Suite

Prise en charge de l'encodage de caractères dans les géodatabases et les fichiers de formes

Prise en charge de l'encodage de caractères dans les géodatabases et les fichiers de formes


J'ai plusieurs géodatabases qui incluent des classes d'entités avec des lettres grecques dans de nombreux attributs. Lorsque j'essaie d'exporter une classe d'entités en tant que fichier de formes à partir d'ArcCatalog, les attributs sont massacrés dans les données du fichier de formes, une sorte de problème d'encodage de caractères (ils ressemblent à ceci dans la forme : ??etr??e?). La même chose se produit lorsque j'utilise ogr2ogr dans FWtools pour convertir les couches de la MDB en KML, shp, etc.

Quelqu'un a-t-il déjà essayé de gérer les formats d'encodage à travers les formats de données SIG ?

Le véritable objectif ici est d'obtenir des données de ces géodatabases Esri dans une base de données Postgres/PostGIS, mais l'encodage rompu ne fonctionnera pas. J'allais exporter des geoDBs vers des fichiers de formes, puis les charger avecshp2pgsql. Est-ce le chemin le plus simple pour y arriver ?


Je pense que vous êtes à mi-chemin. Vous pouvez utilisericonvpour convertir d'un codage à un autre, et vous pouvez l'utiliser dans le cadre dushp2pgsqltraiter. Par exemple:

shp2pgsql *postgrestablename* | iconv -f *sourceencoding* -t *targetencoding* | psql -d *votre base de données*

Si vous travaillez dans un environnement Linux, alorsiconvdevrait déjà être installé. Pour Windows, j'ai trouvé LibIconv pour Windows. Mais je n'ai aucune expérience d'utilisationiconvsous Windows, donc je ne peux pas en témoigner.

J'espère que cela t'aides!

Jo


Ci-dessous les détails du processus que j'ai utilisé pour convertir un fichier GeoDataBase avec des champs arabes en fichiers de formes avec l'encodage UTF-8 qui s'ouvrent à la fois dans QGIS et ArcMap montrant correctement l'arabe et l'anglais (sans utiliser d'extensions pour exporter ou lire):

  • L'idée de base est : à partir du FGDB exportez un shapefile incluant un .dbf (dans le mauvais encodage), puis exportez la table attributaire du même calque que du texte (dans le bon encodage, qui est UTF-8) et utilisez un autre programme pour remplacer le contenu du fichier de formes .dbf par des champs de données UTF-8 appropriés et enregistrer le .dbf avec l'encodage UTF-8. Ajoutez ensuite un fichier .cpg à chaque fichier de formes pour informer ArcGIS du nouvel encodage du .dbf. Pas:

1) Ajoutez les couches du FGDB dans ArcMap (j'ai utilisé 10.1, mais il n'y a absolument aucune raison pour que cela ne fonctionne pas dans les versions antérieures, car le bit d'encodage se produit plus tard, en dehors d'Arc). Pour exporter, cliquez avec le bouton droit sur une couche et choisissez Données-> Exporter les données, cliquez sur le bouton du dossier dans la boîte de dialogue d'exportation pour afficher la boîte de dialogue Enregistrer et choisissez Shapefile comme format de sortie.

1b) Autre méthode que celle ci-dessus : accédez au FGDB dans ArcCatalog, cliquez dessus avec le bouton droit, choisissez Exporter -> Vers Shapefile (plusieurs) et exportez l'intégralité du FGCB en tant que dossier rempli de fichiers de formes en une seule opération).

2) Vous avez maintenant un ensemble de fichiers de formes avec du charabia où le script arabe devrait être (sur ma machine, il affichait des points d'interrogation à la place des caractères). Les parties .dbf des fichiers de formes elles-mêmes, ouvertes dans Excel ou autre, ont du charabia au lieu de l'arabe ; ce n'est pas simplement un problème d'affichage dans le programme SIG, c'est que les fichiers .dbf eux-mêmes ne contiennent pas les caractères arabes. Pas encore utile.

3) Dans ArcMap, ouvrez la table attributaire d'une couche de la FGDB. Le tableau s'ouvre avec l'anglais et l'arabe correctement affichés (c'est pourquoi FGDB a été utilisé en premier lieu). Dans le menu Options de la table de la fenêtre Table attributaire, choisissez Exporter, et dans la boîte de dialogue Exporter les données, cliquez sur le bouton du dossier de sortie pour accéder à la boîte de dialogue Sauvegarde des données où vous choisissez Fichier texte comme type de sortie. Vous avez maintenant un fichier texte qui s'ouvrira dans le Bloc-notes avec des délimiteurs de virgules, codé en UTF-8, avec à la fois l'anglais et l'arabe correctement codés (l'arabe devrait, à ce stade, s'afficher correctement dans le Bloc-notes).

Maintenant, placez ces informations dans les parties .dbf des fichiers de formes !

4) Ouvrez LibreOffice Calc, un clone Excel gratuit et open source qui ouvre, manipule et enregistre facilement les fichiers .dbf, pour ouvrir le fichier .dbf d'un fichier de formes.

Soit dit en passant, dans ce cas, je n'utilise pas LibreOffice au lieu de MS Office pour des raisons idéologiques, mais simplement parce que je ne sais pas comment faire en sorte qu'Excel enregistre un fichier .dbf, ce qui est facile dans Calc, en fait c'est le option par défaut lorsque vous appuyez sur Enregistrer après avoir ouvert et modifié un fichier .dbf dans Calc, alors qu'Excel indique en fait que le fichier "ne peut pas être enregistré dans le format actuel" et propose pas si utile de "l'enregistrer au dernier format" (aucune option pour .dbf n'apparaît). Il existe des extensions/plugins pour Excel qui prétendent faire le travail (

Le fichier .dbf dans Calc montre toujours le charabia à la place de l'arabe. À côté, ouvrez le fichier .csv que vous avez exporté à partir de la table attributaire du même fichier de formes, en vous assurant de spécifier UTF-8 comme codage (et les virgules comme délimiteurs) dans la boîte de dialogue d'ouverture. Les fichiers texte doivent s'ouvrir dans une seconde feuille de calcul Calc avec l'arabe affiché correctement et ils doivent contenir les mêmes colonnes que le .dbf plus une colonne OBJECTID au début. Copiez-collez les colonnes du .csv contenant l'arabe approprié dans le .dbf (en fait, je viens de copier-coller l'ensemble du tableau à l'exception de la colonne ID la plus à gauche pour gagner du temps ; les informations sont de toute façon identiques). Appuyez sur Enregistrer dans le .dbf modifié dans LibreOffice (il vous demandera si vous voulez vraiment utiliser un format aussi étrange que .dbf ; oui, vous le faites). Vous devrez peut-être à nouveau spécifier UTF-8 comme codage de fichier.

Répétez ce processus pour tous les composants .dbf des fichiers de formes de la FGDB, en remplaçant toutes les colonnes de charabia par les chaînes arabes.

5) Dès que vous avez réenregistré les parties .dbf avec les colonnes arabes collées, vous pouvez ouvrir les fichiers de formes dans QGIS et ils fonctionneront correctement dans les deux langues, à condition de spécifier UTF-8 comme codage dans le vecteur d'importation Boîte de dialogue de fichier. Cependant, ils ne fonctionneront toujours pas correctement dans ArcGIS (ou du moins pas dans toutes les versions) car ArcGIS ne reconnaît pas automatiquement l'encodage ou ne vous permet pas de le choisir lorsque vous ajoutez le fichier de formes à un projet. Arc a besoin d'un composant distinct du fichier de formes, appelé fichier de conversion de page de code (.cpg), pour lui indiquer quel encodage lire.

6) Utilisez un éditeur de texte (bloc-notes, nano ou autre, mais pas Word ou tout autre traitement de texte) pour créer un fichier texte qui ne contient que les cinq caractères "UTF-8". Enregistrez-le en tant que .cpg pour chacun des fichiers de formes (je clique simplement sur un morceau du fichier de formes dans la boîte de dialogue Enregistrer sous, puis effacez l'extension et ajoutez .cpg), dans le même dossier que le fichier de formes (il devient fondamentalement un autre morceau de Salut le shapefile en plusieurs parties). L'extension .cpg indique à Arc qu'il s'agit d'un fichier contenant des informations sur l'encodage du fichier .dbf ; une fois qu'il est intégré au fichier de formes avec ses frères et sœurs portant le même nom mais avec une extension différente, l'encodage du fichier de formes est désormais automatiquement reconnu par ArcGIS.

7) Voila. Maintenant, vous avez des fichiers de formes qui contiennent à la fois des chaînes en anglais et en arabe, pour autant que je sache exactement comme ils étaient dans le fichier GeoDataBase d'origine. Ils s'ouvrent dans mes installations d'ArcMap et de QGIS, et dans les deux cas, les chaînes dans les deux langues s'affichent correctement, y compris dans les étiquettes de carte.

Avertissements :

  • Toutes les copies d'ArcGIS ne semblent pas exporter la table attributaire en tant que fichier texte correctement rempli (sur au moins un ordinateur, tenter d'exporter la table attributaire vers un fichier texte génère un fichier avec uniquement les en-têtes, pas les lignes de données. Ceci est PAS le bon comportement d'Arc (bien sûr, il est censé être capable d'exporter des tables d'attributs sous forme de texte), mais cela peut arriver pour certains utilisateurs, ce qui rend le reste des étapes impossible.

  • Il ne semble pas qu'ArcGIS enregistre de nouveaux fichiers de formes avec l'encodage UTF-8. Cela n'affectera que les utilisateurs qui souhaitent créer de nouveaux fichiers de formes à partir des données, et non les personnes qui souhaitent simplement les afficher, les modifier et les utiliser pour créer des cartes. La solution de contournement semble impliquer de jouer avec votre registre Windows comme détaillé ici : (http://support.esri.com/cn/knowledgebase/techarticles/detail/21106). Je n'ai pas eu à m'en occuper car mes ArcGIS et QGIS semblent tous les deux reconnaître avec bonheur les fichiers de formes que j'ai enregistrés à l'aide du processus ci-dessus, et je peux modifier la géométrie et les entrées de table ou même ajouter de nouveaux polygones avec plus de texte arabe sans aucun problème évident ( même si Arc ne semble pas vouloir enregistrer de nouveaux fichiers de formes avec l'encodage UTF-8, il semble disposé à les mettre à jour/réenregistrer).

