Suite

Effacer la projection du bloc de données du mxd actuel à l'aide d'ArcPy ?

Effacer la projection du bloc de données du mxd actuel à l'aide d'ArcPy ?


Je dois ouvrir un tas (50 par semaine) de mxd et « Effacer » le système de coordonnées du cadre de données pour m'assurer que toutes leurs données sont projetées dans le même système de coordonnées (correct), pour voir si leur les données s'alignent.

Je le fais à la main, encore et encore, en suivant les étapes ci-dessous :

-Clic droit sur le bloc de données

-Allez à l'onglet Système de coordonnées de « Propriétés du bloc de données »

-Cliquez sur la flèche déroulante Globe

-Faites défiler jusqu'à « Effacer »

-Cliquez sur « OK » ou « Appliquer » pendant que je regarde pour voir si l'une des données disparaît.

Il doit y avoir un moyen de copier/coller une courte ligne de Python dans la fenêtre Python pour automatiser cela. Je sais que je pourrais écrire un script complet qui vérifierait le système de coordonnées de chaque couche de la carte sans ouvrir réellement la carte, mais je cherche juste une solution rapide que je peux faire pendant que j'évalue également leur cartographie.

J'utilise ArcGIS 10.2.1 for Desktop avec une licence de niveau avancé.


Ceci est reconstitué à partir du lien @PolyGeo commenté.

Copiez/collez ceci dans la fenêtre Python :

sr = arcpy.SpatialReference() sr.loadFromString('{B286C06B-0879-11D2-AACA-00C04FA33C20}') mxd = arcpy.mapping.MapDocument("CURRENT") df = arcpy.mapping.ListDataFrames(mxd)[0] df.spatialReference = sr arcpy.RefreshActiveView()

Je l'ai testé dans ArcMap et cela fonctionne.


Quel est l'emplacement exact des données des services Google Play ?

Le nom du package des services Google Play est com.google.android.gms .

Le répertoire de données par défaut des applications se trouve sous /data/data , et pour les services Play, il s'agit de /data/data/com.google.android.gms .

Notez que vous ne pouvez pas simplement le copier-coller n'importe où. Pour jeter un coup d'œil dans le répertoire de données d'une application, vous aurez besoin d'un accès root. Heureusement, pour les appareils non root, Play Services permet sa sauvegarde à l'aide d'adb.

Après avoir installé ADB, saisissez cette commande dans un shell :

Cela enregistrera la sauvegarde dans le fichier backup.ab situé dans le répertoire courant.

Pour restaurer cette sauvegarde, entrez cette commande à partir du même actuel annuaire:

Puis-je supprimer en toute sécurité les données des services Google Play et laisser l'application les recréer ?

Par en toute sécurité, si vous entendez effacer les données de Paramètres &rarr Applications&rarr Téléchargé &rarr Services Google Play, alors vous êtes prêt à partir.

Dans Android 4.4.2 et 5.0.2, vous n'obtenez pas l'option directe nommée Effacer les données. Au lieu de cela, vous obtenez Gérer l'espace. Suivez les captures d'écran :

(Cliquez sur l'image pour agrandir survolez pour connaître les détails)

Cependant, dans Android 4.2.1, il n'y avait pas Gérer l'espace mais Effacer les données. Peut-être que la première option est spécifique à la version Android et non à l'application.

Faire adb shell pm clear com.google.android.gms est également sûr, au moins, mon Play Store et Gmail (tous deux ridiculement dépendants des services Play) ont bien fonctionné après avoir exécuté les deux étapes indépendamment.

Que pourrais-je perdre si je supprime les données des services Google Play de manière dangereuse ?

Je ne sais pas ce que cela signifierait de manière dangereuse ici, à part la purge du répertoire d'applications des services Play sans le désinstaller, je ne peux donc pas le commenter.

Quoi qu'il en soit, le front-end des services Play est nommé Paramètres Google, le cœur de Google Apps, dont vous verriez l'icône dans le tiroir de votre application. Ouvrez-le simplement et les entrées que vous verrez sont peut-être responsables de la collecte de données des services Play. Et comme je l'ai dit ci-dessus, les applications dépendantes ont bien fonctionné sans accroc, donc les données de cette application ne sont pas quelque chose dont je m'inquiéterais. Votre cas peut varier, alors approfondissez l'interface graphique de cette application.


Vous ne pouvez ni libérer ni effacer la mémoire du tableau qu'un littéral de chaîne désigne.

Cependant, pour en perdre l'accès, il vous suffit de modifier le pointeur dans lequel vous avez enregistré son adresse :

Vous trouverez peut-être utile de consulter la section FAQ C - malloc.

Comme d'autres l'ont noté, vous ne pouvez pas libérer ou modifier des littéraux de chaîne car ils sont généralement placés dans des sections de mémoire en lecture seule. Cependant, si vous souhaitez effacer et libérer () la mémoire allouée dynamiquement, vous devez procéder comme suit :

La chaîne que vous avez allouée est dans le CONST_DONNEES section (ne peut pas être modifiée) et par conséquent, vous ne peux pas appelez gratuitement dessus.

Cette partie de la mémoire est allouée au moment de la compilation et est en lecture seule. Cette partie de la mémoire contient toujours "une chaîne"

Le CONST_DONNEES section, en assembleur est comme le segment de données (DS), qui contient des variables globales et statiques (en lecture seule) initialisées au moment de la compilation lui-même. Ils ne pas changent pendant l'exécution et restent alloués au programme en cours d'exécution.

Les réponses sont assez bonnes, mais il y a quelques points qu'ils ont manqués ou omis. Votre question est également un peu vague.

Si vous souhaitez effacer une chaîne C, vous écrasez l'espace mémoire vers lequel elle pointe avec des octets nuls. Vous ne pouvez libérer () qu'une chaîne C qui a été allouée par l'allocateur de tas via un appel à l'une des fonctions d'allocation de tas telles que malloc() , calloc() ou realloc() etc.

Donc, si vous allouez une chaîne à l'aide de malloc() , ou de l'une des autres fonctions d'allocation de tas, comme ceci, puis copiez une chaîne dedans, vous pouvez l'effacer en appelant memset() , mais vous devrez quand même appeler free( ) pour libérer cette mémoire dans le tas.

Notez également que C utilise la portée du bloc et que vous n'avez pas à désallouer explicitement les tableaux qui ont été déclarés avec la classe de stockage par défaut, auto, car ils sont extraits du cadre de la pile lorsque ce bloc sort de la portée.

Enfin, une autre méthode d'attribution est statique. Lorsque vous utilisez la déclaration :

L'espace pour la chaîne "chaîne littérale" réside dans un segment alloué statiquement qui ne doit jamais être écrit. Sur certaines plates-formes, vous obtiendrez une erreur de segmentation si vous essayez d'écrire dans ce segment de mémoire. Vous ne devez pas essayer d'effacer les blocs de mémoire qui ont été alloués statiquement car il n'y a aucune garantie que le segment dans lequel ils sont mappés soit accessible en écriture.


Effacer la projection du bloc de données du mxd actuel à l'aide d'ArcPy ? - Systèmes d'information géographique

Limite du biome
(htropbiome.zip 100 Ko)

Le biome tropical humide a été délimité à l'aide de la carte des écorégions terrestres du World Wildlife Fund. Cette carte a été modifiée pour exclure les écorégions de mosaïques forestières montagneuses et côtières en Afrique. Aux fins de l'analyse d'échantillonnage, le biome a été divisé en un cadre d'échantillonnage composé de blocs carrés de 18,5 km de côté. Le fichier de formes contient la limite du cadre d'échantillonnage pour le biome tropical humide.

Format des données : forme ESRI
Projection : Lat/Long

Données dérivées de MODIS

Les données MODIS seules sont inadéquates pour une estimation précise de la zone de changement parce que la plupart des défrichements se produisent à des échelles de pixels inférieures à MODIS. Pour le calcul du couvert forestier et de la superficie de perte de couvert forestier, veuillez utiliser les produits calibrés à une résolution de 18,5 km.

Produit de densité de la canopée des arbres
(htrop_vcf_500m.zip 57,2 Mo)

Les couches VCF (Végétation Continuous Field) basées sur MODIS fournissent des estimations de la couverture végétale mondiale et régionale pour l'étude des cycles biogéochimiques, l'évaluation des écosystèmes et la gestion des terres. Le produit VCF représente des estimations globales de sous-pixels des composantes végétatives (couverture arborée, couverture herbacée et couverture nue) à 500 m. L'ensemble de données actuel est un sous-ensemble de la couche de couverture de la canopée des arbres de la VCF Collection 4 de l'an 2000 pour le biome tropical humide.

Format des données : GeoTiff. Données entières non signées 8 bits.
Taille des pixels : 463,3127 m.
Projection : sinusoïdale.

Carte des points chauds de perte de couvert forestier (2000-2005)
(htrop_hotspots_500m.zip 2,3 Mo)

Des cartes de points chauds de changement forestier à l'échelle du biome ont été créées à l'aide d'images MODIS annuelles pour la période 2000 à 2005. L'algorithme de l'arbre de classification a lié les données de formation sur la perte de couvert forestier aux entrées MODIS. L'arbre de classification a donné une carte de probabilité de changement sur 5 ans par pixel MODIS. Nous avons appliqué un seuil de probabilité de changement de 75 % pour produire une carte de points chauds de changement de forêt par 500 m de pixels. Ces données représentent les zones de défrichement intensif du couvert forestier.

Format des données : GeoTiff. Données entières non signées 8 bits.
Taille des pixels : 463,3127 m.
Projection : sinusoïdale.

Données calibrées Landsat

Couvert forestier pour l'an 2000
(htrop_forest_20km.zip 55 Ko)

Cet ensemble de données représente l'étendue du couvert forestier pour le biome pour l'année 2000. Les forêts ont été définies comme des zones avec un couvert forestier supérieur à 25 %. Les résultats de la classification des blocs d'échantillons analysés par Landsat ont été utilisés pour calibrer l'étendue de la forêt dérivée de MODIS à l'échelle du biome. La relation entre la superficie de couverture forestière basée sur Landsat et la densité moyenne du couvert forestier VCF par bloc d'échantillon de 18,5 km de côté a été utilisée pour dériver l'étendue de la forêt pour l'année 2000. Un modèle de régression linéaire simple (pas d'interception) a été utilisé avec la densité moyenne du couvert forestier VCF par block comme variable indépendante.

Format des données : GeoTiff. Données entières non signées 8 bits.
Taille des pixels : 18532,508 m.
Projection : sinusoïdale.

Perte du couvert forestier 2000-2005
(htrop_change_20km.zip 47 Ko)

Cet ensemble de données représente la perte brute de couverture forestière 2000-2005 pour le biome. Un estimateur de régression distinct (c'est-à-dire des modèles de régression et des estimations de paramètres distincts autorisés pour chaque strate) et une post-stratification ont été utilisés pour estimer la superficie de perte de couvert forestier calibrée par Landsat. Pour les blocs d'échantillon avec un changement intensif, un modèle de régression linéaire simple a été appliqué en utilisant la proportion de la superficie dans le bloc d'échantillon classée comme perte de forêt dérivée de MODIS comme variable auxiliaire. Pour les blocs à faible changement, une post-stratification basée sur le couvert forestier VCF et la carte des paysages forestiers intacts a été mise en œuvre pour diviser les blocs en zones de changement presque nul et en zones de changement. Les estimations de superficie de perte de couvert forestier ont ensuite été construites à partir de la défriche moyenne de l'échantillon dérivée de Landsat dans les post-strates.

Format des données : GeoTiff. données 32 bits.
Taille des pixels : 18532,508 m.
Projection : sinusoïdale.

