Suite

Pourquoi mon curseur est-il vide ?

Pourquoi mon curseur est-il vide ?


Hier, j'ai mis en place un script Python à l'aide d'un curseur sur un calque.

Aujourd'hui, j'ai réessayé de courir et peu importe ce dans quoi je le lance, le curseur est vide. J'ai essayé de supprimer la requête sur la couche, j'ai essayé de supprimer les curseurs et de redémarrer mon ordinateur, mais l'itération des lignes de ma table ne fait toujours rien. Je l'ai essayé directement sur le FC (en SDE) et sur la couche.

testcursor = arcpy.SearchCursor("testlayer")

Cela devrait sûrement contenir autant de flux que la table attributaire ? Ou est-ce que je me suis trompé ?

pour la ligne dans testcursor : print "row existe" print row.getValue("SURVEY_NAME") survey = row.getValue("SURVEY_NAME") print survey si l'enquête n'est pas dans la liste de calques : layerlist.append(row.getValue("SURVEY_NAME"))

Hier, cela a fait quelque chose, mais maintenant cela ne fait rien.

liste de calquesest vide

Qu'est ce que j'ai mal fait?


Avez-vous une sélection actuellement appliquée àtesteur? Avez-vous une requête de définition surtesteur?
Ces deux éléments peuvent limiter le nombre d'enregistrements dans le curseur lorsqu'ils sont exécutés directement dans ArcMap.


Les « lignes » sont-elles définies ? On dirait que tu devrais appeler

pour la ligne dans testcursor :

Essaye ça:

# créer une liste vide LayerList = [] # créer un curseur de recherche testCursor = arcpy.SearchCursor(r'D:workspace	estlayer') pour la ligne dans testCursor: if row.getValue("SURVEY_NAME"): survey = str(row.getValue ("SURVEY_NAME")) imprimer l'enquête si l'enquête n'est pas dans LayerList : LayerList.append(survey)

Pourquoi mon curseur est-il vide ? - Systèmes d'information géographique

Vous avez demandé une traduction automatique du contenu sélectionné dans nos bases de données. Cette fonctionnalité est fournie uniquement pour votre commodité et n'est en aucun cas destinée à remplacer la traduction humaine. Ni SPIE, ni les propriétaires et éditeurs du contenu ne font, et ils déclinent explicitement, toute représentation ou garantie expresse ou implicite de quelque nature que ce soit, y compris, sans s'y limiter, les représentations et garanties quant à la fonctionnalité de la fonction de traduction ou l'exactitude ou l'exhaustivité de les traductions.

Les traductions ne sont pas conservées dans notre système. Votre utilisation de cette fonctionnalité et des traductions est soumise à toutes les restrictions d'utilisation contenues dans les Conditions d'utilisation du site SPIE.

Conversion de format entre les données CAO et les données SIG basées sur ArcGIS

Qingqing Xie, 1 Bo Wei, 1 Kailin Zhang, 1 Zhichao Wang 1

1 Université de Guilin. de la technologie (Chine)

INSCRIVEZ-VOUS À LA BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE

50 téléchargements par abonnement d'un an

25 téléchargements par abonnement d'un an

Comprend PDF, HTML et vidéo, lorsqu'ils sont disponibles

Pour tirer pleinement parti des ressources de données et réaliser un partage pour les différents types de données dans différentes industries, une méthode de conversion de format entre les données CAO et les données SIG basée sur ArcGIS a été proposée. Pour conserver l'intégrité des données converties, certaines étapes clés pour traiter les données CAO avant la conversion ont été effectuées dans AutoCAD. Par exemple, la suppression d'éléments inutiles tels que le titre, la bordure et la légende a évité l'apparition d'éléments inutiles après la conversion, car la superposition des données par une norme nationale a évité que les différents types d'éléments n'apparaissent dans un même calque après la conversion. Dans ArcGIS, la conversion des données CAO en données SIG était exécutée par la correspondance de la classification des éléments graphiques entre AutoCAD et ArcGIS. En outre, une base de données géographique vide et un ensemble d'entités devaient être créés dans ArcGIS pour stocker les données textuelles des données DAO. Les résultats expérimentaux montrent que la méthode proposée évite une grande quantité de travail d'édition dans la conversion des données et maintient l'intégrité des données spatiales et des données d'attributs entre avant et après la conversion.