  • Je suppose que la fonctionnalité de LibreOffice est la même sous Windows que sur mon ordinateur. J'utilise GNU/Linux pour la plupart de mon travail et ne démarre sous Windows que si j'ai besoin d'utiliser ArcGIS ou Autocad pour une tâche ou une autre, j'ai donc modifié le fichier .dbf dans Libreoffice s'exécutant sur Fedora. Je suppose que cela fonctionne de la même manière sous Windows, mais je ne peux pas tester cela sans installer LibreOffice sur ma partition Windows et ma connexion Internet actuelle est un peu lente pour les téléchargements non nécessaires. Il existe des plugins pour Excel qui permettent d'enregistrer des fichiers .dbf dans un encodage sélectionné (exceltodbf.sourceforge.net/, par exemple), mais je ne les ai pas essayés. Il existe peut-être d'autres moyens de manipuler et d'enregistrer .dbf, mais je ne les ai pas examinés après avoir trouvé un moyen assez simple de le faire avec LibreOffice. La solution Cadillac serait d'écrire un script qui fusionne automatiquement le .dbf avec le fichier texte et enregistre le .dbf en UTF-8, mais à moins que vous n'ayez beaucoup de choses à convertir, cela semble être une solution plutôt extrême (surtout étant donné l'option ci-dessous).

  • Tout le problème semble être évitable si vous payez pour l'extension Production Mapping dans ArcGIS, qui vous permet de convertir directement les FGDB en fichiers de formes avec l'encodage UTF-8 selon cette page : http://resources.arcgis.com/en/help /main/10.1/index.html#//0103000001m1000000. Pourquoi cette fonctionnalité plutôt basique (Unicode existe depuis un certain temps maintenant, et il existe de nombreuses langues autres que l'anglais) n'est disponible que pour les clients qui paient un supplément est une question pour ESRI.


Vous devrez d'abord déterminer dans quel codage se trouvent les données d'entrée, afin de pouvoir indiquer à vos outils comment convertir les données en un codage approprié. Si vous avez Access, j'essaierais d'exporter le tableau en texte directement à partir de la MDB et de définir l'encodage de sortie sur UTF8. Si vous ouvrez le fichier de formes exporté dans ArcGIS, l'encodage est-il correctement défini ? DBF prend en charge les pages de codes et il est possible qu'OGR ne récupère pas la bonne pour la conversion.

Il existe également des moyens de contraindre MDBtools (utilisés dans le cadre du pilote OGR) à définir explicitement le flux d'entrée, mais j'essayerais d'abord les autres approches.


Je vais plutôt passer à la manière ArcGIS. Définissez simplement l'encodage sur UTF-8 dans ArcGIS en suivant les instructions d'ici. Après cela, exportez simplement les classes d'entités vers ShapeFile. Vous obtiendrez maintenant un fichier CPG (fichier de page de code) supplémentaire avec chaque couche. Il ne s'agit que d'un fichier texte contenant la chaîne "UTF-8" et toutes vos données sont encodées automatiquement en UTF-8.

Si vous souhaitez utiliser un autre encodage, consultez simplement les instructions.

Une chose importante est qu'après avoir terminé cette affectation, vous devez modifier ce paramètre à la valeur par défaut car si vous conservez cette valeur, par exemple "UTF-8", ArcGIS exportera à l'avenir tous les fichiers ShapeFile en utilisant l'encodage "UTF-8".

J'espère que cela vous aidera.


Koordinates prend en charge les formats de fichiers suivants pour le téléchargement de données, regroupés en cinq catégories principales.

  • Shapefile (.SHP) (.DBF pour les données tabulaires)
  • TAB Info Carte (.TAB)
  • Onglet MapInfo pour les images/rasters (.TAB)
  • Géodatabase de fichiers Esri (FGDB)
  • GeoPackage / SQLite
  • GeoJPEG
  • GéoTIFF
  • JPEG2000
  • KÉA
  • Grille ASCII Esri

Non SIG

  • DWG avec JPEG & 39s liés pour les images/rasters
  • Google Earth KML
  • CSV et GéoCSV
  • PDF

Quelqu'un peut-il m'expliquer les avantages des géodatabases ?

J'ai souvent entendu dire que les géodatabases sont bien meilleures que de simplement garder vos fichiers dans un dossier, mais je n'ai jamais vraiment eu quelqu'un qui m'explique pourquoi. Par exemple, si j'ai 10 rasters tif dans un dossier, quels sont les avantages de mettre ces fichiers dans une géodatabase ?

Cela se résume à l'efficacité du stockage des données et de l'accès aux données. Les géodatabases fichier et les géodatabases personnelles présentent toutes deux des améliorations significatives en termes d'efficacité par rapport aux fichiers de formes. Cela peut aider à garder les projections cohérentes, etc. Certains types de données, comme les rasters, ne voient pas beaucoup de compression. En savoir plus ici dans les propres mots d'ESRI.

Lorsque vous verrez la puissance d'une géodatabase d'entreprise SDE, vous comprendrez. Mettre la puissance de toutes ces données spatiales entre les mains de tous vos utilisateurs est une chose merveilleuse. Vous disposez d'un référentiel central pour toutes vos données et vous pouvez sauvegarder les données et minimiser les pertes de données. Les géodatabases peuvent également stocker des données beaucoup plus efficacement que les fichiers de formes.

C'est réellement. Lorsque vous obtenez plus de 200 utilisateurs travaillant tous à partir de la même base de données et observez la puissance de la gestion des versions (et les maux de tête), vous serez étonné. Le pouvoir incroyable de permettre à plusieurs personnes de modifier les mêmes données et d'avoir le logiciel pour aider à détecter les conflits et les changements est tout simplement génial.

Je ne mettrais pas les 10 TIFF dans une géodatabase. Je les ai mis dans une mosaïque.

Les géodatabases permettent l'utilisation de fonctionnalités telles que la topologie et les réseaux géométriques. Ils vous permettent de créer des ensembles de données qui aident à organiser et à conserver les données dans la même projection et les mêmes résolutions. Je pourrais continuer encore et encore.

Ajoutons simplement à cela : vos fichiers TIFF iraient dans une mosaïque. qui sont stockés dans une géodatabase.

Un jeu de données d'entités est requis pour modéliser des relations complexes telles que des topologies et des réseaux.

Une autre raison serait si vous avez des données vectorielles très volumineuses. Les fichiers de formes ont une taille limite d'environ 2 Go, donc si, par exemple, vous vouliez fusionner plusieurs fichiers de formes de polygones ou de polylignes, vous ne pourriez pas le faire si le fichier final était plus grand que 2 Go. Une géodatabase fichier n'a pas cette restriction.

Je pense que tous les commentaires soulignent très bien certains des avantages.

Quelques exemples spécifiques que j'ai trouvés :

Limite de caractères du champ -

Classe d'entités ou table dans une géodatabase = 2 147 483 647.

Nombre de champs -

Classe d'entités ou table dans une géodatabase = 65 534.

Topologie, topologie, topologie.

Vous permet également d'exécuter vos propres scripts python en tant qu'outils dans arcmap, et si je comprends bien, il conserve tout dans un joli paquet bien rangé.

Vous pourriez confondre les géodatabases avec les boîtes à outils.

Meilleure gestion des données, possibilité de standardiser les jeux de données afin qu'ils puissent être utilisés sur différentes bases d'utilisateurs, et de nombreuses ArcToolBoxes nécessitent désormais une géodatabase pour s'exécuter.

vous obtenez un accès plus rapide et une meilleure indexation avec moins de restrictions, cela étant dit, ce serait bien mieux si ESRI ne changeait pas le format de base de données préféré toutes les 3 versions, les géodatabases personnelles -> les géodatabases fichier -> ressemble à un nouveau format basé sur sqlite dans 10.2

Agréable. Je meurs d'envie de spatialite dans arcmap. J'espère juste qu'ils n'abandonneront pas encore la possibilité d'y faire du SQL spatial. C'est toute la raison pour laquelle je l'utilise.

Utilisez un .gdb au lieu d'une base de données personnelle, il n'a pas de limite de taille globale par rapport à la limite supposée de 2 Go d'une base de données personnelle. (bien que le personnel ralentisse au point d'être inutile après moins d'un demi-go) Vous pouvez également mettre vos propres boîtes à outils personnalisées dans le .gdb pour les modèles et les ensembles d'outils spécifiques que vous souhaitez utiliser pour un projet. Il est également pratique que l'explorateur Windows voie le .gdb comme un dossier alors qu'il voit un fichier de formes comme 8 fichiers environ plus petits.

Espérons que ESRI rend les géodatabases non propriétaires, comme cela a été dit. A partir de maintenant, ils sont en grande partie une chose ArcMap.

Si c'est réellement ce que vous croyez, alors je pense que votre flair est inexact.

Wow, vous semblez vraiment connaître votre affaire.

Wow. Je suppose que j'aurais dû préciser. Oui, j'utilise une géodatabase lorsqu'il y a un avantage. Toutes mes applications web utilisent PostGIS par exemple.

MAIS pour les personnes travaillant sur leurs propres projets SIG autonomes, qui ont juste besoin d'un résultat qui peut ensuite être partagé sous forme de fichier avec quelqu'un d'autre, travailler à partir de rasters individuels et de fichiers vectoriels est très bien. Il est souvent plus facile à conceptualiser pour les gens et évite également les problèmes désagréables que certains logiciels ont rencontrés avec la corruption. C'est le scénario de "la plupart des cas".

Les exemples donnés dans d'autres commentaires avec plusieurs utilisateurs effectuant des modifications simultanées, etc. sur SDE sont bons pour les grandes organisations, et ils appliquent déjà la géodatabase pour une bonne raison, donc il n'y a pas besoin pour OP de poser la question s'il/elle était déjà dans cette situation.


