Suite

Ajouter une classe d'entités annotations à mxd avec ArcPy ?

Ajouter une classe d'entités annotations à mxd avec ArcPy ?


Les classes d'entités d'annotation dans les géodatabases personnelles doivent être ajoutées aux mxds. L'annotation n'est pas déjà dans le fichier mxd. J'ai essayé de créer une couche de fonctionnalité et d'ajouter une couche via arcpy.mapping et cela n'a pas fonctionné. Esri indique que les fonctionnalités complexes telles que les annotations ne sont pas prises en charge.

Dois-je ouvrir 88 mxds et faire glisser les classes d'entités d'annotation ?


Je ne sais pas ce que vous avez essayé et recherché, mais je viens d'exécuter le test ci-dessous à l'aide d'ArcGIS 10.2.2 for Desktop et la classe d'entités d'annotation d'une géodatabase personnelle (*.mdb) a été ajoutée à ma carte à l'aide d'ArcPy.

import arcpy # C:	emp	est.mxd est une carte vierge mxd = arcpy.mapping.MapDocument(r"C:	emp	est.mxd") df = arcpy.mapping.ListDataFrames(mxd)[0] arcpy. MakeFeatureLayer_management(r"C:	emp	est.mdbAnnoFC","annoFL") annoLayer = arcpy.mapping.Layer("annoFL") arcpy.mapping.AddLayer(df,annoLayer) mxd.save()

Pour donner du crédit là où cela est dû, mes recherches rapides ont découvert la base du modèle de codage ci-dessus dans un fil GeoNet.


Notes de version pour 100.6

Cette page fournit des détails sur les améliorations apportées à la version 100.6 d'ArcGIS Runtime API for Qt. Il répertorie également les dépréciations de cette version, les problèmes résolus et les problèmes connus.

Mise à jour vers le support OpenSSL

À partir de la version 5.12.4 de Qt, Qt s'appuie sur une version plus récente d'OpenSSL. Les détails de cette mise à jour sont mis en évidence dans Qt 5.12.4 nécessite une version plus récente d'OpenSSL. De plus, en raison des récentes mises à jour d'OpenSSL, Esri ne fournit plus les bibliothèques Android OpenSSL. Veuillez créer OpenSSL pour votre application Qt en utilisant la dernière version d'OpenSSL recommandée par Qt. Pour plus d'informations, consultez Ajout de la prise en charge OpenSSL pour Android sur l'ajout de la prise en charge SSL à votre application Qt et les classes SSL Qt. Regarde aussi Configuration requise pour plus d'informations sur OpenSSL.

Cette section décrit les nouvelles fonctionnalités et améliorations.

Vous pouvez désormais utiliser un réseau utilitaire avec ArcGIS Runtime. Les réseaux de services publics fournissent un cadre fonctionnel complet dans ArcGIS pour la modélisation de systèmes de services publics tels que l'électricité, le gaz, l'eau, les eaux pluviales, les eaux usées et les télécommunications. Il est conçu pour modéliser tous les composants qui composent votre système, tels que les fils, les tuyaux, les vannes, les zones, les appareils et les circuits, et vous permet d'intégrer un comportement réel dans les fonctionnalités que vous modélisez. L'infrastructure du réseau de distribution permet une analyse et une visualisation avancées et prêtes à l'emploi de l'emplacement géographique, de la topologie du réseau ou des assemblages complexes.

ArcGIS Runtime SDK peut désormais parcourir un itinéraire entre deux emplacements ou plus sur un réseau de transport. La nouvelle API de navigation vous donne la possibilité d'améliorer l'expérience de routage en utilisant l'emplacement actuel de l'appareil pour suivre la progression et peut fournir des instructions de navigation (manœuvres) au fur et à mesure que l'utilisateur parcourt l'itinéraire. Vous pouvez intégrer les itinéraires routiers à la capacité de synthèse vocale de votre appareil et recalculer automatiquement un nouvel itinéraire lorsque l'utilisateur quitte l'itinéraire actuel. La mise en œuvre de la navigation dans votre application d'exécution nécessite une licence de base.