© (2015) COPYRIGHT Société des ingénieurs en instrumentation photo-optique (SPIE). Le téléchargement du résumé est autorisé pour un usage personnel uniquement.


Modélisation de surface lisse de MNT basée sur une méthode des moindres carrés régularisés de spline à plaque mince

La spline à plaque mince (TPS) a été largement acceptée comme méthode d'ajustement en douceur des données bruitées. Cependant, le TPS classique a toujours un problème de mauvais conditionnement lorsque deux points d'échantillonnage sont très proches. Bien que le TPS orthogonal modifié basé sur les moindres carrés (TPS-M) évite ce problème de mauvais conditionnement, il n'est pas complètement à l'abri du surajustement lorsque les points d'échantillonnage sont bruyants. Dans cet article, une méthode des moindres carrés régularisés de spline à plaques minces (TPS-RLS) a été développée, qui ajoute un terme de pénalité de poids au critère d'erreur des moindres carrés orthogonaux (OLS). Le TPS-RLS combine les avantages de la régularisation et de l'OLS, qui évitent à la fois les problèmes de sur-ajustement et de mauvais conditionnement. Les tests numériques indiquent qu'indépendamment de l'écart type des erreurs d'échantillonnage et du nombre de nœuds, le TPS-RLS est toujours plus précis que le TPS-M pour un ajustement en douceur des données bruitées, alors que le TPS-M aurait un grave problème de sur-ajustement si le le nombre optimal de nœuds n'a pas été déterminé à l'avance. L'exemple réel d'ajustement des données d'instruments de la station totale montre que parmi les méthodes d'interpolation classiques, y compris IDW, voisin naturel et krigeage ordinaire, TPS-RLS a la plus haute précision pour une série de DEM avec différentes résolutions, en particulier pour le plus grossier. La modélisation de surface des MNT avec des courbes de niveau démontre que le TPS-RLS a de meilleures performances que les méthodes classiques en termes à la fois d'erreur quadratique moyenne et d'apparence de carte ombrée en relief.

Ceci est un aperçu du contenu de l'abonnement, accessible via votre institution.


MySQL : les résultats de la boucle sur le curseur se terminent plus tôt que prévu

J'exécute une boucle qui itère sur les résultats d'un curseur. Le code est à l'intérieur d'une fonction de déclenchement, et la partie qui compte ressemble à ça :

ÉDITER: Désolé, erreur stupide. Le déclencheur est exécuté après suppression sur "one_table". Ce n'est pas le même tableau dans lequel j'effectue les opérations de « suppression » ou de « mise à jour » à l'intérieur du code du déclencheur (voir la deuxième liste ci-dessous)

La boucle doit être exécutée 11 fois, car la requête renvoie 11 valeurs. Ceci est vérifié par la clause 'insert'. La variable 'num_rows' est égale à 11. Mais le problème est que la boucle n'est exécutée que 3 fois.

Ces nombres (11, 3) ne sont pas importants. Si je modifie la requête pour renvoyer un nombre différent de résultats, le problème persiste : la boucle se termine avant la date prévue.

Celà a-t-il un sens? Je peux faire quelque chose à l'intérieur de la boucle (la partie "faire des trucs") qui provoque la fin de la boucle. C'est la seule chose qui me semble logique.

ÉDITER: J'inclus la partie 'Faire des trucs'. Le problème est probablement dû au fait que, à l'intérieur de cette partie, certaines phrases 'select' sont exécutées. Lorsqu'une de ces phrases renvoie un résultat vide, le gestionnaire défini est exécuté, définissant done sur « true » et interrompant la boucle.


La connexion VNC à une machine virtuelle Linux affiche simplement un écran gris et un hellip, mais gnome ne fonctionne-t-il pas ?

J'ai quelques années d'expérience dans l'utilisation de Linux en ligne de commande, mais c'est la première fois que j'essaie de le configurer avec une interface graphique.

