de 0,4 x 0,4, soit une superficie d'environ 44 km sur 44 km. Un degré équivaut à environ 111 km (si nous avons raison !) et ici nous avons 0,4.

xmin = -119,8 (longitude W, gauche, plus à l'ouest) xmax = -119,4 (longitude W, droite, moins à l'ouest) ymin = 37,5 (lattitude N, bas, plus proche de l'équateur  !) ymax = 37,9 (lattitude N, haut , plus près du pôle nord)

Plus tard, dans l'outil Demto3D, nous pouvons découper des zones plus petites, par ex. -119,7, -119,55, 37,65, 37,8

Dans l'interface graphique de QGIS, vous pouvez recadrer (extraire une zone carrée) d'une tuile.

  • Dans QGIS V.2x : Menu Raster -> Extraction -> Clipper
  • QGIS V.3.4 : Menu Raster -> Extraction -> Clip raster par étendue
  • Dans la fenêtre contextuelle, cliquez sur le bouton à droite de l'étendue du découpage et sélectionnez "Sélectionner l'étendue sur le canevas" ou entrez des valeurs, par ex. quelque chose comme les valeurs ci-dessus. Vous pouvez également combiner les deux méthodes. Sélectionnez d'abord avec la souris, puis fixez les valeurs. Assurez-vous de comprendre dans quelle direction vont les coordonnées.

Assurez-vous d'avoir le bon ordre si vous entrez vos propres valeurs et n'oubliez pas le "-" si vous êtes dans l'hémisphère ouest ou sud. Pour avoir une idée du bon type de coordonnées, vous pouvez sélectionner manuellement une zone, puis la modifier. Il faut généralement 4 à 5 essais pour obtenir la bonne étendue. Si vous sélectionnez avec la souris, zoomez sur la zone et agrandissez-la au maximum, sélectionnez le rectangle

Enregistrement d'une zone écrêtée (pas obligatoire)

  • Faites un clic droit sur le nouveau calque créé (panneau inférieur gauche)
  • Définissez le nom d'un fichier de sortie. Assurez-vous que le chemin du fichier est correct (par défaut, le programme tente d'enregistrer au mauvais endroit). L'extension de fichier définira le type de sortie. Par défaut, le format "tif" est utilisé.

Sinon, utilisez la ligne de commande: En utilisant l'outil de ligne de commande, vous pouvez fournir des coordonnées, par ex.

2.6 Polygoniser les fichiers raster

Dans les installations par défaut, QGIS et GDAL ne peuvent pas produire directement des formats 3D utilisables pour l'impression. Cependant, on peut produire des formats de polygones que l'on pourrait ensuite traduire en STL. Nous ne suggérons pas d'utiliser cette fonctionnalité, car nous avons trouvé les fichiers résultants assez inutilisables. Voir l'article suivant.


Exportation vers un fichier DXF depuis QGIS ?

Est-il possible d'exporter des étiquettes basées sur des attributs Shapefile dans un fichier DXF ?

J'ai lu un fichier CSV et je l'ai vu comme un calque de forme.
Avec l'aide des attributs du fichier, je vais étiqueter les points.
Maintenant, je veux une exportation DXF avec les étiquettes.
Cependant, seuls les points dans le fichier DXF sont exportés.

J'utilise AutoCAD LT 2011 pour afficher les fichiers DXF. Dans AutoCAD, je dois passer par “Insert / Link & extraction” sous la seule possibilité de trouver des données à partir d'Excel.

9 réponses

J'ai utilisé "Export to Dxf" et j'ai eu le même problème, pas d'étiquettes. Ensuite, j'ai défini "l'échelle de symbologie" (elle était définie sur 0) à 1:20000, et cela a fonctionné. les étiquettes ont été exportées.

Répondu il y a 1 mois par Architecte avec 1 vote positif

Il existe désormais une exportation native au format DXF dans les nouvelles versions de QGIS qui permet d'exporter des couches de carte, y compris les étiquettes :

Vous trouverez plus d'informations sur la fonctionnalité ici : https://www.qgis.ch/en/projects/dxf-export

La fonctionnalité d'exportation DXF a été développée par Jürgen Fischer (Norbit) et Marco Hugentobler (Sourcepole AG). Le projet a été cofinancé par le SIGE (fournisseur de services publics de Vevey) et les communes de Vevey, Morges et Uster.