Mises à jour planifiées à l'avance

Cette version introduit une optimisation pour le flux de travail hors ligne préplanifié à l'aide mises à jour programmées. Dans ce scénario, les auteurs de cartes Web peuvent configurer des zones cartographiques pour mettre à jour périodiquement les données d'entités selon un calendrier régulier et organiser ces modifications sur le portail pour distribution. Les applications d'exécution qui ont mis ces zones cartographiques hors ligne peuvent alors simplement rechercher les mises à jour et télécharger les modifications directement depuis le portail sans avoir à effectuer des opérations de synchronisation coûteuses avec les services de fonction de support. Ce flux de travail augmente l'évolutivité de l'utilisation de cartes hors ligne, car tous les utilisateurs peuvent récupérer les mises à jour de leurs zones cartographiques à l'aide du même ensemble de téléchargements disponibles à partir du portail sans augmenter la charge sur les services d'entités de sauvegarde.

Cette optimisation n'est applicable que si votre application utilise en lecture seule des zones cartographiques hors ligne. Si votre application doit effectuer une modification hors ligne des données d'entités dans la zone de carte, vous devez continuer à utiliser le workflow préplanifié existant qui se synchronise directement avec les services d'entités.

Fermer les forfaits carte/scènes mobiles

Une nouvelle méthode close() a été ajoutée à Mobile Map Package et Mobile Scene Package pour forcer la fermeture connexions au paquet. Cela libère tous les verrous de fichiers pour les données sur le disque, permettant ainsi aux applications de supprimer ou de modifier le fichier ou le répertoire du package sous-jacent. Ceci est particulièrement utile pour les plates-formes de récupération de place où la simple libération de références à l'objet de package dans l'application ne garantit pas que l'objet sera détruit et que tous les descripteurs de fichier qu'il possède seront fermés. Après avoir fermé le package, ne continuez pas à utiliser les objets (cartes, scènes, calques, tâches, entités, etc.) qui ont été récupérés du package

Les performances des packages de cartes mobiles contenant un grand nombre de couches telles que celles qui incluent des données Streetmap Premium ont été améliorées. Dans certains cas, le temps d'affichage des données cartographiques initiales est 3 fois plus rapide et utilise 33% moins de mémoire par rapport à la version précédente.

Regrouper les couches dans les packages de cartes mobiles

Les packages de cartes mobiles ( .mmpk ) préservent désormais les couches de groupe définies dans une carte créée dans ArcGIS Pro. Les calques de groupe ne sont plus aplatis en calques individuels et le calque de groupe est visible dans la liste des calques. Les remplacements affectant les propriétés d'échelle min/max, d'opacité et de visibilité d'un groupe de couches sont honorés dans un package de carte mobile. La prise en charge des groupes de couches dans les scènes Web et les packages de scènes Web a été introduite dans une version antérieure. La version actuelle apporte également une prise en charge complète des couches de groupe aux packages de cartes mobiles.

Symbologie de dictionnaire améliorée

ArcGIS Runtime SDK prend désormais en charge un nouveau format de fichier de style de dictionnaire introduit par ArcGIS Pro version 2.4. Ce format utilise Arcade pour la logique de génération de symboles et est donc entièrement personnalisable. L'utilisation des styles de format plus anciens est prise en charge mais déconseillée dans cette version. Pour plus d'informations sur l'utilisation des symboles de dictionnaire personnalisés dans ArcGIS Runtime, consultez le Afficher les symboles d'un style avec un moteur de rendu de dictionnaire sujet dans le guide du développeur. Pour créer un style de dictionnaire personnalisé, reportez-vous au Boîte à outils de rendu de dictionnaire projet sur GitHub.

ArcGIS Runtime SDK pour Qt prend désormais en charge faire des tournées contenu dans un fichier KML. Les visites guidées sont un excellent moyen de guider les utilisateurs à travers les données KML et de mettre en évidence les aspects importants grâce à la narration et aux animations. Les actions de tournée suivantes sont prises en charge -

  • FlyTo - volez vers un emplacement spécifié en utilisant un rebond ou un mode de vol fluide
  • Attendre - attend la durée spécifiée avant d'exécuter la primitive de tournée suivante
  • AnimatedUpdate - met à jour les fonctionnalités KML. Tous les changements qui se prêtent à l'interpolation (c'est-à-dire qui contiennent des états intermédiaires, tels que des changements de taille) sont animés pendant la durée spécifiée.
  • SoundCue - lit le fichier son spécifié. La lecture de plusieurs fichiers audio en parallèle est prise en charge.

Créer et modifier du contenu KML

Les versions précédentes prenaient en charge la lecture et l'affichage du contenu KML (fichiers .kml et .kmz) à partir de votre disque local et du Web. Cette version vous permet de créer nouveau contenu KML, ou modifier contenu existant. Les types de contenu KML suivants sont pris en charge pour la création, la modification et l'enregistrement dans des ensembles de données KML :

  • Repères (point, ligne, polygone)
  • Superpositions au sol
  • Dossiers et conteneurs de documents
  • Paramètres de liaison réseau

La création et la modification d'un fichier KML nécessitent une licence de niveau Standard.