À condition que les données dérivées de MODIS soient disponibles pour une utilisation à des fins scientifiques, de conservation et d'éducation valides, à condition que les citations appropriées soient utilisées. Nous vous demandons de créditer les données de surveillance des forêts tropicales humides comme suit :


Effacer la projection du bloc de données du mxd actuel à l'aide d'ArcPy ? - Systèmes d'information géographique

Limite du biome
(borealbiome.zip 77 Ko)

Le biome boréal a été délimité à l'aide de la carte des écorégions terrestres du Fonds mondial pour la nature. Cette carte a été modifiée pour ajouter des écorégions de forêts tempérées de conifères et mixtes caractérisées par une saisonnalité similaire et la présence d'une couverture neigeuse hivernale. Des zones boisées des écorégions forêt-steppe dans les parties continentales de l'Amérique du Nord et de l'Asie, ainsi que des écorégions de transition forêt-toundra, ont également été incluses dans le biome boréal. En raison des limites des données, une petite partie du biome de la forêt boréale (Islande et zones supérieures à 70° de latitude en Sibérie) n'a pas été traitée. Aux fins de l'analyse d'échantillonnage, le biome a été divisé en un cadre d'échantillonnage composé de blocs carrés de 18,5 km de côté. Le fichier de formes contient la limite du cadre d'échantillonnage pour le biome boréal.

Format des données : forme ESRI
Projection : Lat/Long

Données dérivées de MODIS

Les données MODIS seules sont inadéquates pour une estimation précise de la zone de changement parce que la plupart des défrichements forestiers se produisent à des échelles de pixels inférieures à MODIS. Pour le calcul du couvert forestier et de la superficie de perte de couvert forestier, veuillez utiliser les produits calibrés à une résolution de 18,5 km.

Produit de densité de la canopée des arbres
(boreal_vcf_500m.zip 62,5 Mo)

Les couches VCF (Végétation Continuous Field) basées sur MODIS fournissent des estimations de la couverture végétale mondiale et régionale pour l'étude des cycles biogéochimiques, l'évaluation des écosystèmes et la gestion des terres. Le produit VCF représente des estimations globales de sous-pixels des composantes végétatives (couverture arborée, couverture herbacée et couverture nue) à 500 m. L'ensemble de données actuel est un sous-ensemble de la couche du couvert forestier de la collection 4 du VCF de l'an 2000 pour le biome boréal.

Format des données : GeoTiff. Données entières non signées 8 bits.
Taille des pixels : 463,3127 m.
Projection : sinusoïdale.

Carte des points chauds de perte de couvert forestier (2000-2005)
(boreal_hotspots_500m.zip 1,2 Mo)

Des cartes de points chauds de perte de couvert forestier à l'échelle du biome ont été créées à l'aide d'images MODIS annuelles de 2000 à 2005. L'algorithme de l'arbre de régression a associé les données de formation sur la perte de couvert forestier aux entrées MODIS, résultant en une carte de fraction de changement par pixel sur 5 ans. Nous avons appliqué un seuil de fraction de changement de 5 % pour produire une carte de points chauds de changement de forêt par pixel. Ces données représentent des zones de défrichement intensif du couvert forestier.

Format des données : GeoTiff. Données entières non signées 8 bits.
Taille des pixels : 463,3127 m.
Projection : sinusoïdale.

Cartes annuelles des points chauds de perte de couvert forestier (2000-2005)
(boreal_hotspots_years_500m.zip 1,6 Mo)

Pour analyser les tendances temporelles, nous avons désagrégé le changement représenté par la carte des points chauds de perte de forêt sur 5 ans en identifiant l'année de perte maximale du couvert forestier dans l'ensemble de 5 intervalles annuels (2000-2001, 01-02, 02-03, 03- 04 et 04-05). Compte tenu du fait que les entrées MODIS les plus importantes pour la détection des changements dans les modèles d'arbres de régression concernaient la saison de croissance (juin-août), nous nous attendions à ce que les changements se produisant pendant l'automne et l'hiver ne soient détectés que pendant la saison de croissance suivante. Par conséquent, les résultats reflètent les intervalles annuels d'août de l'année précédente à août de l'année suivante.

Format des données : GeoTiff. Données entières non signées 8 bits.
Taille des pixels : 463,3127 m.
Projection : sinusoïdale.

Facteurs de perte de couvert forestier sur 5 ans Carte des points chauds de perte de couvert forestier (2000-2005)
(boreal_hotspots_type_500m.zip 1,3 Mo)

L'analyse des facteurs de perte de couvert forestier a été basée sur une classification par arbre de décision. L'objectif était de discerner la cause du couvert forestier défriché par pixel MODIS. Les résultats de la classification comprennent deux catégories : les zones forestières brûlées et les points chauds de perte de couvert forestier attribués à d'autres facteurs de perturbation (exploitation forestière, épidémies d'insectes, chablis, etc.) dans la carte des points chauds de changement sur 5 ans.

Format des données : GeoTiff. Données entières non signées 8 bits.
Taille des pixels : 463,3127 m.
Projection : sinusoïdale.

Données calibrées Landsat

Couvert forestier pour l'an 2000
(forêt_boréale_20km.zip 76 Ko)

Cet ensemble de données représente l'étendue du couvert forestier pour le biome pour l'année 2000. Les forêts ont été définies comme des zones avec un couvert forestier supérieur à 25 %. Les résultats de la classification des blocs d'échantillons analysés par Landsat ont été utilisés pour calibrer l'étendue de la forêt dérivée de MODIS à l'échelle du biome. La relation entre la superficie de couverture forestière basée sur Landsat et la densité moyenne du couvert forestier VCF par bloc d'échantillon de 18,5 km de côté a été utilisée pour dériver l'étendue de la forêt pour l'année 2000. Un modèle de régression linéaire simple (pas d'intersection) a été utilisé avec la densité moyenne du couvert forestier VCF par block comme variable indépendante.

Format des données : GeoTiff. données 32 bits.
Taille des pixels : 18532,508 m.
Projection : sinusoïdale.

Perte du couvert forestier 2000-2005
(boreal_change_20km.zip 57 Ko)

Cet ensemble de données représente la perte brute de couverture forestière 2000-2005 pour le biome. Un estimateur de régression distinct (c'est-à-dire des modèles de régression et des estimations de paramètres distincts autorisés pour chaque strate) et une post-stratification ont été utilisés pour estimer la superficie de perte de couvert forestier calibrée par Landsat. Pour les blocs d'échantillon avec un changement intensif, un modèle de régression linéaire simple a été appliqué en utilisant la proportion de la superficie dans le bloc d'échantillon classée comme perte de forêt dérivée de MODIS comme variable auxiliaire. Pour les blocs à faible changement, une post-stratification basée sur le couvert forestier VCF et les données de densité routière a été mise en œuvre pour diviser les blocs en zones de changement presque nul et en zones de changement. Les estimations de superficie de perte de couvert forestier ont ensuite été construites à partir de la défriche moyenne de l'échantillon dérivée de Landsat dans les post-strates.

Format des données : GeoTiff. données 32 bits.
Taille des pixels : 18532,508 m.
Projection : sinusoïdale.

Perte de couvert forestier due aux feux de forêt 2000-2005
(boreal_fire_change_20km.zip 52 Ko)

Cet ensemble de données représente la perte brute de couverture forestière 2000-2005 due aux incendies de forêt pour le biome. Un estimateur de régression distinct (c'est-à-dire des modèles de régression et des estimations de paramètres distincts autorisés pour chaque strate) et une post-stratification ont été utilisés pour estimer la superficie de perte de couvert forestier calibrée par Landsat. Pour les blocs d'échantillon avec un changement intensif, un modèle de régression linéaire simple a été appliqué en utilisant la proportion de la superficie dans le bloc d'échantillon classée comme perte de forêt dérivée de MODIS comme variable auxiliaire. Pour les blocs à faible changement, une post-stratification basée sur le couvert forestier VCF et les données de densité routière a été mise en œuvre pour diviser les blocs en zones de changement presque nul et en zones de changement. Les estimations de superficie de perte de couvert forestier ont ensuite été construites à partir de la défriche moyenne de l'échantillon dérivée de Landsat dans les post-strates.

Format des données : GeoTiff. données 32 bits.
Taille des pixels : 18532,508 m.
Projection : sinusoïdale.

À condition que les données dérivées de MODIS soient disponibles pour une utilisation à des fins scientifiques, de conservation et d'éducation valables, à condition que les citations appropriées soient utilisées. Nous vous demandons de créditer les données de surveillance de la forêt boréale comme suit :


Spirit Softs

Nos experts fournissent des questions et des réponses sur les entretiens de formation, Hyperion Financial Management (HFM) afin que vous puissiez développer vos compétences et vos connaissances pour trouver le bon emploi dans une bonne entreprise multinationale.

Qu'est-ce que Hyperion Financial Management (HFM) ?

Hyperion Financial Management est une solution de gestion financière et de reporting centralisée et évolutive.

HFM ( Architecture de Gestion Financière Hyperion )

La gestion financière est conçue pour fonctionner comme un système à plusieurs niveaux.

  • Le niveau client contient l'interface utilisateur et la capacité de communiquer avec le niveau application. Vous pouvez afficher des données et des métadonnées, saisir des données et gérer des métadonnées dans ce niveau.
  • Au niveau du serveur Web, vous accédez aux parties Web de Financial Management.
  • Le niveau intermédiaire contient l'intelligence du domaine et les connexions à la base de données relationnelle.
  • Le niveau de données contient la base de données relationnelle et toutes les données et métadonnées de Financial Management.

Dimensions HFM

Les dimensions décrivent les données d'une organisation et contiennent généralement des groupes de membres associés.
Des exemples de dimensions sont Compte, Entité et Période. Financial Management fournit huit dimensions définies par le système et vous permet de renseigner jusqu'à quatre dimensions personnalisées que vous pouvez appliquer aux comptes.

Les sections suivantes décrivent les dimensions définies par le système :

La dimension Scénario représente un ensemble de données, telles que Budget, Réel ou Prévision. Par exemple, le scénario Réel peut contenir des données d'un grand livre général, reflétant les opérations commerciales passées et actuelles. Le scénario Budget peut contenir des données qui reflètent les opérations commerciales ciblées.Le scénario Prévision contient généralement des données qui correspondent aux prévisions pour les périodes à venir. Un scénario légal peut contenir des données calculées selon le format et les règles GAAP légales.

Vous pouvez définir n'importe quel nombre de scénarios pour une application et définir des attributs pour le scénario
membres de dimension, tels que la fréquence par défaut, la vue par défaut et les paramètres de données zéro.

La dimension Année représente l'année fiscale ou civile des données. Une application peut contenir
données depuis plus d'un an. Vous spécifiez une plage d'années lorsque vous créez l'application et sélectionnez
un an à partir de la dimension Année pour traiter les données.

La dimension Période représente des périodes, telles que des trimestres et des mois. Il contient du temps
périodes et fréquences en affichant les périodes dans une hiérarchie. Par exemple, si la valeur réelle
scénario maintient les données sur une base mensuelle, généralement 12 périodes de données sont disponibles pour ce
scénario dans un an. Financial Management prend en charge les années, les mois et les semaines pour la dimension de période. Il ne prend pas en charge les jours pour la dimension.

La dimension Entité représente la structure organisationnelle de l'entreprise, telle que la
structures de gestion et de rapports juridiques. Les entités peuvent représenter des divisions, des filiales, des usines,
régions, pays, entités juridiques, unités commerciales, départements ou toute unité organisationnelle. Toi
peut définir un nombre quelconque d'entités.

