Suite

OpenLayers 3 zoom sur le calque lorsque la source est ImageWMS

OpenLayers 3 zoom sur le calque lorsque la source est ImageWMS


Lorsque je crée un calque à l'aide d'une source vectorielle, je peux forcer la carte à zoomer sur le calque en utilisant

//trucs, y compris la configuration de defaultStyle var vectorSource = new ol.source.GeoJSON({ url: geoJsonUrl, projection: 'EPSG:3857', extractStyles: false }); var vectorLayer = new ol.layer.Vector({ source : vectorSource, style : defaultStyle }); //truc vectorLayer.addEventListener("change", function () { map.getView().fitExtent(vectorSource.getExtent(), map.getSize()); }

Cela fonctionne bien pour moi, donc j'essaie de le reproduire avec ma couche WMS. La couche et la source sont définies comme :

//trucs, y compris la configuration des paramètres et geoserverRoot var wmsImageSource = new ol.source.ImageWMS({ url: geoserverRoot + 'wms', params: params }); var wmsImageLayer = new ol.layer.Image({ opacité : 0.3, source : wmsImageSource });

Une source ImageWMS n'a pas de méthode getExtent() (contrairement aux sources vectorielles telles qu'une source GeoJSON), mais une couche Image en a. J'ai donc essayé de reproduire la façon dont je zoome sur les sources vectorielles avec :

wmsImageLayer.addEventListener("change", function () { alert('change'); map.getView().fitExtent(wmsImage.getExtent(), map.getSize()); });

Cependant, l'alerte ne se déclenche pas. Je n'ai aucune idée de pourquoi c'est le cas.

Quelle est la meilleure façon de zoomer automatiquement sur une couche d'image produite par GeoServer ? De plus, pourquoi l'événement de modification ne se déclenche-t-il pas pour le calque d'image ?

EDIT : j'ai essayé d'utiliser GetCapabilities selon les conseils de l'utilisateur 30184. Ma couche est générée à partir d'une vue PostGIS paramétrée et l'URL que j'ai utilisée était :

/geoserver/wms?service=WMS&request=GetCapabilities&layers=areas_for_type&viewparams=typecode:AdministrativeWard

Cela donne une réponse XML comprenant :

 -1.0 0.0 -1.0 0.0  

le BB du paramètre transmis n'est donc pas calculé.


Répondre à ma propre question. Certaines des images en cours de création contenaient un grand nombre de zones (jusqu'à 35 000), je ne voulais donc pas les charger dans des calques séparés. De plus, comme il s'agit d'une application pilotée par une base de données où de nouvelles géométries peuvent être créées, je ne voulais pas entrer dans la zone de délimitation dans le géoserveur - j'avais besoin qu'elle soit calculée.

En fin de compte, je l'ai fait avec un appel AJAX. L'appel a exécuté une requête sur la base de données Postgresql de

SELECT ST_XMIN(étendue) AS minx, ST_YMIN(étendue) AS miny, ST_XMAX(étendue) AS maxx, ST_YMAX(étendue) AS maxy FROM (SELECT ST_EXTENT(forme) comme étendue de la zone où area_type_code = :typecode) a

qui était étonnamment rapide à exécuter (environ 60 ms pour 35 000 enregistrements). Ensuite, dans mon script côté client, j'ai utilisé les coordonnées max et min x et y renvoyées pour créer une étendue. Puis appelé fitExtent().

$.getJSON('@Url.RouteUrl("BoundingBoxForType")', { code: areaType }, function(bbdata) { if (bbdata != null) { var box = [bbdata.MinimumX, bbdata.MinimumY, bbdata.MaximumX , bbdata.MaximumY]; var areaExtent = ol.extent.applyTransform(box, ol.proj.getTransform('EPSG:4326', 'EPSG:3857')); map.getView().fitExtent(areaExtent, map.getSize ()); } });

Erreurs de coordonnées de tuile lors de l'affichage de la couche EPSG:32630 GWC WMS #11752

Décrivez le bogue
Nous utilisons OpenLayers pour afficher une couche servie par GeoWebCache en utilisant WMS. Le calque est en EPSG:32630. La plupart du temps, nous obtenons des erreurs similaires aux suivantes de GeoWebCache :

Comme vous pouvez le voir, la coordonnée X semble correcte mais Y est loin de la grille de tuiles attendue.