Répondu il y a 1 mois par Miró avec 2 votes positifs

Il existe désormais une exportation native au format DXF dans les nouvelles versions de QGIS qui permet d'exporter des couches de carte, y compris les étiquettes :

Vous trouverez plus d'informations sur la fonctionnalité ici : https://www.qgis.ch/en/projects/dxf-export

La fonctionnalité d'exportation DXF a été développée par Jürgen Fischer (Norbit) et Marco Hugentobler (Sourcepole AG). Le projet a été cofinancé par le SIGE (fournisseur de services publics de Vevey) et les communes de Vevey, Morges et Uster.

Répondu il y a 1 mois par Miró avec 8 votes positifs

Je viens d'avoir le même problème : le fichier dxf exporté depuis QGIS semblait vide.

Mais quand j'ai vérifié le "Layout" dans mon programme de CAO (BRICS CAD), il existe. Tout ce que j'avais à faire était de trouver la bonne vue, dans mon programme "View" et "2D-context".

Répondu il y a 1 mois par utilisateur39920 avec 1 vote positif

J'ai eu le même problème et j'ai finalement réussi à exporter de QGIS (1.7) vers autocad en procédant comme suit:

1.- Sélectionnez les éléments à exporter

2.- Allez dans le calque/enregistrer la sélection sous et choisissez le format "ESRI Shapefile" (pas de dxf. )

3.-Ensuite, utilisez Arcv2CAD (doit être acheté) pour transformer le fichier de forme en dxf. Ce dxf peut être ouvert par Autocad !! :)

Il existe peut-être un moyen plus simple de le faire. Ou même d'exporter des éléments de différents calques à la fois, mais je ne l'ai pas encore trouvé !! :)

Répondu il y a 1 mois par mariale avec 0 vote positif

Dans QgiS: cliquez avec le bouton droit dans le panneau de gauche sur le calque et utilisez Enregistrer sous et sélectionnez Autocad dxf comme format d'exportation - cela fonctionne pour moi. utilisez-vous qgis 1.8 ?

edit: j'ai maintenant aussi essayé "enregistrer la sélection sous", semble fonctionner aussi

edit #2 : je joins une capture d'écran de qgis :

et une capture d'écran d'Inkscape avec le fichier dxf importé :

Répondu il y a 1 mois par Kurt avec 6 votes positifs

J'ai trouvé cet outil gratuit de conversion de fichiers de formes et de couvertures ArcINFO au format AutoCAD DXF dans Free Geography Tools, qui créera un fichier .dxf à partir d'un fichier de formes.

Vous pouvez spécifier le champ d'attribut que vous souhaitez convertir en étiquettes de texte dxf.

J'ai exécuté l'outil et cela a fonctionné comme prévu.

Répondu il y a 1 mois par klewis avec 1 vote positif

Si vous utilisez ArcGIS, à mon avis, la solution la plus stable consiste à convertir les annotations en polygones, puis à les exporter au format DXF. J'utilise la même approche pour exporter des annotations vers KMZ qui, contrairement à l'exportation d'annotations, génère directement des étiquettes à très haute résolution dans le KMZ résultant.

Malheureusement, cela vous oblige à convertir les annotations en polygones pour lesquels il n'existe pas d'outil OOTB. J'ai construit mon propre addin pour cela. Je peux poster le code si tu veux.

Répondu il y a 1 mois par Jakub Sisak Géographiques avec 0 vote positif

Si vous voulez les étiquettes en CAO, voici une solution de contournement (vous n'êtes pas très précis sur ce que vous essayez d'accomplir). Dans ESRI, créez un fichier de points pour le centroïde de chaque étiquette. Renseignez le champ d'étiquette dans la table attributaire.