Utilisation de fichiers SIG

MicroStation 's Fichier > Ouvrir > Parcourir , Fichier > Importer > Types de fichiers courants > Fichier de formes (*.shp) et Attacher une référence permettent la lecture de données graphiques et les informations de base de données non graphiques associées d'une variété de formats de fichiers SIG .

    Les fichiers de formes (*.shp) nécessitent au moins trois fichiers dans le même répertoire, avec le même nom et avec les extensions suivantes : .SHP (format de forme décrivant la géométrie de l'entité telle que les points, les polylignes et les polygones), .SHX formater un index de position de la géométrie de l'entité pour permettre une recherche rapide en avant et en arrière) et .DBF (attributs en colonnes de format d'attribut pour chaque forme, au format dBase III).

En plus des trois fichiers obligatoires répertoriés ci-dessus, vous pouvez inclure les fichiers facultatifs suivants.

Extension de fichier La description
.prj Le format du projet contient le système de coordonnées et les informations de projection, un fichier texte simple décrivant la projection à l'aide d'un format de texte bien connu.
.sbn et .sbx Un index spatial des caractéristiques.
.fbn et .fbx Un index spatial des entités pour les fichiers de formes qui sont en lecture seule.
.ain et .aih Un index attributaire des champs actifs dans une table ou une table attributaire de thème.
.ixs Un index de géocodage pour les fichiers de formes en lecture-écriture.
.mxs Un index de géocodage pour les fichiers de formes en lecture-écriture (format ODB).
.atx Un index d'attributs pour le fichier .dbf sous la forme shapefile.columnname.atx (ArcGIS 8 et versions ultérieures).
.shp.xml Métadonnées au format XML.
.cpg Permet de spécifier la page de code (uniquement pour .dbf) pour identifier l'encodage de caractères qui sera utilisé.

Si l'un des formats de fichier SIG ci-dessus est associé à un système de coordonnées géographiques, la boîte de dialogue Propriétés de l'attachement des références affichera Géographique-Transformée AEC et Géographique-Reprojetée avec Coïncident et Coïncident-Monde.

Vous pouvez affecter un modèle à une pièce jointe de référence SHP. Le paramètre Gabarit d'élément est disponible dans la zone de liste de la boîte de dialogue Références. Les paramètres du modèle pour la couleur, l'épaisseur, le style et le niveau sont appliqués au fichier de référence.De plus, si une cellule est définie dans le modèle, elle remplace les éléments ponctuels dans les fichiers SHP.


Cause

Le type de champ ne correspond pas aux données du fichier CSV, ce qui entraîne des erreurs ou des limitations sur les fonctionnalités basées sur le type de champ.

Contrairement aux géodatabases fichier ou aux fichiers de formes avec des types de champs définis pour chaque champ attributaire qui sont utilisés pour créer la couche Web, les fichiers CSV ne contiennent pas de types de champs pour stocker les formats de données géographiques. Au lieu de cela, les premières lignes de données d'un fichier CSV sont évaluées pour déterminer quel type de champ est affecté au fichier CSV lorsqu'elles sont téléchargées pour créer la couche d'entités hébergée.

Cela peut entraîner une non-correspondance du type de champ attribué avec les données s'il existe des valeurs incohérentes. Par exemple, les données de chaîne (texte) ne peuvent pas entrer dans un champ entier.

Certaines manières qui pourraient provoquer une incompatibilité entre le champ attribué et les données.

  • Les noms de champ comportent des caractères spéciaux, des mots réservés ou des virgules.
  • Il y a des cellules fusionnées dans le fichier CSV.
  • Un champ de date ou d'entier a des valeurs de chaîne.
  • Les données utilisent des formats de date mixtes, tels que ཕ/1/2000' et Ƈ/25/2000' qui ne sont pas valides pour les champs de date qui empêchent la fonctionnalité basée sur la date.
  • Les données contiennent des caractères non anglais, par exemple des caractères spécifiques aux alphabets français, russe, grec, japonais ou arabe et codés en ASCII. Si un fichier codé en ASCII contenant des caractères non anglais est importé, il peut afficher des valeurs d'attribut utilisant des caractères inattendus.
  • Les champs de localisation ont une référence spatiale incohérente.
  • Les champs entiers sont utilisés pour les valeurs décimales.

Comment traiter le fichier texte encodé UTF-16LE à l'aide de Java ? ou le convertir en ASCII ?

Je suis désolé si cela a déjà été demandé. J'essaie de traiter un fichier texte en utilisant Java. Le fichier texte est exporté depuis MS SQLServer. Lorsque je l'ouvre dans PSPad (sorte d'éditeur de texte dans lequel je peux visualiser n'importe quel fichier au format hexadécimal), il m'indique que mon fichier texte est en UTF-16LE . Comme je le reçois de quelqu'un d'autre, c'est tout à fait possible.

Maintenant, mon programme Java n'est pas capable de gérer ce format. Je voulais donc savoir s'il y avait un moyen de convertir mon fichier texte au format ASCII ou d'effectuer un prétraitement ou autre? JE PEUX modifier le fichier.

Toute aide est grandement appréciée.

J'ai écrit ce programme, mais il ne fonctionne pas comme prévu. Si je vois le fichier de sortie dans PSPad, je peux voir chaque caractère comme un caractère à 2 octets, par ex. « 2 » est 3200 au lieu de seulement 32 « M » est 4D00 au lieu de simplement 4D, etc. Cependant, l’encodage du fichier de sortie est UTF-8. Je suis un peu confus ici. Quelqu'un peut-il me dire ce que je fais mal?

fichier d'entrée dans PSPad (une visionneuse hexadécimale gratuite)

fichier de sortie dans PSPad

voilà ce que je m'attendais à voir :


Prise en charge de l'encodage de caractères dans les géodatabases et les fichiers de formes - Systèmes d'information géographique

Modèles de données sont un concept crucial à comprendre pour les utilisateurs de SIG. Les modèles de données décrivent comment les données géographiques seront représentées et stockées. Le choix du modèle de données apportera des avantages en termes de simplification des aspects du monde réel, mais entraînera également des coûts en termes de simplification excessive ou de représentation erronée d'autres caractéristiques.
Une carte est un exemple de modèle de données analogique( 1) que le cartographe a abstrait du monde réel avec un ensemble de conventions qu'elle peut utiliser pour représenter des aspects importants du paysage. Dans un ordinateur, toutes les informations doivent être stockées numériquement : c'est-à-dire qu'elles doivent finalement être réduites à des nombres (1010000110. ). Par conséquent, les abstractions d'un modèle du monde réel doivent être formalisées dans un modèle de données. Le modèle de données défini montre que l'ordinateur peut stocker les informations géographiques (géométrie et attributs) dans une base de données ou dans un autre format. Bernhardsen (1999) schématise le processus selon ces lignes :


Figure 1 : Le processus de modélisation. Le monde réel est décrit par le modèle de données. La "base de données" fait partie de la structure de données résultante (comment le modèle de données est implémenté dans un ordinateur numérique). (d'après Bernhardsen 1999, p.39. Bernhardsen, Tor. Geographic Information Systems : An Introduction. New York : John Wiley & Sons, Inc., 1999, pp. 37-99. Graphique de www.gis.com)

Pour que les données géographiques soient représentées numériquement, un modèle de données géographiques doit être choisi. La plus grande partie de la confusion au sujet des modèles de données provient de la diversité des modèles de données géographiques. Contrairement aux classifications des choses dans les sciences naturelles ou la géométrie, les modèles de données ne sont pas nécessairement définis par des règles strictes dérivées de l'observation ou des modèles de données logiques sont plutôt créés par les programmeurs et les utilisateurs de SIG dans le but de représenter certaines caractéristiques spécifiques du réel. monde. Les définitions et les capacités des modèles de données varieront donc en fonction de l'aspect de la réalité que les concepteurs et les utilisateurs de logiciels SIG tentent de modéliser. En outre, les modèles de données (et les structures de données résultantes qui sont réellement mises en œuvre dans les logiciels SIG) peuvent évoluer dans le temps sous l'influence de la technologie (par exemple, l'augmentation de l'espace de stockage et de la puissance de traitement, ou la mise en réseau, ou la compatibilité logicielle) ou même l'histoire (par exemple, ESRI a commencé avec le modèle géorelationnel en 1980, c'est donc probablement son modèle de données le mieux pris en charge et le plus utilisé). Enfin, les influences du marché et les intérêts des entreprises SIG et des consommateurs doivent être pris en compte.
Le résultat de tout cela est que chaque progiciel SIG sera capable de prendre en charge un certain nombre de modèles de données. Les capacités des modèles de données peuvent changer avec les nouvelles versions du logiciel et des problèmes de compatibilité peuvent survenir. Certaines fonctions seront accessibles avec des données sous la forme d'un modèle de données mais pas d'un autre.



Le Centre national d'information et d'analyse géographiques (NCGIA) a toujours son programme de base en SIG en ligne. Les entrées suivantes sont pertinentes pour notre discussion sur les structures de données et les modèles de données :
Fondamentaux du stockage de données
Organisation de l'information et structure des données
et modèles de bases de données non spatiales.
Modèles de données et structures de données
Un modèle de données est un modèle conceptuel du monde réel. La représentation de ce modèle Dans l'ordinateur est le Structure de données . Un modèle de données vectorielles donné peut être implémenté dans un ordinateur de plusieurs manières. Dans la pratique, cependant, le concepteur du logiciel a généralement effectué à la fois la modélisation et la structuration des données, de sorte que lorsqu'on se réfère à une « couverture », à la fois le modèle de données et la structure des données sont prédéfinis. Cependant, ce n'est pas nécessairement le cas avec les modèles de données personnalisés conçus par l'utilisateur.
La structure de données correspond donc à la quatrième case, intitulée « BASE DE DONNÉES », dans la Figure 1 : Le processus de modélisation .

La confusion entourant tout cela peut être réduite si l'on considère les modèles de données comme s'inscrivant dans une hiérarchie générale (ceux-ci seront tous discutés en détail dans le cours).

