Suite

Caractériser le territoire selon son relief à l'aide d'ArcGIS Desktop ?

Caractériser le territoire selon son relief à l'aide d'ArcGIS Desktop ?


Je veux caractériser le territoire selon son relief avec ArcGis 10. J'essaie de définir un territoire large par son relief, mais j'aimerais le faire sous forme automatique ou semi-automatique avec le SIG.

J'ai lu sur certains sites que je pouvais le faire avec l'index de position topographique, mais je ne sais pas comment. Quelqu'un peut-il expliquer ou donner des références pour savoir comment je peux faire cette analyse ?


Zonage bioclimatique et distribution potentielle de Spodoptera frugiperda (Lépidoptères : Noctuidae) dans la Province du Sud-Kivu, RD Congo

La chenille légionnaire d'automne (FAW) Spodoptera frugiperda (JE Smith), est actuellement un ravageur dévastateur dans le monde entier en raison de sa capacité de dispersion et de son comportement alimentaire vorace sur plusieurs cultures. Un modèle de distribution des espèces MaxEnt (SDM) a été développé sur la base de l'occurrence de la chenille légionnaire d'automne et des données environnementales collectées. Des zones bioclimatiques ont été identifiées et la répartition potentielle de la chenille légionnaire d'automne au Sud-Kivu, à l'est de la RD Congo, a été prédite.

Résultats

La température annuelle moyenne (bio1), les précipitations annuelles (bio12), la saisonnalité de la température (bio4) et la plus longue durée de la saison sèche (llds) ont principalement affecté la distribution potentielle de la chenille légionnaire d'automne. L'aire moyenne sous la valeur de la courbe du modèle était de 0,827, ce qui démontre la précision efficace du modèle. Selon le test Jackknife d'importance variable, les précipitations annuelles correspondent au gain le plus élevé lorsqu'elles sont utilisées isolément. Les zones propices aux CLA où ce ravageur est susceptible d'être présent dans la province du Sud-Kivu sont divisées en deux corridors. Le corridor oriental couvrant les zones orientales des territoires de Kalehe, Kabare, Walungu, Uvira et Fizi et le corridor occidental couvrant les zones occidentales de Kalehe, Kabare, Walungu et Mwenga.

Conclusion

Cette recherche fournit des informations importantes sur la répartition de la chenille légionnaire d'automne et des zones bioclimatiques au Sud-Kivu. Compte tenu de la propagation rapide de l'insecte et de la variabilité climatique observée dans la région qui favorisent son développement et sa dispersion, il serait envisagé dans le futur de développer un système de surveillance et des stratégies de gestion efficaces pour limiter sa propagation et les dommages aux cultures.


Fragilité environnementale et capacité d'utilisation des terres comme instruments de planification environnementale, bassin du fleuve Caratinga, Brésil

La conciliation entre l'environnement et le développement des activités agricoles constitue un défi sérieux pour la gestion des ressources naturelles, considérant que l'utilisation inappropriée des terres peut provoquer des dommages importants le long des bassins versants. Ainsi, ce travail vise à analyser la fragilité environnementale et la capacité d'utilisation des terres en tant qu'instruments de subvention à la planification environnementale du bassin de la rivière Caratinga, au Brésil. L'évaluation de la fragilité potentielle a été réalisée par une analyse multicritère des facteurs de fragilité des sols, de la géologie, de la dissection du relief et des précipitations. Pour déterminer la sensibilité réelle à la dégradation de l'environnement, des variables d'utilisation des terres et d'occupation des sols ont été incluses dans l'analyse. La terre a été classée dans le système de capacité d'utilisation, vérifiant les conflits existants avec l'utilisation actuelle des terres. Moran bivarié je indice a été utilisé pour évaluer l'autocorrélation spatiale entre l'analyse. Les résultats ont montré que le bassin de la rivière Caratinga présente une fragilité potentielle moyenne à élevée, avec plus de la moitié de la zone dans la classe de fragilité environnementale élevée. Par rapport à l'analyse de la fragilité environnementale, la méthodologie de classification des terres a montré une autocorrélation spatiale significative et a déterminé une superficie similaire du bassin utilisée au-dessus de sa capacité, permettant d'indiquer les pâturages et les zones de sols exposés comme prioritaires pour l'application des politiques de restauration. Ainsi, il est conclu que la réconciliation des deux méthodologies, y compris l'analyse des facteurs de dégradation environnementale ainsi que la compréhension de la capacité maximale d'utilisation agricole, constitue une action fondamentale pour subventionner la planification adéquate de l'utilisation des terres dans les bassins versants.

Ceci est un aperçu du contenu de l'abonnement, accessible via votre institution.


Abstrait

L'augmentation exponentielle de la population urbaine des pays en développement au cours des dernières décennies et le phénomène d'urbanisation accélérée qui en a résulté ont mis en évidence la nécessité de développer des systèmes de gestion des déchets écologiquement durables et efficaces. La décharge sanitaire constitue l'une des principales méthodes d'élimination des déchets solides municipaux. Les décisions d'implantation optimisées ont acquis une importance considérable afin d'assurer un minimum de dommages aux différentes sous-composantes environnementales ainsi que de réduire la stigmatisation associée aux résidents vivant à proximité, améliorant ainsi la durabilité globale associée au cycle de vie d'une décharge.

Cet article traite de l'implantation d'une nouvelle décharge à l'aide d'une analyse décisionnelle multicritères (MCDA) et d'une analyse superposée à l'aide d'un système d'information géographique (SIG). Le système proposé peut accueillir de nouvelles informations sur la sélection du site d'enfouissement en mettant à jour sa base de connaissances. Plusieurs facteurs sont pris en compte dans le processus de sélection d'un site, notamment la géologie, les ressources d'approvisionnement en eau, l'utilisation des terres, les sites sensibles, la qualité de l'air et la qualité des eaux souterraines. Des pondérations ont été attribuées à chaque critère en fonction de leur importance relative et des notes en fonction de l'ampleur relative de l'impact. Les résultats des tests du système sur différents sites montrent l'efficacité du système dans le processus de sélection.


Gestion des urgences urbaines

Cette partie porte sur une revue critique de l'utilisation de l'analyse spatiale dans certaines situations de gestion d'urgence urbaine. Il fournit une portée intérieure et extérieure des travaux cités à cet égard de manière à mettre en évidence le processus de prise de décision améliorée. L'étendue du champ d'application se concentrera sur les progrès les plus importants dans l'utilisation des méthodes d'analyse spatiale pour la gestion des urgences dans les situations urbaines.