Ensuite, dans un "carte capable" version d'AutoCAD, tpye "mapconnect" dans la ligne de commande. Cela fera apparaître l'écran ci-dessous (je suppose que vous savez comment gérer les systèmes de coordonnées en CAO). Tout d'abord, sélectionnez "Ajouter une connexion SHP". Ensuite, cliquez sur l'ellipsoïde SHP (affiché avec #2 ) et accédez à l'emplacement de votre fichier de formes de points. Enfin (étape 3) appuyez sur la fonction de connexion, et dans ce menu, appuyez sur "ajouter à la carte" Maintenant, tout ce que vous avez à faire est de rendre vos points invisibles et d'activer les étiquettes (ce qui vous obligera à passer à une interface géospatiale en CAO - illustrée dans le prochain printscreen).

Des fonctions géospatiales sont disponibles en CAO. Sous la flèche surlignée ci-dessous, vous pouvez voir qu'il existe des fonctionnalités géospatiales inhérentes à la CAO (versions capables de cartographier). L'icône ressemble beaucoup à un engrenage (à côté de "Dano1" dans mon écran d'impression). Ce menu se trouve en bas à droite de votre écran. Si vous arrivez aussi loin et que vous ne savez pas comment procéder, la seule chose que je puisse suggérer est que vous postiez une autre question relative à l'étiquetage des données spatiales en CAO.


Grâce à notre expérience pratique exceptionnelle, nos experts vous aident à créer des applications SIG personnalisées basées sur la localisation pour votre entreprise. L'équipe SIG d'Agira a été formée de manière à dépasser vos attentes en fournissant des données entièrement fonctionnelles et efficaces qui exploreront toutes les possibilités d'augmenter le système de revenus de votre entreprise grâce à des solutions spatiales.

Obtenez des solutions de développement d'applications Web de bout en bout pour une expérience back-end et front-end inégalée. Grâce à notre expertise technologique de pointe, nous avons eu droit à des titres et des prix prestigieux en tant que meilleure société de développement de logiciels qui s'adresse aux industries et aux clients du monde entier.


Certains de nos clients

Grandit vite !

Nous cherchons à étendre notre présence en Arabie Saoudite !

En tant que Business Development Manager, vous devrez :

  • développer ses activités en Arabie Saoudite
  • recruter des talents locaux (commerciaux, agents, formateurs, consultants)
  • recruter des formateurs et consultants locaux

Nous offrons:

  • Systèmes d'intelligence artificielle et de Big Data pour soutenir votre opération locale
  • automatisation de haute technologie
  • catalogue et contenu de cours continuellement mis à jour
  • bon amusement dans l'équipe internationale

Si vous êtes intéressé à gérer une entreprise de formation et de conseil de haute technologie et de haute qualité.


Certains de nos clients

Grandit vite !

Nous cherchons à étendre notre présence à Hong Kong !

En tant que Business Development Manager, vous devrez :

  • développer ses activités à Hong Kong
  • recruter des talents locaux (commerciaux, agents, formateurs, consultants)
  • recruter des formateurs et consultants locaux

Nous offrons:

  • Systèmes d'intelligence artificielle et de Big Data pour soutenir votre opération locale
  • automatisation de haute technologie
  • catalogue et contenu de cours continuellement mis à jour
  • bon amusement dans l'équipe internationale

Si vous êtes intéressé à gérer une entreprise de formation et de conseil de haute technologie et de haute qualité.


I. Recherche et téléchargement d'images CIR (récentes)

Si vous avez besoin de photos infrarouges en couleur (fausses couleurs) pour l'analyse de la végétation, ces instructions peuvent vous être utiles. De nombreux sites (par exemple, l'USDA Geo Gateway) suppriment la bande proche infrarouge des images récentes pour réduire la taille des fichiers. Heureusement, les images complètes à quatre bandes sont disponibles sur le site Web de la carte nationale. Continuez votre lecture pour savoir comment trouver et utiliser les images CIR.

3) Zoomez sur votre zone d'intérêt à l'aide de la molette de votre souris ou de l'outil de zoom en haut de la fenêtre de la carte
4) Cliquez sur le Télécharger les données bouton Il vous sera demandé si vous souhaitez définir une zone de téléchargement en dessinant une boîte, en utilisant des feuilles quad 1:24k, en utilisant toute la carte visible, ou en entrant des coordonnées. Choisissez la première option (cadre de délimitation). Cliquez et faites glisser sur votre zone d'intérêt (AOI).