Je suis sur CentOS 7 (64 bits) et j'ai exécuté les commandes suivantes :

Après avoir utilisé ces commandes pour installer des éléments (un serveur VNC et Gnome, je pense), j'ai créé ce fichier dans /root/.vnc/xstartup :

Ensuite, j'ai essayé de démarrer le serveur vnc avec juste ceci : vncserver . Ceci imprimé:

J'ai lancé VNC Viewer sur ma machine locale (Windows 7, 64 bits) et je me suis connecté à la VM, mais tout ce que j'ai vu était un fond gris foncé avec 3 cases à cocher dans le coin supérieur gauche concernant les presse-papiers. J'obtiens un X pour un curseur.

Rien de ce que j'appuie sur le clavier ne semble faire quoi que ce soit.

Tout ce qui concerne VNC semble bien aller, mais je m'attendais à avoir une sorte de bureau à partir duquel je pourrais parcourir mon système de fichiers. ou une autre façon de faire quoi que ce soit graphiquement avec cette VM.

Il semble qu'il ne doit pas trouver mon gestionnaire de fenêtres ou de bureau ou quelque chose (ma terminologie peut être erronée - veuillez me corriger si c'est le cas) - mais mon script a dit de lancer gnome, et les journaux VNC n'ont indiqué aucun problème, donc ne devrais-je pas voir autre chose qu'un rectangle gris ?

Depuis que je l'ai mentionné, voici ce qu'il y a dans mes journaux VNC ( /root/.vnc/<VM-Name>:1.log ):

Rien ici ne m'indique une quelconque erreur. Y a-t-il un autre fichier journal que je devrais vérifier ailleurs ? Dois-je d'une manière ou d'une autre entrer dans un mode de débogage pour quelque chose (quoi/comment ?) Y a-t-il quelque chose qui manque dans mon script xstartup (avec est +x exécutable, soit dit en passant). Est-ce que tout fonctionne bien et il y a juste une combinaison de touches que je dois envoyer pour obtenir un écran autre que l'écran gris vide ? Y a-t-il quelque chose que je devrais rechercher dans netstat ou ps qui m'indiquerait si les choses fonctionnaient ou non?

Edit : après avoir apporté les modifications suggérées par roaima à mon fichier xstartup et redémarré VNC, voici la sortie que j'obtiens dans le fichier journal :


18 réponses 18

La notation =$A$1 peut également être automatiquement déplacée si la valeur dans (disons) A1 est modifiée.

La seule solution infaillible est de mettre toutes vos références en INDIRECT , par ex. =INDIRECT("$A$1") ou même simplement =INDIRECT("A1") .

La difficulté avec l'une ou l'autre de ces solutions réside dans le fait que vous avez plusieurs formules identiques, par ex.

Normalement, vous devez remplir le premier =A1, puis copier-coller (ou faire glisser vers le bas en utilisant le remplissage automatique) pour remplir automatiquement la formule consécutive. Si, cependant, la première formule est =$A$1 ou =INDIRECT("A1") alors cette astuce ne fonctionnera pas (en fait, c'est à ça que sert $ - pour éviter qu'elle ne soit automatiquement modifiée).

Si vous avez plusieurs formules consécutives, une solution est :

  1. Créez la formule comme vous le faites normalement (utilisez plain = A1 et autofill)
  2. Utilisez la boîte de dialogue de remplacement ( Ctrl + H ) et utilisez "rechercher dans les formules" pour envelopper tout =A1 , =A2 . =A99 dans le =INDIRECT("A1") etc. Notez que vous avez la possibilité d'utiliser des expressions régulières lors d'une recherche et remplacement.

Lorsque vous survolez les cellules sélectionnées et que le curseur se transforme en une "main", vous pouvez alors faire glisser les cellules et conserver leurs références. Instructions détaillées ci-dessous :

Sélectionnez la plage de cellules. Ensuite, utilisez Ctrl + C (copiez cela devrait mettre les cellules et leurs formules dans le tampon de collage).

Maintenant, faites glisser (survolez le bord de la sélection jusqu'à ce que le curseur de la souris se transforme en main, vous pouvez maintenant faire glisser) les cellules sélectionnées vers la nouvelle position.

Revenez à la position d'origine en haut à gauche des cellules copiées et utilisez Ctrl + V (coller).

Vous devriez maintenant avoir deux ensembles de formules faisant tous deux référence aux mêmes cellules.

