Suite

Créer des lignes à partir de bordures de polygones avec des attributs de polygones à l'aide d'ArcGIS/ArcPy ?

Créer des lignes à partir de bordures de polygones avec des attributs de polygones à l'aide d'ArcGIS/ArcPy ?


J'ai un fichier de formes de polygones qui se bordent parfaitement, chacun avec un attribut numérique. Je voudrais créer un fichier de formes de lignes, où chaque ligne est créée à partir de la frontière entre deux polygones, et ces lignes ont les attributs des deux polygones qu'elles bordent.

Comment procéder à l'aide d'ArcGIS for Desktop ?


Vous pouvez le faire avec l'outil Intersection. Normalement, effectuer une intersection avec des polygones ne renvoie que la zone de chevauchement. Mais si vous changez lele type de sortiedeSAISIRàLIGNE, alors vous pouvez obtenir uniquement les bordures colinéaires entre les polygones.

Si c'est notre entrée :

Et nous changeons lele type de sortieparamètre:

Nous obtenons les lignes vertes en sortie :

La sortie contient deux entités linéaires pour chaque segment de bordure. Pour réduire cela à une fonctionnalité par segment de bordure, vous devrez exécuter Dissolve avec lemulti_partieparamètre défini surSINGLE_PART. Ensuite, exécutez une jointure spatiale avec vos lignes dissoutes commetarget_features, les lignes intersectées commejoin_features, tonfield_mappingconfiguration avec deux champs pour chaque champ de saisie (un utilisant lePREMIÈREtype de fusion et l'autre en utilisant leDERNIERtype de fusion), et lematch_optionmis àARE_IDENTICAL_TO. Votre table attributaire de sortie ressemblera à ceci :


Vous pouvez le faire avec python si vous êtes au moins à ArcGIS 10.1. Si vous disposez d'ArcInfo, vous pouvez utiliser l'outil Entité vers ligne. Sinon, vous pouvez utiliser ce script simple. Ce script ne prend cependant pas en charge les vraies courbes. Les lignes résultantes, si topologiquement correctes doivent se chevaucher, vous pouvez alors exécuter une intersection de cette ligne fc sur elle-même pour trouver les limites qui se chevauchent, c'est-à-dire les lignes de bordure.

import arcpy import os arcpy.env.overwriteOutput = True def polys_to_lines(fc, new_fc): chemin, nom = os.path.split(new_fc) sm = 'SAME_AS_TEMPLATE' arcpy.CreateFeatureclass_management(chemin, nom, 'POLYLINE', fc, sm, sm, fc) fields = [f.name for f in arcpy.ListFields(new_fc) if f.type not in ('OID', 'Geometry')] # obtenir des attributs avec arcpy.da.SearchCursor(fc, [ '[email protected]'] + champs) en lignes : valeurs = [(r[0].boundary(),) + tuple(r[1:]) pour r dans les lignes] # insérer des lignes avec arcpy.da.InsertCursor(new_fc , ['[email protected]'] + champs) comme irows : pour vals dans les valeurs : irows.insertRow(vals) print 'Created : "{0}"'.format(name) return new_fc if __name__ == '__main__' : fc = r'C:TEMPparcel_test.shp' nouveau = r'C:TEMPparcel_Linetest2.shp' polys_to_lines(fc, nouveau)

Comment saisir l'attribut du polygone à l'aide de l'API ArcGIS pour Javascript ?

Je suis nouveau dans la programmation ArcGIS, j'essaie de saisir l'attribut du polygone avec le script de dessin à l'aide de l'API ArcGIS pour JavaScript sur la base de ceci : https://developers.arcgis.com/javascript/3/jssamples/toolbar_draw.html.

J'essaie d'entrer l'attribut via des fenêtres contextuelles (la fenêtre contextuelle était destinée à la saisie de formulaire de base) en utilisant le dessin d'événement terminé, basé sur ceci: https://developers.arcgis.com/javascript/3/jsapi/draw-amd. html#event-draw-complete, mais j'échoue car je ne sais pas comment l'utiliser. Mon code était comme ça :

Quelqu'un peut me dire, comment saisir un attribut avec une autre méthode ?


Créer des lignes à partir de bordures de polygones avec des attributs de polygones à l'aide d'ArcGIS/ArcPy ? - Systèmes d'information géographique

Outil de ligne de flottaison et outil de symbologie de limite de polygone

Andrew Gibbs, Tony Le Donne, John Cortenbach et Camille Borrowdale

Tous les crédits vont aux développeurs originaux, sauf indication contraire.

Cette boîte à outils contient deux outils cartographiques qui peuvent être utilisés pour améliorer les qualités artistiques des cartes créées dans ArcGIS Pro. Les outils comprennent :

  • Un outil de ligne de flottaison qui crée une vignette (dérivée d'une vignette côtière) en fonction des entrées et des paramètres de l'utilisateur.

- Les vignettes côtières sont des représentations graphiques de l'interface entre la terre et l'eau. Les vignettes peuvent être utilisées pour représenter la terre d'une manière qui semble se fondre progressivement dans l'eau, représentant des zones peu profondes près du rivage se transformant en eau de plus en plus profonde avec une séquence en expansion de contours de forme correspondants.

  • Un outil de symbologie de limite de polygone qui modifie la symbologie de limite d'un polygone donné en créant un contour de polygone plus large à l'intérieur ou à l'extérieur de la forme elle-même.

-Le deuxième outil, relatif à la symbologie de limite de polygone interne/externe, simplifie la méthodologie avec laquelle un utilisateur peut symboliser la limite d'interface entre des fichiers de formes adjacents à l'aide de deux limites symbolisées distinctes.

2.1 Configuration requise pour le système et le logiciel

Systèmes d'exploitation compatibles

  • Les deux outils nécessitent que l'utilisateur connaisse les unités de mesure linéaire (et de projection) du fichier de formes. La connaissance des unités du fichier de formes aidera l'utilisateur à déterminer la largeur du contour.

2.3 Installation de la boîte à outils

  • Ajoutez la boîte à outils à votre projet ArcGIS Pro en cliquant avec le bouton droit sur &ldquoToolboxes&rdquo dans la fenêtre du catalogue. Choisissez &ldquoAjouter une boîte à outils.&rdquo Dans la fenêtre de dialogue suivante, accédez à l'emplacement de la boîte à outils téléchargée, cliquez dessus et cliquez sur &ldquook&rdquo

2.4 Désinstallation de la boîte à outils

  • Supprimez la boîte à outils de votre projet ArcGIS Pro en cliquant avec le bouton droit sur la boîte à outils en question dans la liste déroulante &ldquoToolboxes&rdquo. Cliquez sur &ldquoSupprimer&rdquo

Outil utilisé dans ArcGIS Pro qui crée plusieurs contours de zone tampon autour d'un polygone de fichier de formes à l'aide de paramètres définis par l'utilisateur. Cet outil aide au processus cartographique de création de cartes thématiques.

3.2 Utilisation de l'outil Waterlining

1. Espace de travail : fichier de formes défini par l'utilisateur

2. Classe d'entités en sortie : espace de travail défini par l'utilisateur de la destination de sortie

3. Distance de la mémoire tampon : entrée de l'utilisateur, le montant dépendra de la taille géographique du fichier de formes

4. Unités : entrée utilisateur, en fonction du fichier de formes

5. À l'intérieur ou à l'extérieur : entrée utilisateur, en fonction de la symbolisation souhaitée par l'utilisateur.

Les en-têtes et sous-sections suivants concernent la fondation Python à l'intérieur de l'outil lui-même :

import arcpy # inclure la bibliothèque ArcGIS

import sys # inclut la bibliothèque système pour accéder au nombre de paramètres

La fonctionnalité de ligne de flottaison ci-dessous est définie avec les paramètres de la distance tampon initiale spécifiée par l'utilisateur et le nombre de tampons demandé. La sortie crée une série de tampons, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur du polygone lui-même, augmentant de façon exponentielle avec chaque tampon successif. Pour ce faire, nous devons filtrer chaque canal de l'image à l'aide d'ArcGIS Pro Toolbox.