Figure 2 : Hiérarchie des modèles de données et des structures de données d'ESRI. . Attention, car la documentation d'ESRI utilise souvent les mêmes noms pour le modèle de données et la structure de données, ce qui peut prêter à confusion (par exemple, le modèle de données de géodatabase et la structure de données de géodatabase d'ESRI. ESRI a également développé un modèle de données « géorelationnel » qu'ils appellent parfois la « couverture " modèle de données également. Et la structure de données résultante est également la "couverture", c'est-à-dire la couverture ArcInfo). Le TIN est une structure de données issue du modèle de données de triangulation de Delauney.

Une dernière complication est que les structures de données de géodatabase (basées sur le modèle de données de géodatabase orienté objet d'ESRI) peuvent contenir des rasters et des TIN, ainsi que des ensembles de données vectorielles.

Modèles de données, structures de données et classes d'entités dans ArcGIS 9.

Dans ArcCatalog, la géométrie et la structure de données de chaque entité sont identifiées par une petite image ou icône. Cela fonctionne un peu comme l'Explorateur Windows, sauf que seuls les formats de fichiers reconnus par ArcCatalog en tant que données géographiques seront affichés.

Votre vie sera beaucoup plus facile si, dans le cadre de l'apprentissage des structures de données, des entités et d'autres fichiers, vous apprenez les icônes d'ArcCatalog pour eux. Il y en a beaucoup et ils peuvent être déroutants au départ, alors voici le tableau pratique du laboratoire n°1 auquel vous pouvez vous référer. Vous trouverez ci-dessous un affichage d'ArcCatalog montrant comment les icônes sont identifiées par type.



Aussi, vous pouvez également toujours cliquer sur l'onglet 'Contenu' tout en mettant en surbrillance le dossier au-dessus du fichier en question., comme ça:

Les dossiers et fichiers qui composent les fichiers de formes, les couvertures, les classes d'entités de géodatabase, les rasters et les TIN appartiennent à une hiérarchie organisationnelle dans ArcCatalog (Remarque : il s'agit d'un complètement différent plus important que la hiérarchie conceptuelle discutée ci-dessus dans la Figure 2). La figure 3 ci-dessous montre la hiérarchie des dossiers, des modèles de données, des jeux de données et des classes d'entités tels qu'ils sont affichés dans ArcCatalog. Les classes d'entités sont le niveau le plus bas auquel l'utilisateur accède.

  • Pour fichiers de formes, le fichier de formes est la classe d'entités. Chaque caractéristique (beigneries, rues, etc.) sera contenue dans son propre fichier de formes. Les informations géométriques (ArcCatalog "cache" ces fichiers binaires, mais dans l'explorateur Windows, ce sont des fichiers séparés - N'UTILISEZ PAS WINDOWS POUR GÉRER VOS DONNÉES) seront affichées dans "Aperçu géographique" et les informations d'attribut (stockées dans les tables dBASE IV) seront s'afficher dans l'"Aperçu du tableau". Ce lien entre les fichiers géométriques et les tables d'attributs distincts est commun aux fichiers de formes et aux couvertures et constitue le principal principe conceptuel de l'ESRI. modèle de données géorelationnel.
  • Pour couvertures, chaque classe d'entités ne fait pas correspondent à une caractéristique de la carte. Les classes d'entités de couverture sont des catégories standard telles qu'arc, étiquette, polygone, tic, etc. Les classes d'entités se trouvent dans un dossier. Ce dossier est la couverture. Chaque élément de la carte (occupation du sol, voies ferrées, etc.) correspondra à l'un de ces dossiers de couverture. Dans le dossier, les classes d'entités stockent les informations géométriques (les coordonnées sont stockées dans des fichiers ARC binaires masqués affichés dans l'"Aperçu géographique") qui sont liées aux tables attributaires (tables INFO affichées dans l'"Aperçu de la table"). Comme les fichiers de formes, les couvertures sont des structures de données résultant d'un modèle de données géorelationnel.
  • Pour géodatabases, comme les fichiers de formes, chaque classe d'entités correspond à une entité cartographique telle que des routes, des comtés, etc. Les classes d'entités sont généralement regroupées dans un ensemble de données d'entités, un dossier qui peut contenir des données sur une région ou un sujet (par exemple, « conteneur USA » contient des informations sur les États-Unis). Contrairement aux fichiers de formes et aux couvertures, les géodatabases utilisent un modèle de données de géodatabase qui stocke chaque entité sous forme de ligne dans une table de base de données relationnelle (cet enregistrement serait lié à d'autres tables contenant des informations géométriques, des relations topologiques, des informations sur les attributs, etc.). Un certain nombre de jeux de données d'entités peuvent être stockés dans une géodatabase.
  • En regardant à nouveau la figure 3, vous remarquerez que la géodatabase, les couvertures et les fichiers de formes sont tous contenus dans le dossier « Some-Data ». Le petit symbole bleu sur le dossier indique qu'il contient des données géographiques reconnaissables au premier niveau sous « Certaines données ». Dans le contexte des couvertures, ce dossier serait souvent appelé un espace de travail de couverture.
  • Note supplémentaire: Notez que nous n'avons pas nommé le dossier "Some-Data" comme "Some Data" - avec un espace réel - même si cela est autorisé par Windows. ArcToolbox doit lire les noms de chemin de répertoire dans une ligne de commande pour exécuter certaines commandes, et s'il y a un espace réel dans le nom de fichier, le chemin sera divisé et interprété comme deux mots séparés. Vous obtiendrez une erreur telle que"Les espaces ne sont pas autorisés dans le nom du chemin"ou alors"trop ​​de commandes"ou quelque chose comme ça. Ainsi, à des fins d'ArcGIS, nommez vos répertoires et fichiers à l'aide de tirets ("-") ou de traits de soulignement ("_") au lieu d'utiliser des espaces. Essayez également de garder tous les noms sous 13 caractères. Tu étais prévenu!

mystère -- Dossier contenant 8 couches de données de plusieurs entités dans différents modèles de données. Vous découvrirez ce que c'est dans le laboratoire.


routes -- couverture des routes du comté de multnomah
mult_dem -- modèle numérique d'élévation du comté de Multnomah
mult_tin -- TIN dérivé de mult_dem
mult_cont -- Fichier de formes de contour dérivé de mult_dem
ou_comtés -- comtés de l'Oregon, de l'Oregon Geospatial Data Clearinghouse

Téléchargez les données ici (36 Mo) dans votre dossier de travail local.

2.4.1 Comprendre les modèles de données : tableaux


Question 1:
Pendant que vous travaillez dans le laboratoire, remplissez Tableaux A et B dans le document Word que vous allez remettre, sur la base des informations de l'introduction du laboratoire, des exercices, du texte du cours et du cours magistral. Si le temps est compté, vous voudrez peut-être laisser certains des tableaux à remplir en dehors de la classe.

  • Allez dans la barre de menus -->Aide --> Aide ArcGIS :
  • Lorsque vous recherchez quelque chose dans l'aide d'ArcGIS, assurez-vous de rechercher à la fois dans l'onglet Index et dans l'onglet Rechercher. Essayer la recherche avec différents termes (par exemple, modèles de données, couverture ou géodatabase) augmente les chances de trouver quelque chose d'utile.
  • Aussi, pour plus d'informations, vous pouvez consulter le Obtenir plus d'aide, surtout Utilisation de ce système d'aide et Arc en ligne :

2. 4. 2 modèles mystères

Examinez les couches dans le dossier « mystère » à l'aide d'ArcCatalog ou d'ArcMap.

Une fois que vous avez identifié les couches et les modèles de données conceptuels sur lesquels elles sont basées, convertir mystère5 dans la même structure de données que mystère7. Vous devrez trouver comment le faire vous-même, mais voici quelques conseils importants :

  • Vous devrez utiliser ArcToolbox pour accomplir cette tâche. Rappelez-vous que vous pouvez ouvrir ArcToolbox à partir du menu Démarrer ou en en cliquant sur le Bouton ArcToolbox ( )dans ArcCatalog.
  • Nous effectuons une conversion, alors accédez au menu de la boîte à outils qui contiendrait les outils appropriés.
    • Trouvez le sous-menu approprié pour convertir les données dans mystère5modèle de données.
    • Trouvez l'outil qui vous permettra de convertir en mystère7 la structure de données de.

    Donnez à la sortie un nom dont vous vous souviendrez et exécutez la conversion. Prenez votre couche résultante et affichez-la dans ArcMap, avec mystère5.


    Répondre à la question 3 :
    À quel point sont-ils similaires mystère5 et votre couche convertie ? Décrivez brièvement les principales différences entre les deux. Quelle en est la cause ? Selon vous, quelles sont les données sources à partir desquelles mystère5 a été dérivée?

    Allez dans le répertoire des données lab2_data.

    Maintenant, ajoutez mult_cont, mult_dem, et mult_tin dans ArcMap. Afficher juste mult_cont et mult_tin, et superposition mult_cont au dessus de mult_tin. Pour rendre l'affichage intelligible, vous devrez modifier les propriétés des deux couches.

    • Allez au Afficher languette.
    • Modifiez la transparence de mult_tin afin que le raster DEM puisse être vu en dessous, et appuyez sur D'ACCORD.
    • Assurez-vous que le mult_tin la couche s'affiche au-dessus du raster DEM.


    Si vous souhaitez mieux utiliser les propriétés, les principales méthodes sont la création de couches dans ArcCatalog et ArcMap Gestionnaire de styles, trouvé dans la barre de menu sous Outils-->Styles-->Gestionnaire de styles. Vous répéterez ces étapes pour modifier les propriétés d'une couche des centaines de fois au cours du trimestre. Vous trouverez probablement les fonctions Propriétés très utiles mais peut-être pas aussi conviviales qu'elles pourraient l'être et quelque peu fastidieuses et frustrantes à utiliser pour des tâches compliquées. Nous discuterons des moyens de rendre cela plus facile plus tard dans le trimestre en utilisant ArcMap Gestionnaire de styles.


    Répondre à la question 4 :
    Laquelle des trois couches (mult_dem, mult_tin, mult_cont) pensez-vous que c'était la couche de données d'origine ? Quelle est la « deuxième génération » et laquelle est la « troisième génération » ? Pourquoi penses-tu cela?