Applications de l'analyse spatiale aux risques naturels

Séismes et coordination humanitaire

La littérature sur le SIG et la coordination humanitaire a commencé par examiner les différentes approches dans lesquelles le SIG peut être utilisé pour une coordination efficace. Indépendamment de la façon dont le SIG a été principalement considéré, au sein de la communauté de gestion des catastrophes, comme un outil cartographique, une approche de gestion de l'analyse et de la visualisation initiales, ou un système de navigation électronique, cela ne décrit pas de manière attrayante la meilleure façon d'utiliser le SIG dans le domaine humanitaire. aide (Currion 2006). Il existe de nombreuses utilisations potentielles du SIG pour l'aide humanitaire. Par exemple, l'utilisation de l'amélioration, qui est l'utilisation de calculs SIG de pointe pour résoudre un problème de contour, peut être utilisée pour découvrir des zones raisonnables à défricher. Par exemple, une enquête de soutien, pour l'analyse des relations spatiales en utilisant le SIG comme outil, peut être utilisée pour évaluer la vulnérabilité à divers aléas en fonction de la proximité.

En 2005, une étude sur les urgences humanitaires complexes de Verjee (2005) s'est appuyée sur des analyses contextuelles et des exemples en progression innovante pour formater les applications SIG potentielles pour les urgences humanitaires, qui étaient :

Cartographie et cartographie (cartographie de l'utilisation des terres, cartographie des infrastructures, cartographie démographique, logistique et durabilité).

Sensibilisation, médias et communications (accès du public à l'information, reportages, évaluation du programme, couverture médiatique).

Modélisation et simulation de scénarios de catastrophe (pratique, exercices et exercices, flux d'informations sur les données, planification des imprévus).

Gestion et planification environnementales (planification, culture de rendement, évaluation des ressources).

Gestion des risques et des dangers (analyse sismique, sélection et planification du site, et estimation et atténuation du niveau d'eau).

Analyse et évaluation de la vulnérabilité (cadres d'alerte précoce pour la saison sèche, la désertification et la famine, modélisation des épidémies et planification des tsunamis).

Réduction des risques (« domaines à problèmes » distinguant les programmes de preuve et de secours).

Politiques d'intervention et gestion organisationnelle (administration, planification et formation).

Le tableau 1 démontre les capacités du SIG dans cette situation. Malgré le fait qu'il existe diverses applications de l'analyse spatiale en tant que technique SIG, elles partagent toutes un objectif ultime, qui est d'exploiter la connaissance de la situation dans toutes les zones intéressées afin que les préoccupations fondamentales puissent être perçues et après cela ensemble atteint.

Une analyse tardive d'Eveleigh et al. (2007) et Al-Ahmadi et al. (2014) a utilisé l'analyse spatiale pour les études sur les catastrophes sismiques. L'approche adoptée reconnaît que, dans le cadre de l'aide humanitaire, « l'innovation SIG se bat pour résoudre des problèmes complexes qui nécessitent la modélisation de phénomènes dynamiques en évolution rapide, de caractéristiques, de comportements, de données et. Ils ont conclu qu'il existe un potentiel élevé pour les modèles d'évaluation basés sur le SIG pour donner le pas en avant attendu pour traiter de manière aléatoire les urgences humanitaires.

Bally et al. (2005) ont présenté l'utilisation de la télédétection pour l'aide humanitaire, montrant que l'utilisation de la télédétection et du SIG a permis la migration de 200 000 personnes déplacées vers des établissements à plus long terme disposant d'une source d'eau renouvelable et offrant un potentiel d'amélioration en matière d'assainissement, d'agriculture, et même l'hydroélectricité. Une autre application SIG puissante utilisée pour soutenir les urgences humanitaires était The Global Connection Project, qui comprenait l'Université Carnegie Mellon, la NASA, Google et National Geographic, contribuant à la planification des secours pour le 8 octobre 2005, le tremblement de terre et le tsunami en Asie du Sud. Dans ce projet, le SIG a été utilisé pour obtenir et transmettre des images haute résolution à partir de Quickbird de Digital Globe.

Incendies

ESRI (1999) a montré une approche pour décrire un incendie à propagation rapide avec précision. L'analyse spatiale peut être utilisée pour reconnaître les zones d'incendie à haut risque et établir des zones tampons pour l'évacuation. Nonobstant la détermination des régions à haut risque, l'analyse spatiale peut être combinée avec l'analyse statistique comme méthode de vérification pour les zones spécifiant l'évaluation finale des dommages, en plus de décider de fournir des modèles visuels pour les zones fortement impactées, selon Goodchild (2006). Lentile et al. (2006) ont donné une orientation en distinguant les couches potentielles qui peuvent être utilisées pour l'identification des incendies urbains. L'étape initiale consistait à utiliser les directions de portée et de longitude pour tracer les différentes flammes (sur la base d'une décision de foudre ou d'incendie allumé par l'homme) au cours d'une période particulière. Les informations sur les incendies peuvent sembler, de l'avis de tous, se situer à l'intérieur des cours d'eau. Cependant, c'est principalement une raison pour ajuster les zones tampons pour donner une certaine marge à de telles erreurs. Le processus de connexion des informations sur les attributs et présente quatre techniques analytiques pour la simulation et la visualisation hors de contrôle du feu. Malgré le fait qu'ils mettent particulièrement l'accent sur les catastrophes causées par l'incendie, en proposant les quatre alternatives prescrites pour l'examen des incendies en milieu urbain :

Le risque d'incendie urbain est difficile à éviter. Néanmoins, grâce à la spécification reconnaissable des zones à haut risque, la récurrence de la flamme peut être minimisée. Jaiswal et al. (2002) ont démontré que le SIG, lorsqu'il est associé à l'imagerie satellitaire, peut être utile pour identifier les régions à haut risque dans un voisinage donné et limiter la propagation du feu et ainsi minimiser l'impact. Jaiswal et al. (2002) ont également examiné l'utilisation d'ArcGIS pour cette idée, déclarant que le mélange de données topographiques de base et de télédétection pour la cartographie de la végétation peut faire une estimation précise des territoires d'incendie à haut risque utilisés à des fins de modération et de réaction. Dans Jaiswal et al. (2002) différentes couches de végétation, de pente, de proximité des agglomérations et de distance par rapport aux routes ont été faites pour fournir une indication sur les régions à haut risque d'incendie. Une fois ces données tracées, des zones tampons de 1000, 2000, 3000 et 4000 m entourant les zones à haut risque ont été tracées pour étendre les niveaux distinctifs de danger. Bien qu'ils aient enquêté sur un cas particulier de l'Inde, le concept d'utilisation de l'analyse spatiale SIG consolidée avec l'imagerie satellitaire pour distinguer les zones sujettes à un risque élevé d'incendie a démontré l'adéquation du SIG en tant qu'outil de gestion des catastrophes urbaines. Si le SIG peut être utilisé pour modéliser et simuler des zones d'incendie à haut risque avec des zones tampons, cela permet de comprendre que le SIG pourrait également être utilisé pour montrer des modèles d'évaluation des dommages en utilisant différents logiciels et différentes couches de données, quel que soit l'emplacement géographique.