Je suis tombé sur cela à la recherche d'un problème similaire et j'ai fini par trouver une solution pour Excel qui semble fonctionner parfaitement dans les feuilles de calcul Google.

Pour les références de cellules que vous ne souhaitez pas modifier lors du collage, ajoutez simplement $ avant chaque partie.

Donc G12 deviendrait $G$12

Une cellule d'une feuille de calcul que j'utilise et qui fait ce dont j'ai besoin ressemble à ceci :

Dans Google Spreadsheets, pour couper et coller des cellules sans décaler automatiquement leurs formules, vous utilisez Ctrl + X pour couper (ou Ctrl + C pour copier) et Ctrl + Shift + V pour coller.

Le Shift dit à Google Sheets de laisser vos formules seules.

Contournez cela de la même manière que dans Excel :

COPIER et coller les données, puis revenir en arrière et les supprimer de l'emplacement d'origine.

Couper (au lieu de Copier) semble fonctionner pour moi, probablement pour la même raison que le fait de faire glisser les cellules sélectionnées fonctionne - c'est-à-dire que c'est la même opération. C'est aussi le seul moyen que je connaisse pour coller sur une autre page sans que la formule ne change.

Si vous essayez de faire une copie au lieu d'un déplacement, utilisez la méthode glisser (copier avant de faire glisser), ou copiez-la d'abord ailleurs sur la page.

  1. Passer en mode "Afficher les formules" (sous le menu Affichage)
  2. copier la zone souhaitée
  3. Coller dans un éditeur de texte externe
  4. Faites quelques changements - peut être aussi simple que d'ajouter un espace quelque part
  5. Copiez les formules depuis l'éditeur de texte externe
  6. Coller dans la zone cible de la feuille
  7. Désactiver Afficher les formules

Bien que cela semble être une longue procédure, en pratique, il ne s'agit que de quelques touches. De plus, l'étape 4 est obligatoire dans ma configuration - sans elle, Sheets mettra toujours à jour les emplacements des cellules comme s'il s'agissait d'un copier-coller direct. YMMV.

Pour déplacer une plage de cellules vers un nouvel emplacement dans Google Sheets :

1. Sélectionnez la plage de cellules que vous souhaitez déplacer
2. Déplacez votre souris sur n'importe quel bord de la sélection jusqu'à ce que le curseur se transforme en main
3. Faites glisser vos cellules vers le nouvel emplacement

Cela fait ce qu'il faut - il les déplace - de sorte que toutes les informations sur les cellules resteront exactement telles qu'elles étaient à leur emplacement d'origine.

ps. Google a également indiqué cela ici, mais ils ne disent pas que vous pouvez faire glisser de n'importe quel bord, juste celui du haut, et c'est pourquoi mes instructions sont meilleures ! :) Il est également bon de noter que les cellules que vous sélectionnez doivent être adjacentes pour que cela fonctionne.

je viens Trouver et remplacer toutes les instances de '=' avec '' (ou autant de formules que j'essaie de copier que possible) pour transformer toutes les formules en texte brut. Je copie et colle les cellules, puis ajoute le '=' arrière.

Remarque : cela ne fonctionnera probablement pas pour les feuilles énormes, car cela peut avoir des conséquences inattendues en modifiant d'autres cellules, mais cela fonctionne généralement pour mes besoins.

Faites une copie de texte de la formule au lieu d'une copie de cellule : Utilisez la souris pour sélectionner le texte de la formule et appuyez sur CTRL+C. Sélectionnez ensuite le champ de destination et appuyez sur CTRL+V. Cela préserve la formule

Le moyen le plus simple consiste simplement à sélectionner toutes les cellules que vous souhaitez déplacer et à les faire glisser/déposer là où vous le souhaitez. Si vous avez des formules dans d'autres cellules qui faisaient référence à l'emplacement d'origine des cellules que vous avez déplacées, les formules de référence seront automatiquement mises à jour vers le nouvel emplacement des cellules que vous avez déplacées. J'espère que cela t'aides! (En supposant que cela fonctionne dans Excel, mais je ne l'ai fait que dans Google Sheets).