Exceptions à la modification des fichiers KML

Les types de contenu KML suivants ne peuvent actuellement pas être créés, modifiés ou enregistrés :

  • Superpositions d'écran
  • Styles partagés (géométrie, repères, superpositions)
  • Mettre en surbrillance les styles d'icônes
  • Ensembles de données KML avec plusieurs nœuds racine

Le SDK ArcGIS Runtime 100.6.0 pour Qt présente les limitations suivantes, quelle que soit la plate-forme cible :

  • L'édition de styles n'est pas prise en charge. La modification d'une géométrie de repère entraînera l'application du même style à la nouvelle géométrie. Les repères nouvellement créés utiliseront le style par défaut, qui est une punaise jaune pour les points et un simple remplissage blanc pour les lignes et les polygones.
  • Les intervalles de rafraîchissement existants sur les liens réseau KML seront respectés, mais ne pourront pas être modifiés. De nouveaux intervalles d'actualisation ne peuvent pas être créés et appliqués aux liaisons réseau.

Paramètres personnalisés pour les requêtes WMTS et WFS

ArcGIS Runtime SDK prend désormais en charge les paramètres personnalisés pour les requêtes WMTS et WFS. Les propriétés des paramètres personnalisés apparaissent désormais sur les classes WmtsService , WmtsLayer et WfsService . Cette prise en charge est cohérente avec la prise en charge existante d'ArcGIS Runtime pour les paramètres personnalisés sur les requêtes WMS dans la classe WmsService. Les paramètres personnalisés sont ajoutés en tant que paires clé/valeur aux requêtes WMS, WMTS et WFS telles que GetCapabilities et GetTile . La définition de paramètres personnalisés vous permet de spécifier des paramètres supplémentaires pour la demande de service, tels que des clés API ou des informations d'identification utilisateur. Voir la documentation API de ces classes pour plus de détails.

Modèle de chargement de couche de scène optimisé pour le bureau

Les appareils dotés de ressources mémoire adéquates (comme les ordinateurs de bureau) utilisent un nouveau modèle de chargement de couche de scène qui offre des performances de dessin et de navigation plus intuitives. Les couches de scène se chargent et s'affichent plus rapidement avec le contenu le plus proche de la caméra chargé en premier et à la résolution appropriée la plus élevée. Initialement, une représentation grossière couvrant toute l'étendue est chargée. Cela permet à la caméra de tourner et de ne pas voir les espaces vides. Des détails plus fins sont ajoutés progressivement. Les appareils à mémoire limitée, tels que les appareils mobiles, ne sont pas concernés par cette amélioration.

Une couche d'entités ou une superposition graphique dans votre application ArcGIS Runtime peut désormais prendre en charge les décalages d'altitude définis dans une scène définie dans ArcGIS Pro ou Scene Viewer. Vous pouvez également lire et modifier les décalages d'altitude.

Les fonctions altitudeOffset et setAltitudeOffset affectent toutes les entités d'une couche d'entités ou tous les graphiques d'une superposition graphique. Les classes qui ont maintenant la propriété sont :

  • ArcGISSceneLayer
  • Propriétés de la scène
  • IntégréMeshLayer
  • PointNuageCouche

La propriété de décalage d'altitude fonctionne avec les scènes Web ou les scènes d'un package de scènes mobiles (.mspk). Les unités sont en mètres.

Les couches de scènes ponctuelles de vos applications ArcGIS Runtime disposent désormais de fonctionnalités supplémentaires : vos utilisateurs peuvent sélectionner un point et identifier ses attributs dans une fenêtre contextuelle. Les couches de scènes ponctuelles fournissent un affichage rapide et réactif des entités ponctuelles dans une vue 3D en fonction des paramètres d'échelle, de distance et de seuil associés à un point de vue. Les couches de scènes ponctuelles sont générées à partir de couches d'entités ponctuelles et peuvent être chargées à partir d'une scène Web, d'un package de scènes mobiles ou directement à partir d'un service. Notez que lorsqu'une scène est partagée en tant que scène Web dans ArcGIS Pro, toutes les couches d'entités ponctuelles présentes dans la section Couches 3D du volet Contenu seront publiées en tant que service de scène. Ainsi, la publication d'une couche d'entités ponctuelles dans une scène Web génère automatiquement une couche de scènes ponctuelles.