La dimension Entité est la dimension de consolidation du système. Hiérarchies dans l'entité
dimension reflètent diverses vues consolidées des données. Différentes hiérarchies peuvent correspondre à
regroupement géographique, regroupement juridique ou regroupement par activité. Toutes les relations
parmi les composants membres individuels qui existent dans une organisation sont stockés et maintenus
dans cette dimension. Les entités d'une organisation sont des entités dépendantes, de base ou parent. Dépendant
les entités appartiennent à d'autres entités de l'organisation. Les entités de base se trouvent au bas de la
structure organisationnelle et ne possèdent pas d'autres entités. Les entités parent contiennent un ou plusieurs
personnes à charge qui relèvent directement d'eux.

Vous définissez des attributs pour les membres de la dimension Entité, tels que la devise et la sécurité par défaut
classe, et pour spécifier si l'entité autorise les ajustements et stocke les détails intersociétés.

La dimension Valeur représente les différents types de valeurs stockées dans votre application, et peut
inclure la devise d'entrée, la devise mère, les ajustements et les détails de consolidation tels que
proportion, élimination et détail de la contribution. Par exemple, le membre Entity Currency
stocke la valeur d'une entité dans sa devise locale. Le membre Parent Currency stocke la valeur
pour une entité convertie en devise de son entité mère.

La dimension Compte représente une hiérarchie de comptes naturels. Comptes magasin financier
données pour les entités et les scénarios d'une application. Chaque compte a un type, tel que Revenu ou
Dépense qui définit son comportement comptable. Vous définissez des attributs pour les membres de la dimension Compte, tels que le type de compte, le nombre de décimales à afficher et si le compte est un compte partenaire calculé, consolidé ou intersociété.

La dimension Intersociétés représente tous les soldes intersociétés qui existent pour un compte.
Il s'agit d'une dimension réservée qui est utilisée en combinaison avec la dimension Compte et tout
dimension personnalisée. La gestion financière peut suivre et éliminer les transactions intersociétés
détails entre les comptes et les entités. Vous pouvez également exécuter des rapports de rapprochement intersociétés pour afficher
opérations intersociétés.

La dimension Vue représente divers modes d'intelligence du calendrier, par exemple, Périodique,
Fréquences cumulées annuelles et trimestrielles. Si vous définissez la vue sur Périodique, les valeurs de
chaque mois sont affichés. Si vous définissez la vue sur Cumul annuel ou Cumul trimestriel, le
les valeurs pour l'année ou le trimestre sont affichées.

Quatre dimensions personnalisées sont disponibles pour l'analyse des données détaillées. Vous pouvez utiliser la coutume
dimensions pour stocker des détails supplémentaires associés aux comptes, tels que les produits, les marchés, les canaux, les mouvements de bilan ou les types d'élimination. Par exemple, les dimensions personnalisées peuvent inclure la ligne de produits, la région, le canal ou les clients.

Vous définissez une application en cinq étapes :

1. Créez un profil d'application contenant des définitions de calendrier, de langue et de fréquence
pour l'application.
2. Créez un shell d'application, dans lequel vous définissez le serveur d'applications sur lequel l'application
réside, une étiquette et une description d'application, un profil d'application et un emplacement pour un journal
fichier..
3. Définir la sécurité de l'application, y compris quels utilisateurs ont accès à l'application et
quel type d'accès chaque utilisateur a.
4. Définir les métadonnées pour l'application, y compris les comptes, les entités, les scénarios et les
dimensions, ainsi que les paramètres d'application, les méthodes de consolidation et les devises.
5. Chargez des données, des formulaires de données, des listes de membres, des règles et des journaux dans l'application.

Création de profils d'application

Un profil d'application contient des informations sur la langue, le calendrier, la fréquence et la période d'un
application. Vous pouvez utiliser un profil pour plusieurs applications. Pour chaque application que vous créez, vous devez spécifier un profil d'application.

Remarque : Vous créez des profils d'application dans Financial Management Desktop sous Windows.

Pour créer un profil d'application :

1) Sur le bureau Windows de Financial Management, sélectionnez Définir le profil d'application.

2) Sélectionnez l'une des options suivantes :
une. Créer un nouveau profil d'application
b. Sélectionnez un profil d'application existant et cliquez pour localiser le fichier.

Remarque : par défaut, les fichiers de profil d'application utilisent l'extension de fichier PER.

Vous pouvez définir jusqu'à 10 langues pour les étiquettes utilisées dans une application. Vous pouvez
utiliser différentes langues pour créer des descriptions pour les éléments de votre application.

Remarque : vous pouvez saisir jusqu'à 10 langues, et chaque langue peut contenir un maximum de 20 caractères. Notez qu'un espace est compté comme un caractère.

Lorsque vous sélectionnez le type de calendrier et les périodes pour le profil d'application, par défaut
des fréquences sont créées pour le profil d'application. Par exemple, si vous sélectionnez un calendrier standard
et incluent les semestres, les trimestres et les mois comme périodes, le système crée les fréquences suivantes : annuelle, semestrielle, trimestrielle et mensuelle.

Vous pouvez également sélectionner un calendrier personnalisé ou un calendrier manuel. Si vous choisissez de définir un
calendrier, vous devez définir le nombre de périodes et le préfixe du libellé de période. Une liste plate est créée et vous pouvez modifier la hiérarchie ultérieurement. Si vous choisissez de définir un calendrier manuel, les fréquences et périodes sont vides. Vous pouvez alors saisir les fréquences et périodes dont vous avez besoin.

  1. Sélectionnez un type de calendrier :
    ● Calendrier standard
    ● Calendrier personnalisé
    ● Calendrier défini manuellement
  2. Effectuez l'une des actions suivantes:
    Si vous avez sélectionné Calendrier standard :
    une. Sélectionnez les périodes à inclure (semestres, trimestres, trimestres ou mois).
    b. Si vous avez inclus des mois dans le calendrier, dans la liste déroulante Mois de début, sélectionnez le premier mois du calendrier.
    Si vous avez sélectionné Calendrier personnalisé :
    c. Dans la zone de texte Nombre de périodes de base, entrez le nombre de périodes dans l'année.
    ré. Dans la zone de texte Préfixe d'étiquette de période, saisissez un préfixe pour les périodes à inclure.
    e. L'étiquette peut contenir un maximum de 10 caractères et peut inclure des espaces.
    Conseil : Si vous saisissez 10 pour le nombre de périodes et NewPeriod comme préfixe d'étiquette, les éléments suivants
    des périodes sont ajoutées à la hiérarchie : NewPeriod1, NewPeriod2, NewPeriod3, NewPeriod4, NewPeriod5, etc.

Si vous avez sélectionné Calendrier défini manuellement, passez à l'étape suivante.

  1. Dans la zone de texte Année de début, entrez l'année de début du calendrier.
  2. Dans la zone de texte Nombre d'années, entrez le nombre total d'années à inclure.
  3. Cliquez sur Suivant.

Les fréquences et leurs vues correspondantes sont créées en fonction des périodes que vous
sélectionné lors de la définition du calendrier. Vous pouvez ajouter, modifier et supprimer des fréquences. Vous pouvez aussi
entrez une étiquette descriptive pour chaque fréquence et affichez dans chaque langue que vous avez précédemment définie.

Lors de l'édition des fréquences, vous ne pouvez pas changer l'étiquette de la fréquence YTD, qui est contenue
dans la première colonne de la ligne Fréquence 1. Cependant, vous pouvez saisir une description de l'exercice en cours
fréquence pour chaque langue que vous définissez.

Remarque : En plus des fréquences que vous pouvez définir, chaque application contient deux fréquences définies par le système et les vues correspondantes, et Périodique.

Si vous avez sélectionné Calendrier défini manuellement comme période pour le calendrier, les fréquences
grille est vide et vous devez saisir les vues de fréquence nécessaires et leurs descriptions. Toi
doit saisir une fréquence pour chaque niveau de la dimension Période.

Avertir! Après avoir créé une application, vous ne pouvez pas modifier les descriptions ou les étiquettes de fréquence dans l'application.

  1. Dans la liste déroulante Langue, sélectionnez une langue.
  2. Saisissez ou modifiez les valeurs dans la colonne Vue et saisissez une description de la vue.
    Vous pouvez entrer jusqu'à six fréquences.
    Remarque : L'étiquette de vue peut contenir un maximum de 20 caractères. La description de la vue peut contenir un maximum de 40 caractères. Les libellés ne peuvent pas inclure les caractères suivants :
    . + – * / # < > , @ “
    Astuce : étant donné que vous ne pouvez pas modifier les fréquences après la création d'une application, assurez-vous d'inclure une description de vue pour chaque fréquence dans chaque langue.
  3. Cliquez sur Suivant.

La hiérarchie des périodes est une combinaison de la période et des fréquences que vous définissez. Toi
pouvez apporter des modifications à cette hiérarchie en ajoutant ou en supprimant des périodes. Par exemple, vous voudrez peut-être
d'ajouter un mois au quatrième trimestre pour obtenir une année de 13 mois.

Remarque : Vous ne pouvez pas modifier les étiquettes de période en fonction de la langue. En d'autres termes, si vous modifiez une étiquette de période dans une langue, la modification est répercutée dans toutes les autres langues définies dans le profil d'application. Cependant, vous pouvez avoir une description de période unique pour chaque langue.

Enregistrement des profils d'application

Par défaut, les fichiers de profil d'application utilisent l'extension de fichier PER. Si vous créez une application
profil, vous devez effectuer toutes les étapes du module Concevoir un profil d'application.

Pour enregistrer un profil d'application :

  1. Dans la zone de texte Nom de fichier, entrez un nom pour le fichier ou cliquez pour rechercher un profil à remplacer.
    Remarque : par défaut, les fichiers de profil d'application utilisent l'extension PER.
  2. Cliquez sur Terminer.

Créez une application en spécifiant les informations suivantes :

 Le cluster du serveur d'applications sur lequel exécuter la nouvelle application (Le nom du cluster doit être un nom de serveur valide.)
L'étiquette d'application
Le descriptif de l'application
 Le profil d'application, qui contient les définitions de calendrier, de langue et de fréquence pour l'application
 Le dossier de stockage local, qui stocke certaines informations d'application sur votre poste de travail
 Le projet de gestion des utilisateurs auquel ajouter l'application.
 L'URL du serveur Web pour l'administration de la sécurité

Remarque : après avoir créé une application, vous devez configurer sa sécurité.

  1. Dans le cadre de navigation du bureau, sélectionnez Créer une application.
  2. Dans la liste déroulante Serveur, sélectionnez le cluster de serveurs d'applications sur lequel exécuter l'application. Si le cluster de serveurs n'est pas répertorié, vous devrez peut-être enregistrer le cluster de serveurs.
  3. Dans la zone de texte Libellé de l'application, saisissez un nom pour l'application.
    Le libellé de l'application peut comporter au maximum 10 caractères alphanumériques mais ne peut pas commencer par un chiffre ni contenir d'espaces ou de caractères spéciaux. Les étiquettes d'application ne sont pas sensibles à la casse. Par exemple, App1 et APP1 sont considérés comme la même application. HFM, HSV et HSX sont des noms réservés et ne peuvent pas être utilisés pour les étiquettes d'application.

Attention : ne créez pas d'applications portant le même nom même si elles se trouvent sur des serveurs d'applications Financial Management différents. Les applications du même nom mais provenant de serveurs d'applications Financial Management différents ne peuvent pas coexister sur un serveur Oracle Hyperion® Shared Services.