Pradhan et al. (2007) ont utilisé un examen SIG pour décider de la susceptibilité au feu, en utilisant une « base de données spatiale vectorielle » avec SIG et consolidée avec des informations topographiques, des informations sur le carburant, des points de vue d'ensemble de base et des cartes. Cela a pris en compte les variables de calcul, qui ont ensuite été converties en une grille raster, reconnaissant 112 cellules à l'intérieur des événements d'incendie. Une approche proportionnelle basée sur la fréquence a été utilisée pour caractériser les « connexions entre les zones de hotspot et les composants de la zone d'étude ». Les défis, malgré tout, résidaient dans le traitement « d'une quantité importante de données ». La conclusion est tirée de Pradhan et al. (2007) sur l'utilisation de telles projections pour la cartographie et l'atténuation des risques d'incendie était assez convaincante. En prévoyant la susceptibilité au feu lors de l'utilisation de l'analyse de fréquence, il a été recommandé d'utiliser les résultats prescrits avec alerte, selon Pradhan et al. (2007). Il a été suggéré que l'analyse approche leur examen est utilisée fondamentalement au milieu d'un incendie, ce qui propose de cartographier les zones influencées par le feu au lieu de se diriger vers le processus de gestion des catastrophes liées aux incendies.

Inondations

Correia et al. (1998) ont démontré que le SIG avait été considéré comme un outil efficace pour organiser et visualiser des données provenant de différentes sources sur l'administration à grande échelle des plaines inondables. Dans le cadre de cette approche globale de gestion de la gestion des plaines inondables, il est crucial d'avoir la capacité de prédire les séquelles de différentes situations concernant les régions inondées et les régions connexes à risque. Morrow (1999) a discuté du fait que les zones hydrologiques et contrôlées par l'eau occupent une place cruciale, et il y a beaucoup à gagner à unir ces capacités d'exposition dans un système SIG. La perspective de l'utilisation d'Intergraph GIS avec IDRISI GIS a fourni un moyen efficace de traiter les urgences liées aux inondations en 2D et en 3D. L'utilisation de la modélisation multidimensionnelle a généralement étendu la flexibilité d'utilisation du SIG comme instrument de modélisation des inondations. Gogoaşe Nistoran et al. (2016) ont montré l'efficacité de l'analyse spatiale utilisant le SIG pour modéliser les inondations causées par la rupture du barrage.

Le rôle du SIG dans la gestion des inondations et des catastrophes a été analysé par Cova (1999), à travers la perspective de la gestion globale des urgences (CEM) et ses quatre phases : atténuation, préparation, réponse et récupération. À la suite d'une catastrophe, le SIG a la chance de jouer un rôle essentiel dans l'évaluation des dommages, l'évaluation et l'estimation des coûts du développement. Au lendemain d'une catastrophe, le SIG est un outil précieux pour soutenir l'évaluation des coûts et la reconstruction. Abbas et al. (2009) ont proposé une réflexion basée sur le SIG concernant le changement d'affichage et de représentation des surtensions pour le sous-district d'Allahabad Sadar (Inde). Cela rejoint le cadre, la méthodologie/l'approche qui prévoyait de rechercher le degré d'application d'analyse spatiale pour une réponse rapide. Les zones touchées par les inondations ont été reconnues et leurs positions sont vérifiées, où la maniabilité du SIG a été malmenée pour obtenir les informations spatiales pour l'organisation fructueuse des calamités pour les tronçons touchés par les ondes. L'approche adoptée a aidé à reconnaître les problèmes susceptibles d'améliorer les pratiques actuelles des organisations de gestion des urgences. L'approche donne un instrument d'autorité fondamentale approprié et rapide pour une réponse rapide aux urgences si elle est utilisée de manière appropriée, ce qui, dans ce sens, aiderait à minimiser les pertes de vies et de biens. Al-Sabhan et al. (2003) ont proposé une étude SIG-construct, à la lumière de l'évolution des niveaux et de la représentation des crues. Cela consolide l'arrangement, l'enquête sur l'état actuel des modèles hydrologiques en cours utilisés pour la modélisation des inondations et l'atténuation des risques. Il a indiqué comment les systèmes électroniques pourraient surmonter un peu l'obstruction des structures existantes. Bien que les modèles hydrologiques basés sur les SIG soient ouverts, ils sont inefficaces pour une application cohérente et ne sont souvent pas principalement consolidés avec des ensembles de données spatiales.

Buchele et al. (2006) et Chen et al. (2009) ont discuté d'une approche moderne pour l'évaluation intégrée des risques d'inondation. Au vu de la mise en place d'un examen plus relatif des différents modèles d'évaluation des risques d'inondation, pour la cartographie, au milieu de situations extrêmes. L'abondance des méthodes exclusives synchrones et internes utilisées a été analysée par Chen et Zhan (2008). L'étude a utilisé une technique basée sur l'opérateur pour modéliser les flux de mouvement au niveau des véhicules individuels et examine l'ensemble des pratiques de modélisation et de visualisation d'objets en mouvement, lors d'une urgence. De Silva (2000) a présenté un modèle de système d'aide à la décision spatiale (SDSS) qui était normal pour la crédibilité des plans de cartographie d'urgence, où les opérations de réponse utilisant des informations spatiales traitant et représentant les points de confinement dans un SIG. Il s'interface avec la partie géospatiale de la section d'analyse spatiale qui est donnée par le SIG. Le SDSS, de sorte que donne une information spatiale détaillée de l'extension de la zone d'inondation et des couches impliquées.

Moreri et al. (2008) ont proposé une approche pour gérer la création d'une application de systèmes d'information géographique (SIG Web) basée sur Internet, qui renforcerait les personnes vivant dans des zones inondables, qui peuvent à un moment donné ne pas être protégées compte tenu de leur proximité avec le cours d'eau et de l'adéquation de la inondation. Zerger et Wealands (2004) ont montré que les modèles de crues hydrodynamiques spatialement rapides pouvaient s'attendre à une part essentielle de la réduction du danger moyen. Un élément clé de ces modèles qui les rendent adaptés à la présentation des risques est la capacité de fournir des données d'immersion temporelles sur le début, la durée et le lancement d'une situation d'urgence. De telles données peuvent être le point de départ de l'orchestration de l'utilisation régionale, de la cartographie, de la gestion de l'effacement et de la recherche d'une organisation de crise sensée pour donner quelques représentations des réponses aux risques. Pour faire face à ces confinements, une structure a été créée qui s'interface avec l'équipe d'intervention d'urgence avec un système d'aide à la décision basé sur un SIG.

Tempête de sable

Les tempêtes de poussière sont autrement appelées tempêtes de sable, elles représentent l'un des dangers les plus courants avec un large éventail d'impacts environnementaux. Lors d'un événement de tempête de peuplement, il affecte la santé humaine de diverses manières. Les tempêtes de sable sont une cause critique d'accidents de voiture et causent des retards dans le transport aérien. Goudie (2008a, b) a discuté des produits pendant le processus d'éruption du peuplement. Il présente des particules fines, des sels et des produits chimiques (en comptant les herbicides) dans l'environnement, avec une série d'effets sur la santé, notamment des troubles respiratoires ainsi que différentes maladies graves. Les tempêtes de poussière peuvent transporter des allergènes, y compris des organismes et des excroissances microscopiques, affectant ainsi la santé humaine. L'analyse spatiale peut être exceptionnellement efficace pour afficher et représenter le degré et l'effet des tempêtes de sable. Plus précisément, nous pouvons utiliser le SIG pour donner les capacités d'accompagnement dans la gestion de la gestion des catastrophes des tempêtes de poussière.