  • Tout fonctionne comme prévu lors de l'utilisation de GeoServer sans cache - mais c'est simplement parce que GeoWebCache essaie d'adapter les demandes à son ensemble de grilles défini et implémente une logique pour vérifier la précision
  • Cela se produit également pour EPSG:32631 et EPSG:32629. Ces systèmes de coordonnées couvrent tous une vaste zone verticale (par exemple https://epsg.io/32630). C'est peut-être la raison pour laquelle les coordonnées X semblent correctes, mais pas les coordonnées Y.
  • En zoomant et en dézoomant, nous pouvons trouver des résolutions où les demandes fonctionnent comme prévu
  • L'étendue et les résolutions définies dans l'exemple ci-dessous ont été calculées automatiquement par GeoServer
  • Évidemment, nous utilisons proj4 pour ce système de coordonnées
  • L'utilisation d'une étendue plus petite pour la grille de tuiles (par exemple, le cadre de délimitation du calque lui-même) ne résout pas le problème, mais au moins nous obtenons les résultats attendus sans zoom avant ou arrière. Le zoom provoque à nouveau le problème.

Je suppose que cela est dû à des erreurs d'arrondi à virgule flottante.
Je ne sais pas s'il s'agit d'un problème avec OpenLayers ou avec proj4. Si c'est plus tard, merci de me le faire savoir.

Reproduire
Je peux fournir un exemple de travail minimal, malheureusement sans qu'un GeoServer le sauvegarde :

Comportement attendu
Je m'attends à pouvoir visualiser la carte servie via GWC complètement sans erreur de coordonnées, même lors d'un zoom avant ou arrière.

Le texte a été mis à jour avec succès, mais ces erreurs se sont produites :

Nous ne sommes pas en mesure de convertir la tâche en problème pour le moment. Veuillez réessayer.

Le problème a été créé avec succès, mais nous ne sommes pas en mesure de mettre à jour le commentaire pour le moment.


Tutoriel OpenLayers Partie 3

Dans notre tutoriel précédent, nous avons créé une carte OpenLayers de base, puis nous y avons ajouté une de nos couches GeoServer.

Dans ce tutoriel, nous allons rendre la couche GeoServer cliquable afin d'afficher les informations sur les entités.

Dans les 2 tutoriels précédents, nous ajoutons tous nos CSS et Javascript "inline". Ici, nous utiliserons un fichier CSS et Javascript externe pour garder notre code organisé.

Comme dans notre premier tutoriel, commençons par un document HTML de base.

Incluez ces fichiers CSS et Javascript OpenLayers dans la balise head :

Cette fois, afin de gérer notre demande de clic de fonctionnalité, nous ajouterons également jQuery à notre section d'en-tête :

Comme précédemment, nous ajoutons maintenant la carte div sur la page où vous souhaitez afficher la carte et définissons la hauteur/largeur pour cette div

Cette fois, afin de fournir un espace pour nos informations sur les fonctionnalités, nous ajouterons également un div pour l'affichage des fonctionnalités :

Notre document HTML, map.html, doit maintenant ressembler à ceci :

Ensuite, créez notre fichier CSS en tant que custom.css :

Maintenant, créez notre fichier Javascript en tant que custom.js :

Remarque : ci-dessus, nous avons limité les propriétés affichées à et . Pour afficher les propriétés des fonctionnalités, définissez var allow_properties = []


Bibliothèques de cartes et WMS

Quelle que soit la bibliothèque cartographique, le service GeoMet dispose d'une grande quantité de données disponibles pour enrichir votre application. Ne vous fiez pas à la quantité de code, car cela peut être trompeur. Les choses faciles peuvent nécessiter plus de lignes de code, mais les éléments complexes peuvent en prendre moins ou ne pas être disponibles dans toutes les bibliothèques. Je ne dis pas non plus que mon approche est conçue à la perfection.