    2. 4. 3 Structures de données et ArcToolbox

    Les couvertures sont les structures de données vectorielles utilisées depuis longtemps dans l'ancienne version de poste de travail Unix d'ARC/INFO. Par conséquent, de nombreux outils ArcToolbox utilisent simplement un assistant pour créer une ligne de commande qui exécute un processus ARC en arrière-plan. Par conséquent, de nombreux outils ne prennent en charge que les couvertures, bien que certains des outils les plus récents soient conçus pour les géodatabases ou les fichiers de formes. Pour vous familiariser avec la Boîte à outils et les formats d'entrée requis, recherchez chaque outil répertorié ci-dessous et déterminez le type de fichier(s) d'entrée qu'il prend en charge (par exemple, couverture, classe d'entités de géodatabase, grille, TIN, etc.).

    • Encore une fois, rappelez-vous que vous pouvez ouvrir ArcToolbox à partir du menu Démarrer ou en en cliquant sur le bouton ArcToolbox ( )dans ArcCatalog.
    • Si vous ne trouvez pas un outil particulier dans ArcToolbox, essayez le Onglet de recherche--> Localiser et recherchez par nom ou par description.
    • Chaque fois que vous cliquez sur un nom d'outil, une brève description s'affiche en bas de la fenêtre Boîte à outils.
      • Pour plus d'informations sur un outil, ouvrez-le et cliquez sur Aider.

      2. 4. 4 AAT et PAT

      Comme indiqué ci-dessus, les couvertures ont été la structure de données standard pour le modèle de données vectorielles générique pour les versions précédentes d'Arc/INFO. Avec la sortie d'ArcGIS 9.x, Arc et INFO ont apparemment été intégrés (avec INFO essentiellement remplacé par des tables MS Access), et la nouvelle structure de données de la géodatabase a été promue. Cependant, les couvertures sont encore très couramment utilisées, et il nous appartient donc de comprendre leur structure.

      Rappelons que les couvertures sont basées sur le modèle de données géorelationnelles. La partie INFO d'Arc/INFO était un gestionnaire de bases de données relationnelles. Un fichier INFO est une table qui stocke les informations associées aux caractéristiques géographiques d'un ensemble de données référencées spatialement. Cela donne à un SIG la possibilité de manipuler des informations à la fois spatialement et via des fonctions de base de données tabulaires standard. Un exemple de modèle relationnel est lorsque deux tables partagent une colonne commune. Dans un modèle géorelationnel les enregistrements individuels dans deux ou plusieurs tables sont liés par leur emplacement dans l'espace. La couverture polygonale ci-dessous est un exemple simple de ce concept. La colonne commune est souvent appelée colonne KEY et est utilisée pour relier ou joindre des tables.

      Explorons les tables attributaires de routes. Accédez à ArcCatalog et Aperçu les données.

      • Sous la carte d'aperçu, localisez le Aperçu boîte: .
      • Modifier l'option d'aperçu de La géographie à Tableau .
      • Vous regardez maintenant la table attributaire d'arc (AAT).

      Pour un aperçu des polygones et des tables d'attributs de polygones (PAT), ouvrez multi_comté. Découvrez les tableaux de la tic, étiquette, arc, et polygone classes d'entités de couverture.

      • Pour trier un tableau (par exemple, polygone), par exemple par nom, cliquer sur l'en-tête de colonne que vous souhaitez trier.
      • Cela devrait mettre en évidence la colonne que vous souhaitez trier.
      • Puis, clic-droit et sélectionnez Trier par ordre croissant.

      2. 4. 5 Relations dans le SIG

      Jusqu'à présent, nous nous sommes concentrés sur la modélisation numérique des entités géographiques et des attributs de ces entités. Cependant, de plus en plus d'utilisateurs de SIG cherchent de plus en plus à modéliser des relations entre les fonctionnalités également. Ces relations peuvent avoir un comportement et suivre des règles. L'un des principaux avantages du nouveau modèle de géodatabase est qu'il donne à l'utilisateur/concepteur la possibilité de créer des relations structurées entre les entités.

      Pour comprendre cela, considérons l'exemple classique d'un poteau électrique et d'un transformateur. Peut-être que vous voulez décrire l'emplacement du transformateur sur le poteau - par exemple, la hauteur en pieds et le côté du poteau sur lequel se trouve le transformateur (nord, ouest, etc.). Le concepteur de la géodatabase peut restreindre les entrées possibles dans le champ « emplacement » du transformateur à Nord, Sud, Est et Ouest. Ensuite, une personne effectuant la saisie de données sélectionnerait simplement la direction appropriée parmi les options disponibles. De même, le concepteur pourrait restreindre le champ de "hauteur" entre 10 et 20 pieds.

      Le concepteur pourrait également limiter le nombre de relations qu'un pôle particulier peut avoir avec les transformateurs. Dans le monde réel, plusieurs transformateurs peuvent résider sur un poteau. Cependant, un nombre illimité de transformateurs ne conviendra pas - nous pourrions imaginer que quatre transformateurs est le maximum. Le concepteur de la géodatabase peut limiter le nombre de relations entre le pôle et les transformateurs entre 0 et 4. Une fois que quatre transformateurs ont été affectés à ce pôle, un transformateur doit être supprimé avant qu'un autre puisse être ajouté. .

      La relation entre les pôles et les transformateurs est directionnel ainsi que. Dans une relation directionnelle, changer A changera B, mais changer B ne changera pas A. Si vous déplacez un poteau (dans la vraie vie et dans le SIG), vous voulez que les transformateurs sur le poteau bougent également. Mais vous ne voulez pas pouvoir déplacer un transformateur par lui-même, car il doit toujours être sur un poteau. Si vous supprimez un poteau de la couche de données (par exemple, parce qu'il a été incendié dans un incendie de forêt), vous souhaiterez également que les enregistrements des transformateurs de ce poteau soient supprimés. Mais si vous supprimez un transformateur, le pôle ne devrait pas être affecté.


      Aperçu

      Un fichier de formes est un format de stockage vectoriel numérique pour stocker l'emplacement géométrique et les informations d'attribut associées. Ce format n'a pas la capacité de stocker des informations topologiques. Le format shapefile a été introduit avec ArcView GIS version 2 au début des années 1990. Il est désormais possible de lire et d'écrire des fichiers de formes en utilisant une variété de programmes gratuits et non libres.

      Les fichiers de formes sont simples car ils stockent des types de données géométriques primitifs de points, de lignes et de polygones. Ces primitives sont d'un usage limité sans aucun attribut pour spécifier ce qu'elles représentent. Par conséquent, une table d'enregistrements stockera les propriétés/attributs de chaque forme primitive dans le fichier de formes. Les formes (points/lignes/polygones) ainsi que les attributs de données peuvent créer une infinité de représentations sur les données géographiques. La représentation offre la possibilité d'effectuer des calculs puissants et précis.

      Alors que le terme "shapefile" est assez courant, un "shapefile" est en fait un ensemble de plusieurs fichiers. Trois fichiers individuels sont normalement obligatoires pour stocker les données de base qui composent un fichier de formes. Il existe huit autres fichiers facultatifs qui stockent principalement des données d'index pour améliorer les performances. Chaque fichier individuel doit être conforme à la convention de nommage de fichier MS DOS 8.3 (préfixe de nom de fichier à 8 caractères, point final, suffixe de nom de fichier à 3 caractères tel que shapefil.shp) afin d'être compatible avec les anciennes applications qui gèrent les fichiers de formes. Pour cette même raison, tous les fichiers doivent être situés dans le même dossier.

      Les fichiers de formes traitent les coordonnées en termes de X et Y, bien qu'ils stockent souvent respectivement la longitude et la latitude. Lorsque vous travaillez avec les termes X et Y, veillez à respecter l'ordre des termes (la longitude est stockée en X, la latitude en Y).


      Parce que cela n'a pas généré d'erreur, cela ne veut pas dire que cela travaillé. Aucun d'eux travailler, mais un seul d'entre eux est si absurde qu'il fait exploser chr().

      • 100000 ( 186A0 ) correspondent au plan multilingue supplémentaire, mais il n'y a rien (pour l'instant).
      • 55296 ( U+D800 ) correspond au plan multilingue de base, mais rien n'y est (encore).
      • 1199111 ( U+124C07 ) n'est même pas valide, il correspond à un plan si haut qu'Unicode ne le prend même pas en charge.

      Unicode ne prend en charge que 1 111 998 : 17 plans × 65 536 caractères par plan - 2048 substituts - 66 non-caractères. Voir cette réponse pour plus d'informations. 1,11 million de points de code, c'est bien moins que 1,19 million de points de code.


      Prise en charge de l'encodage de caractères dans les géodatabases et les fichiers de formes - Systèmes d'information géographique