  1. Dans la zone de texte Description de l'application, saisissez une description pour l'application. La description de l'application peut avoir un maximum de 40 caractères et peut inclure des espaces, mais ne peut pas contenir d'esperluette (&). HFM, HSV et HSX sont des noms réservés et ne peuvent pas être utilisés pour les descriptions d'applications.
  2. Dans la zone de texte Profil d'application, entrez le chemin d'accès et le nom de fichier du profil d'application ou cliquez pour rechercher le profil d'application à utiliser. Par défaut, les profils d'application utilisent l'extension de fichier PER.
  3. Dans la zone de texte Dossier de stockage local, entrez le chemin et le nom du dossier dans lequel les fichiers d'application téléchargés seront stockés sur le poste de travail, ou cliquez pour accéder au dossier de stockage local.
  4. Dans la liste déroulante Projet de gestion des utilisateurs, sélectionnez le projet Shared Services auquel ajouter l'application.

Remarque : chaque application doit appartenir à un projet Shared Services.

  1. Dans la zone de texte URL du serveur Web Financial Management pour l'administration de la sécurité, saisissez l'URL.
  2. Cliquez sur Créer.
  3. Cliquez sur Fermer.
  1. Connectez-vous à l'espace de travail. Sélectionnez Naviguer  Administrer  Administration des applications classiques  Administration de la consolidation.
  2. Sélectionnez Créer une application.
  3. Cliquez sur Créer.

Gestion de la sécurité des applications

Il existe deux manières de configurer la sécurité des applications Financial Management :
● Créer et charger un fichier de sécurité dans une application.
● Utilisez la console de gestion des utilisateurs Hyperion Shared Services pour configurer les informations de sécurité.

Configuration de la sécurité à l'aide de la console de gestion des utilisateurs Hyperion Shared Services :

Pour lancer la console de gestion des utilisateurs à partir de Financial Management :

La console de gestion des utilisateurs s'ouvre dans la fenêtre du navigateur Financial Management.

  1. Dans la vue du navigateur, développez Projets jusqu'à ce que vous puissiez sélectionner l'application pour laquelle configurer la sécurité.

Affectation d'utilisateurs et de groupes aux applications Financial Management

Avant de pouvoir affecter des utilisateurs et des groupes à des applications, vous devez disposer du
Rôle de gestionnaire et provisionnement des utilisateurs.

Lorsque vous sélectionnez des utilisateurs et des groupes, seuls les utilisateurs et groupes provisionnés pour l'application sont
disponible.
Pour sélectionner des utilisateurs et des groupes pour une application :

 Dans Utilisateurs et groupes disponibles, sélectionnez une option.
 Sélectionnez les utilisateurs et les groupes à affecter à l'application, puis cliquez sur.
 Cliquez sur Suivant ou Sélectionnez les classes.

Configuration des classes de sécurité pour les applications Financial Management

Les classes de sécurité déterminent l'accès des utilisateurs aux éléments de l'application.

Noter:
Seuls les utilisateurs affectés au rôle Provisioning Manager peuvent définir des classes de sécurité pour les applications.
Après avoir défini des classes de sécurité pour une application, vous pouvez affecter les classes de sécurité à
éléments d'application tels que les comptes et les entités. La capacité d'un utilisateur ou d'un groupe à accéder aux éléments applicatifs dépend des classes de sécurité auxquelles appartient l'utilisateur ou le groupe et de la classe de sécurité associée aux éléments applicatifs.

Création de classes de sécurité

Pour créer des classes de sécurité :

 Dans Nom de classe, saisissez un nom pour la classe de sécurité.
Remarque : le nom peut contenir jusqu'à 80 caractères.
Cliquez sur Ajouter.

Suppression de classes de sécurité

Avant de supprimer une classe de sécurité d'une application, vous devez la dissocier de la
éléments d'application auxquels il est affecté.
Vous pouvez dissocier une entité, un compte ou un scénario d'une classe de sécurité en modifiant la
classe de sécurité dans le fichier de métadonnées ou en modifiant l'attribut de classe de sécurité dans Metadata Manager. Vous pouvez dissocier un journal d'une classe de sécurité en modifiant le fichier journal ou en mettant à jour la classe de sécurité du journal dans le module Traiter les journaux.

Pour supprimer des classes de sécurité :

 Dans Classes disponibles, sélectionnez les classes de sécurité à supprimer.
 Cliquez sur Supprimer les cours.
 Cliquez sur Oui pour confirmer la suppression.

Sélection des classes de sécurité

Pour sélectionner des classes de sécurité pour une application :

 Dans Classes disponibles, sélectionnez les classes de sécurité à affecter à l'application, puis cliquez sur Ajouter.
 Cliquez sur Suivant ou Attribuez un accès.

Attribution d'un accès utilisateur aux classes de sécurité

Après avoir défini les utilisateurs et les groupes et les classes de sécurité, vous pouvez spécifier le niveau d'accès de chaque
l'utilisateur et le groupe ont à chaque classe de sécurité dans l'application et configurent des alertes par e-mail.

Remarque : vous devez sélectionner des utilisateurs et des classes pour l'application avant de pouvoir accéder au module Affecter l'accès.
Niveau d'accès utilisateur

Aucun Aucun accès aux éléments affectés à la classe de sécurité.

Métadonnées Affiche un membre spécifié dans une liste mais ne peut pas afficher ou modifier les données du membre.

Lire Afficher les données pour les éléments affectés à la classe de sécurité mais ne peut pas promouvoir ou rejeter.

Promouvoir Affiche les données des éléments affectés à la classe de sécurité et peut promouvoir ou rejeter.

Tous Modifie les données des éléments affectés à la classe de sécurité et peut promouvoir et rejeter.

Remarque : un utilisateur affecté au rôle d'administrateur d'application pour une application a accès à tous
informations dans la demande.

Pour attribuer un accès utilisateur aux classes de sécurité :

 Sélectionnez les cellules auxquelles attribuer des droits d'accès.
 Dans Accès, sélectionnez le niveau d'accès à attribuer.
 Cliquez pour appliquer le niveau aux cellules sélectionnées.
 Facultatif : pour ajouter une alerte par e-mail, sélectionnez des cellules dans le tableau et cliquez sur Ajouter une alerte.
Attention ! Le processus d'alerte utilise les adresses e-mail stockées dans les fichiers d'authentification, tels que MSAD, LDAP ou Native Directory.
Remarque : pour supprimer les alertes par e-mail, sélectionnez la cellule et cliquez sur Supprimer l'alerte.
Cliquez sur Enregistrer.
 Cliquez sur Suivant ou sur Rapport de sécurité.

Création et chargement des fichiers de sécurité de l'application dans l'application :

La création et le chargement du fichier de sécurité de l'application est une alternative à la mise en œuvre de la sécurité de l'application.

Le fichier de sécurité de l'application contient,

  1. Utilisateurs et groupes.
  2. Classes de sécurité.
  3. Rôles des utilisateurs et des groupes
  4. Classes de sécurité Droits d'accès

Remarque : vous devez d'abord charger la sécurité de l'application avant de pouvoir charger d'autres informations dans une application.
Rôles des utilisateurs

Les rôles d'utilisateur pouvant être attribués et les tâches que chaque rôle peut effectuer sont répertoriés ci-dessous.

Administrateur Toutes les tâches. L'accès à ce rôle remplace tout autre paramètre d'accès pour l'utilisateur. Par exemple, si l'utilisateur a un accès Oui au rôle Administrateur mais n'a aucun accès à Charger le système, l'utilisateur peut charger le système.

Charger le système Charger les métadonnées, les règles et les listes de membres.

Lire des revues Lire des revues.

Créer des journaux Remarque : Tout utilisateur auquel vous attribuez ce rôle doit également être affecté au rôle Lire les journaux.
Créez, modifiez, supprimez, soumettez et annulez la soumission de journaux.

Créer des journaux non équilibrés Remarque : Tout utilisateur auquel vous attribuez ce rôle doit également être affecté au rôle Créer des journaux.
Créez des journaux déséquilibrés.

Approuver les journaux Approuver ou rejeter les journaux.

Publier des journaux Publier et dépublier des journaux.
Remarque : La classe de sécurité des entités contenues dans les éléments de ligne de journal est vérifiée lorsqu'un utilisateur effectue une action pot ou unpost et lorsqu'un utilisateur effectue un journal lu ou publié.

Administrateur de journaux Toutes les tâches impliquant des journaux.

Superviseur de la revue Toutes les tâches impliquant la gestion des processus.

Réviseur 1 – 10 Affichez et modifiez un bloc de données lorsque ces données sont au niveau de processus désigné par l'utilisateur. Les privilèges associés à ces rôles dépendent également des droits de l'utilisateur à accéder aux données de l'entité. Par exemple, un utilisateur affecté au rôle Réviseur 1 peut afficher un bloc de données lorsque ces données sont au niveau de révision 1. Lorsque le réviseur 1 promeut le bloc de données au niveau de révision 2, le réviseur 1 peut afficher le bloc de données mais ne peut pas plus le changer.
Auteur Soumettre un bloc de données pour approbation finale.

Administrateur de sécurité Ajoutez des utilisateurs, attribuez des classes de sécurité et configurez l'accès pour tous les utilisateurs à l'exception de lui-même.

Verrouiller les données Verrouiller les données dans l'explorateur de données.

Déverrouiller les données Déverrouiller les données dans l'explorateur de données.

Exécuter la consolidation Exécuter la consolidation dans l'explorateur de données.

Consolider tout Consolider tout dans l'explorateur de données.

Exécuter l'allocation Exécutez les allocations dans l'explorateur de données.

Gérer les formulaires de saisie de données Gérez les formulaires de saisie de données sur le Web.

Enregistrer le rapport système sur le serveur Enregistrer les rapports système sur le serveur.

Les fichiers de sécurité des applications utilisent l'extension .sec.

Voici la syntaxe d'un fichier de sécurité d'application :

Lorsque vous créez le fichier, utilisez un point d'exclamation (!) pour indiquer le début d'une nouvelle section et une apostrophe (') pour commencer une ligne de commentaire.

Remarque : le point d'exclamation doit être suivi d'un nom de section valide.

Remarque : S'il y a des lignes dans le fichier qui dupliquent des informations ou qui définissent des droits de sécurité différents pour le même utilisateur, le système utilise la dernière entrée du fichier pour cet utilisateur.

Cette section du fichier contient les utilisateurs et les groupes à ajouter à l'application.

La syntaxe de cette section est la suivante :
[e-mail protégé]

! USERS_AND_GROUPS
admin @Répertoire natif
user1 @Répertoire natif
group1 @Répertoire natif

Cette section du fichier contient les classes de sécurité à ajouter à l'application. Les noms de classe de sécurité peuvent contenir jusqu'à 80 caractères.

Cette section du fichier attribue aux utilisateurs des rôles HFM

La syntaxe de cette section est la suivante :
utilisateur de rôle

Remarque : Le rôle dans le fichier de sécurité est requis
Exemple pour cette section :

! ROLE_ACCESS
‘role Utilisateur Administrateur[email protected] Système de chargement de répertoire[email protected] Administrateur de journaux de répertoire[email protected] Répertoire

Section d'accès aux classes de sécurité :

Cette section contient les rôles d'accès aux classes de sécurité pour les utilisateurs.

La syntaxe de cette section est la suivante :
Droits d'accès des utilisateurs de classe

! SECURITY_CLASS_ACCESS ‘Class User Rights SYSTEM [email protected] Répertoire Tout SYSTEM [email protected] Répertoire natif Lire SYSTEM [email protected] Répertoire natif Promouvoir
EUROPE [email protected] Répertoire natif Aucun

Chargement de la sécurité des applications

Vous devez charger la sécurité de l'application avant de pouvoir charger d'autres informations dans une application.
Pour supprimer un rôle d'un utilisateur ou d'un groupe, vous devez modifier le rôle dans User Management.