Une chose à noter, puisque le GeoMet WMS a plusieurs couches, le service n'est pas petit. L'impact de l'exécution d'une requête GetCapabilities est notable et peut avoir un impact sur les performances de chargement de la carte. Si vous pouvez éviter cette demande supplémentaire, faites-le. D'autres serveurs WMS peuvent également avoir des problèmes CORS avec un proxy requis pour GetCapabilities. Deux bonnes raisons si vous pouvez l'éviter et que vous savez que le service ne va pas changer.

Le GeoMet WMS fonctionne très bien dans toutes les bibliothèques, ce qui est un réel avantage du WMS et de son protocole ouvert/standard. WMS dispose également d'informations sur les couches temporelles si vous souhaitez faire passer votre application radar au niveau supérieur - lire les 3 dernières heures de données radar dans une simulation, ou spécifier à partir de l'un des quelques paramètres de symbologie, etc.


Une introduction à OpenLayers 3, partie I

OpenLayers est une bibliothèque JavaScript permettant de créer des cartes interactives sur le Web. Fondamentalement, ces bibliothèques sont référencées pour faciliter le processus de développement, fournissant une base de base et des fonctionnalités avancées. Je consacrerai plusieurs articles à OpenLayers 3 (OL3) qui est actuellement dans sa version bêta.

Ce premier article montrera une partie du code et des fonctionnalités de base d'OpenLayers, et pourquoi vous devriez envisager de l'utiliser. Les publications ultérieures couvriront des sujets qui s'appuient logiquement les uns sur les autres et incluront le déplacement et la copie de fichiers vers un hébergeur Web, la symbologie et la possibilité d'interaction (et de commentaires) de l'utilisateur avec une carte. Enfin, nous examinerons l'intégration d'autres logiciels SIG gratuits et open source, tels que GeoServer.

OL3 améliorera ses prédécesseurs avec un code plus rationalisé, de meilleurs modèles et une meilleure documentation. Pour un bref historique d'OpenLayers, rendez-vous sur Wikipedia. OpenLayers peut gérer un large éventail de fichiers et d'extensions liés aux cartes. C'est côté client (j'en parlerai plus dans les prochains articles).


GéoRéseau

GeoNetwork est une application de catalogue pour gérer les ressources référencées spatialement. Il fournit de puissants édition de métadonnées et chercher fonctions ainsi qu'une visionneuse de carte Web interactive.

Il est actuellement utilisé dans de nombreuses initiatives d'infrastructure de données spatiales à travers le monde.

  • Retour aux projets
    • Essayez notre démo
    • Visitez notre site Internet

    GeoNetwork fournit une interface Web facile à utiliser pour rechercher des données géospatiales dans plusieurs catalogues. La recherche fournit une recherche en texte intégral ainsi qu'une recherche à facettes sur des mots-clés, des types de ressources, des organisations, une échelle, & #8230 Les utilisateurs peuvent facilement affiner la recherche et accéder rapidement aux enregistrements d'intérêts.

    Des couches géospatiales, mais aussi des services, des cartes ou encore des jeux de données non géographiques peuvent être décrits dans le catalogue. Parcourez facilement les enregistrements et recherchez des sources ou des services publiant un ensemble de données.

    Faites vos cartes

    Le visualiseur cartographique interactif basé sur OpenLayers 3 permet d'accéder aux services OGC (WMS, WMTS) et aux standards (KML, OWS). Connectés au catalogue, les utilisateurs peuvent facilement trouver de nouveaux services, couches et même des cartes dynamiques pour les combiner. Les cartes utilisateur peuvent être annotées, imprimées et partagées avec d'autres.