Formats de fichiers 3D pris en charge

Les formats de fichiers 3D pris en charge sont les suivants :

Pour obtenir une liste des formats de fichiers 3D mentionnés dans les versions précédentes mais désormais obsolètes, consultez Dépréciations section.

Prise en charge de la langue ukrainienne

Les directions localisées renvoyées par la tâche d'itinéraire et la tâche d'installation la plus proche sont désormais disponibles en ukrainien.

Les utilisateurs d'exécution peuvent désormais mettre les données d'annotation hors ligne à partir d'un service de fonctionnalités activé pour la synchronisation. Ils peuvent créer des couches d'annotations à partir de tables d'entités ArcGIS contenues dans une géodatabase ou un service d'entités. Les entités d'annotation au sein d'une couche d'annotation sont partitionnées en sous-couches d'annotation. L'accès aux sous-couches permet aux utilisateurs de Runtime de lire les métadonnées publiées et de basculer manuellement la visibilité de la sous-couche.

  • Appliquer un point de vue construit avec un l'échelle de la carte affiche désormais une zone visible différente dans une vue de la scène. Dans les versions précédentes, une valeur d'échelle beaucoup plus grande devait être fournie pour créer une étendue visible comparable à la même échelle appliquée à une vue cartographique. Un point de vue construit avec une valeur d'échelle affiche désormais à peu près la même zone lorsqu'il est appliqué à une vue de carte ou une vue de scène.
  • Le temps d'exécution va maintenant utiliser un moteur de rendu par défaut lors de l'affichage de divers formats raster. Cette modification améliore la cohérence de l'affichage lors de l'affichage des données raster si aucun moteur de rendu n'est spécifié.
  • La sélection des symboles du dictionnaire fonctionne légèrement différemment à 100,6 qu'à 100,5. Si un symbole de dictionnaire a du texte, le texte est maintenant sélectionné avec le reste du symbole. Il s'agit d'un changement de comportement pour les utilisateurs Runtime existants et est similaire à la sélection dans ArcGIS Pro.

La prise en charge de Windows 7 est obsolète. La dernière version prenant en charge Windows 7 sera la version 100.7.

La prise en charge de Windows 10 version 1703 est obsolète. Avec la version 100.7, le minimum sera Windows 10 version 1709.

La prise en charge de macOS 10.13 (High Sierra) est obsolète. La version 100.6 sera la dernière à prendre en charge les plates-formes cibles d'applications exécutant macOS 10.13 (High Sierra). Avec la version 100.7, les plates-formes cibles d'applications doivent exécuter au minimum macOS 10.14 (Mojave).

La prise en charge de SuSE12 est obsolète. Avec la version 100,7, le minimum sera SuSE 15.

La prise en charge des versions 7.0-7.3 du serveur Red Hat Enterprise Linux est obsolète. Avec la version 100,7, le minimum sera de 7.4.

Sur les systèmes Red Hat, la prise en charge du compilateur GCC 4.x est obsolète. Avec la version 100.7, le minimum sera GCC 5.3.1.

Certains formats de fichiers 3D utilisés pour les symboles 3D sont obsolètes. La dernière version prenant en charge ces formats est 100.6.0.


Comment : appliquer une transformation géographique (référence) dans ArcMap

ArcMap projette automatiquement les couches de données dans le système de coordonnées du bloc de données. C'est ce qu'on appelle 'project-on-the-fly'. Cependant, si les systèmes de coordonnées géographiques (GCS) ne sont pas les mêmes, une transformation géographique (référence) doit être appliquée par l'utilisateur au bloc de données ArcMap. C'est en plus de l'opération effectuée avec la projection à la volée, qui convertit temporairement les valeurs de coordonnées de la définition de projection des données dans le système de coordonnées appliqué au bloc de données ArcMap.

La transformation géographique (référence) ne peut pas être appliquée automatiquement car de nombreux systèmes de coordonnées géographiques et transformations existent pour une zone donnée. Les transformations géographiques utilisent des méthodes différentes, avec des précisions différentes, et sont définies pour des zones particulières. Ce document explique comment appliquer manuellement une transformation géographique au bloc de données ArcMap.