Pour charger la sécurité de l'application :

  1. Ouvrez l'application.
  2. Dans le cadre de navigation, sélectionnez Charger la sécurité.
  3. Pour Security Filename, entrez le nom du fichier à charger ou cliquez pour rechercher le fichier

Remarque : les fichiers d'informations de sécurité utilisent l'extension de fichier SEC. Vous pouvez cliquer sur Afficher pour afficher le contenu du fichier de sécurité de l'application que vous avez spécifié.

  1. Pour Log Filename, entrez un nom de fichier journal ou cliquez pour rechercher le fichier.
  2. Pour Caractère délimiteur, saisissez le caractère utilisé pour séparer les informations dans le fichier.
    Ces caractères sont valides :
    ,

Remarque : vous devez utiliser un caractère qui n'est pas utilisé dans le nom du fichier ou de toute autre manière dans le fichier. Par exemple, si vous utilisez la virgule dans une description d'entité, vous ne pouvez pas utiliser la virgule comme délimiteur.

Facultatif : sélectionnez Effacer toutes les informations de sécurité avant le chargement pour effacer les informations de sécurité de l'application avant de charger de nouvelles informations de sécurité.

Avertir! Vous pouvez utiliser l'option Effacer tout uniquement si les rôles d'administrateur d'application et de gestionnaire d'approvisionnement vous ont été attribués. De plus, si vous utilisez cette option, vous devrez réapprovisionner les utilisateurs, car tous les utilisateurs (y compris l'utilisateur effectuant l'effacement) seront supprimés au cours de ce processus.

Conseil : utilisez les boutons Tout sélectionner et Tout désélectionner pour sélectionner ou désélectionner rapidement les types de sécurité.

Remarque : après avoir chargé le fichier de sécurité, vous pouvez cliquer sur le bouton Afficher en regard de Nom du fichier journal pour afficher le fichier journal.

  1. Ouvrez l'application.
  2. Dans la vue du navigateur, développez Tâches et sélectionnez Charger les tâches.
  3. Sélectionnez Charger la sécurité.
  4. Pour Fichier de sécurité, entrez le nom du fichier à charger ou cliquez sur Parcourir pour rechercher le fichier. Remarque : les fichiers de sécurité des applications utilisent l'extension de fichier SEC. Effacement et chargement des informations de sécurité

Vous pouvez effacer les informations de sécurité d'une application, puis charger de nouvelles informations de sécurité. Par exemple, si vous prévoyez de changer la classe de sécurité Class1 en Class2 pendant le chargement de la sécurité, vous devez apporter la modification à tous les éléments d'application qui font référence à la classe de sécurité Class1. Cependant, étant donné que le système génère de nouvelles références de sécurité pour les éléments d'application qui utilisent des informations de classe de sécurité, vous devez effectuer les étapes préalables avant de charger les nouvelles informations de sécurité et vous devez effectuer des étapes de suivi après avoir chargé les nouvelles informations de sécurité.

Pour effacer les informations de sécurité et charger un nouveau fichier de sécurité :

  1. Extraire les éléments d'application de l'application.
  2. Sélectionnez pour effacer les informations de sécurité existantes et charger un nouveau fichier de sécurité.
  3. Chargez les éléments de l'application dans l'application.

Remarque : Vous devez être affecté au rôle de sécurité Administrateur d'applications pour pouvoir effectuer ces procédures.

Avant d'effacer les informations de sécurité

Avant d'effacer les informations de sécurité et de charger un fichier de sécurité, vous devez effectuer ces
procédures.

Avant d'effacer les informations de sécurité et de charger un fichier de sécurité, vous devez effectuer les tâches suivantes pour les éléments d'application spécifiés qui utilisent les informations de classe de sécurité.

Pour mettre à jour les métadonnées avant d'effacer et de charger les informations de sécurité :

  1. Extrayez tous les éléments de métadonnées d'application dans l'application.
  2. Apportez les modifications nécessaires aux informations de classe de sécurité des éléments de métadonnées.

Pour mettre à jour les journaux avant d'effacer et de charger les informations de sécurité :

  1. Dépostez les journaux publiés dans l'application.
  2. Rejeter les journaux approuvés afin que le statut du journal redevienne En cours.
  3. Extraire tous les journaux.
  4. Modifiez les informations de classe de sécurité des journaux si nécessaire.

Pour mettre à jour les grilles avant d'effacer et de charger les informations de sécurité :

  1. Extrayez toutes les grilles auxquelles une classe de sécurité est affectée.
  2. Modifiez les informations de classe de sécurité des grilles si nécessaire.

Pour mettre à jour les formulaires de données avant d'effacer et de charger les informations de sécurité :

  1. Extrayez tous les formulaires de données auxquels une classe de sécurité est affectée.
  2. Apportez les modifications nécessaires aux informations de classe de sécurité des formulaires de données.

Après avoir effacé les informations de sécurité

Après avoir effacé les informations de sécurité et chargé un fichier de sécurité, vous devez effectuer les opérations suivantes
tâches pour les éléments d'application spécifiés qui utilisent les informations de classe de sécurité.

Pour mettre à jour les métadonnées après avoir effacé et chargé les informations de sécurité, chargez le fichier de métadonnées mis à jour dans l'application.

Pour mettre à jour les journaux après avoir effacé et chargé les informations de sécurité :

  1. Chargez le fichier journal mis à jour.
  2. Publiez les journaux que vous avez annulés avant d'effacer et de charger les informations de sécurité.
  3. Approuver les journaux que vous avez rejetés avant d'effacer et de charger les informations de sécurité

Pour mettre à jour les grilles après avoir effacé et chargé les informations de sécurité :

Pour mettre à jour les formulaires après avoir effacé et chargé les informations de sécurité :

Pour mettre à jour les dossiers après avoir effacé et chargé les informations de sécurité :

  1. Supprimez les dossiers auxquels une classe de sécurité incorrecte peut être attribuée.
  2. Ajoutez de nouveaux dossiers à l'application.

Pour mettre à jour les rapports après avoir effacé et chargé les informations de sécurité :

  1. Rechargez tous les rapports avec une classe de sécurité attribuée.
  2. Indiquez la nouvelle affectation de classe de sécurité, le cas échéant.

Pour mettre à jour les listes de tâches après avoir effacé et chargé les informations de sécurité :

  1. Rechargez toutes les listes de tâches avec une classe de sécurité attribuée.
  2. Indiquez la nouvelle affectation de classe de sécurité, le cas échéant.

Vous pouvez définir des métadonnées pour les applications Classic Financial Management de deux manières :

une. Créez un fichier de métadonnées XML ou APP et chargez-le dans une application.
b. Utilisez Metadata Manager pour créer un fichier de métadonnées XML ou APP et le charger dans une application.

Le tableau suivant décrit le comportement des types de compte dans le système. Par exemple, les comptes ASSET ne totalisent pas sur plusieurs périodes, tandis qu'un compte REVENUE fournit un total annuel. Si vous débitez un compte ASSET, la valeur que vous saisissez est ajoutée au compte. Si vous créditez un compte ASSET, la valeur que vous saisissez est soustraite du compte. Tous les types de compte, à l'exception de GROUPLABEL, contiennent des données.

Tableau : Comportements des types de compte

Définissez les membres personnalisés à l'aide des attributs du tableau suivant :

Définissez les membres d'entité à l'aide des attributs du tableau suivant :

Définition des membres du scénario

Définissez les membres du scénario à l'aide des attributs du tableau suivant :

Définition des paramètres d'application

Les paramètres d'application s'appliquent à l'ensemble de l'application Financial Management. Paramètres de l'application
déterminer les informations suivantes pour l'application :

● L'organisation est-elle dynamique, utilisant l'organisation par période ?
● Quelles dimensions sont sécurisées ?
● Quels tarifs et méthodes de traduction par défaut sont utilisés ?
● Quel est le poids ICP ?
● Les règles de consolidation sont-elles appliquées ?
● Quelle est la devise par défaut ?

Définissez les paramètres de l'application à l'aide des attributs du tableau suivant :

La fonctionnalité d'organisation par période permet à la structure de consolidation la plus récente de
coexistent avec des structures passées dans la même application.

Les structures organisationnelles peuvent changer pour de nombreuses raisons, notamment les acquisitions, les cessions,
fusions et réorganisations. Pour accompagner les changements organisationnels, Financial Management utilise
un compte système, Actif, pour refléter l'état de consolidation actif ou inactif d'un enfant dans son
parent. Le compte Actif agit comme un filtre de la hiérarchie des entités. Le compte actif est un
compte intersociétés qui stocke les données au niveau parent et utilise la dimension ICP pour stocker
informations sur les enfants.

Pour un membre ICP qui correspond à un enfant d'un parent, le compte Actif indique au
système si l'enfant doit être considéré comme un membre actif de la consolidation pour le
année, scénario et période. Les enfants qui correspondent aux membres ICP pour lesquels l'Actif
compte est égal à 0 sont considérés comme des enfants inactifs et ne sont pas consolidés. Enfants
qui correspondent aux adhérents ICP pour lesquels le compte Actif est égal à 1 sont considérés comme
enfants actifs et sont consolidés. Les valeurs de compte actives peuvent être consultées ou modifiées dans Data
Explorateur. De même, les modifications apportées aux données enfant actives affectent le parent, tandis que les modifications apportées à l'enfant inactif
les données n'affectent pas le parent.

L'attribut DefaultValueForActive contrôle le statut des enfants pour lesquels le compte actif
est vide. Ainsi, chaque intersection parent-enfant n'a pas besoin d'être signalée comme active ou inactive. Par
par défaut, chaque enfant est actif par rapport à son parent, sauf indication contraire.

Définir des méthodes de consolidation

Utilisation des méthodes de consolidation

Les méthodes de consolidation sont définies dans la section méthodes de consolidation des métadonnées. Le
méthodes sont utilisées lors des processus de consolidation et de calcul de la propriété.

Lorsque vous définissez des méthodes de consolidation dans les métadonnées, le système génère automatiquement
la liste système [ConsolMethod] pour la dimension Custom1. La liste du système comprend tous
méthodes définies dans la section méthodes de consolidation des métadonnées.

Il existe deux manières d'affecter la méthode de consolidation à une entité à utiliser lors de la consolidation.
La méthode peut être attribuée manuellement via le chargement de données ou la saisie de données. La méthode peut aussi être
attribué par la routine de calcul de propriété, qui est basée sur le contrôle en pourcentage ultime
affecté à l'entité.

Affectation manuelle des méthodes de consolidation

Pour saisir manuellement les informations sur la méthode de consolidation, vous pouvez créer une grille de données avec le
information suivante:

PDV : Scénario, Année, Période, Vue, Entité, Valeur, Compte, C2, C3, C4
Scénario : Scénario applicable
Année : Année applicable
Période : Période applicable
Entité : une entité mère
Valeur : [Aucun] Compte : [Méthode], un compte généré par le système appelé Méthode
C2 : [Aucun] C3 : [Aucun] C4 : [Aucun] Ligne : Entités ICP (Pour les parents, l'utilisateur peut utiliser la liste système [Entités ICP] ou
liste des entités ICP sélectionnées.)
Colonne : Custom1 (L'utilisateur doit utiliser la liste générée par le système [ConsolMethods].)
Les informations d'affectation de méthode sont stockées dans la méthode de compte du fichier de données du parent
entité. Pour chaque enfant d'un parent, le système stocke l'affectation de la méthode de consolidation dans le
Dimension PCI. La méthode affectée est utilisée lorsque les enfants sont consolidés dans le parent.
Pour une intersection de la grille, utilisez 1 pour indiquer l'affectation de la méthode à l'entité ICP. Pour
exemple, si un groupe parent a deux enfants, A et B, et que vous affectez la méthode Global à A
et la méthode de mise en équivalence à B, entrez 1 dans l'intersection pour la méthode globale et l'entité A et
1 à l'intersection pour la méthode de mise en équivalence et l'entité B.