    Publier et décrire les ressources

    Décrivez les informations à l'aide des outils d'édition de métadonnées en ligne. L'éditeur de métadonnées prend en charge les normes ISO19115/119/110 utilisées pour les ressources spatiales ainsi que le format Dublin Core habituellement utilisé pour le portail opendata.

    Basé sur des profils d'utilisateurs (ex. réviseur, éditeur), un tableau de bord permet d'accéder facilement à leurs informations et tâches. L'édition en ligne des métadonnées est basée sur un puissant système de modèles et des répertoires d'informations (ex. contacts, thésaurus).

    L'éditeur permet le téléchargement de données, graphiques, documents, fichiers pdf et tout autre type de contenu. Il prend en charge entre autres :


    En vous basant sur la suggestion d'utiliser drawImage, vous pouvez également combiner cela avec la fonction d'échelle.

    Donc, avant de dessiner l'image, mettez le contexte au niveau de zoom souhaité :

    J'ai créé un petit exemple ici http://jsfiddle.net/mBzVR/4/ qui utilise drawImage et scale pour zoomer sur mousedown et sur mouseup.

    Fonctionne parfaitement pour moi avec le zoom et le mouvement de la souris. Vous pouvez le personnaliser pour que la molette de la souris monte et descende Njoy.

    Si vous avez une image source ou un élément de canevas et que vous souhaitez dessiner dans votre canevas 400x400, vous pouvez utiliser la méthode drawImage pour effectuer un zoom.

    Ainsi, par exemple, la vue complète pourrait être comme ceci

    Et une vue agrandie pourrait être comme ça

    Le premier paramètre de drawImage est l'élément image ou l'élément canvas à dessiner, les 4 suivants sont les x, y, la largeur et la hauteur à échantillonner à partir de la source et les 4 derniers paramètres sont les x, y, la largeur et la hauteur de la région à dessiner dans la toile. Il s'occupera ensuite de la mise à l'échelle pour vous.

    Vous auriez juste besoin de choisir la largeur et la hauteur de l'échantillon source en fonction du niveau de zoom et les x et y en fonction de l'endroit où la souris est cliqué moins la moitié de la largeur et de la hauteur calculées (mais vous devrez vous assurer que le rectangle n'est pas hors limites).


    Ruissellement

    Le ruissellement se produit lorsqu'il y a plus d'eau que la terre ne peut en absorber. L'excès de liquide s'écoule à travers la surface du sol et dans les ruisseaux, les ruisseaux ou les étangs à proximité. Le ruissellement peut provenir à la fois de processus naturels et d'activités humaines.

    Le type de ruissellement naturel le plus connu est la fonte des neiges. Les montagnes qui ne peuvent pas absorber l'eau des fortes chutes de neige produisent un ruissellement qui se transforme en ruisseaux, rivières et lacs. Les glaciers, la neige et la pluie contribuent tous à ce ruissellement naturel.

    Le ruissellement se produit également naturellement lorsque le sol est érodé et transporté vers divers plans d'eau. Même les produits chimiques toxiques pénètrent dans les cours d'eau par le biais de processus naturels, tels que les éruptions volcaniques. Les gaz toxiques libérés par les volcans finissent par retourner dans l'eau ou le sol sous forme de précipitations.

    Les eaux de ruissellement provenant de l'activité humaine proviennent de deux endroits : les sources ponctuelles et les sources diffuses. La pollution de source ponctuelle est toute source qui se déverse directement dans un cours d'eau. Cela peut inclure un tuyau provenant d'une usine de traitement des eaux usées, d'une usine ou même d'une maison. Les règlements déterminent le type de ruissellement et la quantité que les industries sont autorisées à rejeter. Ces réglementations varient selon la région, l'état et la nation.