5) Ensuite, vous êtes présenté avec la liste des données disponibles pour votre AOI. Choisir Orthoimagerie et cliquez Suivant.

6) Une liste d'images disponibles pour votre AOI s'affichera. La première option, 10:1 PNIA compressé, contient l'imagerie à 4 bandes 2010-2012. (Remarque sous « Bande », ces données sont répertoriées comme 4B (rouge, vert, bleu et proche infrarouge)). Cochez la case à côté de 10:1 NAIP compressé, puis clique Suivant.

7) Votre « panier » apparaîtra sur le côté gauche de la fenêtre de votre navigateur. Clique le Vérifier bouton.

8) Entrez votre adresse e-mail deux fois sur l'écran suivant et cliquez sur Passer la commande.

9) Vous devriez voir une confirmation de votre commande dans une fenêtre pop-up. Cliquez sur d'accord pour fermer la fenêtre contextuelle.

Vous recevrez un e-mail avec des liens vers votre téléchargement. Notez que les orthophotos sont distribuées en tuiles de 3,75 minutes, donc chaque 7,5 minutes (carte de quagrangle USGS à l'échelle 1:24 000) sera couverte par quatre photos. Un comté peut avoir besoin de plusieurs dizaines d'images pour une couverture complète.

Quatre quads USGS de 7,5 minutes sont illustrés dans l'image ci-dessus (Point Nipigon, Cheboygan, Aloha et Mullett Lake). Seize images devraient être téléchargées pour couvrir ce

II. Affichage de l'imagerie infrarouge couleur (CIR) dans ArcGIS

1) Après avoir téléchargé vos images, démarrez ArcMap et ouvrez une nouvelle carte.

2) Utilisez le ArcCatalog onglet ou le Ajouter des données outil pour accéder à votre dossier de données. Ajoutez les images téléchargées à votre carte. Par défaut, ArcGIS affichera les images à l'aide d'un schéma standard de « couleurs visibles » (rouge-vert-bleu).

3) Faites un clic droit sur une image et choisissez Propriétés…

4) Choisissez le Symbologie tabulation et modification rouge à Bande_4, Vert à Bande_1, et Bleu à Bande_2. Cliquez sur Appliquer, ensuite d'accord.

5) Votre image doit passer du vert principalement au rouge (en supposant que vous visualisez une zone boisée ou végétalisée).

L'image du haut ci-dessus est affichée en couleurs standard (R-G-B) celle ci-dessous en « fausses couleurs » NIR-R-G. Une végétation verte saine et riche en chlorophylle est représentée en rouge et en rose dans des images en fausses couleurs. Notez que Sherman Field, le terrain de football de Michigan Tech, est en gazon synthétique : il apparaît vert à l'œil nu (image couleur standard), mais est presque noir sur l'image CIR. Le film infrarouge était à l'origine connu sous le nom de "film de détection de camouflage" en raison de sa capacité à résoudre la "fausse" végétation de cette manière.

6) Répétez les paramètres de bande (en changeant pour les bandes 4-1-2) pour chaque image de votre carte.

III. Affichage de l'imagerie couleur infrarouge (CIR) dans QGIS

1) Après avoir téléchargé vos images, démarrez QGIS et ouvrez un nouveau document de projet (le chargement d'un nouveau document de projet vide est le comportement par défaut).

2) Utilisez le Le navigateur pour afficher votre dossier de données. Si vous ne voyez pas le navigateur, accédez à Afficher les > panneaux et s'assurer que Le navigateur est vérifié.

3) Ensuite, développez le répertoire qui contient les images que vous avez téléchargées. Ajoutez toutes les images dont vous avez besoin en les faisant glisser depuis le Le navigateur au carte. Par défaut, QGIS affichera les images en couleur en utilisant un schéma standard de « couleurs visibles » (rouge-vert-bleu).