* Mini fonction pour envoyer les messages d'impression à la bonne sortie

* - Message - chaîne à imprimer

* - Le message sur Wing Debug I/O ou ArcGIS Pro Window

if (len(sys.argv)> 1 ): # si exécuté dans un outil, imprimer dans ArcGIS

else : # else imprimer sur les E/S de débogage

* Analyse complète des tampons à l'aide de paramètres définis par l'utilisateur, qui crée plusieurs tampons, fusionne les tampons et supprime les tampons individuels.

* - PolygonClassification - Spécifie si la couche d'entités en entrée est terrestre ou aquatique, de sorte que la ligne d'eau s'affiche du bon côté

* - InitialBufferDistance - Définit la distance au tampon initial créé, qui est également la distance minimale des tampons suivants

* - NumberOfBuffers - Définit le nombre total de tampons à créer puis à fusionner

* - OutlineExpansionFactor - Valeur qui augmente la distance entre les tampons au fil des itérations de créations de tampons, en commençant par la distance de tampon initiale et en augmentant

* - Un nouveau fichier de formes de couche d'entités qui représente la ligne d'eau de la couche d'entités en entrée.

def Vignette (PolygonClassification, InitialBufferDistance, NumberOfBuffers):

# Cela nous permet d'exécuter le script à plusieurs reprises sans supprimer les fichiers intermédiaires

# Créer un curseur de recherche basé sur le shapefile

# Crée des zones tampons en dehors de la couche d'entités en entrée pour la ligne de flottaison côtière

if (PolygonClassification == "Terre" ):

pour x dans la plage (0, NumberOfBuffers):

# formule pour calculer les intervalles entre les lignes. est négatif pour la mise en mémoire tampon d'arc à l'intérieur du polygone

distance = (InitialBufferDistance*math.exp(OutlineExpansionFactor*count)) - InitialBufferDistance

# même formule que ci-dessus mais positive pour l'ajout à la table attributaire.

distancePos = (InitialBufferDistance*math.exp(OutlineExpansionFactor*count)) - InitialBufferDistance

# Crée une mémoire tampon à l'aide des paramètres InitialBufferDistance, NumberOfBuffers et OutlineExpansionFactor et de la couche d'entités en entrée

arcpy.Buffer_analysis(InputFeatureLayer, "Buffer_" + OutputFeatureName + str(count) + ".shp", distance ,"OUTSIDE_ONLY","ROUND","ALL" )

# Crée un nouveau champ avec la distance tampon et calcule la valeur

arcpy.AddField_management( "Buffer_" +OutputFeatureName+str(count)+ ".shp" , "bufferDist", "FLOAT")

arcpy.CalculateField_management( "Buffer_" +OutputFeatureName+str(count)+".shp", "bufferDist", distancePos, "PYTHON_9.3")

# Crée des tampons à l'intérieur de la couche d'entités en entrée pour la ligne de flottaison des plans d'eau

elif (PolygonClassification == "Eau" ):

pour x dans la plage (0, NumberOfBuffers) :

# formule pour calculer les intervalles entre les lignes. est négatif pour la mise en mémoire tampon de l'arc à l'intérieur du polygone

distance = -(InitialBufferDistance*math.exp(OutlineExpansionFactor*count)) + InitialBufferDistance

# même formule que ci-dessus mais positive pour l'ajout à la table attributaire.

distancePos = (InitialBufferDistance*math.exp(OutlineExpansionFactor*count)) + InitialBufferDistance

# Crée une mémoire tampon à l'aide des paramètres InitialBufferDistance, NumberOfBuffers et OutlineExpansionFactor et de la couche d'entités en entrée

arcpy.Buffer_analysis(InputFeatureLayer, "Buffer_" + OutputFeatureName + str(count) + ".shp" , distance, "OUTSIDE_ONLY","ROUND","ALL" )

# Crée un nouveau champ avec la distance tampon et calcule la valeur

arcpy.AddField_management( "Buffer_" +OutputFeatureName+str(count)+ ".shp" , "bufferDist", "FLOAT" )

arcpy.CalculateField_management( "Buffer_" +OutputFeatureName+str(count)+ ".shp" , "bufferDist" , distancePos, "PYTHON_9.3" )

# Configurez les paramètres par défaut, puis récupérez les paramètres de la liste d'arguments si nous exécutons en tant qu'outil dans ArcMap.

InitialBufferDistance = 700 # en mètres

if (len(sys.argv)>1) : # si exécuté dans un outil, récupère les paramètres de l'arc

InputFeatureLayer = arcpy.GetParameterAsText( 0 ) # classe d'entités en entrée

OutputWorkspace = arcpy.GetParameterAsText( 1 ) # répertoire de travail

OutputFeatureName = arcpy.GetParameterAsText( 2 ) # chaîne pour le nom du fichier de sortie

PolygonClassification = arcpy.GetParameterAsText( 3 ) # chaîne 'land' ou 'water'

InitialBufferDistance = arcpy.GetParameter( 4 ) #long int pour les incréments

NumberOfBuffers = arcpy.GetParameter( 5 ) #long int pour augmenter de façon exponentielle pour le nombre de NumberOfBuffers

OutlineExpansionFactor = arcpy.GetParameter( 6 ) #double

# Imprimer les paramètres de débogage

MonImpression( "InputFeatureLayer : " + InputFeatureLayer)

MonImpression( "OutputWorkspace : " + OutputWorkspace)

MyPrint( "OutputFeatureName : " + OutputFeatureName)

MonImpression( "PolygonClassification : " + PolygonClassification)

MyPrint( "InitialBufferDistance : " + format(InitialBufferDistance))

MonImpression( "NumberOfBuffers : " + format(NumberOfBuffers))

MonImpression( "Facteur d'expansion du plan : " + format(Facteur d'expansion du plan))

# Cela nous permet d'exécuter le script à plusieurs reprises sans supprimer les fichiers intermédiaires

# étape de traitement d'impression à l'écran

MyPrint( "Fonction Running Vignette : création de tampons basés sur PolygonClassification, InitialBufferDistance, OutlineExpansionFactor et NumberOfBuffers. " )

# exécute la fonction vignette

Vignette(PolygonClassification, InitialBufferDistance, NumberOfBuffers)

# étape de traitement d'impression à l'écran

# étape de traitement d'impression à l'écran

# Crée une liste vide pour charger des fichiers tampons individuels

# ajoute des fichiers tampons individuels dans la FClassesList

# fusionne tous les éléments de la liste FClassesList dans un seul fichier

# étape de traitement d'impression à l'écran

MyPrint( "Fusion des tampons effectuée." )

# étape de traitement d'impression à l'écran

MyPrint( "Suppression de classes d'entités tampon individuelles. " )

# Supprime les tampons individuels utilisés dans l'outil de vignette

pour la fonctionnalité dans FClassesList :

# étape de traitement d'impression à l'écran

MyPrint( "Suppression des classes d'entités tampons individuelles terminée." )

# étape de traitement d'impression à l'écran

MyPrint ( "Création de la création des conduites d'eau !" )

4.0 Outil de symbologie de limite de polygone

L'outil Symbologie de limite de polygone permet à l'utilisateur de modifier le contour d'un polygone à l'intérieur ou à l'extérieur de la limite du polygone.

1. Fonctionnalités d'entrée : fichier de formes défini par l'utilisateur

2. Classe d'entités en sortie : espace de travail défini par l'utilisateur de la destination de sortie

3. Distance de la mémoire tampon : la quantité d'entrée de l'utilisateur variera en fonction de l'étendue géographique du fichier de formes

4. Unités : entrée utilisateur, en fonction du fichier de formes

5. À l'intérieur ou à l'extérieur : l'entrée utilisateur dépend de la symbolisation souhaitée par l'utilisateur.