    La pollution de source diffuse est toute source dont le ruissellement ne se déverse pas directement dans un cours d'eau. Les sources diffuses de ruissellement peuvent être de grandes zones urbaines, suburbaines ou rurales. Dans ces zones, l'eau de pluie et l'irrigation lavent les produits chimiques dans les cours d'eau locaux. Les eaux de ruissellement provenant de sources diffuses comprennent les engrais à gazon, les gaz d'échappement des voitures et même l'essence déversée d'une voiture. Les fermes sont une énorme source diffuse de ruissellement, car les eaux de pluie et l'irrigation drainent les engrais et les pesticides dans les plans d'eau.

    Les surfaces imperméables ou les surfaces qui ne peuvent pas absorber l'eau augmentent le ruissellement. Les routes, les trottoirs et les stationnements sont des surfaces imperméables. Des matériaux aussi divers que les savons de lavage de voiture, les détritus et le gaz déversé d'une station-service deviennent tous des ruissellements.

    Réduire le ruissellement

    Le ruissellement est une source majeure de pollution de l'eau. Lorsque l'eau coule le long d'une surface, elle ramasse des déchets, du pétrole, des produits chimiques, des engrais et d'autres substances toxiques. De la Californie au New Jersey, les plages des États-Unis sont régulièrement fermées après de fortes pluies en raison du ruissellement qui comprend les eaux usées et les déchets médicaux.

    Ces polluants chimiques peuvent nuire non seulement à une plage, mais à tout un écosystème. De minuscules microbes, comme le plancton ou les algues, absorbent les polluants dans les eaux de ruissellement. Les poissons ou les crustacés consomment les microbes ou absorbent directement les polluants. Les animaux tels que les oiseaux consomment le poisson, augmentant le niveau de polluants dans leur propre corps. Ce processus dans lequel la concentration d'une substance augmente à mesure qu'elle remonte la chaîne alimentaire est appelé bioamplification.

    La bioamplification signifie que les organismes situés en haut de la chaîne alimentaire, y compris les humains, ont une concentration plus élevée de polluants dans leur corps que les organismes tels que les herbiers ou les algues. Lorsque les gens mangent des aliments tels que les huîtres, ils peuvent ingérer les eaux de ruissellement des fermes, des usines de traitement des eaux usées et des rues de la ville.

    Le ruissellement est une menace économique et environnementale. L'agro-industrie perd des millions de dollars à cause du ruissellement chaque année. Dans le processus d'érosion, le ruissellement peut emporter la couche fertile de terre végétale. Les agriculteurs dépendent de la couche arable pour faire pousser leurs cultures. Des tonnes de terre végétale sont perdues chaque année par ruissellement.

    Les gens peuvent limiter la pollution par ruissellement de plusieurs manières. Les agriculteurs et les jardiniers peuvent réduire la quantité d'engrais qu'ils utilisent.

    Les zones urbaines peuvent réduire le nombre de surfaces imperméables. Le sol agit comme une éponge naturelle, filtrant et absorbant de nombreux produits chimiques nocifs.

    Les communautés peuvent planter de la végétation indigène. Les arbustes et autres plantes empêchent l'érosion et le ruissellement de pénétrer dans les cours d'eau.

    Photographie de James P. Blair

    Tsunami
    Le ruissellement des eaux pluviales est le ruissellement drainé dans les ruisseaux, les baies et d'autres sources d'eau après une tempête. Le ruissellement des eaux pluviales comprend tous les débris, produits chimiques et autres polluants ramassés par la pluie ou la neige.


    Exploration des techniques de relief ombré dans Geographic Imager et Adobe Photoshop 3D

    Dans le monde de la cartographie, le relief ombré fait référence à une technique visuelle qui donne l'illusion d'un terrain en trois dimensions sur une carte par ailleurs plate. Les cartographes utilisent un relief ombré pour attirer l'œil du spectateur sur des caractéristiques topographiques importantes telles que les montagnes, les vallées et les canyons. En utilisant des sources d'éclairage imaginaires et des données d'altitude numériques pour projeter une lumière directionnelle sur une carte, le cartographe peut donner l'illusion de la profondeur, projeter des ombres dans les vallées et les plaines et mettre en évidence les lignes de crête et les pics comme s'ils étaient baignés de soleil.