      Caractérisation limnologique Hg/MeHg, Réservoir Lahontan, 2012, USGS Limite de l'unité opérationnelle 2, CRMS, 2017, EPA Programme de contrôle des injections souterraines (UIC) de la région 6 Limites de la liste des priorités nationales (NPL) de la région 6 de l'EPA au 11/8/2019 Étude sur la méthode d'échantillonnage incrémentiel XRF, Six Mile Canyon, 2019, EPA Îles, U.S. EPA Region 9, 2017, NAVTEQ Résultats de l'étude de spéciation du mercure sur les sols et les sédiments, CRMS, 2017, EPA Points de site de suppression de Superfund, région 9, 2019, région 9 de l'EPA des États-Unis Étude d'échantillonnage incrémentiel, CRMS, 2019, ICF et EPA Échantillons de sol de mercure total souterrain, CRMS, 1993, EPA et E&E Échantillons de macroinvertébrés benthiques pour le mercure, CRMS, 1994, EPA et E&E Échantillons de lézard pour Mercury, CRMS, 1994, EPA et E&E Échantillons d'écrevisses pour le mercure, CRMS, 1994, EPA et E&E Étude sur l'érosion des berges, échantillons de sol de mercure total, CRMS 1993, EPA et E&E Échantillons de sol de l'étude sur l'érosion des berges, CRMS, 2008, EPA Échantillons de sol et de sédiments de mercure, Lahontan, 1993, USBR Zone d'étude du lac Washoe, CRMS, 2020, EPA et NDEP Échantillons de mercure total de légumes/fruits/sol, Dayton, 1993, EPA et E&E R6 FIFRA e-Avis d'arrivée Dépôt de documents DECA Écrans de surveillance de la conformité ICIS FE&C Limites du chapitre de la Nation Navajo, Nation Navajo, Bureau des affaires indiennes R2 HOOVERS 2018, EPA Région 2, IRMB IMS R2GIS, 2018 Polygones de la région de l'EPA (détaillés), États-Unis et territoires, 2018, région de l'EPA des États-Unis 9 Points de site de la liste des priorités nationales (NPL), Région 9, 2019, Région 9 de l'U.S. EPA Échantillons d'eau de surface, région de la rivière Carson, 2016, USGS et NWIS Échantillons de spéciation du mercure dans les sols de surface, CRMS, 1993, EPA et EMSL Échantillons de carottes de sédiments, CRMS, 2015, EPA et NDEP Échantillons de MeHg d'eau de surface, CRMS, 2015, EPA Échantillons de spéciation du mercure dans les sols de surface, CRMS, 1993, EPA et ORNL Échantillons de tissus de poisson, CRMS, 2012, EPA, USFWS et USGS Métaux traces, réservoir Lahontan, 1993, EPA et DRI Échantillons de sol et de carottes de puits, bassin de la rivière Carson, 1991, USGS Air District Polygons, Arizona, 2004-2007, U.S. EPA Region 9 Limites de la zone administrative 2 (limites de l'État), Région 9, 2010, NAVTEQ Limites de la zone administrative 4 (limites de la ville), Région 9, 2010, NAVTEQ Visionneuse des eaux urbaines d'Albuquerque/Middle Rio Grande Points d'intérêt pour la suppression de l'estuaire d'Oakland, Oakland CA, 2007, NOAA EPA Région 6 TEAP Géodatabase EPA Région 6 REAP Rareté Geodatabase Géodatabase composite REAP de la région 6 de l'EPA EPA Region 6 REAP Diversity Geodatabase Points d'agriculture, US EPA Region 9, 2008, Dun and Bradstreet EPA Region 6 REAP Sustainability Geodatabase Écorégions de niveau III de la région APE 6 Écorégions de niveau IV de la région APE 6 EPA Region 2 Draft NPL Site Contamination Area Boundaries en date de février 2007 Couche SIG [EPA.R2_NPL_CONTAMBND] Postes frontaliers, frontière américano-mexicaine, 2010, NAVTEQ Emplacements des sites de la liste des priorités nationales (NPL) du Superfund de la région 6 de l'EPA au 11/08/2019 EPA Région 2 NPDES Couche SIG d'exutoires combinés (CSO) EPA RE-Powering Mapper Région 6 Polygones de municipalité, Mexique, 2016, Esri Tuyaux de décharge de la région 2 de l'EPA pour les installations avec des permis NPDES de la couche SIG de conformité des permis Limites régionales de l'EPA (EPA.EPA_REGIONS) Couche SIG EPA Région 2 NPDES Évacuations des eaux pluviales séparées municipales (MS4) Couche SIG Morphométrie des lacs pour les lacs NHD dans la région du Tennessee 6 HUC Données sur les limites du bassin versant à 12 chiffres 1:24 000 pour la région 2 de l'EPA et les États environnants (NAT_HYDROLOGY.HUC12_NRCS_REG2) Bassins versants des réservoirs de NYC (HUC 12) Polygones des limites du bassin hydrographique HUC-2, États-Unis et territoires, 2016, WBD Oahu Sewer Main Lines, comté d'Oahu HI, 2016, Honolulu GIS Points d'égout des égouts d'Oahu, comté d'Oahu HI, 2016, Honolulu GIS Failles géologiques dans l'État de New York, 1:1 000 000 (NYS.FAULTS_1M) [NYS.FAULTS_1M] Terres fédérales et publiques, Arizona, 1988, Département des terres de l'État de l'Arizona Inventaire national des zones humides pour la région 2 de l'EPA Plis géologiques dans le New Jersey - NJDEP [NJ.FOLDS_100K)] Limites administratives préliminaires du plateau continental extérieur fédéral (SCO) [NAT_HYDROLOGY.OCS_BOUNDARIES] Géologie du substratum rocheux du New Jersey - NJDEP (Échelle 1:100 000) [NJ.BEDROCK_100K] Données sur les limites du bassin versant à 12 chiffres 1:24 000 pour Porto Rico et l'USVI (HUC12_NRCS_PRVI) Parcs et espaces ouverts pour la ville de New York [NYCBASEMAP.OpenSpace] Zones d'eau (polygones) pour la ville de New York [NYCBASEMAP.Hydrography] Lignes médianes des rues, y compris les routes piétonnes à New York [NYCBASEMAP.Street_Centerline] Limites de comté coupées au rivage de Teleatlas, NA pour les régions 1, 2 et 3 dans la base de données Oracle/Spatial/SDE de la région 2 de l'EPA [TANA.COUNTY] Lignes de transport ferroviaire à New York [NYCBASEMAP.Railroad] Réseau de surveillance des lacs ambiants pour le New Jersey (NJDEP) [NJ.LAKE_MONITORS] Zones de nature sauvage de classe 1, Terres tribales de la région 9, 2010, US EPA, région 9 Quadrangles à l'échelle 1:6000 (6K) développés par l'USEPA pour soutenir la reconnaissance et la planification tactique et stratégique des interventions d'urgence et des événements de sécurité intérieure (extrait de la région 6) EPA Region 2 et US Coast Guard Jurisdictional Boundaries for Emergency Response for New York and New Jersey [ER.COTPZONE_2007] Emplacements des bureaux de la région 2 de l'USEPA [EPA.EPAR2OFFICES] Aquifères à source unique, Région 9, 2008, US EPA Région 9 Limite d'unité hydrologique à 11 chiffres, État de New York (HUC11_CUGIR_NY) Limite de la région 2 de l'EPA (généralisée) [EPA.R2_BOUNDARY] Polygones des limites du bassin hydrographique HUC-6, États-Unis et territoires, 2016, WBD Polygones des limites du bassin hydrographique HUC-4, États-Unis et territoires, 2016, WBD Polygones des limites du bassin hydrographique HUC-8, États-Unis et territoires, 2016, WBD Historique de l'inventaire national des terres humides (NAT_HYDROLOGY.NWI_HISTORICAL) Ensemble de données SIG des zones de restauration écologique terrestre candidates pour les États-Unis Écorégions de niveau III de l'EPA R2 & NE : Résumé de l'emploi de l'ACS au niveau du secteur 2006-2010 R2 & NE : Résumé de l'emploi ACS au niveau de l'État 2006-2010 R2 & NE : Résumé de l'emploi ACS au niveau du comté 2006-2010 NYAPA Adirondack Park - Zones humides réglementées [NY] (NYS.WETLANDS_REG_ADIRONDACK) R2 & NE : Résumé de l'emploi de l'ACS au niveau du groupe de blocs 2006-2010 R2 & NE : Résumé de la population ACS au niveau de l'État 2006-2010 Latitudes et longitudes nommées dans le monde points de tête de marée (chaud) pour les cours d'eau du New Jersey (NJDEP) [NJ.HEAD_OF_TIDE] Zones de navettage rural-urbain (RUCA), 2000, USDA R2 & NE : Niveau d'État 2006-2010 ACS Langues parlées Résumé R2 & NE : Résumé de la formation ACS au niveau de l'État 2006-2010 Programme municipal de réglementation des eaux pluviales pour les municipalités de niveau A et B du New Jersey (NJDEP) [NJ.MUNICIPAL_STORMWATER] NJDEP Zones humides d'eau douce [NJ.FRESHWATER_WETLANDS] R2 & NE : Niveau de la zone 2006-2010 Résumé de la population de l'ACS R2 & NE : Résumé de la population ACS au niveau du groupe de blocs 2006-2010 Aquifères alluviaux et glaciaires des États-Unis, 1:2 500 000 [NAT_HYDROLOGY.ALLUVIAL_AQUIFERS] R2 & NE : polygones de pays NAVTEQ 2011 Q3 pour les États-Unis, y compris Porto Rico et les îles Vierges américaines au format SDC R2 & NE : Résumé des langues parlées de l'ACS au niveau de la zone 2006-2010 R2 & NE : Résumé des revenus de l'ACS au niveau de l'État 2006-2010 R2 & NE : Résumé des revenus de l'ACS au niveau du groupe de blocs 2006-2010 R2 & NE : Résumé des revenus de l'ACS au niveau du secteur 2006-2010 R2 & NE : Résumé de la formation ACS au niveau du secteur 2006-2010 R2 & NE : Résumé de la formation ACS au niveau du groupe de blocs 2006-2010 R2 & NE : Résumé du langage ACS du niveau de la région 2006-2010 R2 & NE : Résumé du langage ACS au niveau du groupe de blocs 2006-2010 R2 & NE : polygones limites de ville NAVTEQ 2011 Q3 pour les États-Unis, y compris Porto Rico et les îles Vierges américaines au format SDC R2 & NE : Résumé du langage ACS au niveau de l'État 2006-2010 Stations de qualité de l'eau (existantes) dans le New Jersey [NJ.EXISTING_WATER_QUAL_STATIONS] Zone humide émergente en péril (VIEW) dans le New Jersey - NJDEP [NJ.EMERGENT]