Vous pouvez plutôt utiliser le Ajouter une couche raster outil (ci-dessus) pour ajouter vos images mais je trouve le Le navigateur plus facile à utiliser.

4) Clic-droit sur une image dans votre Couches lister et choisir Propriétés

5) Sélectionnez le Style panneau. Met le rouge bande à afficher Bande 4, les Vert à Bande 1, et le Bleu à Bande 2. Cliquez sur Appliquer et alors d'accord.

6) QGIS affichera maintenant votre image dans des tons de rouge au lieu de vert (en supposant que vous visualisez une zone boisée ou végétalisée).

Notez que les conifères ont une structure cellulaire foliaire différente et contiennent moins de chlorophylle que la végétation à feuilles caduques. texture (les conifères semblent souvent plus grossiers), les conifères sont généralement plus sombre sur l'imagerie en fausses couleurs car ils reflètent moins d'énergie dans la bande NIR. Un peuplement de conifères est mis en évidence dans les deux images ci-dessus.


Certains de nos clients

Grandit vite !

Nous cherchons à étendre notre présence au Vietnam!

En tant que Business Development Manager, vous devrez :

  • développer ses activités au Vietnam
  • recruter des talents locaux (commerciaux, agents, formateurs, consultants)
  • recruter des formateurs et consultants locaux

Nous offrons:

  • Systèmes d'intelligence artificielle et de Big Data pour soutenir votre opération locale
  • automatisation de haute technologie
  • catalogue et contenu de cours continuellement mis à jour
  • bon amusement dans l'équipe internationale

Si vous êtes intéressé à gérer une entreprise de formation et de conseil de haute technologie et de haute qualité.


Présentation de l'interface utilisateur QGIS

Maintenant que nous avons configuré QGIS, habituons-nous à l'interface. Comme nous l'avons déjà vu dans la capture d'écran présentée dans le Lancer QGIS pour la première fois section, la plus grande zone est réservée à la carte. A gauche de la carte, il y a les Couches et Le navigateur panneaux. Dans la capture d'écran suivante, vous pouvez voir comment le Panneau Calques regarde une fois que nous avons chargé quelques couches (ce que nous ferons dans le prochain chapitre 2, Affichage des données spatiales ). À gauche de chaque entrée de calque, vous pouvez voir un aperçu du style de calque. De plus, nous pouvons utiliser groupe de calques pour structurer la liste des couches. le Le navigateur Panneau (à droite dans la capture d'écran suivante) nous permet d'accéder rapidement à nos données spatiales, comme vous le verrez bientôt dans le chapitre suivant :

En dessous de la carte, nous trouvons des informations importantes telles que (de gauche à droite) la carte actuelle Coordonner , carte Escalader , et le projet (actuellement inactif) système de référence de coordonnées ( SCR ), par example, EPSG : 4326 dans cette capture d'écran :

Ensuite, il y a plusieurs barres d'outils à explorer. Si vous les organisez comme indiqué dans la section précédente, la ligne supérieure contient les barres d'outils suivantes :

Déposer : Cette barre d'outils contient les outils nécessaires pour Créer , Ouvert , Sauvegarder , et Projets d'impression

Navigation sur la carte : Cette barre d'outils contient les outils de panoramique et de zoom

Les attributs : Ces outils sont utilisés pour identifier , sélectionner , ouvrir les tables d'attributs , mesure , et ainsi de suite, et ressemble à ceci :

La deuxième ligne contient les barres d'outils suivantes :

Étiqueter : ces outils sont utilisés pour ajouter, configurer et modifier des étiquettes

Plugins : Celui-ci ne contient actuellement que le Console Python outil, mais sera rempli par des plugins Python supplémentaires

Base de données : Actuellement, cette barre d'outils ne contient que DB Manager, mais d'autres outils liés à la base de données (par exemple, le Modification hors ligne plugin, qui nous permet d'éditer hors ligne et de se synchroniser avec les bases de données) apparaîtront ici lorsqu'ils seront installés

Raster : Cette barre d'outils comprend l'étirement de l'histogramme, la luminosité et le contrôle du contraste