    Historiquement, cette technique était réalisée entièrement à la main et était extrêmement laborieuse. Désormais, avec les logiciels graphiques modernes et les technologies de cartographie numérique, l'ombrage du relief peut être réalisé directement sur le bureau.

    Pour le démontrer, nous allons utiliser les puissants outils d'imagerie spatiale et les capacités de conception graphique du plug-in Geographic Imager pour Adobe Photoshop pour explorer l'ombrage du relief à l'aide d'une carte historique du XIXe siècle vraiment intéressante. Voici un aperçu pour montrer à quoi ressemblera le produit final.

    Commençons par notre carte originale. Nous avons pris une carte absolument époustouflante de la Commission géologique des États-Unis du parc national de Grand Teton, de renommée mondiale, dans le Wyoming. Initialement rédigée à la main en 1899, la carte présente des courbes de niveau magnifiquement dessinées et un travail en couleur montrant la topographie montagneuse du parc et de ses environs. La carte, et des milliers d'autres similaires, sont disponibles en pleine résolution sur le catalogue de cartes historiques de l'USGS. Notre objectif sera de donner vie à la carte en utilisant des techniques d'ombrage en relief en trois dimensions (3D) disponibles avec Geographic Imager et Adobe Photoshop.

    Tout d'abord, nous devons apporter des données d'altitude. Les données d'altitude sont essentielles pour créer un relief ombré, car elles déterminent le comportement de la lumière et des ombres dans différentes parties de la carte. Nous pouvons obtenir des modèles altimétriques numériques (MNE) à haute résolution pour notre région auprès de l'USGS EarthExplorer.

    Ceux qui sont familiers avec les données d'imagerie spatiale et les DEM sauront que notre premier défi sera de travailler avec des produits de données d'imagerie en mosaïque (discontinus). Sous leur forme brute, les DEM sont souvent stockés sous forme de tuiles de taille identique, chaque tuile représentant une région indexée spécifique de la surface de la terre. C'est une triste réalité que plusieurs fois l'étendue spatiale de chaque tuile DEM correspond rarement à l'étendue exacte de la zone que vous souhaitez cartographier. Par conséquent, les cartographes et les spécialistes de l'imagerie spatiale doivent mettre en œuvre des outils pour importer, fusionner et recadrer ces tuiles dans un format et une taille plus utiles.

    Dans notre cas, les données d'altitude pour la zone indiquée par la carte topographique originale de 1899 sont maintenant représentées par quatre tuiles DEM distinctes, avec environ une tuile pour chaque quadrant de la carte. Pour gérer ce problème, nous pouvons utiliser le puissant outil d'importation avancée dans la barre d'outils de l'imageur géographique. L'outil est une solution unique pour importer et mosaïquer facilement nos jeux de données DEM directement dans Photoshop, tout en conservant la conscience spatiale dont nous avons besoin pour géoréférencer ou transformer nos couches de données.

    En combinant chacun des quatre jeux de données DEM bruts, l'outil mosaïque les tuiles en une seule couche d'altitude fusionnée, continue et géographiquement précise couvrant toute l'étendue de la carte. Ce qui est encore plus impressionnant, c'est que Geographic Imager peut utiliser les informations de référencement spatial dans les données pour aligner et superposer automatiquement la carte topographique originale de 1899 sur la couche d'altitude, éliminant ainsi le besoin d'effectuer un géoréférencement manuel. (Si les données d'imagerie que vous utilisez ne contiennent pas déjà d'informations de référencement spatial, ne vous inquiétez pas, notre équipe d'assistance a conçu un excellent géoréférencement facile à suivre dans les didacticiels de l'imageur géographique).

    Avec nos données DEM importées dans Photoshop, nous pouvons commencer à explorer différentes techniques pour créer un relief ombré. Nous allons commencer par utiliser l'outil Terrain Shader situé sur la barre d'outils de l'imageur géographique. L'ombrage de terrain est une technique en un clic pour créer instantanément un simple relief ombré. Il vous permet de configurer l'angle et l'intensité de la source d'éclairage simulée pour contrôler la proéminence et la direction des ombres portées. De plus, vous pouvez appliquer des dégradés de couleurs personnalisés pour produire facilement des cartes d'altitude stylisées ou appliquer des teintes hypsométriques.