      Les zones humides émergentes représentent des cartes de zones critiques pour les espèces dépendantes qui sont générées en sélectionnant des classes d'utilisation des terres spécifiques à partir de l'ensemble de données LULC du NJDEP. Cet ensemble de données est un produit du Landscape Project, une approche proactive au niveau de l'écosystème de la. R2 & NE State - Récapitulatif des logements et de la population du recensement de 2010 Délimitations des codes d'unité hydrologique à 14 chiffres pour le New Jersey (version 20110225) Secteur R2 et amp NE - Sommaire des logements et de la population du recensement de 2010 R2 & NE Block Group - Sommaire des logements et de la population du recensement de 2010 Classifications NYSDEC de la qualité de l'eau - ruisseaux/rivières [NYS.WTRCLS_LINE] TIGER/Line Shapefile, 2010, 2010 Bloc de recensement basé sur l'état R2 & NE : État de l'état 2006-2010 ACS Résumé du lieu de naissance Polygones des limites du bassin hydrographique HUC-14, États-Unis et territoires, 2016, WBD Flux TMDL, New Jersey, 2003-07, NJDEP R2 & NE : Résumé du lieu de naissance de l'ACS au niveau du secteur 2006-2010 Classification NYSDEC WQ pour les lacs et étangs d'État [NYS.WTRCLS_POLY] Base de données Soil Survey Geographic (SSURGO) - Nom de l'unité cartographique US EPA Région 4 Brownfields Cartes préliminaires des taux d'assurance contre les inondations (PFIRMS) Base de données Soil Survey Geographic (SSURGO) - Cote hydrique Carte de base des lots fiscaux pour la ville de New York [NYCBASEMAP.Pluto_2005B] R2 & NE : Résumé des logements ACS au niveau du groupe de blocs 2006-2010 R2 & NE : Résumé des logements ACS au niveau du secteur 2006-2010 Base de données Soil Survey Geographic (SSURGO) - Classe de drainage R2 et amp NE : Résumé des logements ACS au niveau de l'État 2006-2010 Principaux aquifères des 48 États-Unis contigus, Hawaï, Porto Rico et les îles Vierges américaines, 1:2 500 000 [NAT_HYDROLOGY.AQUIFERS] Compteurs d'élévation pour la ville de New York [NYCBASEMAP.Contours] Aucune zone de rejet dans la région EPA 2 Zones amérindiennes situées dans la région 2 (CENSUS.AM_INDIAN_AREAS_R2) Zones amérindiennes situées dans la région 2 (CENSUS.AM_INDIAN_AREAS_R2) Enquête Humboldt Open Ocean Disposal Site (HOODS), Humboldt Bay CA, 2014, US EPA Region 9 Springs, US EPA Région 9, 2013, SDWIS Hydrographie de recensement pour les îles Vierges américaines Points de repère du recensement pour les îles Vierges américaines Conduites latérales d'égout d'Oahu, comté d'Oahu HI, 2016, Honolulu GIS Réservoirs, US EPA Region 9, 2013, SDWIS EPA Région 1 - Villes de la Nouvelle-Angleterre, avec population Polygones des limites du bassin hydrographique HUC-16, États-Unis et territoires, 2016, WBD Toit de captage, US EPA Region 9, 2013, SDWIS Failles géologiques dans le New Jersey - NJDEP (échelle 1:100K) [NJ.FAULTS_100K] Digues géologiques dans le New Jersey - NJDEP (échelle 1:100K) [NJ.DIKES_100K] Lignes d'unités hydrologiques (HU), États-Unis et territoires, 2016, BM Éco-régions pour le nord-est et les Caraïbes du U.S. Fish and Wildlife Service [NAT_ECOLOGY.ECO_REGIONS] Géologie des surfaces [NY] Échelle 1:250K [NYS.SURFICIAL_250K] Métadonnées géospatiales de l'USEPA Métadonnées géospatiales de l'USEPA Habitat des marais dans le sud du New Jersey - NJDEP [NJ.SOUTH_JERSEY_MARSH] Limites administratives de l'EPA et de la FEMA des États-Unis (régions) [ER.EPA_FEMA_BOUNDS] Géologie du substratum rocheux pour l'État de New York, 1:250 000 [NYS.BEDROCK_250K] AMCO On-Site Air Monitoring Map Service, Oakland CA, Live 2017, US EPA Region 9 EPA Région 1 Aucune zone de rejet Points de surveillance de l'air sur site AMCO, Oakland CA, Live 2017, US EPA Region 9 Informations sur les installations RCRA Points de données d'échantillonnage AMCO Scribe, Oakland CA, 2017, US EPA Region 9 Points de surveillance de l'air de la phase de construction d'AMCO, Oakland CA, 2016, US EPA Region 9 AMCO Scribe Sampling Data Map Service, Oakland CA, 2017, US EPA Region 9 EPA Superfund NPL Limites du site, Région 1 Établissements R2 TRI avec des estimations liées au risque de 1999 à 2011 dans l'ensemble du groupe d'îlots du recensement Points d'usine de traitement des égouts d'Oahu, comté d'Oahu HI, 2016, Honolulu GIS Zones d'alimentation du pygargue à tête blanche dans le New Jersey - NJDEP [NJ.EAGLE]

      Cet ensemble de données est un produit du Landscape Project, une approche proactive au niveau de l'écosystème pour la protection à long terme des espèces en péril et prioritaires et de leurs habitats importants dans le New Jersey. Tous les nids connus de pygargue à tête blanche sont enregistrés à l'aide d'un équipement GPS. Cartes de travail préliminaires EPA Région 1 Zones écologiquement sensibles (Points) Limite juridictionnelle de la Garde côtière de la région 1 de l'EPA - Arcs EPA Région 1 Terres tribales Limite juridictionnelle de la Garde côtière de la région 1 de l'EPA - Polygones EPA Office of Water (OW) : 303(d) Listed Impaired Waters NHDPlus Indexed Dataset Base de données des nettoyeurs à sec - Région 7 California Central Valley Dairies (CAFO), Californie, 2006, CRWQCB CARTE DES TAUX D'ASSURANCE INONDATION NUMÉRIQUE Indice de vulnérabilité sociale, Région 9, 2011, US EPA Région 9 EPA Région 1 Zones écologiquement sensibles Limites du 110e district du Congrès avec les coordonnées du représentant [CENSUS.CONGRESS_DIST110_ENHANCED] Limites du 113e district du Congrès avec les coordonnées du représentant [CENSUS.CONGRESS_DIS113] Limites du 112e district du Congrès avec les coordonnées du représentant Limites du 111e district du Congrès avec les coordonnées du représentant [CENSUS.CONGRESS_DIST111_ENHANCED] NYAPA Adirondack Park - Zones humides CoverType [NYS.WETLANDS_ADIRONDACK] Frontière de Porto Rico et des îles Vierges Secteurs de recensement des îles Vierges américaines Frontière de New York et du New Jersey Régions des mines d'uranium abandonnées (AUM), Nation Navajo, 2016, U.S. EPA Region 9 Système de gestion des informations de laboratoire de la région 7 Limites du National Wildlife Refuge du U.S. Fish and Wildlife Service [NAT_ECOLOGY.WILDLIFE_REFUGE] Sandy Final Surge Limites - 14 février 2012 Liste des sites contaminés connus du NJDEP pour le New Jersey (non propriétaire), édition 201202 Limites de la zone d'étude du Programme national de l'estuaire Stations de surveillance du portail de la qualité de l'eau R2 Évaluation nationale des substances toxiques dans l'air - 1999, EPA Région 2 (EPA.AIR.NATA99_R2) Ozone (1-Hr, O3) Désignations NAAQS, Région 9, 2013, US EPA Région 9 Recensement 2000 Subbarrios dans 23 municipios (équivalents des comtés de recensement) à Porto Rico [CENSUS.SUB_BARRIOS] Services de santé locaux du New Jersey (NJDHSS) Évaluation nationale des substances toxiques dans l'air - 2005, EPA Région 2 (EPA.AIR.NATA99_R2) Évaluation nationale des substances toxiques dans l'air - 2002, EPA Région 2 (EPA.AIR.NATA99_R2) Propriétés détenues et entretenues par le Département des parcs et loisirs de New York [NYCBASEMAP.Parks] Extrait du National Pipeline Mapping System pour les États du Nord-Est [ER.PIPELINES] R2 & NE : Résumé des langues parlées de l'ACS au niveau du comté 2006-2010 Empreintes de bâtiments pour la ville de New York [NYCBASEMAP.Buildings] Limites du 109e district du Congrès avec les coordonnées du représentant [CENSUS.CONGRESS_DIST_109] Rivages historiques du New Jersey (NJDEP) [NJ.HISTORICAL_SHORELINE] NYC Sandy Final Surge Limites - 14 février 2012 R2 & NE : Résumé de la population ACS au niveau du comté 2006-2010 Lignes de transport en commun Los Angeles, CA, 2016, SIG du comté de Los Angeles NYSDEC Marées humides - NYC et Long Island - 1974 [NYS.TIDAL_WETLANDS] Zones de planification de l'approvisionnement en eau dans le New Jersey (NJDEP) [NJ.WATER_SUPPLY_PLANNING] Fichier des limites cartographiques, zone urbaine de 1990 pour NY, NJ, PR & VI, 1: 500 000 Fichier des limites cartographiques, 2000 zone urbaine pour NY, NJ, PR & VI, 1: 500 000 Lignes centrales d'hydrographie pour les eaux de la ville de New York [NYCBASEMAP.Hydro_Centerline] Structures aquatiques pour la ville de New York [NYCBASEMAP.Hydrography_Structure] Structures ferroviaires à New York [NYCBASEMAP.Railroad_Structure] Topographie des points de contrôle pour la ville de New York [NYCBASEMAP.Survey_Control_Points] Limites des itinéraires de transport pour la ville de New York [NYCBASEMAP.Transportation_Line] Service public (par exemple, électricité, télécommunications) NYCBASEMAP.Utility_Structures à New York [NYCBASEMAP.Utility_Structure] Plans de structure de transport pour la ville de New York [NYCBASEMAP.Transportation_Structure] Infrastructures ferroviaires non visibles d'en haut à New York [NYCBASEMAP.Railroad_Hidden_Structure] Station de transport en commun Los Angeles, CA, 2016, SIG du comté de Los Angeles R2 & NE : Résumé des revenus de l'ACS au niveau du comté 2006-2010 NJDEP Structures du littoral du littoral du New Jersey le long de l'océan Atlantique et des baies intérieures [NJ.SHORE_STRUCTURES] R2 & NE : Résumé de la formation ACS au niveau du comté 2006-2010 Habitat benthique pour Porto Rico et les îles Vierges américaines (NAT_ECOLOGY.BENTHIC_HABITAT_PRVI) R2 Core Based Statistical Area (ASFC), 2013 TIGER/Line Shapefile Puits d'approvisionnement en eau de la communauté publique du New Jersey (NJDEP) [NJ.PCWS_NJDEP] Zones critiques pour les espèces dépendantes des forêts dans le New Jersey - NJDEP [NJDEP Forest]