Les développements récents du réchauffement de la planète et du changement climatique ont entraîné une augmentation de l'activité des tempêtes de sable dans diverses parties du monde. De nombreux chercheurs dont Goudie (2008a, b Xu et al. 2006) se sont penchés sur l'examen des événements de tempêtes de sable et de leur impact sur la surface terrestre, en utilisant le SIG et la télédétection. Goudie (2009), a expliqué que la première méthodologie repose sur l'étude des informations des stations météorologiques et la représentation de la propagation des particules dans l'espace en particulier en association avec la température moyenne sèche et la température sous-sèche, en particulier dans le désert ou le semi-désertique ou les zones . Des études mesurables montrent que l'événement des tempêtes de sable et de poussière est lié à un degré élevé de vitesse du vent, qui est donc fermement identifié avec les composants de la surface terrestre, puis à nouveau, une relation significative entre l'événement de pluie et d'autres éléments atmosphériques, par exemple, les précipitations et la température ont été pas regardé. Ceci nonobstant la partie de la couverture végétale, qui a été sans équivoque liée aux tempêtes de poussière.

Dangers pour la santé

Selon Cioccio et Michael (2007) Gestion des urgences des impacts sur la santé, se concentrer spécifiquement sur la population vulnérable et l'accès aux services médicaux La technologie SIG est capable dans les attaques de chaleur extrême, en fournissant le degré et l'application pour analyser spatialement la distribution des services et sa relation à la population à risque. Malgré tout cela, la littérature qui couvre l'utilisation des SIG pour l'impact sur la santé est quelque peu limitée. De nombreuses demandes d'utilisation des SIG en santé portent sur la méthodologie et les applications pratiques dans les domaines de la population vulnérable, de la distribution des établissements de santé et de la distribution des abris d'urgence. Ces trois thèmes pourraient être liés au recensement et aux informations sur le trafic pour fournir des modèles spatiaux plus détaillés, face à cet aléa.

Sharma et al. (2008) ont souligné que l'une des principales utilisations des SIG dans la modélisation et la simulation d'une pandémie est d'encourager l'accès aux services de santé par les habitants qui vivent dans et autour de la zone de sécurité d'un rassemblement de masse ou d'un événement social. Cet objectif sera atteint en décrivant une application SIG pour aider les autorités sanitaires dans la planification et la mise en œuvre de la réponse médicale d'urgence, en mettant l'accent sur l'amélioration du soutien de la population vulnérable, notamment :

Assurer une routine continue pour les services de santé pendant les périodes d'accès restreint à une zone de sécurité

Assurer les procédures d'évacuation pour les urgences médicales qui ne sont pas liées à un événement

Assurer une évacuation et des soins de santé en temps opportun en cas d'incident de causalité de masse.

Cela peut être accompli en décrivant un outil de cartographie pour localiser les membres vulnérables de la communauté à l'intérieur de la zone touchée, en cas de catastrophe naturelle ou technologique imminente, par exemple une vague de chaleur ou une panne de courant. Becerra-Fernandez et al. (2008), ont expliqué que le SIG pouvait être utilisé pour spécifier les itinéraires d'accès et d'évacuation, pour l'approche ou les événements d'urgence ou de gestion des catastrophes en cours. Les objectifs peuvent inclure des abris, des écoles ou d'autres destinations prédéfinies en dehors de la zone de sécurité Chandana et al. (2007). Le support clé du SIG dans un épisode pandémique peut être l'utilisation du SIG destiné aux problèmes de santé publique généraux, en particulier, pour caractériser ses utilisations et ses restrictions dans la gestion des enquêtes de description de la population vulnérable. Le SIG prend en charge les opérations d'intervention avancées, par exemple, Roland Daley et al. (2015) ont mis en évidence certains de ces problèmes comme suit :

Choisir des sites pour les centres communautaires de lutte contre la grippe et les stations de vaccination.

Suivi et évaluation de l'effet des centres et des stations de vaccination.

Annulation d'événements publics et de rassemblements.

Fermeture des écoles, réunions et rassemblements.

Restreindre l'utilisation des cadres de transport public.

Identifier les installations de quarantaine et d'isolement des groupes potentiels.

Obliger les gens à suivre les isolats de groupe ou individuels.

Applications de l'analyse spatiale aux aléas technologiques

Perturbation et dysfonctionnement des infrastructures

Cova et Church (1997) et Cimellaro (2016) ont discuté d'une approche pour reconnaître à dessein les quartiers susceptibles de se heurter à des problèmes de transport lors d'une évacuation d'urgence. Une description de cette nature offre une approche intéressante pour gérer l'évaluation d'un groupe d'absence de défense dans les régions soumises à des risques dynamiques avancés d'impact spatial incertain (par exemple, des déversements dangereux sur les routes). Une estimation heuristique est délimitée qui peut être utilisée pour transmettre utile, l'excellente réponse pour ce modèle dans un cadre SIG, car il était associé à une région d'étude.

Camps (1993) a présenté un nouveau cadre de gestion des risques informatisé à l'usage du personnel de gestion des risques moins expérimenté qui vise à réduire la probabilité et la gravité des accidents. Le cadre, qui a été développé, est adapté à une utilisation dans les sites de traitement du pétrole, du gaz ou des produits chimiques. Il associe des modèles scientifiques et des outils de calcul pour la simulation d'accidents et la constitution d'une base de données intégrant des scénarios d'accidents et des plans d'intervention. Il peut également être utilisé dans le cadre d'une situation d'urgence pour décider des approches privilégiées pour trouver une aide extérieure.

Applications d'analyse spatiale dans les risques d'origine humaine

Rassemblement de masse et troubles civils

De nombreux types de rassemblement de masse et la concentration des changements de population participant à de tels événements peuvent varier en fonction de la nature de l'événement, de son emplacement, de l'heure et de la saison de l'événement. Par exemple, des manifestations civiles, des concerts de rock en plein air et un match de football sont des exemples typiques où il existe une variation claire de la densité de la population assistant à ces événements. Selon McDonald (2008), ces occasions n'attirent régulièrement aucun type de participants. Par conséquent, les risques peuvent être liés aux maladies liées aux conditions météorologiques, aux effets nocifs des médicaments ou aux blessures causées par des membres tentant de s'approcher de la scène. Bradler et al. (2008), ont conclu que les événements politiques, par exemple, les conventions des partis politiques pourraient comporter plusieurs risques associés. Cela inclut les traumatismes ou les effets toxiques de la dépression liés à une manifestation politique ou à des incidents liés au terrorisme. Becerra-Fernandez et al. (2008) ont indiqué que l'analyse spatiale SIG est valide dans ces applications, car elle fournit :

Préciser la diffusion des individus autour de la proximité de l'événement.