L'utilisation de INDIRECT() fonctionne très bien pour préserver la position absolue des références après le cibles ont été copiés et collés, mais le problème est qu'il préserve également la position absolue lorsque le formule est copié, ce qui signifie que vous ne pouvez pas facilement étendre une formule pour couvrir une large plage lorsque vous l'utilisez.

La solution consiste à combiner INDIRECT() avec ROW() , COLUMN() et ADDRESS() pour générer par programmation la position de la cellule cible en fonction de la cellule de la formule.

Dans le cas le plus simple, par exemple lorsque la cellule cible a une colonne fixe et reste toujours dans la même ligne que la formule, cela peut être fait comme suit :

INDIRECT("A"&LIGNE())

Afin d'introduire des décalages dynamiques à partir de la cellule de formule, vous pouvez utiliser ADDRESS() :

INDIRECT(ADRESSE(LIGNE()-1,COL()-4))

Dans la capture d'écran ci-dessous, les formules dans B1:E1 ont été étendues aux 16 lignes en dessous, puis la séquence de nombres dans A7:A10 a été coupée et collée 6 cellules vers le bas. Comme vous pouvez le voir, les formules les plus simples ont été automatiquement ajustées et désynchronisées, tandis que l'utilisation naïve de INDIRECT() n'a pas extrapolé correctement sur toutes les lignes, mais les deux formules qui utilisent INDIRECT() ainsi que la récupération par programme des emplacements des lignes et des colonnes ont pu maintenir leurs références :


Alors, quel est le paramètre par défaut ?

J'ai remarqué cela en utilisant GVIM dans Windows. Cependant, le retour arrière semble fonctionner comme prévu lors de l'utilisation de VIM à partir du terminal dans la plupart des systèmes Linux.

La raison en est que de nombreuses distributions Linux sont livrées avec des fichiers vimrc prédéfinis qui définissent certaines options communes. Par exemple sur mon système Arch Linux j'ai /usr/share/vim/vimfiles/archlinux.vim avec :

Si vous installez Vim sous Windows, la valeur par défaut est d'utiliser le vimrc et le gvimrc par défaut fournis avec Vim.

Le Vigueur la valeur par défaut est une valeur vide pour le retour arrière . La valeur par défaut d'Arch Linux, Debian, CentOS ou $other_distro peut être différente.


Si je comprends bien la question, nous cherchons pourquoi il n'y a pas de touche Suppr (celles au-dessus des touches fléchées sur un clavier physique traditionnel) alors qu'il y a toujours une touche Retour arrière, je peux fournir quelques raisons basées sur la mienne expérience et observations :

  • La plupart des erreurs commises lors de la saisie d'un message sont remarquées peu de temps après et sont corrigées à l'aide de la touche de retour arrière. Par exemple, un utilisateur tape une ou deux lettres incorrectes et appuie sur le retour arrière pour les supprimer
  • Si elles ne sont pas corrigées avec la touche de retour arrière, les fonctions de correction automatique sont conçues pour récupérer la plupart du travail restant. Les gens ont tendance à autoriser la correction en cas de besoin ou à l'utiliser comme un outil lui-même
  • Dans le cas où l'on doit revenir en arrière et supprimer un mot ou une partie de texte, ils le sélectionnent généralement en utilisant l'interface tactile et en modifiant/supprimant (à l'aide de la touche retour arrière) la section, ou peut-être en continuant à taper à partir de ce point

Je peux personnellement dire que dans la plupart des cas d'utilisation de la saisie mobile (email, SMS, etc.) la touche retour arrière est suffisante pour "annuler" mon action. La similitude de la touche Suppr signifie probablement qu'elle n'est pas aussi importante, car la suppression du caractère devant le curseur est une action plus précise/spécifique qui ne sera pas nécessaire aussi souvent.

Je sens que les gens sont assez insensibles à notre désir d'un bouton de suppression. Personnellement, je l'utiliserais parce que je fais souvent des allers-retours sur le matériel avant de l'envoyer. J'ai parfois beaucoup à taper et essayer de positionner précisément mon curseur au milieu d'un gros corps de texte que je m'apprête à envoyer n'est pas très pratique. Je finis généralement par revenir en arrière sur les mauvais caractères, puis à retaper les caractères que je viens de supprimer accidentellement.