Lorsque vous créez une application, les comptes système pour la consolidation et la propriété sont
créé automatiquement pour l'application.

Noter:
Vous ne pouvez modifier que la description, la classe de sécurité et l'emplacement décimal des comptes système.
Tous les autres attributs des comptes système sont prédéfinis et ne peuvent pas être modifiés.

Les comptes système décrits dans le tableau suivant sont requis pour chaque parent dans la dimension Entité et sont utilisés dans le processus de consolidation.

Remarque : Tous les comptes système utilisés pour la consolidation, à l'exception du compte actif, sont des comptes BALANCE. Le compte Actif est un compte SOLIDAIRE.

Comptes système pour la consolidation

Les comptes système décrits dans le tableau suivant sont utilisés pour les calculs de propriété.
Remarque : Tous les comptes essdbsystem utilisés pour les calculs de propriété sont des comptes BALANCE.

Comptes système pour la propriété

Modification des comptes générés par le système

Lorsque vous créez une demande, les membres du compte système sont automatiquement créés pour le
application.

Remarque : vous ne pouvez modifier que la description, la classe de sécurité et l'emplacement décimal des membres du compte système. Tous les autres attributs sont prédéfinis et ne peuvent pas être modifiés.

Pour modifier les comptes système :

  1. Dans Metadata Manager, ouvrez le fichier qui contient les membres du compte générés par le système.
  2. Sélectionnez l'onglet Affichage en liste.
  3. Dans la liste, sélectionnez un compte système et modifiez la description, la classe de sécurité et l'emplacement décimal selon vos besoins.
  4. Si vous le souhaitez, répétez l'étape 3 pour modifier d'autres membres du compte système.
  5. Cliquez sur Enregistrer le fichier.

Remarque : vous devez charger le fichier de métadonnées mis à jour dans votre application pour que vos modifications prennent effet.

Configurer des partenaires intersociétés

Les transactions intersociétés sont gérées dans la dimension Partenaire intersociétés (ICP). Le
La dimension ICP représente un conteneur pour tous les soldes intersociétés qui existent pour un compte.
ICP est une dimension réservée utilisée en combinaison avec la dimension Compte et personnalisée
dimensions pour suivre et éliminer les détails des transactions intersociétés.

Pour configurer une application pour les transactions intersociétés, vous devez effectuer les actions suivantes :

  1. Indiquer les comptes qui effectuent des transactions intersociétés et indiquer un compte plug
    pour chaque compte intersociétés (attributs IsICP et PlugAcct dans les métadonnées du compte)
  2. Indiquez les entités qui effectuent des transactions intersociétés (attribut IsICP dans l'entité
    métadonnées)

Lorsque vous créez des transactions intersociétés, chaque groupe doit avoir au moins une intersociétés
compte et un compte plug. Vous désignez un compte intersociété en sélectionnant l'IsICP
attribut pour le compte dans Metadata Manager. Lorsqu'un compte est désigné comme intersociétés
et les transactions intersociétés sont saisies, des écritures d'élimination ou d'annulation sont générées dans le
Membre de la dimension de valeur [Élimination] tout au long du processus de consolidation. Un compte plug est un compte qui, une fois les éliminations terminées, stocke la différence entre deux comptes intersociétés. Un compte plug peut être configuré en tant que compte ICP. Pour qu'un compte plug-in soit détaillé par ICP, définissez l'attribut IsICP sur Y ou R afin que le système écrive les éliminations dans le membre ICP correspondant. Si vous ne souhaitez pas qu'un compte plug-in soit détaillé par ICP, définissez l'attribut IsICP sur N afin que le système écrive les éliminations dans [ICP Aucun]. Lors de la consolidation, les transactions entre entités intersociétés valides sont éliminées.

Comptes ICP générés par le système

Dimensions non incluses dans les fichiers de métadonnées

Les dimensions Année, Période et Vue ne sont pas incluses dans les fichiers de métadonnées. Vous définissez ces
dimensions dans le profil d'application que vous spécifiez lorsque vous définissez une application.

Les membres de dimension Valeur et Partenaire intersociétés sont pour la plupart définis par le système. Cependant, vous pouvez définir des descriptions pour les membres Value, et des classes de sécurité et des descriptions pour certains
membres de la dimension Partenaire intersociétés, comme décrit ci-dessous :

Valeur : les membres standard sont générés automatiquement par Financial Management. Dans
De plus, une fois les métadonnées chargées, Financial Management crée automatiquement un triplet de
Membres de la dimension de valeur pour chaque devise que vous avez chargée : CurrencyName,
CurrencyName Adjs et CurrencyName Total, où CurrencyName est le libellé de la devise.

Par exemple, pour une devise USD, Financial Management crée le triplet suivant de
Membres de la dimension de valeur :
USD
 USD Ajustements
USD Total

Vous pouvez définir des descriptions des membres générés par le système, ainsi que des descriptions qui seront ajoutées aux membres Valeur que le système crée pour les devises définies par l'utilisateur.

Intercompany Partner — Cette dimension est générée automatiquement par Financial
Gestion. Un membre de dimension Partenaire intersociétés est généré pour chaque entité
membre de dimension dont l'attribut IsICP est défini sur TRUE. Vous pouvez définir des classes de sécurité
et des descriptions pour certains membres partenaires interentreprises.

Utilisation des vues du gestionnaire de métadonnées

Vous utilisez Metadata Manager pour modifier et créer des fichiers de métadonnées. Les métadonnées comprennent des informations
relatives aux attributs et aux devises des membres de la dimension. Par exemple, vous pouvez utiliser les métadonnées
Manager pour ajouter des comptes à une application.

Remarque : Metadata Manager est disponible uniquement dans Financial Management Desktop dans le client Windows.

Metadata Manager peut ouvrir des fichiers dans un langage de balisage extensible (XML) et des formats de fichiers APP.
Vous pouvez utiliser Metadata Manager pour créer un fichier XML ou APP ou pour modifier un fichier XML ou APP qui
a été extrait d'une application de gestion financière. Fichiers de métadonnées créés dans Metadata
Manager sont automatiquement encodés au format Unicode, en utilisant l'ordre des octets Little Endian.
Après avoir créé ou modifié un fichier de métadonnées, vous pouvez charger les métadonnées contenues dans le fichier dans un
application.

Remarque : Toutes les procédures de cette rubrique supposent que l'espace de travail Metadata Manager est ouvert. Pour ouvrir l'espace de travail, sélectionnez Gérer les métadonnées dans le cadre de navigation du bureau.
Vous ne pouvez pas modifier les métadonnées directement dans une application. Lorsque vous modifiez les métadonnées dans
Metadata Manager, vous apportez des modifications uniquement au fichier, pas aux métadonnées dans le
application. Après avoir extrait et modifié les métadonnées dans le fichier, vous devez charger les métadonnées
dans l'application pour que vos modifications prennent effet.

Ajout de membres à partir de la liste des membres

Vous pouvez ajouter des membres à la hiérarchie en faisant glisser des membres depuis l'onglet Liste des membres et
les déposer dans la structure hiérarchique. Si vous ajoutez un membre enfant à un membre parent et
le parent existe plusieurs fois dans la hiérarchie, le membre enfant est ajouté en tant que membre enfant
pour toutes les instances du membre parent. Vous pouvez ajouter plusieurs membres simultanément.

Pour ajouter des membres à partir de l'onglet Liste des membres :

  1. Assurez-vous que l'onglet Arborescence est sélectionné et, dans la liste déroulante Élément de métadonnées, sélectionnez une dimension.
  2. Dans l'onglet Liste des membres, sélectionnez les membres à ajouter.

Remarque : vous pouvez sélectionner plusieurs membres en maintenant la touche Ctrl enfoncée pendant que vous sélectionnez chaque membre.
3 Faites glisser les membres sélectionnés vers la hiérarchie.

Remarque : Les membres ne sont pas supprimés de l'onglet Liste des membres, ils sont uniquement copiés dans la hiérarchie.

Vous pouvez utiliser des grilles de données pour saisir ou modifier manuellement des données dans les applications Financial Management. Après avoir saisi ou modifié les données, vous pouvez calculer les données, convertir les données dans d'autres devises ou consolider les données. Vous pouvez afficher l'état des données, l'état du calcul, les niveaux de processus, les détails des éléments individuels et les transactions de destination et d'origine. En outre, vous pouvez verrouiller et déverrouiller des données, exécuter des allocations et exécuter des rapports détaillés sur les transactions d'entité.

Vous pouvez afficher des données, l'état du calcul ou le niveau de processus dans des grilles de données. Si les journaux sont publiés au croisement sélectionné dans la grille, vous pouvez afficher toutes les transactions de journal par rapport à la cellule. Vous pouvez stocker du texte et des détails d'élément de ligne pour les cellules de la grille.
Les dimensions sont affichées dans des lignes et des colonnes sur une grille de données. Vous pouvez enregistrer les paramètres de la grille et rouvrir la grille plus tard au lieu de réinitialiser les lignes et les colonnes.
À partir d'une grille de données, vous pouvez sélectionner des commandes de menu pour calculer, traduire et consolider les données. Si une tâche n'est pas applicable à une cellule, la commande de menu n'est pas sélectionnable.
Pour créer des grilles de données :

  1. Sélectionnez Administration > Gérer les documents ou cliquez sur Gérer les documents et sélectionnez Grille de données.
  2. Cliquez sur Nouvelle grille de données.
  3. Définissez les lignes et les colonnes de la grille.
  4. Définissez les options d'affichage de la grille.
    Tâches de grille de données
  5. Définition des lignes et des colonnes de la grille
  6. Saisie ou modification de données
  7. Définir le point de vue sur le Web
  8. Saisie ou modification de données
  9. Utilisation de la gestion des processus
    Options de grille de données
    Les options suivantes sont disponibles pour les cellules des grilles de données :
  10. Affichage des informations sur les cellules
  11. Ajout de texte de cellule
  12. Affichage des ajustements de cellule
  13. Ajouter des détails d'élément de ligne
  14. Processus de calcul
  15. Traduction de données
  16. Consolidation des données
  17. Verrouillage des données
  18. Affichage de l'historique des cellules
  19. Affichage des transactions de destination et d'origine
  20. Exécuter des rapports détaillés sur les transactions d'entité
  21. Exécution des allocations
    Vous pouvez sélectionner une cellule et cliquer avec le bouton droit pour afficher un menu de ces options. Si une option ne s'applique pas à une cellule particulière, elle n'est pas sélectionnable.
    Options de gestion des processus
    Ces options de gestion des processus sont disponibles à partir de grilles de données.
  22. Information
  23. Début
  24. Promouvoir
  25. Rejeter
  26. Approuver
  27. Soumettre
  28. Approuver
  29. Publier
    Ces options sont également disponibles à partir du module Contrôle de processus. Voir Utilisation de la gestion des processus.