    Dans de nombreuses situations, l'outil Terrain Shader est un moyen tout-en-un, rapide et facile de créer un relief ombré. La sortie de l'outil permet de distinguer facilement les caractéristiques topographiques et peut être utilisée pour produire rapidement un arrière-plan en relief ombré pour votre carte.

    L'un des plus grands avantages de l'utilisation de Geographic Imager est que nous conservons toutes les capacités de manipulation d'images et de référencement spatial d'un SIG tout en ayant accès à l'inventaire massif d'outils d'édition d'images puissants fournis par Photoshop. Cela nous permet d'améliorer notre technique de relief ombré en incorporant les outils avancés de rendu 3D et d'éclairage de Photoshop 3D pour donner vie à notre carte de relevé de 1899 Grand Teton.

    Pour commencer, nous devons d'abord réduire la couche DEM à notre zone d'intérêt spécifique. Nous avons utilisé l'outil GeoCrop pour recadrer notre couche DEM en mosaïque jusqu'à l'étendue exacte de notre carte topographique (il est important que les deux couches aient exactement la même étendue - vous verrez pourquoi plus tard). Ensuite, nous pouvons ouvrir la barre d'outils Photoshop 3D et convertir notre DEM plat en une "carte de profondeur" 3D extrudée.

    Pour améliorer l'effet de relief ombré, nous devons appliquer une exagération verticale au modèle. En mode 3D, nous pouvons faire glisser le curseur de mise à l'échelle de l'axe z pour exagérer l'importance des caractéristiques topographiques sur notre carte. En créant une exagération verticale, nous pouvons créer un relief ombré plus prononcé, car les canyons et les plaines captureront les ombres plus efficacement.

    En mode 3D, nous pouvons utiliser le curseur de la souris pour déplacer et faire pivoter notre « caméra » pour obtenir différentes perspectives de notre modèle d'élévation. Cela peut être utile pour créer des styles de carte en perspective orthographique ou oblique.

    Maintenant que nous avons un modèle 3D configuré de notre zone cartographique, nous pouvons appliquer notre source d'éclairage simulée. Tout comme l'outil Terrain Shader, nous pouvons contrôler l'intensité de l'éclairage et l'angle d'approche. Cependant, puisque nous travaillons dans un environnement 3D, nous avons maintenant trois axes différents qui contrôlent d'où vient notre lumière. Remarquez à quel point l'angle est important pour affecter la longueur et l'intensité des ombres dans notre carte en relief. Cela inclut les silhouettes de montagne proéminentes qui peuvent être créées lorsque nous réglons la source de lumière pour qu'elle s'approche d'un angle bas sur l'horizon.

    Ensuite, nous pouvons configurer les propriétés de la surface et appliquer une superposition de texture à notre modèle 3D. L'expérimentation de ces paramètres modifie la façon dont la lumière interagit avec la surface et peut être affinée pour produire différents effets d'ombrage en relief. En utilisant ces propriétés de surface, nous pouvons également draper la carte topographique originale de 1899 sur notre modèle de surface (c'est pourquoi il est important que le MNT et la carte topographique partagent exactement la même étendue, sinon la carte topographique sera déformée une fois qu'elle sera est drapé sur la surface).

    Le réglage fin de la carte à ce stade peut prendre un certain temps et prendre du temps. Nous pouvons ajouter des sources lumineuses supplémentaires avec différents angles de projection et intensités pour aider à créer un effet d'ombrage multidirectionnel. Nous pouvons également configurer les paramètres d'éclairage pour produire des ombres plus douces, moins prononcées et plus réalistes. Après avoir passé un certain temps à ajuster les paramètres d'éclairage et de surface, ainsi qu'à configurer l'angle de vue de la caméra, nous pouvons appuyer sur le bouton "Rendu" et nous asseoir pendant qu'il crée un rendu en pleine résolution de notre modèle 3D (cette partie peut être très intensif en calcul et peut nécessiter une machine haute performance pour traiter efficacement).