Ici, l'argument est que le bouton "Supprimer" n'est pas utile sur mobile. Parce que nous avons déjà le bouton x. J'ai de nombreux cas d'utilisation où vous auriez besoin du bouton "Supprimer" au lieu du bouton x.

1) Disons que j'ai tapé quelques phrases dans n'importe quelle application. Disons que je veux supprimer les 2 dernières phrases, sur un total de 5 phrases. Au lieu d'aller à la fin de tout le contenu, j'irais à l'endroit où je veux supprimer ces phrases. c'est-à-dire que je préférerais aller à la fin de la 3ème déclaration et appuyer sur "Supprimer" et supprimer les 2 dernières déclarations.

2) Disons que j'ai une grande URL que j'ai copiée et collée dans la barre d'URL du navigateur. Maintenant, je veux seulement la partie de l'URL qui n'a pas besoin du contenu après avoir dit un "/", dans ce cas, j'irais à cette barre oblique et j'appuierais sur le bouton "Supprimer" et supprimerais la partie restante de l'URL. Je ne préférerai pas utiliser l'icône 'x' pour supprimer du dernier contenu de la grande URL, car dans ce cas, j'aurais besoin de vérifier si le dernier "/" que je voulais garder tel quel, a atteint ou non.

Maintenant, je n'ai besoin que de l'URL jusqu'à Questions. Je sais que ce n'est pas une grande URL, mais pensez-y comme une grande URL. Que préféreriez-vous, si vous voulez une URL jusqu'à https://ux.stackexchange.com/questions/

Ce que je préférerais, c'est que je ne veux pas de contenu après les questions/, donc j'irais à questions/ et supprimerais tout après cela en utilisant le bouton "Supprimer".


15 réponses 15

Maintenez la touche Maj enfoncée pendant le démarrage, puis appuyez sur e pour modifier l'entrée GRUB. Supprimez la partie qui dit "quiet splash" et remplacez-la par "text" pour voir ce qui se passe pendant le démarrage.

J'ai rencontré ce problème et il s'est avéré que le problème était mon disque dur plein à 100 %. Les étapes que j'ai prises pour dépanner et enfin résoudre ce problème étaient les suivantes :

  1. Démarrage au curseur clignotant
  2. Appuyez sur ctrl + alt + f [touche] pour entrer dans l'écran de la console virtuelle tty d'ubuntu, où la touche est comprise entre 2 et 6, dans mon cas, j'ai fait ctrl + alt + f2
  3. Connectez-vous en utilisant votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour accéder au terminal
  4. Tapez df pour vérifier le stockage et si effectivement il n'y a plus d'espace libre
  5. Si le stockage est le problème, libérez de l'espace !!
  6. Pour vous assurer que les paramètres de grub ne sont pas non plus un problème, modifiez les paramètres de grub en accédant au fichier de paramètres de grub sudo nano /etc/default/grub
  7. Modifiez la ligne GRUB_CMD_LINUX_DEFAULT dans le fichier de paramètres grub en GRUB_CMD_LINUX_DEFAULT="nomodeset noresume"
  8. Mettre à jour les paramètres de grub sudo update-grub
  9. Redémarrez en tapant sudo reboot ou sudo reboot now
  10. Démarrez au curseur clignotant et attendez, il devrait maintenant vous amener à la page de connexion ! :)

Dans mon cas, le curseur clignotant était tout ce que j'obtiendrais. Pas de démarrage. C'était lors de l'installation d'un nouveau Ubuntu Minimal. J'ai compris que lors de l'étape d'installation de GRUB, il installait GRUB sur le mauvais lecteur, le "premier" lecteur (/dev/sda).

Mon système a 3 disques. Deux disques de 500 Go en RAID, que je n'ai pas voulu toucher lors de l'installation, et un SSD de 120 Go que j'utilise pour l'OS. Pour une raison quelconque, le "premier disque" (/dev/sda) est l'un de mes disques de 500 Go. /dev/sdb est mon lecteur de 120 Go et /dev/sdc est l'autre lecteur de 500 Go.