Les en-têtes et sous-sections suivants concernent la fondation Python à l'intérieur de l'outil lui-même :

import arcpy # inclure la bibliothèque ArcGIS

import sys # inclut la bibliothèque système pour accéder au nombre de paramètres

if (len(sys.argv)> 1 ): # si exécuté dans un outil, imprimer dans ArcGIS

else : # else imprimer sur les E/S de débogage

# Configurer les paramètres par défaut, puis obtenir les paramètres de l'argument

# liste si nous exécutons en tant qu'outil dans ArcMap.

Script #Python pour créer rapidement un contour de polygone interne dans ArcGIS Pro.

#Configurer pour une utilisation dans une boîte à outils Arc.

InputPath = "C: emplower48.shp" # définit le chemin du fichier d'entrée

OutputPath = "C: emplower48inside.shp" # nom du fichier de sortie

BufferDistance = "20 Miles" # quantité d'entrée de distance tampon en virgule flottante

if (len(sys.argv)>1) : # en cas d'exécution dans un outil, obtenez les paramètres d'ArcGIS Pro

InputPath = arcpy.GetParameterAsText( 0 )

OutputPath = arcpy.GetParameterAsText( 1 )

BufferDistance = arcpy.GetParameterAsText( 2 )

Choix = arcpy.GetParameterAsText( 3 )

# Imprimer les paramètres de débogage

MonImpression( "CheminSaisie : " +CheminSaisie)

MonImpression( "CheminSortie : " +CheminSortie)

arcpy.AddMessage( "Création d'une symbologie de limite de polygone basée sur les entrées de l'utilisateur. " )

( Remarques) La première ligne du code ci-dessus garantit que le script peut s'exécuter à plusieurs reprises sans écraser les fichiers intermédiaires. La ligne suivante est basée sur si l'utilisateur choisit de dessiner la limite à l'intérieur et si c'est le cas, un message est imprimé marquant le début du traitement, puis la ligne suivante crée un tampon basé sur le fichier de formes spécifié par l'utilisateur et dessine ensuite un trait à l'intérieur de la frontière. Enfin, un message est imprimé pour avertir l'utilisateur une fois la mise en mémoire tampon terminée.

print ( "Début du traitement. " )

#Analyse complète à l'aide de paramètres définis par l'utilisateur

arcpy.analysis.Buffer(InputPath, OutputPath, "-"+BufferDistance, "OUTSIDE_ONLY", "ROUND", "NONE", None, "PLANAR")

arcpy.AddMessage( "Contour de la limite intérieure terminé." )

print ("Démarrage du traitement. ")

#Analyse complète à l'aide de paramètres définis par l'utilisateur

arcpy.analysis.Buffer(InputPath, OutputPath, BufferDistance, "OUTSIDE_ONLY", "ROUND", "NONE", None, "PLANAR")

arcpy.AddMessage( "Contour de la limite extérieure terminé." )

(Remarques) Le début de ce bloc de code est une instruction &lsquoelse if&rsquo qui invite le code à continuer si l'utilisateur choisit l'option de trait &lsquooutside&rsquo. Ensuite, un tampon est créé comme dans le code précédent &lsquinside&rsquo, mais le trait est plutôt dessiné à l'extérieur. Enfin, un message est imprimé pour avertir l'utilisateur une fois la mise en mémoire tampon terminée.

5.0 Dépannage et coordonnées

S'il y a des problèmes ou des préoccupations avec cet ensemble d'outils, n'hésitez pas à contacter les personnes suivantes :


Déterminer la direction des polygones à l'aide de QGIS ?

Est-il possible d'obtenir la direction du côté le plus long d'un rectangle dans QGIS ?

Je sais comment obtenir la direction d'un calque de ligne. Mais j'ai besoin de connaître la direction d'un polygone. On pourrait commencer au centre d'un polygone et trouver le chemin le plus court vers la frontière en utilisant une ligne et prendre la direction de cette ligne, mais je ne sais pas comment tracer cette ligne automatiquement pour 30000 polygones.

3 réponses

Dans QGIS 3.16+, il y a une nouvelle fonction : main_angle() qui facilite les choses.

Répondu il y a 1 mois par Francesco Catane avec 2 votes positifs

Si vous exécutez l'algorithme "Oriented Minimum Bounding Box" sur votre calque, vous obtiendrez un nouveau champ d'angle dans votre calque qui indique l'angle de ce cadre de délimitation minimum. Je suppose que c'est ce dont vous avez besoin.

Répondu il y a 1 mois par ndawson avec 4 votes positifs

J'ai un moyen qui pourrait fonctionner simplement en utilisant des opérations et des expressions vectorielles QGIS. Il trouve l'angle du segment le plus long d'entités surfaciques.

  • Convertir les N entités surfaciques en N entités linéaires
  • Décomposer les N entités linéaires en M segments de ligne simples
  • Les segments de ligne simples M ont une variable ID à partir des polygones. Sélectionnez des segments de ligne dont la longueur n'est pas égale à la longueur maximale groupée par cet ID et supprimez-les. Cela ne laisse que le segment de ligne simple le plus long de chaque polygone.
  • Ajoutez un attribut d'angle aux segments de ligne simples restants à l'aide de la fonction atan2.
  • Joignez la couche de polygone à la couche de segment de ligne sur l'attribut ID.

Maintenant, votre polygone a un attribut "angle" joint qui est l'angle du côté le plus long (en radians).

C'est l'algorithme. La mise en œuvre suit :

Vous aurez besoin de "Polygones en lignes" dans la boîte à outils QGIS, puis de "Lignes éclatées" dans la boîte à outils pour les deux premières étapes.

Pour obtenir les segments de ligne simples les plus longs regroupés par variable "id", faites "Select by expression" et utilisez: $length != maximum($length, "id") - votre variable id peut avoir un autre nom, elle doit être unique par polygone. Appliquez cela et vous devriez avoir la plupart des segments de ligne simples sélectionnés. Activez la modification pour cette couche et coupez ces entités.

Créez la colonne d'angle en ajoutant un nouvel attribut appelé "angle" et en le mettant à jour avec la formule suivante :

Ensuite, désactivez l'édition pour ce calque éclaté et enregistrez.

Enfin, utilisez les propriétés de la couche de polygones pour créer une jointure des polygones aux segments de ligne, correspondant à l'attribut id.

Regardez maintenant la table attributaire de vos polygones, et elle devrait avoir l'angle du segment de ligne le plus long à partir de la couche de segment de ligne jointe.

Notez que ce n'est pas dynamique, donc si vous modifiez les polygones, cela ne se mettra pas à jour correctement, vous devrez recommencer. Je soupçonne que ce flux de travail pourrait être enveloppé dans un organigramme.


Python - Obtention des attributs de la ligne contenue dans un fichier de formes MultiLineString qui coupe un polygone

J'ai 2 fichiers de formes, 1 contenant beaucoup de lignes qui composent un réseau routier et un autre avec de nombreux points GPS.

Jusqu'à présent, j'ai réussi à ouvrir les deux fichiers de formes et à faire une intersection () en utilisant Shapely et Fiona, en utilisant le code trouvé ici - https://gis.stackexchange.com/a/128210/52590

Voici une copie de mon code pour obtenir les points d'intersection :

Et voici à quoi ressemble 'intersecciones' lorsqu'il est imprimé :

Cela signifie donc qu'il y a 3 points d'intersection entre le fichier de formes de lignes et le premier polygone du fichier de formes de polygones.

Ce dont j'ai besoin cependant, c'est d'obtenir deux attributs ("Nombre" et "Sentido") de chaque ligne du fichier de formes de lignes qui croise les polygones, en plus du point exact où ils se croisent, afin que je puisse obtenir la distance depuis le centre de le polygone au point d'intersection après.

Ma question est donc de savoir s'il existe un moyen d'obtenir ces attributs, en utilisant Shapely ou toute autre bibliothèque Python. De plus, quelle serait la meilleure façon de parcourir chaque polygone et d'enregistrer les données ? Je pense peut-être à un dictionnaire qui contient chaque polygone avec les attributs des lignes d'intersection et de la distance. Et enfin, existe-t-il un moyen plus efficace de trouver les intersections ? Il faut environ 1 minute pour traiter un seul polygone et j'en aurai probablement besoin pour être plus rapide à l'avenir.