Vecteur : Celui-ci ne contient actuellement que le Capture de coordonnées outil, mais il sera rempli par des plugins Python supplémentaires

la toile : Ceci est actuellement vide, mais il sera également rempli par des plugins Python supplémentaires

Aider : Cette barre d'outils pointe vers l'option de téléchargement du manuel d'utilisation et ressemble à ceci :

Sur le bord gauche de l'écran, nous plaçons le Gérer les calques barre d'outils. Cette barre d'outils contient les outils pour ajouter des couches à partir du fichiers vectoriels ou raster , bases de données , services Web , et fichiers texte ou alors créer de nouveaux calques :

Enfin, sur la bordure droite de l'écran, nous avons deux barres d'outils supplémentaires :

Numérisation : Les outils de cette barre d'outils activer la modification , création de fonctionnalités de base et édition

Numérisation avancée : Cette barre d'outils contient les annuler / Refaire option, outils d'édition avancés , l'outil de simplification de la géométrie , et ainsi de suite, qui ressemblent à ceci :

Tous les outils de numérisation (sauf le Activer les outils de numérisation avancés bouton) sont actuellement inactifs. Ils ne deviendront actifs que lorsque nous commençons à éditer un calque vectoriel.

Les barres d'outils et les panneaux peuvent être activés et désactivés via le Vue les menus Panneaux et Barres d'outils entrées, ainsi qu'en cliquant avec le bouton droit sur un menu ou une barre d'outils, ce qui ouvrira un menu contextuel avec toutes les barres d'outils et panneaux disponibles. Tous les outils des barres d'outils sont également accessibles via le menu. Si vous désactivez le Barre d'outils Gérer les calques , par exemple, vous pourrez toujours ajouter des calques en utilisant le Couche menu.

Comme vous l'avez peut-être deviné, QGIS est hautement personnalisable. Vous pouvez augmenter votre productivité en attribuant des raccourcis aux outils que vous utilisez régulièrement, ce que vous pouvez faire en allant sur Paramètres | Configurer les raccourcis . De même, si vous vous rendez compte que vous n'utilisez jamais un certain bouton de barre d'outils ou une entrée de menu, vous pouvez le masquer en allant dans Paramètres | Personnalisation . Par exemple, si vous n'avez pas accès à une base de données Oracle Spatial, vous souhaiterez peut-être masquer les boutons associés pour supprimer l'encombrement et enregistrer le domaine de l'écran, comme illustré dans la capture d'écran suivante :


Formation QGIS pour Système d'Information Géographique

Une expérience préalable avec Python et les bibliothèques comme les pandas, matplotlib est fortement recommandée, ainsi qu'une connaissance des outils de visualisation et de l'utilisation des API.

Un système d'information géographique (SIG) est un système conçu pour capturer, stocker, manipuler, analyser, gérer et présenter des données spatiales ou géographiques. L'acronyme SIG est parfois utilisé pour désigner la science de l'information géographique (GIScience) pour désigner la discipline universitaire qui étudie les systèmes d'information géographique et constitue un vaste domaine au sein de la discipline universitaire plus large de la géoinformatique.

QGIS fonctionne comme un logiciel de système d'information géographique (SIG), permettant aux utilisateurs d'analyser et de modifier des informations spatiales, en plus de composer et d'exporter des cartes graphiques. QGIS prend en charge les couches raster et vectorielles. Les données vectorielles sont stockées sous forme d'entités ponctuelles, linéaires ou surfaciques. Plusieurs formats d'images raster sont pris en charge et le logiciel peut géoréférencer les images. Pour résumer, il permet aux utilisateurs de créer, éditer, visualiser, analyser et publier des informations géospatiales sur Windows, Mac, Linux, BSD.

Ce programme, dans sa première phase, introduit l'interface QGIS pour un usage général. Dans la deuxième phase, nous présentons PyQGIS - les bibliothèques python de QGIS qui permettent l'intégration de fonctionnalités SIG dans votre code python ou votre application python, afin que vous puissiez même créer votre propre plugin Python autour d'une fonctionnalité SIG particulière.


Voir la vidéo: Cartographie thématique avec QGis