Pour accéder aux options de gestion des processus, effectuez l'une des actions suivantes :

  1. Mettez en surbrillance une cellule dans une grille de données configurée pour la gestion des processus, cliquez avec le bouton droit et sélectionnez Gérer le processus.
  2. Pour utiliser le module Contrôle de processus, dans le navigateur de fichiers, développez Tâches et Tâches de données et sélectionnez Contrôle de processus.
    Saisie ou modification de données
    Vous utilisez des grilles de données pour saisir manuellement les données dans les comptes d'entrée pour les entités de base dans les applications Financial Management. Les valeurs des membres de niveau parent sont agrégées à partir des enfants des membres de niveau parent. Dans certains cas, les données des membres de niveau de base sont calculées. Par exemple, le membre Salaires peut être un membre de base calculé en fonction de l'effectif et du taux de salaire.
    Les comptes calculés et consolidés n'acceptent pas la saisie de données, car les valeurs qu'ils contiennent proviennent d'autres sources. Par exemple, si une société appelée USA East a trois personnes à charge, vous saisissez des valeurs dans les entités dépendantes. Après la consolidation, la valeur dans USA East correspond au total des valeurs de ses trois dépendants.
    Pour afficher plus d'une page lors de la saisie ou de la modification de données, vous pouvez utiliser les flèches Page précédente, Page suivante, Page gauche et Page droite dans la barre d'outils en haut de la grille de données.
    Après avoir entré ou modifié des données, vous pouvez soumettre les modifications à la base de données et actualiser la grille avec les données les plus récentes de la base de données.
    Pour saisir ou modifier des données :
  3. Ouvrez une grille de données.
    La figure suivante montre un exemple de grille de données sur le Web.
  4. Sélectionnez la cellule dans laquelle saisir ou modifier les données.
  5. Entrez une valeur dans la cellule et cliquez sur Entrée.
  6. Répétez les étapes 1 à 3 jusqu'à ce que vous ayez saisi ou modifié toutes les données nécessaires.
    Remarque : Vous pouvez effacer une valeur en saisissant NODATA dans une cellule.
  7. Cliquez sur Soumettre les données pour enregistrer les données ou sur Réinitialiser les données pour actualiser la base de données.
    Exécution des allocations

Vous pouvez exécuter des allocations à partir d'une grille de données si le rôle de sécurité Exécuter l'allocation vous est attribué.
Vous pouvez allouer des données d'un compte source dans une entité à un compte de destination dans une liste de
entités. L'entité pour laquelle vous exécutez des allocations peut être une entité de base ou parent. Avant de pouvoir
exécuter des allocations, vous devez d'abord créer des règles pour elles.

  1. Ouvrez une grille de données.
  2. Sélectionnez une cellule pour laquelle exécuter les allocations.
  3. Cliquez avec le bouton droit et sélectionnez Allouer.
    Joindre des documents à des grilles de données
    En plus ou au lieu de saisir du texte de cellule, vous pouvez joindre un ou plusieurs documents aux cellules pour plus de détails. Par exemple, vous pouvez joindre un document Microsoft Word, une feuille de calcul Microsoft Excel, un fichier XSL ou RPT. Pour joindre ou extraire des documents personnalisés vers ou depuis le serveur, vous devez disposer du rôle de sécurité Gérer les documents personnalisés.
    Vous pouvez définir une limite de taille pour les pièces jointes et un nombre maximal de pièces jointes par utilisateur lorsque vous créez une application. Vous définissez les limites dans l'attribut AppSettings pour les métadonnées de l'application.
    Vous pouvez joindre plusieurs documents, mais Hyperion recommande de ne pas joindre plus de deux ou trois documents à une cellule. Chaque document doit être inférieur à 100 Ko pour limiter l'effet sur les performances de la base de données.
    Noter:
    Les pièces jointes des cellules ne sont accessibles qu'à partir du Web.
    Pour joindre un document à une cellule :
  4. Sélectionnez la cellule d'entrée à laquelle joindre un document.
  5. Cliquez avec le bouton droit et sélectionnez Texte de la cellule.
  6. Cliquez sur Joindre.
  7. Dans votre liste de documents personnalisés, sélectionnez un ou plusieurs documents à associer à la cellule, puis cliquez sur Joindre.
    Remarque : vous ne pouvez pas joindre de documents privés.
  8. Cliquez sur Soumettre les données.
    La pièce jointe est affichée dans la section Pièces jointes de la boîte de dialogue Texte de la cellule.
    Conseil : Pour détacher un document d'une cellule, sélectionnez le document à détacher et cliquez sur Détacher.
    Ajouter des détails d'élément de ligne
    Vous pouvez saisir les détails des éléments de ligne pour les comptes configurés pour l'accepter via l'attribut de métadonnées Utiliser les éléments de ligne et pour un scénario qui prend en charge les détails des éléments de ligne. Le détail de l'élément de ligne est utilisé comme le niveau de détail le plus bas pour que vous puissiez saisir des informations pour ce compte. Par exemple, vous pouvez avoir un compte pour les frais de déplacement et vouloir détailler le montant par type de dépense, comme l'essence, les péages ou le stationnement. Pour saisir les informations relatives aux frais de déplacement, vous devez d'abord saisir le montant pour chaque détail de poste. Après avoir sauvegardé le détail, le système calcule le montant total pour le compte de frais de déplacement.
    Vous ne pouvez saisir le détail du poste individuel que dans la fréquence de base définie pour le scénario. Par exemple, si le scénario est Mensuel, vous ne pouvez pas saisir le détail de l'élément de ligne dans « Trimestre1 ».
    Remarque : Les détails de l'élément de ligne ne peuvent pas contenir de guillemets simples ( ‘ ), et la longueur maximale de la description est de 80 caractères.
    Le détail de l'élément de ligne s'applique uniquement au membre Valeur ou à la devise par défaut. Le système ne consolide, ne convertit pas et ne calcule pas la contribution pour les détails des articles.
    Dans une grille de données, une fois que vous avez entré le détail de l'élément de ligne pour la cellule, une bordure bleue s'affiche pour indiquer qu'un détail d'élément de ligne est associé à la cellule.
    Pour ajouter des détails sur l'élément de campagne :
  9. Ouvrez une grille de données.
  10. Sélectionnez la cellule pour laquelle ajouter des détails d'élément de ligne.
  11. Cliquez avec le bouton droit et sélectionnez Détail de l'élément de ligne de cellule.
  12. Cliquez sur Nouvelle entrée.
  13. Saisissez une description et une valeur pour le détail de l'élément de ligne.
  14. Saisissez les éléments de ligne, puis cliquez sur Entrée ou sélectionnez une autre cellule pour voir le changement.
    Conseil : Pour effacer les détails d'un élément de ligne, saisissez zéro comme valeur pour effacer le montant.
  15. Cliquez sur Enregistrer pour enregistrer les éléments de ligne.
  16. Cliquez sur Fermer.
    Listes de membres
    Les listes de membres vous permettent de spécifier un segment d'informations au sein d'une dimension. Tu crées
    listes de membres dans un fichier VBScript et chargez le fichier dans votre application. Une fois chargé, le membre
    des listes sont à la disposition des utilisateurs de l'application. Par exemple, vous pouvez sélectionner des listes de membres lorsque
    définir le point de vue dans l'explorateur de données ou dans les journaux ou lors de la copie ou de l'effacement des données dans
    Gestion de base de données. Vous pouvez créer des listes de membres pour toutes les dimensions Financial Management.

Vous pouvez créer des listes de membres statiques et dynamiques. Les listes de membres statiques contiennent une dimension spécifique
membres. Par exemple, vous pouvez créer une liste de membres de compte statique appelée ProfitAndLoss qui
n'inclut que les comptes suivants : Ventes, Achats, Salaires, AutresCoûts et TotalCoûts. Avoir
comptes supplémentaires dans la liste, vous devez ajouter les nouveaux comptes au fichier de la liste des membres.

Remarque : vous pouvez combiner des listes de membres statiques et dynamiques dans le même fichier.

Une liste de membres dynamique contient les membres qui, au moment de l'exécution, répondent aux critères que vous spécifiez
dans le fichier de liste des membres. Pour les dimensions Scénario, Année, Période et Entité, vous pouvez utiliser le
membre actuel du PDV comme point de départ de la liste. Parce que les listes de membres sont dynamiques,
les modifications apportées aux métadonnées sont automatiquement répercutées dans la liste la prochaine fois que la liste est appelée.

Création de fichiers de liste de membres

Vous créez des fichiers de liste de membres à l'aide de VBScript dans un format ASCII prenant en charge les caractères multi-octets
(MBCS) ou un fichier encodé au format Unicode, en utilisant l'ordre des octets Little Endian.
Les fichiers de liste de membres utilisent l'extension de fichier LST. Le format de fichier pour répertorier les membres dans un fichier de liste de membres est le même pour toutes les dimensions à l'exception d'Entité. Pour les listes de membres dans la dimension Entité, vous devez spécifier l'entité et son parent.

Vous utilisez ces sous-routines pour créer des fichiers de liste de membres :

  1. Sub EnumMemberLists () : définit les listes de membres pour chaque dimension. Vous définissez le
    nombre de listes pour chaque dimension et le nom de chaque liste de membres au sein de cette dimension.
  2. Sub EnumMembersInList () : définit les membres de chaque liste de membres.

Dans la sous-routine EnumMemberLists (), vous utilisez la syntaxe et les fonctions dans ce qui suit
table pour définir les listes de membres :

Ce qui suit est un exemple de la sous-routine EnumMemberLists. Dans cet exemple, trois listes d'entités sont définies : NewEngland Allis qui sont des listes de membres fixes et AllEntities (@POV) qui est une liste de membres de PDV dynamique. Il existe également une liste de comptes définie : ProfitAndLoss.

Sub EnumMemberLists()
Dim EntityLists(3)
Dim AccountLists(1)
Si HS.Dimension = « Entité » Alors
EntityLists(1) = « Nouvelle-Angleterre »
EntityLists(2) = « Allocer »
EntityLists(3) = "Toutes les entités(@POV)"
HS.SetMemberLists EntityLists
Sinon Si HS.Dimension = "Compte" Alors
AccountLists(1) = « ProfitAndLoss »
HS.SetMemberLists AccountLists
Fin si
Fin si
Fin du sous-marin
EnumMembersInList

Dans la sous-routine EnumMembersInList (), vous utilisez la syntaxe et les fonctions dans ce qui suit
table pour définir les membres de chaque liste de membres :

Ce qui suit est un exemple de la section EnumMembersInList du fichier. Dans cet exemple, le
des entités pour trois listes d'entités sont définies. Les membres de la liste des comptes sont également définis.

Sub EnumMembersInList()
Si HS.Dimension = « Entité » Alors
Si HS.MemberListID = 1 Alors
HS.AddEntityToList « États-Unis », « Connecticut »
HS.AddEntityToList « États-Unis », « Massachusetts »
HS.AddEntityToList « États-Unis », « RhodeIsland »
HS.AddEntityToList « États-Unis », « Maine »
ElseIf HS.MemberListID = 2 Then
HS.AddEntityToList « États-Unis », « Connecticut »
ElseIf HS.MemberListID = 3 Then
HS.AddEntityToList « États-Unis », « Californie »
Fin si
ElseIf HS.Dimension = ”Compte” Then
Si HS.MemberListID = 1 Alors
HS.AddMemberToList "Ventes"
HS.AddMemberToList « Achats »
HS.AddMemberToList "Salaires"
HS.AddMemberToList « Autres coûts »
HS.AddMemberToList « TotalCosts »
HS.AddMemberToList "Marge brute"
HS.AddMemberToList "HeadCount"
HS.AddMemberToList ”AdminExpenses”
HS.AddMemberToList « Charges d'intérêt »
HS.AddMemberToList « NetIncome »
HS.AddMemberToList "Taxes"
HS.AddMemberToList ”NetProfit”
Fin si
Fin si
Fin du sous-marin

Remarque : Vous pouvez avoir autant de listes de membres pour chaque dimension que vous le souhaitez et vous n'avez pas besoin de créer de listes de membres pour toutes les dimensions.

Pour les listes de membres dynamiques, au lieu de répertorier tous les membres de la liste de membres, vous entrez des règles pour
extraire les informations du système. Vous pouvez utiliser les fonctions de Financial Management et
arguments pour construire des listes de membres. Utilisez l'éditeur de règles pour écrire des règles avec une syntaxe appropriée.