S'il me manque des informations, merci de me le dire pour que je puisse modifier la question.


Créer une grille de quart de section avec Python

(Si vous utilisez Firefox, faites un clic droit et enregistrez le lien sous)
Téléchargez la Custom Grid Toolbox – fonctionne avec ArcGIS 10.1+
(contient 5 outils, 4 pour faire des grilles de quart et quart de section avec des étiquettes et 1 pour faire une grille personnalisée)

(les dons servent aux frais d'hébergement)

Regardez comment utiliser la vidéo Custom Grid Tools — mise à jour le 16/07/2015

J'ai été chargé de créer une grille de quart de section pour quelques comtés du Nebraska, car le BLM n'en avait pas de disponible. Ils avaient cependant une grille de section. J'ai donc dû diviser chaque grille de section en 16 parties et également ajouter un attribut qui sera utilisé comme étiquette pour chaque grille de quart de section. De plus, je sais que ce n'est pas un substitut à une grille de quart de section de qualité d'enquête réelle, mais parfois vous devez travailler avec ce que vous avez. Et dans ce cas, le réseau quart quart de section sera utilisé par un service public d'électricité pour nommer ses installations et ses clients. Tout dépend de ce dont vous avez besoin.

J'ai dû créer un quart de section pour environ 3000 sections au Nebraska, donc le faire manuellement était hors de question. Utiliser Python était la solution.

Pour ce faire, j'ai créé un da.SearchCursor sur la grille de section du Nebraska qui a parcouru chaque polygone en boucle et utilisé son champ SHAPE (géométrie) pour enregistrer les coordonnées de chaque sommet du polygone. Il a également enregistré les coordonnées de chaque coin pour l'étendue du polygone.

Après avoir trouvé les coordonnées de chaque sommet, j'ai ensuite trouvé la distance de chaque sommet à partir de chaque coin de l'étendue du polygone. Cela m'a permis de trouver quel sommet correspondait à quel coin. Un peu de calcul a ensuite été effectué pour déterminer les coordonnées de chaque quart de section le long de l'extérieur de la grille de section, comme indiqué ci-dessous.

Ensuite, j'ai créé un objet de géométrie Polyline et je l'ai fait connecter chaque point à celui directement en face de lui. Un da.InsertCursor a ensuite été utilisé pour insérer chaque objet Polyline dans une nouvelle classe d'entités polyligne.

J'ai ensuite utilisé manuellement l'outil Fractionner les polygones dans la barre d'outils Mise à jour avancée d'ArcMap pour fractionner les sections en fonction des polylignes précédemment créées. Il était nécessaire d'utiliser une valeur de débordement d'environ 30 pieds, mais cela variera en fonction de la grille de section utilisée. En effet, si un polygone avait plus d'un seul sommet à chaque coin, il pourrait éventuellement y avoir un écart entre les polylignes et la bordure du polygone. Après avoir corrigé le débordement, il me restait exactement ce dont j'avais besoin, mais j'avais toujours besoin d'étiquettes.

J'avais également besoin d'attribuer à chaque quart de section un numéro spécifique à utiliser comme étiquette. La bonne nouvelle est que les nombres étaient les mêmes pour chaque qq-section.

En réfléchissant à la façon de le faire, j'ai réalisé que j'avais déjà ce dont j'avais besoin. J'avais juste besoin de faire un peu plus de calculs pour trouver le centroïde de chaque quart de section. Ce script était similaire au premier. J'ai utilisé un da.SearchCursor sur le champ SHAPE pour parcourir chaque section qq et trouver les coordonnées de chaque coin. À partir de là, j'ai pu trouver les coordonnées centroïdes pour chaque section qq. Cela m'a permis d'enregistrer quel label était lié à quel quart de section comme indiqué ci-dessus.

Comme le centroïde a été calculé pour chaque section qq, j'ai également créé un objet de géométrie Point pour chacun. J'ai ensuite utilisé un InsertCursor pour insérer chaque objet ponctuel avec son attribut d'étiquette approprié dans une nouvelle classe d'entités ponctuelles.

Enfin, j'ai effectué une jointure spatiale sur la classe d'entités ponctuelles nouvellement créée et la grille de section qq précédemment créée. Cela a généré une nouvelle grille de quart de section avec l'étiquette appropriée qui y est jointe.

J'ai décidé de me débarrasser du codage en dur et de rendre ces outils disponibles via une boîte à outils ArcMap, afin que d'autres puissent les utiliser. J'ai également créé deux scripts similaires pour créer une grille et des étiquettes en quart de section. Si vous ne l'avez pas remarqué, la Custom Grid Toolbox est disponible en téléchargement en haut de cette page.

J'espère que quelqu'un trouvera ces scripts utiles. S'il y a des questions ou des problèmes, veuillez laisser un commentaire et j'essaierai de vous aider.

52 réflexions sur &ldquo Création d'une grille de quart de section avec Python &rdquo

C'est fantastique! Après avoir longtemps cherché un outil pour diviser les sections et n'avoir trouvé que de la déception, j'ai trouvé ceci. Cet outil fait exactement ce que j'espérais faire et facilitera grandement la recherche et le tracé des limites approximatives des propriétés. Félicitations à vous non seulement pour l'avoir compris, mais aussi pour avoir publié le code et même la boîte à outils. L'interface graphique le rend remarquablement facile. J'ai traité l'ensemble de l'état du Missouri (plusieurs millions de quarts de quart de section) et cela n'a pris que quelques heures pour fonctionner.

Dan, merci pour tes gentils mots ! Je suis content que vous ayez pu en faire bon usage.

Tout d'abord, wow. Il semble que vous ayez consacré beaucoup de temps à ces outils, merci beaucoup ! Je suis actuellement confronté à une tâche similaire. Je dois créer 3 grilles lat/long avec une résolution variable : 1/4 degré, 1/20 degré et 1/100 degré. J'ai déjà créé un fichier de formes à 1 degré à l'aide de l'outil CreateFishnet, que j'ai dû faire 16 fois, puis fusionner en raison de la limite de taille de l'outil. Je ne peux qu'imaginer à quel point ce serait pénible de faire le même processus pour les grilles de résolution plus élevée. Il semble que l'outil quart serait applicable à la résolution 1/4 de degré, mais je me demande, pourrions-nous modifier l'outil pour diviser chaque cellule en 1/20ème, puis 1/100ème ? Ou peut-être en faire une autre variable? En regardant les deux scripts python de sections de création, il ne semble pas que ce dernier soit une option viable en l'état, mais honnêtement, cela me dépasse un peu, donc je ne suis pas sûr de savoir comment modifier le code moi-même. Je ne suis même pas sûr que ce soit la meilleure façon de procéder car le nombre de cellules est si grand, mais peut-être pourriez-vous m'aider.

PS : Cliquer sur le lien pour télécharger la boîte à outils ne semble pas fonctionner, il s'ouvre simplement dans le navigateur ? J'ai raté quelque chose ?

La boîte à outils se télécharge très bien pour moi. Vous pouvez essayer de cliquer avec le bouton droit sur le lien et de faire un Enregistrer sous ou Enregistrer le lien sous.

Quant à votre question, créer des grilles de résolution plus élevée à partir du code que j'ai posté serait certainement possible. Il faudrait juste un peu plus de division. Créer une fonction pour ce faire serait la voie à suivre. Je ne sais pas si vous créez vos grilles lat/long basées sur une grille existante ou une caractéristique. Si je trouve un peu de temps, je vous enverrai un e-mail pour obtenir plus d'informations.

Oui duh, ça a marché, je ne peux pas croire que je n'ai pas essayé ça.

Ce serait tellement utile ! J'aurais besoin de conseils, mais je pense que ce serait utile pour les personnes qui ont besoin de diviser les grilles en différentes résolutions plus élevées (je ne peux pas être le seul, non?).