Analyser la portée et l'approche pour cartographier l'évacuation en cas d'urgence.

Déterminer les positions et les mouvements des forces de l'ordre sur le terrain.

Analyser le modèle de développement des masses.

Soutenir une prise de décision efficace sur l'évacuation et la réponse à une situation d'urgence.

Terrorisme

Kwan et Lee (2005) ont montré que les attentats terroristes contre le World Trade Center (WTC) à New York et le Pentagone le 11 septembre 2001 n'ont pas eu d'impact assez récent sur les structures à plusieurs niveaux d'un centre urbain. Ils ont également influencé leur environnement au niveau de la rue de manière à réduire les délais pour la rapidité des interventions d'urgence. La capacité d'utiliser un SIG 3D évolutif pour l'avancement et l'exécution de systèmes d'intervention d'urgence intelligents basés sur le SIG. Le fait était d'exiger une réponse d'urgence rapide aux attaques terroristes contre des structures à plusieurs niveaux (par exemple, des structures de bureaux à plusieurs étages). Une conception du système et des données-cadres qui facilitent les capacités de transport terrestre avec les cours intérieurs à l'intérieur de structures à plusieurs niveaux dans un SIG 3D protégé ont été examinées. Les problèmes d'utilisation d'étages de représentation adaptables ont également été abordés, notamment le préalable au plan d'intervention distant et polyvalent. Les fonctionnalités critiques d'aide à la décision ont en outre été prises en compte avec une référence particulière à l'utilisation de calculs basés sur le framework de manière la plus restreinte. Une utilisation test des données de structure 3D attendues montre qu'une base de données SIG pour une zone d'étude voisine a été démontrée par Kwan et Lee (2005). L'étude indique que le délai de réaction à l'intérieur des structures à plusieurs niveaux peut être plus long que les reports causés sur le cadre du transport terrestre, ont le potentiel de réduire de manière impressionnante ces reports.

Johnson (2003) a démontré qu'en temps de crise, les gestionnaires de catastrophes ont l'engagement nécessaire pour gérer rapidement et adéquatement toute situation pouvant survenir. Une application SIG adaptée a été livrée en engageant un bref examen basé sur une situation de catastrophe facilitée par la centralisation des masses correctement distinguées au niveau de la pièce. L'application SIG Emergency Management System (GEMS) est une structure astucieuse à utiliser dans le cadre du centre d'opérations d'urgence (EOC) pour aider à la direction de l'intervention. Au cas où une calamité devrait se produire, les tentatives d'intervention et de récupération pourraient être initialement axées sur les domaines les plus fondamentaux de la plus grande convergence de personnes.


Centre SIG du PSNRU

Le Centre des systèmes d'information géographique et de technologie de l'Université nationale de recherche de l'État de Perm (Centre SIG du PSNRU) a été créé en septembre 2000, sur la base de la recherche scientifique de l'Université d'État de Perm, sur décision du Conseil de coordination pour le développement des systèmes d'information géographique des (GIS PA) de la région de Perm. La création d'un réseau de centres SIG a eu lieu selon le Concept de SIG AP de la région de Perm pour 1999-2001, approuvé par le gouverneur de la région du 22.03.99 № 93, et le Programme SIG AP de la région de Perm pour 2000-2001 ., approuvé par le gouverneur de la région à partir du 31.12.1999 № 223.

De septembre 2000 à octobre 2005, le conseiller scientifique du cetre a été le premier vice-recteur de l'Université, docteur en sciences techniques Vladimir M. Suslonov. Depuis février 2006 et à ce jour, le conseiller scientifique est le premier vice-recteur du PSNRU, PhD, professeur agrégé Valery A. Sherstnev.
Sergey V. Pyankov, le candidat de la science technique, professeur agrégé, a été à la tête du centre SIG.

Le centre SIG a commencé à réaliser son activité scientifique et pratique en septembre 2002, après l'apparition de la liste des membres du personnel et des premiers contrats pour effectuer des travaux de recherche. Le centre a été agréé le 15 octobre 2002 par Roskardography RF № URG-00596 pour les activités suivantes :

  • création et maintenance de systèmes d'information géographique à des fins spéciales
  • réalisation, mise à jour, préparation pour publication, édition, copie sous forme graphique, numérique (électronique) et d'autres types de cartes, plans et atlas thématiques à des fins spéciales
  • réalisation, mise à jour, préparation à la publication, édition, copie sous forme graphique, numérique (électronique) et autres types de calendriers, guides et autres publications promotionnelles et informatives sur une base cartographique ou avec son utilisation
  • réalisation de projets de recherche et de conception expérimentale dans le domaine de la technologie SIG.

Depuis lors, le Centre SIG a commencé son activité sur le territoire de la région de Perm. Le Département de la protection de l'environnement de la région de Perm est devenu le principal client des projets. Trois travaux sont à noter parmi les premiers projets de recherche qui se sont développés par la suite et sont devenus la réponse générale du Centre SIG :

  • « Zonage de la région de Perm en fonction des risques écologiques des cas d'urgence naturels et naturalo-technologiques : zonage du territoire la création d'une banque de données pour le système d'information géographique des pouvoirs publics (SIG PA) “
  • “The creation of a digital model of the Kamskoye and Votkinskoye reservoirs relief bottom to conduct the monitoring subsystem of water biological resources within ecological monitoring framework.”
  • “The structuring and creation of thematic layers of the environmental section of GIS PAof Perm region: quarterly net,Goslesfond and Mezhhozles forestry borders”

The list of customers and activities has recently extended greatly. Currently the main customers are federal, regional, municipal and large business structures:

  • Central administrative board for Civil Defense and Emergencies of Perm Krai
  • FSU “The Kama Basin Water Management”
  • FGU “Kama-Ural basin management for protection and reproduction of fish inventory and the production regulation”
  • Natural Resources, Forestry and Ecology Ministry of Perm Krai
  • Security Ministry of Perm Krai
  • Agriculture and Food Ministry of Perm Krai
  • Management on Environmental Protection of Perm Krai Administration
  • Municipalities of Solikamsk, Berezniki, Krasnovishersk,Tchusovoy and many others.
  • Lt. “Lukoil-Permneft”
  • Lt. “Perm Motorostroitelnuy Zavod”
  • JSC “Institute of Information Systems”
  • PC “Solikamskbumprom”
  • PC “Mineral fertilizers”.