      Les données forestières représentent des cartes des zones critiques pour les espèces dépendantes des forêts qui sont générées en sélectionnant des classes d'utilisation des terres spécifiques à partir de l'ensemble de données LULC du NJDEP. Cet ensemble de données est un produit du Landscape Project, une approche proactive au niveau de l'écosystème. R2 & NE : Résumé du langage ACS au niveau du comté 2006-2010 statique.R2GIS.CENSUS_BOUNDARY_2013_URBAN_AREAS Moniteurs de la qualité de l'air ambiant dans le New Jersey [NJ.AIR_MONITORS] NYCBASEMAP.Tax_Blocks Limites de la Coastal Area Facilities Review Act (CAFRA) dans le New Jersey [NJ.COASTAL_AREA_FACS] Sites de déchets de chromate dans le New Jersey [NJ.CHROMATE_WATE] Fichier des limites cartographiques de 2012, zone urbaine de recensement de 2010 pour les États-Unis, 1:500 000 Délimitations des bassins versants à l'échelle de code d'unité hydrologique à 14 chiffres (NJDEP) [NJ.HUC11] Points d'élévation pour la ville de New York [NYCBASEMAP.Elevation] R2 & NE County - Récapitulatif des logements et de la population du recensement de 2010 Inventaire national des émissions de l'EPA (Région 1, 2011) Limite supérieure des zones humides/limite supérieure des zones humides (NJDEP) [NJ.UPPER_WETLAND_BOUNDRIES] R2 & NE : Résumé du lieu de naissance de l'ACS au niveau du comté 2006-2010 Parcours de golf dans le New Jersey - NJDEP [NJ.GOLF_COURSES] R2 & NE : Résumé du logement ACS au niveau du comté 2006-2010 Polygones des limites du bassin hydrographique HUC-12, Californie, 2008, WBD Grands barrages des États-Unis [NAT_HYDROLOGY.DAMS] NLCD 2016 Données de référence sur la couverture terrestre, États-Unis contigus NPL-PAD (base de données d'aide à la publication de la liste des priorités nationales) pour la région 7 Aquifères à source unique de la région 1 de l'EPA Potentiel solaire, Région 9, 2005, Laboratoire national des énergies renouvelables Sites de coordination des interventions d'urgence sur place, région 9, 2015, région 9 de l'US EPA Valeurs de conception des systèmes de qualité de l'air (AQS), Région 9, 2013, US EPA Région 9 Vic-Maui Race Special Report Debris, Maui HI, 2012, US EPA Region 9 Rapports spéciaux Vic-Maui Race Return Voyage Vessels, Maui HI, 2012, US EPA Region 9 Vic-Maui Race Family Affairs Observations, Maui HI, 2012, US EPA Region 9 Particules (annuelles, PM-2,5) Désignations NAAQS, Région 9, 2011, US EPA Région 9 Vic-Maui Race Vessel Specific Levels, Maui HI, 2012, US EPA Region 9 Niveaux de débris de la flotte de course Vic-Maui, Maui HI, 2012, US EPA Region 9 Niveaux spécifiques des navires Vic-Maui Race Return Voyage, Maui HI, 2012, US EPA Region 9 Vic-Maui Race Return Voyage Family Affairs Observations, Maui HI, 2012, US EPA Region 9 Débris d'appel de course de Vic-Maui, Maui HI, 2012, US EPA Region 9 Carte des eaux usées d'Hawaï, Hawaï, 2019, Région 9 de l'EPA des États-Unis Sites de surveillance de la qualité de l'air du dioxyde d'azote (NO2), Région 9, 2013, US EPA Région 9 Sites de surveillance de la qualité de l'air des particules fines (PM-2,5), Région 9, 2013, US EPA Région 9 Air Division Mapping Application NAAQS Designations Map Service, Région 9, 2015, US EPA Région 9 Sites de surveillance de la qualité de l'air du dioxyde de soufre (SO2), Région 9, 2013, US EPA Région 9 Désignations du dioxyde d'azote NAAQS, Région 9, 2009, US EPA Région 9 Désignations du monoxyde de carbone NAAQS, Région 9, 2011, US EPA Région 9 Points de rejet du National Pollution Discharge Elimination System (NPDES), Région 9, 2007, US EPA Région 9 Application des eaux usées d'Hawaï, Hawaï, 2019, Région 9 de l'EPA des États-Unis Sites de surveillance de la qualité de l'air au monoxyde de carbone, US EPA Région 9, 2013, US EPA Région 9 Dioxyde de soufre (1-Hr, S02) Désignations NAAQS, Région 9, 2010, US EPA Région 9 Plomb (Pb) Désignations NAAQS, Région 9, 2008, US EPA Région 9 Particules fines (24 heures, PM-2,5) Désignations NAAQS, Région 9, 2015, US EPA Région 9 Sites de surveillance de la qualité de l'air de l'ozone (O3), Région 9, 2013, US EPA Région 9 Sites de surveillance de la qualité de l'air des particules (PM-10), Région 9, 2013, US EPA Région 9 Points d'installation du National Pollution Discharge Elimination System (NPDES), Région 9, 2007, US EPA Région 9 US EPA Région 4 RMP Installations Désignations de particules (PM-10) NAAQS, Région 9, 2014, US EPA Région 9 ROE - Couloirs écologiques Web Service des Pôles et Couloirs Écologiques Ozone (8-Hr, O3) Désignations NAAQS, Région 9, 1997, US EPA Région 9 Tableau des valeurs de conception des sites de surveillance du dioxyde d'azote, Région 9, 2012, US EPA Région 9 Démographie pour les secteurs de recensement des États-Unis - 2010 (tableaux récapitulatifs dérivés de l'enquête communautaire américaine 2006-2010) Polygones d'aquifères à source unique, Région 9, 2002, US EPA Région 9 Polygones d'aquifères à source unique, Région 9, 1999, US EPA Région 9 Autres installations SDWIS, US EPA Region 9, 2013, SDWIS Système de suivi de l'assurance qualité - R7 (QATS-R7) Énergie éolienne annuelle moyenne (50 m), US EPA Region 9, 2003, National Renewable Energy Laboratory Emplacements des exutoires de trop-plein des égouts unitaires - US EPA Région 3 Connexions consécutives, US EPA Region 9, 2013, SDWIS Usines de traitement, US EPA Region 9, 2013, SDWIS Puits d'eau potable, US EPA Region 9, 2013, SDWIS INSPTRAX - La base de données de ciblage, de planification et de suivi des inspections Base de données sur les plaintes de conformité aérienne (ACCD) Points d'usine de traitement des eaux usées du National Pollution Discharge Elimination System (NPDES), Région 9, 2007, US EPA Région 9 Service de cartographie Web du plan d'intervention géographique du cours inférieur du fleuve Colorado, région 9, 2012, région 9 de l'US EPA Limites des NPL du Superfund City Polygons, U.S. EPA Region 9, 2017, NAVTEQ Polygones aquifères à source unique, Oahu HI, 2008, US EPA Region 9 Travaux d'enquête sur le site d'immersion en mer de Humboldt (HOODS) 2014 AMCO Off-Site Air Monitoring Map Service, Oakland CA, 2017, US EPA Region 9 Polygones d'aquifères à source unique, Molokai HI, 2008, US EPA Region 9 Tern Island xF4 19 Données dérivées de la CAO, Tern Island HI, 2014, US EPA Region 9 Tern Island xF4 23 Données dérivées de la CAO, Tern Island HI, 2014, US EPA Region 9 Tern Island Bulky Dump Données dérivées de la CAO, Tern Island HI, 2014, US EPA Region 9 Données dérivées de la CAO des frégates françaises de l'île Tern, Tern Island HI, 2014, US EPA Region 9 Données de localisation de l'île Tern Données dérivées de la CAO, Tern Island HI, 2014, US EPA Region 9 Tern Island Map Service, Tern Island HI, 2014, US EPA Région 9 Census 2012 Core Based Statistical Area (CBSAs) Polygones with Population Estimates, US EPA Region 9, 2014, USCB Polygones de la région hydroélectrique, Californie, 2004, Calwater Polygones de surveillance de l'air hors site AMCO, Oakland CA, 2017, US EPA Region 9 Écorégions de niveau III de la région APE 10 Écorégions de niveau IV de la région APE 10 Écorégions de niveau III de la région APE 1 Écorégions de niveau IV de la région APE 1 Écorégions de niveau III de la région APE 2 Écorégions de niveau IV de la région APE 2 Écorégions de niveau III de la région APE 3 Écorégions de niveau IV de la région APE 3 Écorégions de niveau III de la région APE 4 Écorégions de niveau IV de la région APE 4 Écorégions de niveau III de la région APE 5 Écorégions de niveau IV de la région APE 5 Écorégions de niveau III de la région APE 7 Écorégions de niveau IV de la région APE 7 Tern Island French Frigate Shoals Islands 2 Données dérivées de la CAO, Tern Island HI, 2014, US EPA Region 9 Données CAO dérivées de la frégate française des îles Tern Island, Tern Island HI, 2014, US EPA Region 9 Limites de la zone administrative 3 (limites du comté), région 9, 2010, NAVTEQ Gares de triage, États-Unis, 2010, Laboratoire national d'Oak Ridge Couche SIG des limites des bassins géologiques (Basins_GHGRP) Fuites de points de stockage souterrains, région 9, pays indien, 2017, région 9 de l'EPA des États-Unis EnviroAtlas - HU12_polygone EPA Office of Water (OW) : 303(d) Listed Impaired Waters NHDPlus Indexed Dataset EPA Office of Water (OW) : 303(d) Listed Impaired Waters NHDPlus Indexed Dataset Points d'échantillonnage d'eau (sélectionnés), Bidahochi Area of ​​Southern NNAUM Region, 2007, USGS Écorégions de niveau III de la région APE 8 Écorégions de niveau IV de la région APE 8 Écorégions de niveau III de la région APE 9 Écorégions de niveau IV de la région APE 9 Tax Map Key Centroids, Hawaï, 2016, U.S. EPA Region 9 Suivi des actions communautaires

      Voir la vidéo: ArcGIS - Converting a geodatabase to shapefiles