Quoi qu'il en soit, j'ai un shapefile de lat/long 1 degré, dans lequel chaque cellule est représentée comme un polygone. (180 * 360 polygones au total). Je dois diviser tous les polygones de ce fichier de formes de manière à ce que chaque cellule soit divisée en 16e (donc je suppose que j'utilise votre script de quart de quart). Je ne sais pas si cela répond à votre question, mais si vous en avez l'occasion, j'aimerais beaucoup avoir de vos nouvelles.

Je voulais juste vous faire savoir que je vais m'acquitter de ma tâche d'une manière différente, donc pas besoin de passer du temps à m'aider à modifier l'algorithme. Je suis sûr que cet outil me sera toujours très utile à l'avenir, et je suis heureux d'avoir découvert votre page Web ! Merci encore de partager vos idées.

Je suis content que vous ayez compris quelque chose ! Je veux juste vous faire savoir que j'ai ajouté un nouvel outil à la boîte à outils appelé Créer une grille personnalisée et que j'ai renommé la boîte à outils de Section Grid Tools en Custom Grid Tools. Le nouvel outil vous permet de choisir une division verticale et horizontale. Vous pouvez donc créer un 1/20 en entrant soit 5ࡪ, soit 4࡫ dans les paramètres de l'outil. J'espère que vous trouverez l'outil utile à l'avenir et je vous remercie pour vos commentaires et votre contribution sur les fonctionnalités supplémentaires. La nouvelle boîte à outils peut être téléchargée en haut de cette page.

Je cherchais un outil comme celui-ci, merci ! Avez-vous la possibilité de rendre le code source disponible ? On dirait que le script est intégré dans la boîte à outils.

Grant, désolé pour ça. J'ai récemment mis à jour les scripts et j'ai oublié de les poster à nouveau. Je les ai ajoutés en haut de la page. Merci de me le rappeler et j'espère que vous les trouverez utiles.

Absolument parfait pour ce dont j'avais besoin. Tu es l'homme. J'avais besoin de quelque chose pour diviser les quarts de quads pour l'imagerie NAIP, et c'était PARFAIT !

Merci, Tom ! Je suis toujours intéressé d'entendre les différentes manières dont les gens utilisent les outils, alors je vous remercie de me le faire savoir !


Créer des lignes à partir de bordures de polygones avec des attributs de polygones à l'aide d'ArcGIS/ArcPy ? - Systèmes d'information géographique

Free-lance ArcGIS Spécialiste avec plus de 25 ans d'expérience dans les logiciels Esri, travaillant principalement avec ArcGIS Pro, ArcGIS for Desktop, ArcPy/Python, le géotraitement (y compris les services de géotraitement et ModelBuilder), les pages dynamiques, la zoologie et la généalogie.

  • Vidéos d'apprentissage en ligne ArcGIS Pro, ArcPy, ArcGIS for Desktop et Google Earth disponibles via Discover Spatial **GRATUIT**

Disponible pour des missions commerciales de conseil, de formation et d'assistance ArcGIS, et disposé à fournir des devis pour résoudre tous les problèmes insolubles d'ArcGIS Pro, ArcGIS for Desktop et ArcPy qui apparaissent sur GIS Stack Exchange lorsqu'ils peuvent ne pas être adaptés à une résolution rapide à l'aide de son format de question et de réponse ciblé .

Répondez à un bref sondage pour faire votre Formation ArcGIS for Desktop (et ArcPy) besoins connus !


Un aperçu des éléments d'information géographique

Comme une carte, un SIG est basé sur des couches. Et comme les couches thématiques d'une carte, les jeux de données SIG représentent des collections logiques d'entités individuelles avec leurs emplacements géographiques et leurs formes, ainsi que des informations descriptives sur chaque entité stockées en tant qu'attributs.

Avant le SIG, les cartographes créaient une série de couches cartographiques utilisées pour décrire et caractériser géographiquement un emplacement. Ils utilisaient souvent des transparents qui pouvaient être superposés sur une table lumineuse. Ces écrans intégrés ont été utilisés pour visualiser les relations spatiales et mieux comprendre les caractéristiques pertinentes d'un lieu. Les praticiens les utiliseraient pour faire des interprétations et tirer des conclusions intéressantes.

Un visionnaire qui a utilisé ce processus pour la planification était le Dr Ian McHarg, architecte paysagiste et écrivain renommé sur la planification régionale utilisant les systèmes naturels. Son livre fondateur a été publié en 1969 et articulait des concepts pour la planification écologique, qui appliquaient ces principes de superposition de cartes. Vous pouvez en savoir plus sur Wikipedia sur Ian McHarg et son travail.

À peu près à la même époque, le Dr Roger Tomlinson, connu comme le « père des SIG », a développé ses premières idées pour les SIG. Entre autres aspects du SIG, il a en outre articulé le concept de couches et de superpositions thématiques comme pierre angulaire du SIG.

Ces premiers praticiens du SIG ont réfléchi à la façon dont les informations géographiques pourraient être divisées en une série de couches d'informations logiques, plus qu'une collection aléatoire d'objets. Ils ont imaginé des ensembles homogènes de représentations qui pourraient être gérés comme des couches. These GIS users organized information in individual data themes that described the distribution of a phenomenon and how each theme should be portrayed across a geographic extent. They found that they could use relatively simple GIS data types (points, lines, polygons, and rasters). These simple data layers could be combined through location—that is, georeferencing enabled datasets to be combined in a map or overlaid using geoprocessing operations such as polygon overlay.

These pioneers also provided a protocol for data collection and how to manage these collections as geographic data layers. Here is one example for representing soils.

Each and every area (polygon) in a specified extent could be assigned a dominant soil type, and the soil types could be consistently classified and described using properties or attributes of each polygon. In the case of soils, very involved sets of properties are typically recorded for each soil polygon.

A theme could be defined to delineate various areas representing the dominant soil type (that is, a layer collection of soil type polygons and their descriptions as attribute values).

This organizing principle of geographic layers became one of the universal GIS principles that provided the foundation for how GIS systems represent, operate on, manage, and apply geographic information.


Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales

Si vous utilisez l'option de recherche « Trouver une adresse », saisissez votre adresse postale dans la case « Adresse » et saisissez votre ville ou votre ville dans la case « Municipalité ».

Comment ajouter des informations à votre carte

Une fois que vous avez trouvé votre emplacement, vous pouvez ajouter des informations à la carte.

  1. Sous l'onglet "Informations sur la carte", cliquez sur le bouton "Sélectionner les couches de la carte".
  2. Ouvrez les listes "Parcels"s"Administratives" et "Environment/Base Data" en cliquant sur le signe plus à côté des mots.
  3. Choisissez les calques que vous souhaitez inclure ou exclure en cochant ou décochant les cases à gauche des noms de calque.
    Noter: Certaines couches ne peuvent être visualisées que lorsque la carte est agrandie à une certaine échelle. Ces couches apparaîtront en gris sur la carte jusqu'à ce que la carte soit agrandie à une échelle visible.
  4. Certains calques vous demanderont de cliquer sur le bouton à côté du nom du calque pour ouvrir une légende.

Pour obtenir plus d'informations sur une couche particulière :

  1. Sous l'onglet "Informations sur la carte", cliquez sur le bouton "Sélectionner les couches de la carte" et cochez les cases des couches que vous souhaitez voir/identifier.
  2. Cliquez sur le bouton "Identifier".
  3. Cliquez sur un emplacement de la carte pour voir plus d'informations pour cette zone. Une liste de résultats sur la couche au point où vous avez cliqué apparaîtra dans la zone "Identifier les résultats" à gauche de la carte. Vous pouvez cliquer sur chaque résultat pour afficher les détails de cette couche.
  4. Pour activer les photos aériennes, cochez la case "Images de l'Ontario/Photos aériennes" au bas de la liste "Couches de carte". Vous devrez peut-être réduire la transparence des groupes de calques, ou les décocher, pour voir le calque "Ontario Imagery/Air Photos".