La syntaxe suivante crée une liste de membres dynamique pour obtenir toutes les entités USD :

Si HS.Dimension = ”Entité” Alors
Si HS.MemberListID=1 Alors
ELi=HS.Entity.List(” ”,” ”)
« Les entités sont lues dans un tableau.
Pour i=Lbound(ELi) à Ubound(ELi)
'Parcourt toutes les entités.
Si (StrComp(HS.Entity.DefCurrency(ELi(i)),
”USD”, vbTextCompare)=0) Ensuite
HS.AddEntityToList ” ”, ELi(i)
'String compare la devise par défaut de l'entité à l'USD. S'il y a correspondance,
l'entité est ajoutée à la liste des membres.
Fin si
Prochain
Fin si
Fin si

Après avoir chargé un fichier de liste de membres dans une application, toute personne utilisant cette application est notifiée
que le système a changé et que l'utilisateur doit se déconnecter de l'application et se reconnecter
sur.

  1. Ouvrez l'application.
  2. Dans le cadre de navigation, sélectionnez Charger les listes de membres.
  3. Pour Member List Filename, entrez le nom du fichier à charger ou cliquez pour rechercher le fichier.

Remarque : Les fichiers de liste de membres utilisent l'extension de fichier LST.

Vous pouvez cliquer sur Afficher (à côté de Member List Filename ) pour ouvrir le fichier que vous avez sélectionné.

  1. Pour Log Filename, entrez un nom de fichier journal ou cliquez pour rechercher le fichier.
  2. Facultatif : cliquez sur Analyser pour vérifier que le format de fichier est correct.
  3. Cliquez sur Charger.

Remarque : après avoir chargé le fichier, vous pouvez cliquer sur le bouton Afficher à côté de Nom du fichier journal pour afficher les erreurs
rencontrés lors du chargement.

Remarque : Hyperion vous recommande d'ajouter Financial Management aux exceptions pour votre
bloqueur pop-up. Lorsque vous effectuez certaines tâches de Financial Management sur le Web, telles que
chargement des données, une fenêtre d'état apparaît indiquant l'état de la tâche. Si vous avez un bloqueur de pop-up
activé sur votre ordinateur, la fenêtre d'état ne s'affiche pas.

  1. Ouvrez l'application.
  2. Dans la vue du navigateur, développez Tâches et sélectionnez Charger les tâches.
  3. Sélectionnez Charger les listes de membres.
  4. Pour Fichier de listes de membres , entrez le nom du fichier à charger ou cliquez sur Parcourir pour rechercher le fichier.

Remarque : Les fichiers de liste de membres utilisent l'extension de fichier LST.

Remarque : si une liste de membres non valide est chargée, les utilisateurs Web peuvent ne pas être en mesure d'accéder à la grille de l'explorateur de données. Si le message d'erreur suivant s'affiche, vous devrez peut-être corriger la liste des membres et charger le fichier :

« Tapez Mismatch /hfm/Data/ExploreData.asp. Erreur numéro 13. Source de l'erreur :
Erreur d'exécution Microsoft VBScript.

Après avoir chargé ou saisi les données des systèmes du grand livre dans la base de données, vous devrez peut-être y apporter des ajustements. Les journaux vous permettent d'apporter des ajustements aux comptes après le chargement ou la saisie des données. Ils fournissent une piste d'audit des modifications apportées à l'application et indiquent les comptes, les entités et les périodes qui ont été affectés.

Vous pouvez créer des fichiers journaux à l'aide d'un format ASCII prenant en charge les jeux de caractères multi-octets (MBCS)
ou un fichier encodé au format Unicode, en utilisant l'ordre des octets Little Endian. Utilisation des fichiers journaux
l'extension de fichier JLF.
Un fichier d'informations de sécurité peut contenir ces sections :
● Format de fichier
● Version
● Groupe de journaux
● Norme
● Récurrent
● En-tête - Scénario, année, période
Une ligne commençant par un point d'exclamation ( ! ) indique le début d'une nouvelle section dans le
journal et doit être suivi d'un nom de section valide (par exemple, Année). Une ligne commençant
avec une apostrophe ( ‘ ) est considérée comme une ligne de commentaire et est ignorée par le système.
Vous pouvez utiliser ces caractères spéciaux pour séparer les informations dans le fichier tant que le caractère n'est pas utilisé dans le fichier d'une autre manière :
Création de fichiers journaux


2 réponses 2

Beaucoup d'applications laissent derrière elles ce que j'aime appeler des fichiers indésirables.

Il existe une application appelée SD Maid qui vous aide à nettoyer votre F.S. (système de fichiers). Il existe également Ccleaner et System app remover, ces applications vous aideront à nettoyer le cache et à supprimer des applications. Vous pouvez également accéder à /sdcard/Android/data/ et supprimer tous les dossiers laissés par une application.

Ce que j'aime faire, c'est vider le cache des applications, puis désinstaller l'application. J'espère que ça aide.

Les applications peuvent / stockent des données "persistantes" dans /sdcard/Android/data , /sdcard/Android/obb et parfois un miroir de celles-ci sur /storage/extSdCard , et certaines applications ont tendance à laisser des "cadavres" dans /data/data . un effacement du cache cache/dalvik ne l'efface pas. Je recommande définitivement SD Maid si vous avez un appareil rooté. Je l'utilise depuis des siècles. Il a des fonctions disponibles même dans la version gratuite pour nettoyer les cadavres et optimiser les fichiers .db. Mon point de vue sur le pays paranoïaque est que s'il est toujours en vie, alors il fait probablement quelque chose.


2 réponses 2

Il n'y a pas une seule option pour cela. Même la fonction d'écrasement à l'intérieur de SQL n'est pas vraiment une opération unique. Il utilise en fait 2 opérations différentes derrière le "rideau" de l'interface utilisateur.

Pour le faire via l'API, vous devrez d'abord exécuter une méthode de suppression sur votre DE (exemple de SFMC Docs). Vous ferez ensuite une méthode ADD sur votre DE pour insérer les nouveaux enregistrements (exemple de SFMC Docs).

Grâce à @SamWhitmore, il existe un moyen plus simple que d'utiliser la MÉTHODE DE SUPPRESSION, en effectuant un Effacer à l'ensemble du DE à la fois - similaire à ce qui est fait via l'interface utilisateur. (https://developer.salesforce.com/docs/atlas.en-us.noversion.mc-apis.meta/mc-apis/clearing_data_from_a_data_extension.htm)

Vous pouvez également le faire via AMPScript si vous ajoutez une "colonne de référence" à vos DE - j'insère généralement une colonne nommée "Secret" et la définit sur une valeur de 1. De cette façon, vous pouvez toujours rechercher ou interagir avec toutes vos colonnes en en définissant l'instruction 'WHERE' sur Secret = 1.

Vous utiliserez ensuite les fonctions DeleteDE() et InsertDE() pour « écraser ».


Types de projecteurs à courte focale

Les projecteurs à courte focale sont livrés avec des caractéristiques, des résolutions et des tailles variées. De plus, ces projecteurs se vendent à des prix différents. Nous examinons ci-dessous les catégories de projecteurs à courte focale.

Projecteur haute définition à courte focale

Les projecteurs HD à courte focale sont capables d'afficher des images plus nettes à des distances plus courtes. Ils sont également compatibles avec la plupart des périphériques de sortie et d'entrée externes tels que le système de cinéma maison et les clés USB.

Le projecteur à courte focale 1080p

Les projecteurs de cette catégorie produisent des images et des vidéos de meilleure qualité à une résolution de 1920 x 1080. Un bon exemple est l'Optoma GT5000+ qui, à seulement 30 cm de l'écran, est capable de projeter des images de 100 pouces. Ces projecteurs sont également compatibles avec les haut-parleurs intégrés pour maximiser votre expérience de divertissement.

Le projecteur à courte focale 4K

Les projecteurs de cette catégorie produisent des images plus vives que les projecteurs 1080p. Ici, le projecteur de résolution 3480 x 180 intègre environ 8 millions de pixels pour faire ressortir des images et des vidéos plus vivantes. Il dispose également d'un système audio superbement synchronisé pour accompagner les images.

Le projecteur laser courte focale

Ce sont les projecteurs à courte focale de qualité supérieure sur le marché. Ces projecteurs produisent certaines des images les plus claires sur de courtes distances. Ils disposent également d'une large gamme d'intensités de couleurs pour produire des images absolument époustouflantes sur votre mur ou votre écran.

Du large éventail de choix à la durabilité associée à ces projecteurs, le téléviseur s'efface progressivement à mesure que le marché des projecteurs fait son entrée sur la scène du divertissement à domicile. Les projecteurs donnent au spectateur plus de qualité et de taille par rapport au téléviseur qui est rigide et encadré dans un cadre.


Oui, la commande que vous recherchez est

Contrairement à clear , ou Ctrl + L , reset réinitialisera complètement le terminal, au lieu d'effacer simplement l'écran. Cependant, il ne ré-instanciera pas le shell (bash). Cela signifie que bash est Etat est le même qu'avant, comme si vous vouliez simplement effacer l'écran.

Comme @Ponkadoodle le mentionne dans les commentaires, cette commande devrait faire la même chose plus rapidement :

Vous pouvez définir un Raccourci clavier pour réinitialiser le terminal, comme expliqué par towolf.

Si tu cours Kubuntu, et votre terminal est Konsole, vous devez vous rendre sur Modifier → Effacer l'historique, puisque la réinitialisation ne fonctionne pas de la même manière là-bas, comme le note UncleZeiv.

Je cherchais ça depuis un moment et j'ai trouvé un génie qui a posté ceci :

Efface tout le tampon de l'écran, très propre. Fonctionne sur OS X et pense que cela fonctionne bien sur la plupart des terminaux * nix.

Pour les curieux, cette partie 'e[3J' est une commande d'échappement de terminal.

/.bashrc et ajoutez l'alias reset="clear && printf 'e[3J'" &ndash Michael Deal 12 août 2016 à 5:43

Vous pouvez également attribuer un raccourci dans gnome-terminal en allant dans Édition → Raccourcis clavier. J'utilise Shift + Ctrl + Alt + C .

Cross poster ma réponse de stackoverflow.

Utilisez la commande suivante pour effacer l'écran au lieu de simplement ajouter de nouvelles lignes.

oui, c'est un "printf" sur l'invite bash.

Vous voudrez probablement définir un alias cependant.

Explication

Cela devient donc <ESC>c qui est le code d'échappement VT100 pour réinitialiser le terminal. Voici quelques informations supplémentaires sur les codes d'échappement du terminal.

Voici quelques autres façons de le faire.

Ce qui précède ne fonctionne pas sur la console KDE (appelée Konsole) mais il y a de l'espoir ! Utilisez la séquence de commandes suivante pour effacer l'écran et la mémoire tampon de défilement.

Ou peut-être utilisez l'alias suivant sur KDE.

J'ai obtenu la commande d'effacement de défilement d'ici.

Cela a le même effet que le lancement d'un nouveau terminal.

Mon préféré est printf "ec" . Cela peut aussi être printf "33c" ou printf "x1bc" . C'est une séquence d'échappement ansi qui efface miraculeusement l'écran et la mémoire tampon pour la sortie du terminal (pour la plupart des terminaux standard sur lesquels j'ai travaillé, il semble - je sais que cela fonctionne comme gnome-terminal, terminator, xterm, etc. sur Ubuntu-like Linux)

Je sais que cela fonctionne sous Linux Mint et Ubuntu 14.04, donc je ne sais pas pourquoi les gens ajoutent et préparent des choses comme clear && echo -ne "33c . printf "ec" a toujours fonctionné pour moi.


Voir la vidéo: ARCGIS: PROJECTION DES DONNEES GEOCHIMIQUES