Analyse du réseau - Jeu de données du réseau ferroviaire Turn in Rail

J'essaie de créer un jeu de données de réseau ferroviaire, avec une seule caractéristique attributaire (longueur) et en utilisant la longueur de la forme du champ pour le calculer. Après la création et la construction de mon jeu de données dans ArcMap, j'avais des jonctions, des bords mais pas des virages.
J'ai essayé de résoudre le réseau de zone de service qui fonctionnait, puis lorsque j'ai essayé d'exécuter l'itinéraire entre différents emplacements, j'ai obtenu "Aucun itinéraire de l'emplacement 1 à l'emplacement 2". Quelqu'un peut-il me faire savoir si cela était dû au fait qu'il n'y avait pas de virages dans le jeu de données réseau ou à autre chose ?

par ChrisDonohue__G FAI

Une raison courante pour obtenir le message "pas de route" est une déconnexion dans le réseau. Si vous ne l'avez pas déjà fait, j'exécuterais la topologie sur votre dessin au trait source pour voir s'il y a des déconnexions. Notez qu'il peut y avoir de minuscules déconnexions qui ne seront pas visibles mais perturberont la connectivité. Une option avant d'exécuter une topologie régulière consiste à utiliser le module complémentaire ArcGIS suivant (conçu à l'origine pour le tracé de la rue) pour vérifier rapidement votre tracé de voie ferrée afin de trouver des lacunes.

Si ce n'est pas le coupable, plusieurs paramètres peuvent potentiellement être à l'origine du problème. Gardez à l'esprit que Network Analyst est souvent utilisé dans le contexte du routage routier. Par conséquent, lorsqu'il est utilisé pour d'autres systèmes comme le rail, il faut revoir les paramètres dans leur contexte pour voir s'ils s'appliqueront de la même manière. Je n'ai pas fait de réseaux ferroviaires, donc je ne connais pas les détails, mais je soupçonne qu'une révision des paramètres (et une traduction des concepts de rue en concepts ferroviaires) sera nécessaire pour s'assurer que le comportement sera comme prévu.

Désinvolte, je ne pense pas que les virages eux-mêmes soient le problème, mais je n'en suis pas certain (je ne les ai pas beaucoup utilisés).


Scalaires

Un type de données scalaire contient tout ce qui n'est pas un ensemble de données. Les types de données scalaires sont parfois appelés types de données simples. Il existe de nombreux types de données scalaires dans le géotraitement, tels que Champ (un champ dans une table), Expression SQL, Expression de calculatrice, Mappages de champ, Fonction floue et bien d'autres. Certains sont rarement utilisés. D'autres tels que Field et SQL Expression sont plus courants.

Les types de données scalaires suivants sont entièrement pris en charge par tous les clients et peuvent être envoyés et reçus sur Internet sans conversion : booléen, date, double, unité linéaire, long et chaîne. Tout autre type de données scalaire est converti en chaîne et est considéré comme non pris en charge ou non transportable.

La conversion de types de données scalaires non pris en charge en une chaîne est rarement un problème car chaque type de données a une représentation sous forme de chaîne bien définie. Il vous suffit de savoir de quoi il s'agit afin de pouvoir le documenter pour votre client. Dans certains cas, vous souhaiterez peut-être modifier votre outil pour qu'il compose la représentation sous forme de chaîne à l'aide d'autres informations fournies par le client. Ces deux techniques sont décrites ci-dessous. Un type de données spécial, la table de valeurs, est traité dans sa propre section ci-dessous.

Trouver la représentation sous forme de chaîne d'un paramètre

La plupart des représentations sous forme de chaîne sont évidentes. Par exemple, la représentation sous forme de chaîne d'un type de données Field est le nom du champ. Parfois, vous devez creuser un peu plus pour trouver la représentation de la chaîne.

L'exemple suivant montre le paramètre de rayon de recherche de l'outil IDW (Inverse Weighted Distance) utilisé pour interpoler des surfaces à partir de points. Ce paramètre comprend trois parties : la méthode (variable ou fixe) et deux valeurs pour les paramètres de rayon de recherche , comme illustré ci-dessous.

    Pour trouver la représentation sous forme de chaîne de ce paramètre, consultez d'abord la section de syntaxe des paramètres de la page de référence de l'outil. La première colonne de ce tableau contient le nom du paramètre et, pour les cas non triviaux, la représentation sous forme de chaîne. La dernière colonne du tableau contient le type de données du paramètre. L'illustration ci-dessous montre le contenu de la première colonne du paramètre Rayon de recherche référencé ci-dessus.

Vous pouvez également afficher l'exemple de code Python au bas de la page de référence de l'outil, car ces exemples utilisent souvent la représentation sous forme de chaîne de paramètres.

Une fois que vous avez déterminé la représentation de la chaîne, vous devez dire à vos clients de quoi il s'agit. Vous le faites dans votre documentation de tâche.