The worked out branches of activity “GIS and natural resources”, “GIS and Safety”, “GIS and Ecology” are confirmed byprofound research projects conducted by the GIS center according to the government order: “Scientific and technical substantiation and development of the program” Prevention of waters detrimental effects and hydrolic engineering construction safety in Perm Krai “(2006) (the regional target program was approved by the Perm krai legislative assembly in January 2007) “Creation of the space monitoring system for forest resources of Perm Krai” (2006-2007) “Creation and maintenance of the ” Forest resources database of Perm Krai ” GIS(2005-2007 )”Creation of the geoinfomation system called ” Forest Resources of PC “Solikamskbumprom” (2008-2009)”Elaboration of the insurance fund of Perm Krai documentation” (2006 – 2007) “Information support of state authorities, local government during the decision-making on public safety, prevention and elimination of natural, technogenic and bio-social emergency situations in Perm Krai municipalities ” (2007 – 2009)“Perm region zoning according to the ecological risks of natural and natural-technogenic emergency cases: territory zoning the creation of a data bank for the geographic information system of public authorities (GIS PA)” (2002-2004), Befor and after flood inspection of Perm Krai Territory (2007 – 2009).

It’s important to mention that a new branch of activity “GIS and agriculture” appeared in 2005. It has been developed in the ongoing project “Creationof space monitoring system based on the earth remote sensing data for the rational use of agricultural lands” (2005-2008).

The agreement to establish municipal geographic information system (MGIS) of Krasnovishersk was set up in 2003, the MGIS Conception of Berezniki was elaborated in 2005 and the tender for the establishment of municipal geographic information system (MGIS) of Solikamsk municipalitywas won in in 2007. Thus, there is another branch of development – the use of geographic information solutions for municipalities management where GIS is an integrating link for users on any possible space, scale or profile levels.

The resources development of the GIS centre of PSNRU in 2013 is as10 times high as in 2002 г.

Nowadays we have creative, professional and contractual relations with reliable partners. Parmi eux se trouvent :

  • GIS Association of the Russian Federation (Moscow)
  • Data + (Moscow)
  • ITC “Scanex” (Moscow)
  • Institute of Water Environmental Problems (Barnaul)
  • Territorial Fund of Information on Natural Resources and Environment Ministry of Russia for Perm region (Perm) and many others.

Since the establishment and the choice of the development priorities we realized the need to create our own training department. In this regard, the Training Center onESRI software (Environmental Systems Research Institute, USA)- the first centre in the Western Urals- was certificated on November 3, 2003. S.V.Pyankov (“Introduction to ArcView», «Advanced Course of ArcView»), Y.N. Shavnina (“Introduction to ArcView», «Advanced Course of ArcView 3”) and A.V. Nekrasov (“Introduction to ArcGIS», Part 1, 2) became the first certified professors. Since that time, we have an opportunity not only to educate and increase the education level of customers in the use of GIS technology, but also the opportunity for our autonomous learning.More than 150 certificates of various courses have beencurrently issued, including the Perm State Universitystaff. Since February 2005 the ESRI Training Center has been a part of the Regional Institute for Continuing Education of Perm State National Research University.

Since 2014 the students are read the most modern courses: “ArcGIS Desktop I: Getting Started with GIS (Part 1)”, “ArcGIS Desktop II: Tools and Functionality (Part 2)”, “ArcGIS Desktop III: GIS Work processes and Analysis ( Part 3). ” Classes are carried on by a certified instructor, Ph.D. Cherepanova E.S.

Our own computer lab on ESRI software training and the use of modern GIS technologies in the substantiation and management decisions making was openedin December 2007 .

The staff of the GIS Center of PSU regularly participates in regional, federal and international conferences. Among them are GIS forums ofthe Russian Federation (Moscow, 1998 – 2010), GeoSibir (Novosibirsk, 2004-2014), Sustainable Development of Territories: GIS theory and practical experience (St. Petersburg, Russia – Helsinki, Finland (2001), Vladivostok, Russian Federation – Changchun (2005), China Khanty-Mansiysk – Yellowknife, Canada (2007), Rostov-na-Donu (2010), Belokuriha (2011), Belgrade (2014) and many others.

I Interregional Scientific and Practical Conference “Software of the spatial development of Perm region” was organized and held by the GIS center of PSU in autumn 2008.The aim of the conference was to develop a regional mechanism for the creation and development of spatial data infrastructure of Perm krai for the benefit of state and local authorities in their management decisions making. At the conference it was decided to make it traditional and annual. The series of the conferences have been held for over 5 years.

The Jubilee International Conference InterCarto-InterGIS – 15 “Perm” – “Gent” was held on the basis of the GIS center of PSU in summer 2009. More than 160 participants from Barnaul, Volgograd, Yekaterinburg, Izhevsk, Moscow, Nizhnevartovsk, Nizhny Novgorod, Novosibirsk, Perm, Petropavlovsk-Kamchatsky, Saransk, Tyumen, Khabarovsk and other Russian cities, as well as from Belgium, the UK, Germany, China, Netherlands, the Czech Republic, Estonia, South Korea took part in the conference. They represented organizations that specialize in the field of spatial planning, geoscience, geoinformatics, cartography, geology, mining and oil and gas transportation, higher education. By the beginning of the conference three volumes of its materials had been published, including more than 100 publications.

More than 200 articles, preceding papers and abstracts have been published by the GIS Center staff, 21 of them are included in the list of HAC. The main topics of publications are the creation and use of modern geoinformation methods in spatial tasks decisions.

Much work is done to improve the skills of the GIS center employees. Each of them takes at least 2 courses of ArcView 3.2a, ArcGIS 10.2 training. Besides key specialists are educated in organizations and companies that arethe leaders in the field of geoinformatics in the territory of the Russian Federation:

  • Certificate of participation in the International School of Young Scientists “Computational-informational technologies for environmental sciences: CITES-2007”, 14-25 July 2007 – Y.N. Shavnina (Tomsk State University)
  • Certificate of the course “Basics of ArcGIS Spatial Analyst», October 10, 2007 – Y.N. Shavnina (Moscow, Date +)
  • Certificate of the course “Introduction to ScanMagic», January 2011 – E.S. Cherepanova, A.N. Shikhov (Moscow, Scanex)
  • Certificate of the course “ArcGIS Desktop I, II, III”, April 2014 (Moscow, Date +)
  • Certificate of the course ” Geodatabase Construction”, 2014 – E.S. Cherepanova (Moscow Date +)

Hardware, software, information and technological equipment is purchesed, created and developed. Currently we have the most modern stock of computers and peripheral devices (including plotter, large format scanner, GPS-navigation).

The GIS center consistently, since its establishment, purcheses and develops software tools. We have a certified software of leading foreign and Russian companies-developers in geographic information systems and technologies: ArcView 3.2a (extensions Spatial Analyst 3D Analyst NetWork Analyst) («University set”) ArcGIS 9.2 (extensions Spatial Analyst GeoStatistical Analyst 3D Analyst NetWork Analyst) («University set”) ArcGIS 9.2 (extensions Spatial Analyst) (floating license) ArcEditor (floating license) EDN (floating license) (all software is the software product list of ESRI). ERDAS IMAGINE Professional (extensions: Vector Virtual GIS, OrthoBase, Radar Mapping System, MapSheets) (software products list of ERDAS) («University set”), as well as ScanMagic (Scanex) are licensed software products for data processing of remote sensing (satellite imagery) .