Ainsi, lors du formatage avec une table de partition de "mbr" sur mon lecteur de 120 Go, j'ai fait les 117 Go normaux d'ext4 amorçable et 3 Go de swap. À l'étape d'installation de GRUB, NE choisissez PAS Oui pour mettre GRUB sur le "premier" lecteur. Choisissez NON. Cela fera apparaître un autre écran qui vous permettra de saisir /dev/sdX. Dans mon cas, j'ai essayé /dev/sdb et /dev/sdb1, mais le programme d'installation me renvoyait à chaque fois une erreur fatale, ce qui n'a toujours aucun sens.

Enfin, j'ai dû formater mon disque de 120 Go avec une table de partition de "gpt". Avec GPT, vous devez créer manuellement une partition GRUB. C'est la façon dont les choses sont faites avec GPT. Ainsi, la première partition que j'ai créée pour GRUB était de 32,0 Mo formatée pour "démarrer ou quelque chose (oublier le libellé)". La deuxième partition était mon 3,0 Go formaté pour "swap", à la "fin". La troisième partition était l'espace restant formaté en "ext4".

Maintenant, lorsque vous choisissez NON lors de l'étape d'installation de GRUB, saisissez manuellement /dev/sdb, et non /dev/sdb1 de manière surprenante, et cela fonctionne ensuite. GRUB s'installe dans la partition de démarrage de 32 Mo sur le bon lecteur et le système démarre normalement. YAY!

BTW, vous devez choisir l'installation experte dans le menu au début de l'installation pour faire tout cela et formater votre disque dur "manuellement" et non "guidé". Guided choisira toujours /dev/sda comme premier lecteur et un curseur clignotant/aucun démarrage ne se produira si /dev/sda n'est pas votre lecteur de système d'exploitation.


Voici une manière qui suppose que votre objet est centré sur 0,0,0 :

  1. Alignez le curseur 3D sur l'origine de l'objet ( ⇧ Maj S )
  2. En fonction de l'orientation de votre objet, définissez l'emplacement du curseur 3D sur 0 le long d'un axe (en fonction de votre capture d'écran, vous souhaiterez le définir sur 0 sur l'axe Y)
  3. Alignez l'origine sur le curseur ( ⎈ Ctrl ⇧ Shift ⎇ Alt C )

Voici deux façons de réinitialiser votre point d'origine et les deux sont très simples :

  1. Allez en mode objet, appuyez et maintenez [Ctrl] [Maj] [Alt] [C] et un menu devrait apparaître. Sélectionnez simplement "Définir l'origine au centre" si vous souhaitez qu'il apparaisse au centre de la grille.

Si vous voulez qu'il apparaisse ailleurs, cliquez simplement là où vous voulez qu'il soit (pour que le cercle et le réticule y apparaissent) puis suivez la méthode ci-dessus mais cette fois, sélectionnez "Définir les origines sur le curseur 3D" et alto ! Votre point d'origine a été déplacé :)

Si vous trouvez cela un peu difficile, voici une autre méthode que vous pouvez essayer :

  1. Allez en mode édition, sélectionnez tout le modèle en appuyant sur la touche [A], puis faites simplement glisser votre modèle jusqu'à ce que le point d'origine soit l'endroit où vous voulez qu'il soit sur le modèle, puis passez simplement en mode objet et déplacez le modèle vers le centre ou où vous le voulez (l'origine y restera désormais.

Plutôt que de déplacer le point d'origine de l'objet, envisagez d'utiliser un Miroiter modificateur avec un axe vide comme Objet miroir.

J'ai la moitié du maillage du singe ici, flottant quelque part loin de l'origine et toutes les transformations appliquées. Lorsque j'applique le modificateur Mirror, il ne fonctionne clairement pas comme je le souhaite.

Pour résoudre ce problème, je vais Shift + A Vider > Axe simple. Je vais ensuite le déplacer là où je veux que la mise en miroir se produise. Dans ce cas, je vais juste l'accrocher à l'endroit où j'ai coupé le maillage en deux.

Ensuite, sélectionnez le Axe simple comme le Objet miroir, et modifiez l'axe de réflexion si nécessaire. Maintenant que votre objet est correctement mis en miroir, parent le Axe vide à votre objet et le cacher. Cela vous permettra de déplacer votre objet maintenant sans gâcher le modificateur de miroir.