Composition de la représentation sous forme de chaîne dans votre outil

Pour les représentations de chaîne qui sont complexes ou qui mettent trop de charge sur le client pour construire la chaîne, vous pouvez modifier votre outil pour construire la chaîne pour le client. Le type de données SQL Expression en est un bon exemple. Dans le modèle illustré ci-dessous, le type de données du paramètre Expression est Expression SQL, et pour que ce modèle s'exécute en tant que tâche, le client doit fournir une chaîne d'expression SQL valide.

Si le but de la tâche est de sélectionner une parcelle en fonction du nom du propriétaire, vous pouvez créer un modèle dans lequel le client saisit le nom du propriétaire et une instruction SQL valide est effectuée pour lui. Cela se fait facilement en utilisant la substitution de variable, comme illustré ci-dessous. La variable Nom du propriétaire est un type de données de chaîne que le client entre le nom du propriétaire de la parcelle et une expression SQL valide est créée dans le modèle. Vous trouverez d'autres exemples d'utilisation de la substitution de variable dans la rubrique Exemples de substitution de variable de modèle en ligne.

Créer vos propres listes de choix

De nombreux outils de géotraitement définissent des listes de choix, également appelées filtres de liste de valeurs, pour leurs paramètres de chaîne. L'outil Sélectionner une couche par attribut illustré ci-dessus propose une liste de choix de chaînes pour le paramètre de type de sélection (NEW_SELECTION, ADD_TO_SELECTION, REMOVE_FROM_SELECTION, etc.). Vous pouvez créer vos propres listes de choix pour les variables de chaîne à l'aide de filtres de liste de valeurs.


Notes de version pour 100.6

Cette page fournit des détails sur les améliorations apportées à la version 100.6 d'ArcGIS Runtime SDK for Java. Il répertorie également les dépréciations de cette version, les problèmes résolus et les problèmes connus. Vous pouvez afficher les notes de version des versions antérieures du SDK en faisant défiler jusqu'en bas de cette page ou en téléchargeant les versions antérieures de ce guide (au format PDF) à partir de la page de téléchargement (connexion requise).

Cette section décrit les nouvelles fonctionnalités et améliorations.

Vous pouvez désormais utiliser un réseau utilitaire avec ArcGIS Runtime. Les réseaux de services publics fournissent un cadre fonctionnel complet dans ArcGIS pour la modélisation de systèmes de services publics tels que l'électricité, le gaz, l'eau, les eaux pluviales, les eaux usées et les télécommunications. Il est conçu pour modéliser tous les composants qui composent votre système, tels que les fils, les tuyaux, les vannes, les zones, les appareils et les circuits, et vous permet d'intégrer un comportement réel dans les fonctionnalités que vous modélisez. L'infrastructure du réseau de distribution permet une analyse et une visualisation avancées et prêtes à l'emploi de l'emplacement géographique, de la topologie du réseau ou des assemblages complexes.

Mises à jour planifiées à l'avance

Cette version introduit une optimisation pour le flux de travail hors ligne préplanifié à l'aide mises à jour programmées. Dans ce scénario, les auteurs de cartes Web peuvent configurer des zones cartographiques pour mettre à jour périodiquement les données d'entités selon un calendrier régulier et organiser ces modifications sur le portail pour distribution. Les applications d'exécution qui ont mis ces zones cartographiques hors ligne peuvent alors simplement rechercher les mises à jour et télécharger les modifications directement depuis le portail sans avoir à effectuer des opérations de synchronisation coûteuses avec les services de fonction de support. Ce flux de travail augmente l'évolutivité de l'utilisation de cartes hors ligne, car tous les utilisateurs peuvent récupérer les mises à jour de leurs zones cartographiques à l'aide du même ensemble de téléchargements disponibles à partir du portail sans augmenter la charge sur les services d'entités de sauvegarde.

Cette optimisation n'est applicable que si votre application utilise en lecture seule des zones cartographiques hors ligne. Si votre application doit effectuer une modification hors ligne des données d'entités dans la zone de carte, vous devez continuer à utiliser le workflow préplanifié existant qui se synchronise directement avec les services d'entités.