The first regional geoportal for the territory of Perm Krai has been created. We take actions to implement a single geodatabase as the topographic foundation for applied problems solutions at the regional level (modeling of snowmelt, the high waters and floods formation, droughts and flooding prediction and other natural and anthropogenic processes). Weprepare materials for the certification according to FSC standard.

To realize a number of projects in 2006 we purchasedsatellite images of the Perm Krai territory with a resolution of 6 m (2005-2007, IRS LISS), that allowed to identify spatial objects with generalization M 1:50000. In its turn, it extended a broad group of monitoring tasks associated with spatial modeling of changes in vegetation cover, rivers and reservoirs banks processing, illegal anthropogenic impact on the environment. Currently, the entire territory of Perm Krai is covered withimages with a resolution of 2.5 m (M 1:25000) with 1 mdetailed insets.

In 2009 PC “Scientific and Production Corporation” REKOD “and the State Educational Institution of Higher Professional Education” Perm State University “signed the agreement on cooperation in the field of space activity results use (RSA).

One of the main cooperation ares is the joint creation and development of “Space Services Center” on the basis of PSNRU. This decision has led to the creation of the innovationcompany Lt “MICspace technologies and services Center.”

In 2009,the scientific and educational center SEC “Mathematics and cartographic modeling of geosystems and complexes” was established on the basis of the GIS centre. The main goal of SEC is to develop a new scientific and educational structure, aimed at the development of basic research in mathematics and earth sciences, as well as the formation of new training schemes and the organization of education advanced scientific research and high technology.

In 2010, Perm State University received the status of National Research University (NRU) with the program “Efficient environmental management: forecasting technologies and management of natural and socio-economic systems.” Thus, a unique concentration of personnel, ideas, technology and finance appeared, which allowed for the first time in 9 years to conduct the first government funding of applied science and education activity of GIS center of PSNRU.

On February 14, 2011 Interregional Center of Space Monitoring (ICSM)of Perm region was established on the basis of the GIS center of Perm State National Research University. The centreincluded two satellite receiving stations: “Alisa – CK” and “UniScan – 24.” The first station now allows to receive data from two types of satellites: NOAA (POES), MetOp, and the second one- from Modis (Terra / qua), Spot-4-5, and EROS A / B. Thus optical survey has completely covered a number of large-scale remote sensing data as well as a wide range of current thematic tasks.

Currently the received satellite monitoring system is widely used in the investigation of natural-territorial complexes of different hierachical level and territorial coverage. The main advantage of ICSM is information efficiency that can not be obtained when ordering data through INTERNET. Furthermore, it should be noted that the remote sensing methods are significantly more economical ways in comparicon with the traditional spatial data gathering.

TheCenter of Space Monitoring is installed on an “open architecture” principle, that allows,if necessary, to add blocks and modules. The centre configuration on the reciving principles can vary, thatallows to develop the ICSM in time, extending the range of tasks solved by it. The dynamics and the direction of the development is determined by, first, the acute needs of practical problems in the region, secondly, by the existing technical opportunities, and thirdly, by the considerations of economic expediency.

Comprehencive processing of space information and ground-based measurements results is the basis for the target data organisation necessary for decoding and case studies held for the objective information about the current state of the region. The results of processing are integrated into the thematic GIS to conduct a comprehensive analysis and information about the dynamics of positive and negative territorial and object processes. Such information makes it possible to make deliberate decisions that greatly improve the efficiency of regional and local governments in various functioning areas of the entities.

In September 2011, the first base reference station in Perm was put into test operation. It was based on the specialized GNSS-receiver AshTech ProFlex500 (France). This is the first step in the creation and development of a network of base stations in Perm region.

Functioning network of such stations in future will allow tomake engineering and survey works, the imposition of points in nature and field inventory works with centimeter accuracy having only a GNSS-receiver. It will be poccible toreceive coordinates correctionshaving satellite equipment of AshTech brand, as well as the equipment of third-party manufacturers. Due to the integral RTDS-server, it is possible to operate simultaneously with 90 rovers of all brands and broadcast corrections in any existing formats.

Basic reference station is operating in the test mode now, an evaluation of the quality of positioning on the real terrain is done by the rover AshTech ProMark200 in various modes – Static, Stop-n-Go, RTK. The planned accuracy is 10 mm in RTK within the boundaries of Perm and up to 10 cm in most parts of Perm region. The functioning of the basic reference station provides new opportunities for surveyors using satellite GNSS-receivers. First, it is the cost optimization of engineering research – it eliminates the need to purchase expencive private basic station. Second, it improves the quality of field and office works – high precision characteristics of the equipment and powerful but easy to use software of GNSS Solution will quickly and easily handle the materials of field surveys. The third opportunity concernsthe significant time savings for field work – there’s no need to justify the image development, visibility between points: the basic reference station is tied to the local coordinate system once and for the whole period of its operation.

Professionalism, the dynamics of sustainable development, the experience sommes the main features of the Geographic Information Systems and Technology Centerde Perm State University.


Abstrait

River classification is one of the recommendations of the European Water Framework Directive 2000/60/EC, which establishes that classifications should be carried out according to different variables hierarchically organized from a smaller to a larger scale. We suggest incorporating into the Directive’s hierarchical system a geoecological unit (lithotopo unit) that discriminates rivers with similar geomorphological features and ecological funtionality. The lithotopo units are not an alternative to the Directive typology, they are a complement intended to improve it.

Our method is divided into two stages, the first focused on the development of LTUs and the second on their validation. We applied the concept of lithotopo units to a 30,000 km 2 region in the NW of the Iberian Peninsula (Spain) using a Geographic Information System and field work. Seven kinds of lithotopo units were identified for the study area, each with its own geomorphological processes and dynamics, and, as a consequence, particular associated habitats. Cartographic validation was done through the analysis of 122 sample sites distributed in eight basins. Of the five validation variables originally employed, specific stream power and median grain size are the two that yielded the best results. Each kind of lithotopo unit displays a range of values of specific stream power and median grain size that is internally homogeneous but different from that of the other units. The methodology thus produced, which can be applied to other regions, is transparent, objective and quantitative.


Conclusion

This project aims to collect, analyse, digitise and reproduce dispersed laboratory data on physical properties of rocks of Switzerland and surrounding regions that carry geological relevance. The final aim is to provide an organized and controlled collection of data, including estimates of uncertainties and links to original data sources, representative of all the main rocks types of a continental crust. The collection should be able to represent a useful data base for academic studies but also for applicative purposes. It should be open to the wide public and should be able to benefit from input from new data collections.

The SAPHYR dbase centralises, homogenises and sustains otherwise widespread, differentiated and inaccessible laboratory and literature data, and information stored in master theses, and reports issued by Swiss scientific committees, or semi-private data collection. Data are carefully checked for consistency and completeness of information that allows to attribute each data to a geographic location and a specific rock type. The dbase is used to calculate physical properties maps, upon statistical treatment of each data group.