Noter: Vous pouvez obtenir plusieurs résultats lorsque vous cliquez sur la carte. Essayez de cliquer au centre de l'entité cartographique sur laquelle vous souhaitez obtenir des informations.

Navigation

Les boutons sous l'onglet "Navigation" vous permettent de vous déplacer sur la carte. Vous pouvez également créer et enregistrer des signets à utiliser chaque fois que vous visitez le site Web de l'Atlas d'information agricole.

Pour créer un signet

  1. Sous l'onglet "Navigation", cliquez sur le bouton "Signets" ou cliquez sur l'icône représentant un livre sur le côté gauche de la carte. La boîte "Emplacements favoris" s'ouvrira
  2. Cliquez sur "Signaler l'étendue actuelle", saisissez un nom pour votre signet, puis appuyez sur "OK."

Pour revenir à une carte que vous avez mise en signet

  1. Cliquez sur le bouton "Signets" sous l'onglet "Navigation" ou sur l'icône représentant un livre sur le côté gauche de la carte. Tous les favoris que vous avez enregistrés seront répertoriés dans la zone "Emplacements favoris".
  2. Cliquez sur le nom du signet que vous souhaitez utiliser.

Créer des cartes

  1. Cliquez sur le bouton "Créer une carte" sous l'onglet "Markup & Printing". Une liste de différents modèles de carte apparaîtra.
  2. Cliquez sur le type de carte que vous souhaitez créer.

Vous pouvez enregistrer et imprimer les cartes que vous créez.

Pour enregistrer et imprimer une "carte d'utilisation générale" :

  1. Remplissez les champs de la colonne de gauche, puis cliquez sur "Imprimer."
  2. Le système créera une carte imprimable. Lorsque le fichier est prêt, cliquez sur "Open File." La carte s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.
  3. Dans la nouvelle fenêtre, vous pouvez choisir d'imprimer ou d'enregistrer votre carte.

Pour enregistrer et imprimer une carte spécifique :

  1. Remplissez les champs de la colonne de gauche. Noter: Lors de la création d'une carte à l'aide de l'un des modèles, vous pouvez renseigner automatiquement les informations de localisation. Pour faire ça:
    1. Cliquez sur l'icône "Crayon" présent dans la colonne de gauche.
    2. Cliquez sur l'emplacement souhaité sur la carte. "Municipalité de niveau supérieur" "Municipalité de niveau inférieur" "Geotownship" "Numéro de rôle","Concession" et "Lot" et "Adresse 911" se rempliront automatiquement.

    Les cartes sont créées avec une légende statique. Les couches apparaîtront dans la légende même lorsqu'elles ne sont pas activées sur la carte.

    Noter: Lorsque vous exportez une carte, la carte s'ouvre dans une nouvelle fenêtre. Pour enregistrer une copie sur votre ordinateur, passez votre souris sur le bas de la carte jusqu'à ce qu'une barre de paramètres apparaisse et cliquez sur l'icône d'enregistrement. Vous pouvez également utiliser la fonction clavier Shift + Ctrl + S pour enregistrer une copie.

    Ajoutez du texte et dessinez des formes sur votre carte

    Vous pouvez ajouter du texte et dessiner des points et des formes directement sur votre carte. Cliquez sur le bouton "Pointer" sous l'onglet "Marquage et impression" pour voir tous les outils disponibles. Voir la section glossaire ci-dessous pour plus d'informations sur chaque outil.

    Ajouter des informations de localisation à votre carte

    Vous pouvez ajouter du texte, des coordonnées de latitude/longitude et des points à votre carte. Cliquez avec le bouton droit de la souris sur la partie de la carte que vous souhaitez étiqueter et sélectionnez l'outil que vous souhaitez utiliser.

    Tracer les limites du champ

    1. Sous l'onglet "Markup & Printing", cliquez sur le bouton "Point" et sélectionnez l'outil "Polygon" dans la zone de liste déroulante "Markup Tools". Vous pouvez modifier le style et la couleur de votre polygone en cliquant sur le bouton "Styles" situé à côté du bouton "Modifier".
    2. Cliquez sur un point de départ sur la carte et continuez à cliquer pour ajouter des côtés au polygone. Vous pouvez zoomer et dézoomer et vous déplacer sans affecter le polygone.
    3. Double-cliquez sur la souris pour terminer le polygone.
    4. Pour apporter des modifications à un polygone, cliquez sur le bouton "Modifier", puis cliquez sur un polygone que vous avez créé sur votre carte.

    Mesurer l'aire d'un champ

      Sous l'onglet "Informations sur la carte", sélectionnez le bouton "Mesure de la zone". Cliquez sur un point de départ sur la carte et continuez à cliquer pour créer une limite de champ.

    Noter: Vous pouvez cliquer sur le bouton "Masquer les étiquettes" pour supprimer les étiquettes de votre dessin.

    Mesurer la distance

    1. Sous l'onglet "Informations sur la carte", cliquez sur le bouton "Mesure la distance".
    2. Cliquez sur un point de départ sur la carte et continuez à cliquer le long du chemin que vous souhaitez mesurer.
    3. Double-cliquez pour terminer la ligne. Les mesures de ligne de chaque section de la ligne seront affichées le long de la ligne sur la carte. La distance totale apparaîtra à la fin de la ligne.
    4. Utilisez le menu déroulant qui apparaît lorsque vous cliquez sur le bouton "Mesure la distance" pour sélectionner votre unité de mesure préférée. Les valeurs par défaut sont "m" (mètres) et "m 2 " (mètres carrés).

    Collecte d'informations pour s'inscrire à un numéro d'identification de locaux (PID)

    Pour vous inscrire à un PID via le registre provincial des locaux, au moins l'un des éléments d'information suivants est requis : (1) numéro de rôle d'évaluation, (2) adresse 911 et/ou (3) coordonnées géographiques (c.-à-d. latitude et longitude).

    Obtention de votre numéro de rôle d'évaluation (ARN)

    Créer une carte pour un enregistrement de drainage souterrain

    1. Sous l'onglet "Markup & Printing", cliquez sur le bouton "Point" et sélectionnez l'outil "Polygon".
    2. Utilisez l'outil polygone pour délimiter la zone sur la carte où se trouve le drain. Une fois que vous avez créé votre forme, double-cliquez sur la souris pour terminer.
    3. Sous l'onglet "Markup & Printing, cliquez sur le bouton "Créer une carte".
    4. Choisissez "Tile Drainage Record" dans la liste "Select Type of Map". Cliquez sur l'icône "Crayon" dans la colonne de gauche pour renseigner automatiquement les informations sur l'emplacement.
    5. Cliquez sur l'emplacement souhaité sur la carte. "Municipalité de niveau supérieur","Municipalité de niveau inférieur","Geotownship","Concession" et les informations "Lot" se rempliront automatiquement.
    6. Remplissez toutes les informations manquantes sur le drain de tuile. Une fois toutes les informations saisies, saisissez un titre pour la carte et cliquez sur "Exporter la carte".
    7. Le système créera une carte imprimable. Lorsque le fichier est prêt, cliquez sur "Open File." La carte s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.
    8. Dans la nouvelle fenêtre, vous pouvez choisir d'imprimer ou d'enregistrer votre carte.

    Noter: Une fois que vous fermez la carte, elle est partie. Il est recommandé de sauvegarder votre carte pour vos dossiers.