Fermer les forfaits carte/scènes mobiles

Une nouvelle méthode close() a été ajoutée à Mobile Map Package et Mobile Scene Package pour forcer la fermeture connexions au paquet. Cela libère tous les verrous de fichiers pour les données sur le disque, permettant ainsi aux applications de supprimer ou de modifier le fichier ou le répertoire du package sous-jacent. Ceci est particulièrement utile pour les plates-formes de récupération de place où la simple libération des références à l'objet package dans l'application ne garantit pas que l'objet sera détruit et que tous les descripteurs de fichier qu'il possède seront fermés. Après avoir fermé le package, ne continuez pas à utiliser les objets (cartes, scènes, calques, tâches, entités, etc.) qui ont été récupérés du package

Les performances des packages de cartes mobiles contenant un grand nombre de couches telles que celles qui incluent des données Streetmap Premium ont été améliorées. Dans certains cas, le temps d'affichage des données cartographiques initiales est 3 fois plus rapide et utilise 33% moins de mémoire par rapport à la version précédente.

Regrouper les couches dans les packages de cartes mobiles

Les packages de cartes mobiles ( .mmpk ) préservent désormais les couches de groupe définies dans une carte créée dans ArcGIS Pro. Les calques de groupe ne sont plus aplatis en calques individuels et le calque de groupe est visible dans la liste des calques. Les remplacements affectant les propriétés d'échelle min/max, d'opacité et de visibilité d'un groupe de couches sont honorés dans un package de carte mobile. La prise en charge des groupes de couches dans les scènes Web et les packages de scènes Web a été introduite dans une version antérieure. La version actuelle apporte également une prise en charge complète des couches de groupe aux packages de cartes mobiles.

Symbologie de dictionnaire améliorée

ArcGIS Runtime SDK prend désormais en charge un nouveau format de fichier de style de dictionnaire introduit par ArcGIS Pro version 2.4. Ce format utilise Arcade pour la logique de génération de symboles et est donc entièrement personnalisable. L'utilisation des styles de format plus anciens est prise en charge mais déconseillée dans cette version. Pour créer un style de dictionnaire personnalisé, reportez-vous au projet de kit d'outils de rendu de dictionnaire sur GitHub.

Créer et modifier du contenu KML

Les versions précédentes prenaient en charge la lecture et l'affichage du contenu KML (fichiers .kml et .kmz) à partir de votre disque local et du Web. Cette version vous permet de créer nouveau contenu KML, ou modifier contenu existant. Les types de contenu KML suivants sont pris en charge pour la création, la modification et l'enregistrement dans des ensembles de données KML :

  • Repères (point, ligne, polygone)
  • Superpositions au sol
  • Dossiers et conteneurs de documents
  • Paramètres de liaison réseau

La création et la modification d'un fichier KML nécessitent une licence de niveau Standard.

Exceptions à la modification des fichiers KML

Les types de contenu KML suivants ne peuvent actuellement pas être créés, modifiés ou enregistrés :

  • Superpositions d'écran
  • Styles partagés (géométrie, repères, superpositions)
  • Mettre en surbrillance les styles d'icônes
  • Ensembles de données KML avec plusieurs nœuds racine

Paramètres personnalisés pour les requêtes WMTS et WFS

ArcGIS Runtime SDK prend désormais en charge les paramètres personnalisés pour les requêtes WMTS et WFS. Les propriétés des paramètres personnalisés apparaissent désormais sur les classes WmtsService , WmtsLayer et WfsService . Cette prise en charge est cohérente avec la prise en charge existante d'ArcGIS Runtime pour les paramètres personnalisés sur les requêtes WMS dans la classe WmsService. Les paramètres personnalisés sont ajoutés en tant que paires clé/valeur aux requêtes WMS, WMTS et WFS telles que GetCapabilities et GetTile . La définition de paramètres personnalisés vous permet de spécifier des paramètres supplémentaires pour la demande de service, tels que des clés API ou des informations d'identification utilisateur. Voir la documentation API de ces classes pour plus de détails.

Modèle de chargement de couche de scène optimisé pour le bureau

Les appareils dotés de ressources mémoire adéquates (comme les ordinateurs de bureau) utilisent un nouveau modèle de chargement de couche de scène qui offre des performances de dessin et de navigation plus intuitives. Les couches de scène se chargent et s'affichent plus rapidement avec le contenu le plus proche de la caméra chargé en premier et à la résolution appropriée la plus élevée. Initialement, une représentation grossière couvrant toute l'étendue est chargée. Cela permet à la caméra de tourner et de ne pas voir les espaces vides. Des détails plus fins sont ajoutés progressivement. Les appareils à mémoire limitée, tels que les appareils mobiles, ne sont pas concernés par cette amélioration.

Une couche d'entités ou une superposition graphique dans votre application ArcGIS Runtime peut désormais prendre en charge les décalages d'altitude définis dans une scène définie dans ArcGIS Pro ou Scene Viewer. Vous pouvez également lire et modifier les décalages d'altitude.