    Étant donné que nous créons toujours notre carte entièrement dans l'environnement Photoshop, nous pouvons immédiatement affiner la luminosité, le contraste et la couleur de notre carte avant d'exporter le produit final.

    Vous pouvez voir quelques rendus de la carte finale ci-dessous. Grâce aux puissants outils d'importation et de manipulation spatiale de Geographic Imager et à la possibilité de travailler entièrement dans l'environnement d'édition d'images avancé de Photoshop, nous avons pu créer un effet de relief ombré 3D spectaculaire qui donne vie à notre carte 1899 USGS Grand Teton Survey. .


    OpenLayers 3 zoom sur la couche lorsque la source est ImageWMS - Systèmes d'information géographique

    Ce n'est pas un livre électronique typique, c'est un « manuel » gratuit, basé sur le Web et open source, disponible pour toute personne intéressée par l'utilisation d'outils de cartographie pour créer des cartes. Ce texte électronique se concentre principalement sur les systèmes d'information géographique (SIG), une technologie géospatiale qui vous permet de créer des bases de données spatiales, d'analyser des modèles spatiaux et de produire des cartes qui communiquent plus efficacement. Bien que ce manuel SIG soit principalement une introduction au SIG, la plupart des concepts du chapitre sont applicables à d'autres géotechnologies, notamment la télédétection, les systèmes de positionnement global (GPS), la cartographie Internet et les globes virtuels.

    Créer de bonnes cartes et analyser des données spatiales est une pratique longue et difficile, mais récemment, un nouvel ensemble d'outils de cartographie puissants a permis à presque tout le monde avec un ordinateur de créer facilement des cartes et d'effectuer au moins quelques analyses de bas niveau. Les résultats ne sont cependant pas encourageants. La plupart des nouveaux cartographes n'ont pas une formation adéquate aux concepts de cartographie et aux principes d'analyse spatiale, et leurs cartes sont souvent mal conçues et ne communiquent pas facilement ni efficacement. Ce texte électronique, GIS Commons, cherche à vous aider à analyser les données spatiales et à communiquer plus efficacement. En bref, la formation SIG est notre objectif.

    Laissez-moi savoir ce que vous pensez,

    Michael Schmandt, Ph.D.
    Auteur initial et professeur agrégé de géographie
    Département de géographie
    Université d'État de Sacramento

    Chapitres

    Chapitre 1 : Introduction au SIG et à la cartographie Chapitre 2 : Saisie des données Chapitre 3 : La Terre et le prétraitement de la carte Chapitre 4 : Tables d'attributs et prétraitement des données Chapitre 5 : Analyse Chapitre 6 : Sortie

    Comment naviguer dans le texte électronique

    Il existe de nombreuses façons de naviguer dans les chapitres et leur contenu, mais la plupart des lecteurs cliqueront sur les onglets de chapitre près du haut de l'écran ou utiliseront les liens dans la table des matières, située le long de la marge gauche de la page. De nombreux lecteurs pourraient également aimer imprimer les pdf des chapitres et les lire comme un livre conventionnel.

    Merci de participer

    Nous voulons vraiment vous entendre. Si vous avez des suggestions concernant le contenu des chapitres (y compris l'édition ou les sujets qui devraient être inclus ou supprimés), veuillez vous connecter et utiliser le bouton « Laisser une réponse » en bas de la page. Aussi, tout aussi important, s'il vous plaît contribuer des ressources. Par exemple, si vous connaissez une page Web vers laquelle vous aimeriez diriger d'autres lecteurs, soumettez-la. Nous examinerons toutes les réponses et les publierons à notre discrétion.


    Voir la vidéo: ZOOM FUNCTION