    Créer une carte pour une stratégie de gestion des éléments nutritifs ou un plan de matières de source non agricole (MSNA)

    1. Une fois que vous avez trouvé votre emplacement, cliquez sur le bouton "Sélectionner les couches de carte" sous l'onglet "Informations sur la carte"
    2. Choisissez les calques que vous souhaitez inclure ou exclure en cochant ou décochant les cases à gauche des noms de calque.
    3. Pour une stratégie de gestion des éléments nutritifs ou un plan MSNA, il est utile de vérifier les couches suivantes :

    Créer une carte pour AgErosion Information

    Créer une carte à l'aide du modèle GLASI Checkup Map

    1. Tout d'abord, vous devez activer les informations sur les bassins versants et sous-bassins versants pour votre carte. Sous l'onglet "Informations sur la carte", cliquez sur le bouton "Sélectionner les couches de carte". Cliquez sur l'icône du signe plus à côté de "Environment/Base Data" pour étendre la liste. Cochez les cases à côté de "Bassins versants secondaires" et "Bassins versants tertiaires" dans la liste. Vous avez maintenant les informations dont vous avez besoin pour créer votre GLASI Checkup Map.
    2. Sous l'onglet "Markup & Printing", cliquez sur le bouton "Create Map".
    3. Sélectionnez "GLASI Checkup Map" dans la liste.
    4. Saisissez les informations sur votre opération dans la colonne "GLASI Checkup Map Information". Cliquez sur l'icône "Crayon" pour remplir automatiquement les informations sur l'emplacement. "Municipalité de niveau supérieur","Municipalité de niveau inférieur","Geotownship","Numéro de rôle","Concession" et les informations "Lot" se rempliront automatiquement.
    5. Remplissez toutes les informations manquantes. Les informations sur le bassin versant et les sous-bassins versants sont affichées sur la carte : les informations sur le « Bassin versant » sont affichées sur la carte en caractères verts et les informations sur le « Sous-bassin versant » sont en caractères violets.
    6. Saisissez un titre pour votre carte et cliquez sur "Exporter la carte".
    7. Le système créera une carte imprimable. Lorsque le fichier est prêt, cliquez sur "Open File." La carte s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.
    8. Dans la nouvelle fenêtre, vous pouvez choisir d'imprimer ou d'enregistrer votre carte.

    Noter: Une fois que vous fermez la carte ou le navigateur Web, la carte disparaît. Il est recommandé de sauvegarder votre carte pour vos dossiers.

    Créer une carte à l'aide de l'esquisse du rapport d'évaluation des parasites

    Consultez les différentes rubriques d'aide ci-dessus pour obtenir de l'aide sur la recherche de l'emplacement de votre ferme, la mesure de votre propriété, l'étiquetage de votre carte, l'utilisation des outils de balisage et l'ajout d'autres informations à votre carte.

    1. Zoomez sur votre propriété agricole.
    2. Sous l'onglet "Informations sur la carte", cliquez sur le bouton "Sélectionner les couches de la carte". Cliquez sur le signe plus à côté de "Carte d'arrière-plan et imagerie", si nécessaire, pour développer le menu et cochez la case "Imagerie de l'Ontario" pour activer la couche. Pour voir la couche "Ontario Imagery" sur la carte, décochez la case "LIO Topographic" ou augmentez la transparence en utilisant le curseur à droite du nom de la couche.
    3. Mesurez vos zones d'application à l'aide du bouton "Mesure de la zone" sous l'onglet "Informations cartographiques". Voir la section "Mesurer la surface d'un champ" ci-dessus pour obtenir de l'aide sur l'utilisation de cette fonction.
    4. Ajoutez des points à votre carte pour montrer les emplacements de dépistage où des larves et/ou des taupins ont été détectés.

    Si vous souhaitez ajouter des coordonnées de latitude et de longitude, cliquez sur le bouton en bas de la carte pour voir les coordonnées de latitude et de longitude pour l'emplacement de votre souris.
    1. Lorsque vous avez terminé de créer votre carte, cliquez sur le bouton "Créer une carte" sous l'onglet "Markup & Printing".
    2. Sélectionnez "Esquisse du rapport d'évaluation des nuisibles" dans la liste "Créer une carte".
    3. Saisissez les informations sur votre exploitation dans la colonne "Esquisse du rapport d'évaluation des nuisibles". Cliquez sur l'icône "Crayon" pour remplir automatiquement les informations sur l'emplacement. Remplissez toutes les informations manquantes.
    4. Cliquez sur le bouton "Exporter la carte". Le système créera une carte imprimable. Lorsque le fichier est prêt, cliquez sur "Open File." La carte s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.
    5. Dans la nouvelle fenêtre, vous pouvez choisir d'imprimer ou d'enregistrer votre carte.

    Créer une carte pour un croquis d'enregistrement BeeYard

    Choisissez "Bee Yard Registration Sketch" sous la liste "Select Type of Map". Cliquez sur l'icône "Crayon" dans la colonne de gauche pour renseigner automatiquement les informations sur l'emplacement.

    Créer une carte pour les projets Fit 5 CLI

    Créer une carte pour la sécurité incendie à la ferme

    Légende de l'inventaire des cultures d'Agriculture et Agroalimentaire Canada

    Glossaire

    About Tab

    Vous amène à une page Web avec des informations de contact et des messages importants.

    Donne un aperçu des AgMaps.

    Onglet Navigation

    Créez et enregistrez un signet d'un emplacement de carte à utiliser ultérieurement.

    Effectue un zoom avant sur la vue de la carte.

    Effectue un zoom arrière à partir de la vue de la carte

    Renvoie la vue de la carte à son emplacement ou sa région d'origine.

    Revenir à la vue précédente de la carte

    Avancez dans la séquence de vues cartographiques.

    Onglet Informations sur la carte

    Vous permet de choisir les couches à inclure ou à exclure de la carte.

    Vous permet de cliquer sur un emplacement et de voir les informations sur la couche.

    Vous permet de rechercher une zone en utilisant différentes méthodes.

    Vous permet de rechercher des caractéristiques spécifiques sur la carte.

    Mesurez la distance et la superficie d'une entité sur la carte.

    Lorsque vous cliquez sur le bouton "Mesure la distance" ou le bouton "Mesure la zone", un menu déroulant apparaîtra vous permettant de choisir une unité de mesure.

    Lorsque vous cliquez sur le bouton "Mesure de la zone", le bouton "Enable Snapping" apparaît. Si vous cliquez dessus, alors un cercle avec un point suivra votre curseur vous permettant d'« accrocher » les sommets de vos entités de balisage, ou les points que vous souhaitez mesurer, à d'autres entités.

    Permet de désactiver les étiquettes après avoir mesuré une zone ou une distance.

    Permet d'effacer les marquages ​​effectués sur la carte.

    Supprime tous les marquages ​​effectués sur la carte.

    Vous permet de charger vos données dans la carte pour les visualiser.

    Onglet Marquage et impression

    Vous permet de créer une carte à l'aide de différents modèles préchargés.

    Contient des outils pour dessiner sur des cartes.

    Vous permet de modifier un dessin existant sur votre carte.

    Ces outils sont disponibles dans le menu déroulant du bouton "Modifier". Vous pouvez modifier une annotation, effacer une annotation ou effacer toutes les annotations sur votre carte.

    Vous permet de choisir le style d'un outil de dessin, comme la couleur et le type de ligne.

    Vous permet de télécharger, au format de fichier shp, les points, lignes ou polygones que vous avez créés sur la carte.

    Vous permet d'exporter une image de la carte, dans différents formats, et d'inclure des données de géoréférencement si vous le souhaitez.

    Menu déroulant des outils de balisage

    Ajoute un point sur la carte.

    Ajoute du texte à la carte.

    Trace des lignes droites sur la carte

    Vous permet de dessiner vos propres formes de lignes sans utiliser de lignes droites.

    Vous permet de dessiner votre propre forme de polygone sans utiliser de lignes droites.

    Dessine des ovales sur la carte.

    Dessine des cercles sur la carte.

    Dessine des polygones en ligne droite sur la carte.

    Dessine des rectangles sur la carte.

    Étiquettes de pose de complexe d'étude des sols de l'Ontario Présenter

    Décrit les limites des différents sols que l'on trouve partout en Ontario.