Les méthodes getAltitudeOffset et setAltitudeOffset affectent toutes les entités d'une couche d'entités ou tous les graphiques d'une superposition graphique. Les classes qui ont maintenant la propriété sont :

  • ArcGISSceneLayer
  • Propriétés de la scène
  • IntégréMeshLayer
  • PointNuageCouche

La propriété de décalage d'altitude fonctionne avec les scènes Web ou les scènes d'un package de scènes mobiles (.mspk). Les unités sont en mètres.

Les couches de scènes ponctuelles de vos applications ArcGIS Runtime disposent désormais de fonctionnalités supplémentaires : vos utilisateurs peuvent sélectionner un point et identifier ses attributs dans une fenêtre contextuelle. Les couches de scènes ponctuelles fournissent un affichage rapide et réactif des entités ponctuelles dans une vue 3D en fonction des paramètres d'échelle, de distance et de seuil associés à un point de vue. Les couches de scènes ponctuelles sont générées à partir de couches d'entités ponctuelles et peuvent être chargées à partir d'une scène Web, d'un package de scènes mobiles ou directement à partir d'un service. Notez que lorsqu'une scène est partagée en tant que scène Web dans ArcGIS Pro, toutes les couches d'entités ponctuelles présentes dans la section Couches 3D du volet Contenu seront publiées en tant que service de scène. Ainsi, la publication d'une couche d'entités ponctuelles dans une scène Web génère automatiquement une couche de scènes ponctuelles.

Formats de fichiers 3D pris en charge

Les formats de fichiers 3D pris en charge sont les suivants :

Pour obtenir une liste des formats de fichiers 3D mentionnés dans les versions précédentes mais désormais obsolètes, consultez Dépréciations section.

Prise en charge de la langue ukrainienne

Les directions localisées renvoyées par la tâche d'itinéraire et la tâche d'installation la plus proche sont désormais disponibles en ukrainien.

Les utilisateurs d'exécution peuvent désormais mettre les données d'annotation hors ligne à partir d'un service de fonctionnalités activé pour la synchronisation. Ils peuvent créer des couches d'annotations à partir de tables d'entités ArcGIS contenues dans une géodatabase ou un service d'entités. Les entités d'annotation au sein d'une couche d'annotation sont partitionnées en sous-couches d'annotation. L'accès aux sous-couches permet aux utilisateurs de Runtime de lire les métadonnées publiées et de basculer manuellement la visibilité de la sous-couche.

  • Appliquer un point de vue construit avec un l'échelle de la carte affiche désormais une zone visible différente dans une vue de la scène. Dans les versions précédentes, une valeur d'échelle beaucoup plus grande devait être fournie pour créer une étendue visible comparable à la même échelle appliquée à une vue cartographique. Un point de vue construit avec une valeur d'échelle affiche désormais à peu près la même zone lorsqu'il est appliqué à une vue de carte ou une vue de scène.
  • Le temps d'exécution va maintenant utiliser un moteur de rendu par défaut lors de l'affichage de divers formats raster. Cette modification améliore la cohérence de l'affichage lors de l'affichage des données raster si aucun moteur de rendu n'est spécifié.
  • La sélection des symboles du dictionnaire fonctionne légèrement différemment à 100,6 qu'à 100,5. Si un symbole de dictionnaire a du texte, le texte est maintenant sélectionné avec le reste du symbole. Il s'agit d'un changement de comportement pour les utilisateurs Runtime existants et est similaire à la sélection dans ArcGIS Pro.

La prise en charge de Windows 7 est obsolète. La dernière version prenant en charge Windows 7 sera la version 100.7.

La prise en charge de Windows 10 version 1703 est obsolète. Avec la version 100.7, le minimum sera Windows 10 version 1709.

La prise en charge de macOS 10.13 (High Sierra) est obsolète. La version 100.6 sera la dernière à prendre en charge les plates-formes cibles d'applications exécutant macOS 10.13 (High Sierra). Avec la version 100.7, les plates-formes cibles d'applications doivent exécuter au minimum macOS 10.14 (Mojave).

La prise en charge de SuSE12 est obsolète. Avec la version 100,7, le minimum sera SuSE 15.

La prise en charge des versions 7.0-7.3 de Red Hat Enterprise Linux Server est obsolète. Avec la version 100,7, le minimum sera de 7.4.

Certains formats de fichiers 3D utilisés pour les symboles 3D sont obsolètes. La dernière version prenant en charge ces formats est 100.6.0.


Voir la vidéo: Arcmap to ArcGIS pro 04 - importing an mxd. burdGIS