Here we describe as example of presentation of the data, the bulk density and Vp0 maps of Switzerland, as well as the used statistical method to construct these maps from sample data and the methodology behind this approach.

The data collection has been transferred to the Federal Office of Topography swisstopo, with the intent to make the dbase open and accessible online by the swisstopo webpage. In the swisstopo dbase tool there will be physical properties distributions for each lithology group.

The GIS based SAPHYR library should be continuously updated by including new laboratory and literature data and by re-assessing sample characteristics. The more data points included in the database, the more specific lithology groups will form, resulting in an optimised map resolution.


Exploring urban morphology through crowd sourced geographic information

The articles discussed yet another interesting theme of understanding the urban morphology through the prism of crowd sourced geographic information. This topic kindles a great interest because the rapid urbanization and globalization calls for deeper understanding of the patterns interwoven in the urban landscape. Moving beyond understanding the preliminary research along the lines of traffic management and understanding the source of data generation, the articles discuss a wider variety of applications that carried more appeal and charm.

While Crooks et al. Frias-Martinez et al. Liu et al. aim to study the urban form and function, they all differ in their approach and content. Crooks et al.’s article serves as an introduction and sets the stage for understanding the research framework and provides a novel ‘bottom approach’ for studying urban activity. However the only concern that I had was the fact that although crowd sourced GIS can serve as an important tool for gaining understanding urbanism. They come with their own set of difficulties when it comes to understanding subjectivities. In a similar vein, in their study, food, sport and entertainment can be categorically classified but not sentiment which is subject to one’s subjectivity. It is never possible to completely comprehend peculiarities and singularities. The authors mention that it had been difficult to obtain individual connotations. My argument is that it is difficult to obtain that even with the advent of modern technology. Their approach of using Flickr to study subjectivity can be called into question and needs further research. In addition, their sample is not representative of the entire civilian community across the world. Also much depends on the attitude of the people participating. VGI is complementing the process, nevertheless helping us make meaningful interpretations and conclusions about our study, but the process is slow and is only in its nascent stages. We still have a long way to go in terms of configuring a way to somehow decipher VGIS data to make authoritative.

Frias-Martinez et al. also study the characteristics of urban landscapes using geolocated tweets. They also allude to the complementary nature of crowd sources geographic data in the research frontier. Their article is very similar to the article by Crooks et al. in the fact that urban landscapes is very similar to urban form and function. One of the issues I that came to my mind was when the authors mentioned that the categories predefined in social networking websites did not allow for explicit classification was of the system’s design structure feeding into the loop of the research work. The design of the system invariably factor into the system a bias because the motive of the designer will be called into question. However, their research work is still worthwhile because their method can be formulated to incorporate other user generated datasets as well.

Liu et al.’s research article in their exploration of the urban land-use pattern and traffic ‘source-sink areas’ modelled along the lines of an ecological study by looking at the balance between drop-off and pick-ups balance vector (DPBV), although very technical presents an interesting alternative to study urban morphology through the lens of implicitly collected geographic information. I found the idea of using geo-information obtained from GPS enabled taxis in Shanghai in China very fascinating. Their reasoning for using GPS data from taxis because of the need to accommodate the peculiar feature attributed to their study area is very convincing. Their study is very significant because most of crowd-sourced study only caters to the developed countries. There have been very few studies designed to study developing economies from the eyes of VGI and making an effort to bridge the digital divide. Hence, their extensive research is commendable not only for their exhaustiveness but also for their study of the implications of the digital and social divide on VGI.

All three articles deserve commendation and merit not only for their informative and educative purpose but also for opening up a plethora of options in the research frontier with regard to VGIS.

Crooks, Andrew, Dieter Pfoser, Andrew Jenkins, Arie Croitoru, Anthony Stefanidis, Duncan Smith, Sophia Karagiorgou, Alexandros Efentakis, and George Lamprianidis. 2014. “Crowdsourcing Urban Form and Function.” Revue internationale des sciences de l'information géographique (ahead-of-print): 1-22.

Frias-Martinez, Vanessa, Victor Soto, Heath Hohwald, and Enrique Frias-Martinez. 2012. “Characterizing Urban Landscapes using Geolocated Tweets.”IEEE, .

Liu, Yu, Fahui Wang, Yu Xiao, and Song Gao. 2012. “Urban Land Uses and Traffic ‘source-Sink Areas’: Evidence from GPS-Enabled Taxi Data in Shanghai.” Paysage et Urbanisme 106 (1): 73-87.


Geoambiente Sensoriamento Remoto Ltda.

GEOAMBIENTE, is a Consulting Engineering Company which aggregates knowledge and value to the business of its clients using GEOTECHNOLOGIES. With a solid experience of many years in the market and professionals with multi-disciplinary background, GEOAMBIENTE always aims to innovation, and it is known as one of the main geotechnology companies in Brazil.

The Company's GIS-IT team develops complete Information Technology Solutions focused on a geographic view. GEOAMBIENTE is a partner of the main market players, such as ESRI and GOOGLE, accumulating in its portfolio several success cases on the conception, development, integration and implementation of corporative GIS systems.

The Company's specialists in Remote Sensing, Cartography and Environmental Analysis developed intelligent solutions for thematic and plani-altimetric mapping, data integration, analysis of multi-varied information and environmental management. The Company applies its knowledge from Geosciences, acting on several market segments, always aiming to create innovative responses and optimized solutions for the needs of its clients. The success of its partnerships with the image distributors Space Imaging, DigitalGlobe and RapidEye, as well as the supply of TeleAtlas databases, guarantee the efficiency of its business model.

GEOAMBIENTE is committed to the excellence of business processes of its clients, with both social-environmental sustainability and the best practices for the development of complete solutions in geotechnologies. GEOAMBIENTE is continually performing significant and growing investments on the development of its System for Quality Management. It is a set of activities and corporative procedures which ensure that GEOAMBIENTE fully complies with the requirements of its clients, of the regulating agencies and of the society, on a structured and monitored way, aligned with the best market practices.

The Company is continuously improving its corporative processes, such as the introduction of strategic planning, using the Balanced Scorecard Pattern, the good practices of Capability Maturity Model Integration (CMMI) for the development of systems, an efficient project management based on the PMBOK, besides the quality control by sampling selection, directed by ABNT (Brazilian Association for Technical Standards), among other actions.

The good performance and quality actions extrapolate the technical area and attain all sectors of the company. Since GEOAMBIENTE exerts an efficient and responsible financial management, it is registered and certified at the database of D&B (Dun & Bradstreet), which is one of the most respected entities for the financial qualification of companies worldwide.

In practice, the excellence at Service Quality is a commitment from GEOAMBIENTE


Voir la vidéo: ArcGIS - Cours 3: Sélection et interaction avec les tableaux dans ArcMap