    Code du sol, classe de pente et pierrosité

    Une composante du code des sols SOILTYPE a été créée par le gouvernement fédéral dans le cadre du Service canadien d'information sur les sols (CanSIS). Les codes des sols non minéraux commencent par Z et sont les suivants : ZAL = Terre inférieure, ZUR = Urbain, ZZZ = Eau, ZBH = Plage, ZCR = Variable Breypen, ZDL = Terre perturbée, ZDN = Dune, ZER = Canal érodé, ZES = escarpement, ZMD = artificiel, ZMH = marais, ZMK = fumier, ZML = marne, ZNM = non cartographié, ZOR = organique, ZPT = tourbe, ZQY= carrière ou gravier, ZRD = crête, ZRL = Rockland, ZRV = Ravin, ZSC = Scarp, ZST = Canal/cours de ruisseau, ZUN = Non classé (île), ZVC = Complexe de la vallée.

    Classe de pente

    Une désignation de lettre couramment utilisée dans les études de sol, qui symbolise à la fois l'amplitude de la pente et la longueur relative de la pente. Chaque lettre, qu'elle soit majuscule ou minuscule, représente une plage d'amplitude de pente communément exprimée en pourcentage. Si la lettre est en majuscule, cela représente une pente simple, ce qui signifie qu'elle mesure >50m de long. Si la lettre est en minuscule, cela représente une pente complexe, c'est-à-dire qu'elle mesure <50m de long. CLASSE A, a B, b C, c D, d E, e F, f G, g H, h I, i J, j.

    Apparition de pierrosité superficielle. Manuel de terrain pour la description des sols en Ontario (Department of Land Resources, University of Guelph, 4th Edition) : Class Meaning - Not Applicable, 0 = Non pierreux 1 = Légèrement pierreux, 2 = Modérément pierreux, 3 = Très pierreux, 4 = Excessivement pierreux caillouteux, 5 = excessivement caillouteux À Peterborough, Leeds et Grenville Rockiness a également été inclus : Classe Signification 5 = Rockfree, 6 = Légèrement rocailleux, 7 = Modérément rocheux, 8 = Très rocheux, 9 = Excessivement rocheux

    Le symbole cartographique original utilisé sur les cartes originales d'étude des sols sur papier. Ce symbole de caractère est une abréviation du nom du sol. Par exemple, le symbole pour TAVISTOCK LOAM est : Ta.

    Groupe hydrologique des sols

    Les groupes hydrologiques de sol sont utilisés pour estimer le ruissellement provenant des précipitations. Classification des sols par leur référence au taux d'apport d'infiltration d'eau, qui est influencé par la texture, la teneur en matière organique, la stabilité des agrégats du sol et le développement de l'horizon du sol. Les sols sont assignés à l'un des quatre groupes. Ils sont regroupés en fonction de l'infiltration d'eau lorsque les sols sont bien saturés. Classe Description A Sols ayant un taux d'infiltration élevé (faible potentiel de ruissellement) lorsqu'ils sont complètement mouillés. Il s'agit principalement de sables profonds, bien drainés à excessivement drainés ou de sables graveleux. Ces sols ont un taux élevé de transmission de l'eau. B Sols ayant un taux d'infiltration modéré lorsqu'ils sont complètement humides. Il s'agit principalement de sols moyennement profonds ou profonds, moyennement bien drainés ou bien drainés, qui ont une texture moyennement fine à moyennement grossière. Ces sols ont un taux modéré de transmission de l'eau. C Sols ayant un taux d'infiltration lent lorsqu'ils sont complètement humides. Il s'agit principalement de sols ayant une couche qui empêche le mouvement descendant de l'eau ou de sols de texture moyennement fine ou de texture fine. Ces sols ont un faible taux de transmission de l'eau. D Sols ayant un taux d'infiltration très lent (potentiel de ruissellement élevé) lorsqu'ils sont complètement humides. Ceux-ci se composent principalement d'argiles qui ont un potentiel de retrait et de gonflement élevé, de sols qui ont une nappe phréatique élevée permanente, de sols qui ont une couche d'argile ou d'argile à la surface ou près de la surface, et des sols qui sont peu profonds sur un matériau presque imperméable. Ces sols ont un taux de transmission d'eau très lent.

    Indique la classification de la qualité du drainage du sol. Classes de drainage - VR = très rapidement, R = rapidement W = bien MW = modérément bien I = imparfaitement, P = mal, VP = très mal, WA = eau, VA = variable.

    Capacité du sol pour l'agriculture (cote de l'inventaire des terres du Canada pour le sol)

    Cote de l'Inventaire des terres du Canada (ILC) pour la composante sol. L'Inventaire des terres du Canada pour l'agriculture est un système d'interprétation pour évaluer les effets des caractéristiques du climat et du sol sur les limites des terres pour la culture des grandes cultures courantes (maïs, soja, petites céréales, fourrages). Dans le système de notation CLI, il y a sept classes : Descriptions des classes : Classe 1 Pas de limitations significatives d'utilisation pour les cultures Classe 2 limitations modérées d'utilisation pour les cultures Classe 3 limitations modérément sévères d'utilisation pour les cultures. Classe 4 Limitations sévères d'utilisation pour les cultures. Classe 5 Des limitations très sévères empêchent des améliorations annuelles de la culture réalisables. Classe 6 Pâturage naturel uniquement aucune amélioration possible. Classe 7 Aucune capacité pour l'agriculture. O Organique. W Eau. 0 non noté (exemple : terrain urbain). Classification des sols et des paysages agricoles de premier choix et marginaux : Lignes directrices pour l'application de l'Inventaire des terres du Canada en Ontario.

    Texture de surface (texture du sol)

    Texture du sol de la surface ou horizon 'A'. La texture du sol est déterminée par la proportion relative de sable, de limon et d'argile trouvée dans un sol donné. Le terme "texture" fait référence à la taille des particules de sol individuelles et n'a rien à voir avec la quantité de matière organique présente dans le sol. Description de l'ATEXTURE : C = argile, CL = loam argileux, CSL = loam sablonneux grossier, FS = sable fin, FSL = loam sablonneux fin, GL = loam graveleux, GRAV = gravier, GS = sable graveleux, GSL = loam sablonneux graveleux, L = Loam, LFS = Loamy Fine Sand, LS = Loamy Sand, LVFS = Loamy Very Fine Sand, ORG = Organique, S = Sable, SIC = Argile limoneuse SICL = Loam argileux limoneux, SIL = Loam limoneux, SL = Loam sableux, VFSL = Loam sableux très fin, VAR = Variable

    Étiquette à trois composants séparés par des tirets. Les pourcentages des composants sont un exposant de la texture. Le composant 1 a une texture GL avec un pourcentage de composant 60, le composant 2 a une texture FSL avec un pourcentage de composant 20 et le composant 3 a une texture SL avec un pourcentage de composant 20.

    *Noter: Certains polygones de sol auront les mêmes attributs pour plus d'un composant. Ces polygones présenteront une étiquette comme l'exemple d'étiquette de drainage ci-dessous. L'attribut Drainage du premier composant a une valeur "R" représentant 50 % du polygone, tandis que le deuxième composant occupe 30 % et le troisième composant 20 %. Le composant 2 et le composant 3 ont la même valeur d'attribut de drainage, ils ont donc été combinés pour représenter une valeur avec le pourcentage combiné pour montrer que 50 % du polygone représente une valeur de drainage de "W", même s'il se compose de deux composants.

    Services d'information géographique du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation et du ministère des Affaires rurales


    1 réponse 1

    You can use functions from the rgeos package to extract such regions (e.g. gIntersection , gDifference ). I use gDifference in this example, because gIntersection returns a SpatialCollections object here:

    It is important to note that this area is in square degrees. You have to use spTransfrom with an appropriate projection (see @WHuber's comment below).
    gArea returns also a warning (you didn't fixed it, you used a workaround):

    What are the units in which that area is reported? If seems like square degrees, which would be inappropriate for data that extend so far in latitude. It is crucial to perform the computation with data projected in a cylindrical equal area projection.

    yes, it's square degrees, I've just reused the code from the question gArea returns also a warning: gArea(ao): Spatial object is not projected GEOS expects planar coordinates


    Voir la vidéo: création polygone dans ArcGis